Livre sur l`Afrique francophone

Frankofón Afrika (Afrique francophone) (HU) > Editeur: SZTE Frankofón Egyetemi Központ (CUF – Centre Universitaire Francophone), Szeged. > Rédacteur-en-chef: Brucker, Balázs – Kruzslicz, Péter > Parution : février 2024 (Dépôt légal: 2022.) Contribution de l`Institut Europa Varietas (CERPESC): Türke, Andras Istvan:A CEDEAO (Nyugat-afrikai Államok Gazdasági Közössége) a nyugat-afrikai integrációs törekvések tükrébenLa CEDEAO et le processus…

Read More

Cooperations


European Defence and Security Network / European Parliament

Foreing & Security Policy analyses for the European Parliament. EuVI is member with the HIIA, Fondation pour la Recherche Startégique (FRS, Paris), Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), Chatham House, Barcelona Centre for International Affairs (CIDOB), Hellenic Foundation for European and Foreign Policy (ELIAMEP), Group for Research and Information on Peace and Security (GRIP, Belgium), Mediterranean Academy of Diplomatic Studies (MEDAC).

Project timeline : September 2014 – August 2018.

Our contribution to the SSR Research :
UE RSS/EUSSR Guinée Bissau – Une “mission intellectuelle” et ses circonstances
par András István Türke
CERPESC 10/AF/04/2009 – 20 novembre 2009 (version améliorée)

Après plusieurs missions et opérations plus ou moins réussies en Afrique, notamment en RDC et au Soudan, l’Union européenne a lancé une mission de la réforme du secteur de sécurité (RSS/SSR) en Guinée-Bissau, Etat qui se trouve « en état permanent » de la réforme du secteur de sécurité. Pourquoi la décision de l’UE a été prise en 2007 ? Quel est le rôle du facteur de temps ? Cette analyse cherche à répondre à des questions de bases pourquoi cette mission a été installée, quels sont les Etats membres de l’Union européenne qui étaient partucilièrement intéressées ? Pourquoi une mission civile (soi disant « intellectuelle ») de plus de l’UE si les missions de l’ONU sont déjà longtemps sur place. Quel était le rôle de l’ECOMOG et de la CEDEAO concernant la politique guinée-bissauénne ?


Institut for Strategic Research of the Military Academy (Institut de Recherche Stratégique de l`École Militaire, France)
European Defence Agency

The IRSEM established in 2010 is a French research center, under status of national service attached to the General Directorate of International Relations and Strategy of the Ministry of Defence (DGRIS). It is formed from the merger of the Centre for Studies in Social Sciences of the Defense (C2SD), the Centre for Study and Research of Higher Military Education (CEREMS), the Centre for Defence Studies History (CEHD) and the Centre for Advanced studies of armaments (CHEAr).

Combining academic and military IRSEM conducts studies required by the consistency of Committee of strategic research and defense prospectively, or on its own initiative, after agreement of the latter; strengthens the link between defense and strategic research, in particular university, including by maintaining a network of young researchers on defense and security issues; contributes to higher military education; supports nationally and internationally the promotion of the French strategic thinking, especially in Europe; participates in institutional, public and academic debate on defense issues and security.

Director: Frédéric Charillon (2010-2016), Pierre Razoux (2016-)

L’impact des capacités industrielles des nouveaux États membres de l’UE sur l’autonomie technologique et stratégique de l’Europe
(marché numéro 2009 78 1 050 10 87 00 00, EPS 2009/0012)
Rapport final – 28 juillet 2010

Rapport réalisé par
Jean-Pierre Maulny, Directeur adjoint, IRIS
Fabio Liberti, chercheur, IRIS
Sarah Lacarrière, chercheur, IRIS

Financé par
European Defence Agency (EDA)

Avec le concours du comité de pilotage, composé par :
Jean-Yves Clairy, IRSEM
Ilios Yannakakis,
Sylvain Moura, OED,
Andras Turke, EuVI

Télécharger

Despite the promise, IRSEM “forgot” to reimburse the expenses of the members of the steering committee.
/ Malgré la promesse, l`IRSEM a “oublié” de rembourser les frais des membres du comité de pilotage.
L`IRSEM, créé en 2010 est un centre de recherche français, sous statut de service à compétence nationale rattaché à la Direction générale des relations internationales et de la stratégie du Ministère de la Défense (DGRIS). Il est issu de la fusion du Centre d’études en sciences sociales de la défense (C2SD), du Centre d’études et de recherches de l’enseignement militaire supérieur (CEREMS), du Centre d’études d’histoire de la défense (CEHD) et du Centre des hautes études de l’armement (CHEAr).

Associant universitaires et militaires, l’IRSEM réalise des études requises par le Comité de cohérence de la recherche stratégique et de la prospective de défense, ou de sa propre initiative, après accord de ce dernier ; renforce le lien entre la défense et la recherche stratégique, en particulier universitaire, notamment en entretenant un réseau de jeunes chercheurs sur les questions de défense et de sécurité ; contribue à l’enseignement militaire supérieur ; soutient le rayonnement de la pensée stratégique française sur les plans national et international, notamment européen ; participe au débat institutionnel, public et académique sur les questions de défense et de sécurité.

Directeur : Frédéric Charillon (2010-2016), Pierre Razoux (2016-2022)


Réseau de recherche sur les opérations de paix / CERIUM – Université de Montréal 
(French Peacekeeping Research Network / Montreal University, Canada)

BALKINT – Multidisciplinary Perspectives on the European Integration of the Western Balkans (Sorbonne/France, EACEA) 2014-2016 

Projet BALKINT « Économie et géopolitique des récents et futurs élargissements européens. Une analyse comparée des modalités des élargissements dans les Balkans »
Chef du projet: Xavier Richet, Professeur d’économie

 

WESTERN BALKANS AND THE EUROPEAN UNION. LESSONS FROM PAST ENLARGEMENTS, CHALLENGES TO FURTHER INTEGRATIONS

Editors
Vesselin Mintchev
Nikolay Nenovsky
Xavier Richet

András István Türke – Enjeux géopolitiques des premières missions de l’UE dans les Balkans occidentaux…………………………………………………………………………233

Télécharger

 

Autres publication de Balkint:

Икономика на предприятието Authors: Xavier Richet
L’Etat-parti chinois et les multinationales: L’inquiétante alliance / Authors: Jean-Paul Guichard
China and the Global Financial Crisis: A Comparison with Europe / Authors: Jean-Pierre Cabestan, Jean-François Di Meglio, Xavier Richet
LA RUSSIE, L’EUROPE ET LA MÉDITERRANÉE DANS LA CRISE / Authors: Claude Berthomieu, Jean-Paul Guichard, Elena Ponomarenko
L’integration euromediterraneenne en panne / Authors: J. Auvret-Finck, C. Berthomieu, JP. Guichard, S. Redzepagic

 


Hungarian Academy of Sciences / Bolyai Grant for Western Balkan Researches 
Magyar Tudományos Akadémia – Bolyai János Kutatási Ösztöndíj
Project timeline : 2015-2018

András István Türke : “The EU and the NATO : A strange marriage” In : Anna Molnar – Zoltan Galik (ed) : Regional and bilateral relations of the EU, Budapest:Nemzeti Közszolgalati Egyetem (will be published in 2018)


The EU and NATO : a strange marriage
Historical, legal, and political frameworks of EU-NATO relations
András István Türke
CERPESC 17/E/04/2017 – 09 January 2017

The Deficiencies, Mistakes and Contradictions of the New EU Foreign and Security Strategy
Evolution or Devolution? From the « Solana Paper » to the « Mogherini Paper »
András István Türke
CERPESC 16/E/3/2016 – 20 December 2016

The Evolution of European Diplomacy in the Balkan Region and the Reasons for the Dissolution of Yugoslavia
András István Türke
A.I.T dedicate this analyse to the 70th birthday of Professor Ferenc Gazdag (born Sept. 24, 1946)
CERPESC Special issue / 2016 – 24 September 2016

András István Türke

L`Union européenne et sa stratégie de rétablissement de la paix en Afrique (In: A. I. Türke (ed.) Stabilité, intégration, coopération et développement, pp. 67-86.)

 


Center for Strategic and Defense Studies
(Stratégiai Védelmi Kutatóközpont, Hungary)

The Center for Strategic and Defense Studiesis the successor of the Institute for Strategic and Defense Studies, established in 1992. As a consequence of continued reform of the wider institutional framework, the former Institute has been functioning in various arrangements under the Hungarian Ministry of Defense, then from 2007 under the National Defense University, and finally from January 01, 2012 changing its name to the Center for Strategic and Defense Studies (CSDS).

The Center’s mission is to provide decision-makers appropriate and up-to-date background analysis in the field of security and defense policy, strategic planning and military operations, as well as observing and analyzing the relation of the Hungarian Armed Forces and Hungarian society. Besides, CSDS is actively involved in the social dialogue and discourse about ‘security’ through media and education.

Regarding its consultative status, the Center enjoys the benefits of both state-funding and project-funding, while being situated in an academic environment. This provides a status of a semi-independent research institute, able to articulate independent opinion as an NGO, while maintaining the necessary consultative link towards governmental spheres. CSDS maintains primary relations with the Ministry of Defense, the Hungarian Defense Forces (General Staff and military organizations as well), and the Ministry of Foreign Affairs. Relations with nongovernmental institutions are ad hoc, or project based. CSDS remains open to cooperation.

The Center’s primary activityis conducting research and analysis of security and defense related issues. However, important fields of CSDS activities are public outreach and media activities, ‘security marketing’ in other words. CSDS staff is involved in education as well, giving lectures and delivering courses in their respective fields of research in various universities at all levels of higher education, BA – MA – PhD.

Regular publications include:
‘CSDS Analyses’ (Occasional papers on current strategic and security policy issues in Hungarian)
‘Nation and Security – Security Policy Review’ (Monthly peer-review journal in Hungarian)
Previously: ‘Defense Studies’ (1994-2005)

Structure and members

The Center for Strategic and Defense Studies has been the sole state-funded research institute in Hungary dealing with issues of national and international security. Being a small institute the staff of the Center in general terms focus on two main fields (not separated institutionally): international relations and strategic and defense issues under the director.

SVKK “forgot” to pay for 2 of our analyzes.

HDF General Staff Scientific Research Center (Honvéd Vezérkar Tudományos Kutatóhely, Hungary)  

In accordance with the designation, operation, short-, middle- and long-term development programs of Hungarian Defence Forces General Staff as well as with the national researches, the scientific and professional research supports the scientific and professional foundation of the mission and jobs of the organization and its underlying military organizations, the commander decision-making, the scientific education and continuative education through the operation of their system. It provides appropriate scientific forecast on the area of operation and building of the armies and research and development.

Main objectives: Jobs connected with development of scientific thinking, application and sharing with the public of scientific procedures and methods, making researches and utilization of the results, designation and operation of HDF General Staff and its underlying military organizations are supports to elaborate its principal basis. Foundation of national defense, scientific and professional research workshops, providing organization, cost efficiency of researches, support of utilization of results, providing scientific methods, information for preparation of prefectural decisions. Support development of art of war and related fields of science through proper organization, methodical and continuous completion of objectives of professional and scientific researches, results of scientific researches.

The main areas of HVK TKH`s activities are : Organization of scientific jobs, completion of researches, and support the innovation of research results, scientific education and continuative education, scientific information supply, scientific cooperation, organization of scientific events, care for professional and scientific publications.

Head of Department (2014-2018) : Col. János Besenyő, Ph.D

Hungary & CSDP Handbook

Türke András István – Besenyő János – Wagner Péter (szerk.)MAGYARORSZÁG ÉS A CSDP

Magyar szerepvállalás az Európai Unió közös biztonság- és védelempolitikájában 

Honvédelmi Minisztérium

Honvéd Vezérkar Tudományos Kutatóhely

Zrínyi Kiadó

2016

Enlargement Policy

LES POLITIQUES 
II. LA POLITIQUE D’ÉLARGISSEMENT 
Depuis sa création en 1958, l’UE accueille régulièrement de nouveaux États membres. Chaque pays candidat doit répondre à certaines exigences avant de se voir octroyer le statut d’État membre. À la suite de plusieurs vagues d’élargissement, l’Union européenne est passée de six membres fondateurs à vingt-sept États membres en 2010. Tout pays qui remplit les conditions d’adhésion peut présenter sa candidature. À la demande du Conseil européen, la Commission européenne évalue l’aptitude du candidat à remplir les critères d’adhésion. Si l’avis émis par la Commission est favorable et que le Conseil adopte un mandat de négociation, les discussions entre le pays candidat et l’UE sont officiellement ouvertes. Début 2010, quatre pays ont été acceptés en tant que candidats à l’adhésion à l’UE: la Croatie, l’Islande, l’Ancienne République yougoslave de Macédoine (ARYM) et la Turquie. Selon la résolution 1244 des Nations unies ces pays ont le statut de pays candidats potentiels : L’Albanie, la Bosnie-et-Herzégovine, le Monténégro, la Serbie et le Kosovo.
En 2017, les États dont la candidature est reconnue et la procédure d’adhésion en cours, sans date d’entrée prévue sont les suivants :
– Albanie – Dépôt candidature : 28 avril 2009, Reconnaissance : 27 juin 2014
– Bosnie-Herzégovine – Dépôt candidature : 5 février 2016, Reconnaissance : 20 septembre 2016
– ARYM – Dépôt candidature : 22 mars 2004, Reconnaissance : 17 décembre 2005
– Monténégro Dépôt candidature : 15 décembre 2008 , Reconnaissance : 17 décembre 2010
– Serbie Dépôt candidature : 23 décembre 2009, Reconnaissance : 1er mars 2012
– Turquie – Dépôt candidature : 14 avril 1987, Reconnaissance : 10 décembre 1999

> Document : Enlargement Strategy 2016

+ Le processus d’élargissement
Les pays candidats doivent démontrer qu’ils seront capables de jouer pleinement leur rôle d’États membres. Ils doivent, pour cela, s’assurer un vaste soutien populaire et se conformer aux normes politiques, juridiques et techniques strictes de l’Union européenne. À la suite d’une décision unanime du Conseil d’adopter un mandat de négociation, les négociations sont ouvertes entre le pays candidat et tous les États membres. L’Union fixe pour chaque pays candidat un cadre de négociation qui définit les orientations générales des négociations d’adhésion. À l’aide des partenariats pour l’adhésion, elle détermine en outre les réformes et adaptations que le pays candidat devra entreprendre pour devenir membre. Les négociations entre les États membres et les pays candidats se déroulent au niveau des ministres et des ambassadeurs. Elles portent sur les conditions et le calendrier d’adoption, de mise en œuvre et d’application de l’intégralité de la réglementation communautaire par le pays candidat. Cette réglementation (appelée «l’acquis») n’est pas négociable. Pour le pays candidat, il s’agit essentiellement de convenir des moyens pour adopter et mettre en œuvre les règles et procédures de l’Union et de définir un calendrier. Pour l’Union européenne, il s’agit d’obtenir des garanties sur la date de mise en œuvre effective de la partie concernée de l’acquis dans chaque pays candidat. Les négociations portent également sur les accords financiers (notamment la contribution du nouvel État membre aux recettes du budget de l’Union européenne et le volume probable des transferts en faveur de cet État dans le cadre des dépenses totales du budget), ainsi que sur les éventuelles dispositions transitoires demandées par les autres États membres ou par le pays candidat. Dans le cadre des négociations d’adhésion, la législation européenne est divisée en 35 chapitres thématiques.

Avant l’ouverture effective des négociations, la Commission examine en détail chaque chapitre avec le pays candidat. C’est ce que l’on appelle l’examen analytique, ou «screening». Cet important exercice, qui est réalisé conjointement par des fonctionnaires des institutions européennes et du pays candidat, vise à déterminer le niveau de préparation de ce dernier. La Commission rend compte au Conseil de l’examen de chaque chapitre. Elle peut recommander d’ouvrir les négociations sur un chapitre donné ou demander au préalable le respect de certaines conditions, les «critères de référence». Dans de nombreux cas, si le niveau général de préparation du candidat est suffisamment avancé, la Commission peut recommander l’ouverture de négociations et la détermination de critères de référence de clôture. L’élaboration d’une stratégie ou d’un plan d’action d’ajustement global peut faire figure de critère de référence à l’ouverture des négociations, tandis que l’adoption effective de textes juridiques essentiels peut constituer l’un des critères de référence pour leur clôture.Le pays candidat soumet ensuite sa position de négociation et le Conseil adopte une position commune, qui permet d’ouvrir les négociations. La Commission informe le Conseil et le Parlement européen des progrès accomplis par les pays candidats en leur fournissant des rapports réguliers, des documents stratégiques et des analyses sur les conditions à remplir pour que le pays candidat continue de progresser. Elle s’assure également du respect des critères d’évaluation et surveille les progrès réalisés en matière d’application de la législation communautaire et des engagements pris. Le suivi se poursuit jusqu’à l’adhésion. Il permet de donner aux pays candidats des conseils supplémentaires en vue d’assumer les responsabilités liées à l’adhésion et de garantir aux États membres que les nouveaux venus remplissent les conditions d’adhésion.

Les négociations sont conduites séparément avec chaque pays candidat, selon un rythme déterminé par la cadence des réformes entreprises dans chaque pays et de leur adaptation au droit de l’Union européenne. La durée des négociations est donc variable: ce n’est pas parce que les négociations sont ouvertes en même temps pour plusieurs candidats qu’elles seront achevées au même moment. Chaque pays candidat prépare un plan d’action assorti d’un calendrier, dans lequel il indique les mesures qu’il compte prendre pour mettre à niveau son système administratif et judiciaire. Les mesures prioritaires devant figurer dans le plan d’action sont définies dans les partenariats pour l’adhésion ou les partenariats européens, que l’Union met en place pour chaque pays candidat. Chaque pays candidat doit également préparer un programme national d’adoption de l’acquis. Il s’agit d’un instrument tout à fait spécifique qui donne des informations détaillées, des calendriers et des évaluations de coûts pour chaque domaine prioritaire défini par l’Union européenne dans le partenariat pour l’adhésion.

Le respect des engagements fait l’objet d’une surveillance étroite tout au long de la procédure. Les négociations par chapitre ne sont closes – à titre provisoire – que lorsque tous les États membres sont satisfaits des progrès réalisés par le pays candidat. Les négociations sont closes au terme de la procédure. L’interdépendance entre les différents chapitres de l’acquis est telle que les négociations sont conduites selon le principe que «rien n’est approuvé tant que tout n’est pas approuvé». Lorsque les négociations de tous les chapitres sont closes à la satisfaction des deux parties, les modalités et conditions détaillées sont inscrites dans un projet de traité d’adhésion, qui précise tous les accords et délais transitoires, ainsi que les accords financiers et les clauses de sauvegarde éventuelles. Si le traité emporte l’adhésion du Conseil, de la Commission et du Parlement européen, il est signé par le pays candidat et les représentants de tous les États membres, puis transmis aux États membres et au pays candidat pour ratification, conformément à leurs règles constitutionnelles propres. Une fois que le traité d’adhésion est signé, le pays candidat devient un «pays en voie d’adhésion» et a droit à certains privilèges provisoires jusqu’à ce qu’il devienne un État membre à part entière. Il peut commenter les projets de propositions, de communications, de recommandations ou d’initiatives préparés par l’Union et acquiert un «statut d’observateur actif» dans les agences et les organes communautaires, où il dispose d’un droit de parole, mais non d’un droit de vote. Au terme de la procédure de ratification, le traité d’adhésion entre en vigueur à la date prévue et le pays devient un État membre.

EEAS

LE SERVICE EUROPEEN POUR L’ACTION EXTERIEURE (SEAE/EEAS), LE HAUT REPRESENTANT (HR/VP)  

Haut(e) Représentant(e) de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité – Vice président(e) de la Commission (HR/VP, 1er décembre 2009-) 
Le Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité est une fonction de l’Union européenne instituée par le traité de Lisbonne. Le Haut Représentant (cf. art.18 du TUE) est le nom retenu par le traité de Lisbonne et décidé le 23 juin 2007 par le Conseil européen de Bruxelles, pour remplacer le terme de « ministre des Affaires étrangères de l’Union » qui était prévu par le traité établissant une Constitution pour l’Europe. Elle reprend les fonctions diplomatiques autrefois exercées par le Secrétaire général du Conseil de l’Union européenne et Haut Représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune et le commissaire aux relations extérieures. Le poste de Haut Représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité est actuellement occupé par l`italienne Frederica Mogherini, depuis le 1er novembre 2014 (successeur de la britannique Catherine Ashton ; 1er décembre 2009 – 31 octobre 2014).
Il s’agissait en fait de fusionner les fonctions de diplomatie tenues par :
– le HR (Haut Représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune). La « PESC » était le deuxième pilier de l’Union européenne, selon l’architecture institutionnelle mise en place par le traité sur l’Union européenne de 1992 mais le poste n’a été créé qu’en 1999 par le traité d’Amsterdam. Le traité de Lisbonne abolit le principe des piliers, modifie la fonction du Haut Représentant et la sépare du secrétariat général du Conseil de l’Union européenne. Un nouveau secrétaire général est nommé. À ce titre, le Haut représentant assiste aux conseils européens.
– le commissaire chargé des relations extérieures. La dernière personne à occuper ce poste était l’autrichienne Benita Ferrero-Waldner durant la 1re commission Barroso. La politique européenne de voisinage est maintenant confiée au commissaire chargé de l’élargissement. À ce titre, le Haut représentant siège à la Commission européenne dont il est le premier vice-président.
le président du Conseil de l’Union européenne dans sa formation « Affaires étrangères » qui était auparavant le ministre des Affaires étrangères de l’État membre qui assurait la présidence tournante.
Dans ses fonctions, le Haut Représentant s’appuie sur une nouvelle structure administrative, le Service européen pour l’action extérieure (SEAE), dont il désigne les membres et contrôle le budget. Néanmoins, bien que le Haut Représentant peut préparer des initiatives, les décisions doivent être adoptées par les États membres en Conseil. Avec l’importance croissante du rôle du Haut Représentant, et de par leur exclusion du Conseil européen, les ministres des affaires étrangères européens étaient incertain de leur rôle face au Haut Représentant. Lors d`une rencontre en Finlande, il a été proposé qu’ils soient des envoyés spéciaux du Haut Représentant. Cela a été soutenu par Ashton qui a dit que, tant que l’UE parle d’une seule voix, peu importe qui parlait.
> Document : Service européen pour l’action extérieure / European External Action Service (SEAE/EEAS, 2009-)
Le Service européen pour l’action extérieure (simplement appelé Service extérieur) est placé sous l’autorité du Haut Représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. Une fois en place, il doit en constituer le service diplomatique, à la fois à Bruxelles et à l’étranger. Sa création découle du Traité de Lisbonne entré en vigueur le 1er décembre 2009. L’article 27, paragraphe 3 du Traité sur l’Union européenne, introduit par le traité de Lisbonne prévoit en effet : « Dans l’accomplissement de son mandat, le haut représentant s’appuie sur un service européen pour l’action extérieure. Ce service travaille en collaboration avec les services diplomatiques des États membres et est composé de fonctionnaires des services compétents du secrétariat général du Conseil et de la Commission ainsi que de personnel détaché des services diplomatiques nationaux. L’organisation et le fonctionnement du service européen pour l’action extérieure sont fixés par une décision du Conseil. Le Conseil statue sur proposition du haut représentant, après consultation du Parlement européen et approbation de la Commission. » Le service est devenu pleinement opérationnel fin 2010, à la suite d’un accord avec le Parlement européen. Ainsi, le 25 octobre 2010, Catherine Ashton a annoncé la nomination du Français Pierre Vimont comme secrétaire général exécutif ainsi que de l’Irlandais David O’Sullivan en tant que directeur général administratif.
Le SEAE a intégré en 2011 :
– en administration centrale, certains des services du Secrétariat du Conseil (DG E et SITCEN – Situation Center) et de la Commission (Direction générale Relations extérieures) ;
– à l’étranger, les délégations de la Commission ainsi que les Représentants spéciaux de l’UE.

L`arrivée de Mogherini a abouti à un nouvelle réorganisation profonde du SEAE. A partir du mi-septembre 2015 le secrétaire général exécutif est remplacé par un “simple” secrétaire général (Helga Schmid, depuis le 15 juin 2016) avec 3 Secrétaires généraux adjoints (Deputy Secretary General) :
– Secrétaire général adjoint pour les questions économiques et mondiales (DSG-ECO) : Christian Leffler (S, mi-septembre 2015-)
– Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, Directeur politique (DSG-POL) : Jean-Christophe Belliard (FR, 1 septembre 2015-)
– Secrétaire général adjoint pour la PSDC et la réponse aux crises (DSG-CSDPCR) : Pedro Serrano (E, 1 novembre 2015-)

> Document : Organigramme du SEAE en 2011 et en 2017

Les instruments du SEAE :


+ Service des instruments de politique étrangère / Service for Foreign Policy Instrument (IPE/FPI, 2011-)
Le service de l`IPE est un service de la Commission rattaché directement au HR/VP. Son directeur est le Luxembourgeois Tung Lai Margue. Il est chargé de gérer
– le budget et les relations inter-institutionnelles (Christian Meunier – Unit FPI.1),
– l`Instrument contribué à la stabilité et la paix et les Instruments réglementaires de la politique étrangère, ( ex-public diplomacy et les missions d’observations électorales) (Oliver Nette – Unit FPI.2),
– les opérations de la PESC (Juha Auvinen > Robert Krengel – Unit FPI.3 ),
– l’instrument de partenariat (ex-instrument de stabilité) (Nona Deprez – Unit FPI.4),
– les missions d’observations électorales et le Programme des Visiteurs de l`UE (Georgios Tsitsopoulos – Unit FPI.5, Nouveau!)
Il est placé directement sous l’autorité de la HR et des structures de gestion de crise. Ce qui pourrait satisfaire le Parlement européen, dont c’était une des revendications impératives, sauf s’il juge cette présence sur l’organigramme un peu artificielle. En pratique, c`est le Secrétaire général adjoint, Maciej Popowski qui en est devenu le responsable et a été chargé de suivre les dossiers de la PeSDC (c’est lui qui représentait le service diplomatique au dernier conseil informel des ministres de la Défense).
L`IPE est un service de la Commission pour la gestion des domaines de politique étrangère restant sous l’égide du mandat de la Commission, (zones non transférés au SEAE) et des domaines qui ne relèvent pas du mandat du DG Développement et de Coopération EuropeAid. Elle travaille avec le SEAE dans le même bâtiment, le bâtiment Triangle à Bruxelles. Il gère des programmes tels que l'”Instrument de la réponse aux crises pour la stabilité” (crisis response Instrument for Stability), qui est partagée entre la Commission et le SEAE.

+ Les Représentants spéciaux de l’UE / EU Special Representatives (RSUE/EUSR, 1996-)
Un Représentant spécial de l’Union européenne est un haut fonctionnaire assumant la représentation diplomatique de l’Union européenne dans certaines pays ou régions d’intérêt particulier pour l’Union, sous l’autorité conjointe du Haut Représentant de l’Union pour le SEAE et du Président de la Commission européenne. Ils relayent ainsi son travail de promotion de la paix et de reconstruction, et sont « le visage » de l’UE sur place. Ils coordonnent le cas échéant les missions PESC ou PSDC (ex-PESD) dans leur dimension politique. Les fonctions de représentant spécial de l’UE et de chef de la délégation de la Commission européenne sont fusionnés dans plusieurs cas. Ils disposent ainsi à la fois de la légitimité diplomatique et politique incarnée par le Conseil européen et des moyens (aide humanitaire, ouverture commerciale, aide publique au développement) placés sous l’autorité de la Commission.

Il existe actuellement (janvier 2017) 9 représentants spéciaux de l’UE :
– Dans la Corne de l’Afrique, le Grec Alexander Rondos depuis le 1er janvier 2012 jusqu`au 28 février 2017.
– Au Kosovo, le Slovène Samuel Žbogar est en poste depuis le 1er février 2012 jusqu`au 28 février 2017. Il fournit l’orientation politique à la mission EULEX Kosovo, destinée à renforcer l’État de droit au Kosovo. Il doit cumuler ses fonctions avec celles de « représentant civil international » (au sens du plan Ahtisaari) à Pristina. Il dispose d’une équipe de 275 personnes et succède à l’Autrichien Wolfgang Petritsch.
– Le Grec Stávros Lambrinídis est responsable des droits de l’homme et de la promotion des politique en la matière de l’UE. Sa mission est de renforcer les politiques de l’UE liées aux droits de l’Homme (25 juillet 2012 – 28 février 2017)
– Le Danois Franz-Michael Skjold Mellbin a été nommé représentant spécial de l’UE (RSUE) pour l’Afghanistan entre le 1er septembre 2013 – 28 février 2017. Il succède au Lituanien Vygaudas Ušackas (2010-2013), à l’Allemand Klaus Peter Klaiber (2001-2002), à l’Espagnol Francesc Vendrell (2002-2008) et à l’Italien Ettore Francesco Sequi (2008-2010).
– En Bosnie-Herzégovine, le Suédois Lars-Gunnar Wigemark (1er mars 2015 – 28 février 2017) (avant : Danois Peter Sørensen, depuis septembre 2011 – mars 2015)
– Le 8 juillet 2014, l’ambassadeur Herbert Salber a été nommé représentant spécial de l’UE pour le Caucase du Sud et la crise en Géorgie ( – 28 février 2017). Il succède le Français, Philippe Lefort (2011-2014).
– L`Espagnol Angel Losada Fernandez RSUE pour le Sahel (1er novembre 2015 – 28 février 2017) (avant : le français Français Michel Reveyrand de Menthon est nommé en 2013 jusqu’au 28 février 2014.)
– Pour le processus de paix au Proche-Orient, l’Italien Fernando Gentilini (15 avril 2015 – 28 février 2017 ) fournit leurs directives politiques à deux missions : la mission douanière à Rafah (EU BAM) et la mission de police dans l’ensemble des territoires palestiniens occupés (EU POL COPPS).
– En Asie centrale, c’est le Slovaque Peter Burian qui assure la représentativité de l’UE sur les questions régionales (15 avril 2015 – 28 février 2017)

 

Autres anciens représentants spéciaux :
– L’Espagnol Bernardino León pour la région du Sud de la Méditerranée, ses objectifs son fondés sur la politique de voisinage méridionale.
– Auprès de l’Union africaine, le Britannique Gary Quince (2011 – 30 juin 2013) a succédé au Belge Koen Vervaeke et à l’Espagnol Aldo Ajello.
– En Asie centrale, c’est l’Allemande Patricia Flor jusqu`au 30 juin 2013 qui a remplacé le Français Pierre Morel (2006-2012). Il a lui-même succédé au Slovaque Ján Kubiš (2005-2006).
– : Pour le processus de paix au Proche-Orient, l’Allemand Andreas Reinicke jusqu`au 30 juin 2014. Il a succédé au Belge Marc Otte. Il a fourni leurs directives politiques à deux missions : la mission douanière à Rafah (EU BAM) et la mission de police dans l’ensemble des territoires palestiniens occupés (EU POL COPPS). Le Suédois Nils Eriksson fut avant lui conseiller de l’UE (1997-2002) pour la région. L’Espagnol Miguel Ángel Moratinos avait été envoyé spécial (1996-2003).
– L’Allemand Bodo Hombach était coordinateur spécial du Pacte de stabilité pour l’Europe du Sud-Est (1999-2001). Il fut remplacé par l’Autrichien Erhard Busek (2001-2003).
– Le Grec Panagiotis Roumeliotis avait été représentant spécial, chargé du Processus de Royaumont (1999-). (Initiative succédant le Pacte de stabilités pour Europe du Sud-Est. 1 avril 1998-, un initiative de la présidence britannique)
– L’Espagnol Felipe González était en poste pour l’ex-Yougoslavie (1998-1999).
– dans la région africaine des Grands Lacs, depuis 2007 le Néerlandais Roeland van de Geer. Il travaillait en liaison étroite avec les deux missions PESD de réforme du secteur de sécurité (EUPOL et EUSEC) en RDC.
– En Macédoine (pays), depuis 2005, l’Irlandais Erwan Fouéré avait succédé aux Français François Léotard (2001) et Alain Le Roy (2001-2002), au Belge Alexis Brouhns (2002-2004), au Danois Søren Jessen-Petersen (2004), au Suédois Michael Sahlin (2004-2005)
– En Moldavie, le Hongrois Kálmán Mizsei avait autorité sur l’assistance frontalière de l’UE à la Moldavie et à l’Ukraine. Il succède au Néerlandais Adriaan Jacobovits de Szeged (nommé en 2002).
– Dans le Sud-Caucase, depuis 2006, le Suédois Peter Semneby avait succédé au Finlandais Heikki Talvitie (2002-2006).
– Au Soudan, la Britannique Rosalind Marsden intervenait dans le contexte du conflit du Darfour et de fin 2007 à fin 2013, fournissait l’orientation politique à la mission de l’EUFOR Tchad/RCA. Elle avait succédé au Danois Torben Brylle et au Finlandais Pekka Haavisto (2005-2007).
– L’UE disposait également d’un envoyé spécial en Birmanie, l’Italien Piero Fassino.

 

+ L’Instrument européen de voisinage et de partenariat / European Neighbourhood and Partnership Instrument (IEVP/ENPI, 2007-2013)
auprès du SEAE depuis le 26 juillet 2010
L’IEVP était le principal mécanisme financier par lequel l’aide de l’UE est acheminée aux pays partenaires de la Politique européenne de voisinage (PEV, menée par la Commission), ainsi qu’à la Russie. Géré par EuropeAid, l’IEVP était un instrument de coopération qui permet de traduire en actions sur le terrain les décisions prises au niveau politique. Opérationnel depuis janvier 2007, l’IEVP a remplacé MEDA, instrument de financement du Partenariat Euro-Med, et TACIS1, programme en faveur des voisins de l’Est, ainsi que d’autres mécanismes financiers.
Les 16 pays partenaires de l’IEVP sont :
– IEVP Sud – Algérie, Égypte, Israël, Jordanie, Liban, Maroc, Territoires palestiniens occupés, Syrie, Tunisie
– IEVP Est – Arménie, Azerbaïdjan, Belarus, Georgie, Moldavie, Ukraine, Russie
La Russie reçoit des financements au titre de l’IEVP, même si les relations avec ce pays voisin ne sont pas régies dans le cadre de la PEV, mais dans celui d’un partenariat stratégique couvrant quatre « espaces communs ». La Libye bénéficie d’un statut d’observateur dans le Partenariat euro-méditerranéen et est éligible à un financement au titre de l’IEVP. Des négociations en vue d’un accord-cadre UE-Libye ont été engagées en novembre 2008. Selon le règlement IEVP, l’objectif de l’IEVP est de fournir une assistance communautaire pour le « développement d’une zone de prospérité et de bon voisinage » couvrant l’Union européenne et les pays et territoires partenaires. En 2010 l’IEVP a disposé de 1,6 Mrds euro et de 2 Mrds pour 2013. L’augmentation du cadre budgétaire en 2010 était 57,9 percent lorsque celui de l’UMED n’a pas dépassé le 12,9 percent.
> Document : RÈGLEMENT (CE) No 1638/2006 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 24 octobre 2006

+ Instrument européen de voisinage / European Neighbourhood Instrument (IEV/ENI, 2014-)
Depuis le 7 avril 2014 l’IEV succède à l’IEPV dans le soutien de la mise en œuvre des initiatives politiques qui ont façonné la politique européenne de voisinage – le Partenariat oriental entre l’UE et ses voisins de l’Est, ainsi que le Partenariat pour la démocratie et une prospérité partagée et l’Union pour la Méditerranée dans le voisinage sud de l’UE.
Ce nouvel instrument européen de voisinage est entré en vigueur avec un budget de 15,4 milliards d’euros pour la période 2014-2020, conjointement avec cinq autres instruments de financement de l’action extérieure. La majeure partie du financement pour les pays voisins proviendra de cet instrument, par le biais de programmes de coopération bilatéraux, régionaux et transfrontaliers.
– Le règlement institue l’IEV « afin de progresser vers un espace de prospérité partagée et de bon voisinage » couvrant l’UE ainsi que les 16 pays partenaires de la PEV, « par l’instauration de relations privilégiées fondées sur la coopération, la paix et la sécurité, la responsabilisation réciproque et l’attachement partagé aux valeurs universelles que sont la démocratie, l’état de droit et le respect des droits de l’homme ».
– Le règlement IEV concrétise le principe du « plus pour plus » (more for more), prévoyant un soutien de l’UE « conformément à une approche incitative et plus différenciée et taillée sur mesure », en tenant compte d’un certain nombre d’éléments, y compris l’attachement au réformes convenues et les progrès dans la construction d’une démocratie solide et durable.

Cinq autres instruments de l’action extérieure, dont certains fonds soutiendront également le voisinage, ont été adoptés par le Conseil en même temps que l’IEV, à savoir :
− Instrument d’aide de préadhésion (IAP II) voir plus bas
− Instrument de financement de la coopération au développement (ICD – 2014-2020) voir plus bas
− Instrument de partenariat (IP) COMMISSION voir plus bas
− Instrument contribuant à la stabilité et à la paix (IcSP) COMMISSION voir plus bas
− Instrument européen pour la démocratie et les droits de l’homme (IEDDH) COMMISSION voir plus bas

+ Instrument de financement de la coopération au développement / Development Cooperation Instrument (ICD/DCI, 2007-)
Le règlement du Conseil de l’Union européenne du 17 juillet 1998 et modifié en 2004, prévoit la définition et les modalités pour recevoir une aide de la part de la Communauté européenne. Lancé en janvier 2007, l`ICD a remplacé un large éventail d’instruments géographiques et thématiques qui a été créé au fil du temps. De cette façon, il augmente l’efficacité de la coopération au développement de l’UE. Cet instrument améliore le précédent cadre de la coopération au développement de la Communauté en fusionnant les différents instruments géographiques et thématiques en un instrument unique.
Dans le cadre de cet instrument, les Communautés européennes financent des mesures visant à soutenir la coopération géographique avec les pays en développement qui se trouvent sur la liste des pays bénéficiaires de l’aide du Comité d’aide au développement (CAD) de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).
Le règlement établit que l’aide communautaire est mise en œuvre à travers :
– des programmes géographiques (5 zones) et
– des programmes thématiques (2 lignes thématiques
– et le programme de mesures d’accompagnement pour les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) signataires du protocole sur le sucre.
I. Les Programmes géographiques : englobent la coopération avec des pays et régions partenaires déterminés sur une base géographique. Ils couvrent cinq régions, à savoir:
– l’Amérique latine,
– l’Asie,
– l’Asie centrale,
– le Moyen-Orient
– et l’Afrique du Sud.
L’aide communautaire en faveur de ces pays est destinée à appuyer les actions dans les domaines de coopération suivants:
– le soutien à la mise en œuvre de politiques visant à éradiquer la pauvreté et à atteindre les OMD;
– la satisfaction des besoins essentiels de la population, notamment l’éducation primaire et à la santé;
– la promotion de la cohésion sociale et de l’emploi;
– la promotion de la gouvernance, de la démocratie, des droits de l’homme et le soutien aux réformes institutionnelles;
– l’assistance aux pays et régions partenaires dans les domaines du commerce et de l’intégration régionale;
– la promotion du développement durable par le biais de la protection de l’environnement et de la gestion durable des ressources naturelles;
– le soutien à la gestion durable et intégrée des ressources en eau et la promotion d’une utilisation accrue des technologies durables en matière énergétique;
– l’assistance dans les situations d’après-crise et aux États fragiles.
Pour les programmes géographiques, c’est la Commission européenne qui établit un document de stratégie et un programme indicatif pluriannuel, et adopte un programme d’action annuel pour chaque pays/région. Elle définit les dotations au sein de chaque programme géographique selon les évolutions des situations. Elle peut aussi prévoir une dotation spéciale dans le cadre de la coopération entre les régions ultrapériphériques et des partenaires voisins ou alors en cas de catastrophes ou crises. Les entités bénéficiaires sont diverses et peuvent être directement les pays/région ou les entités décentralisés jusqu’aux organisations internationales et aux agences de l’Union Européenne. C’est donc dans ce cadre que l’on peut financer la coopération décentralisée. Les financements peuvent être des projets et programmes mais aussi des fonds nationaux ou pluri-bailleurs. On favorise dans ce cas le cofinancement.

II. Les programmes thématiques complètent les programmes géographiques. Ils couvrent un domaine d’activité spécifique présentant un intérêt pour un groupe de pays partenaires non déterminé par la géographie ou des activités de coopération visant des régions ou des groupes de pays partenaires divers ou encore une opération internationale sans spécificité géographique. C’est-à-dire leur champ d’application est plus grand que celui de la coopération géographique, parce qu’il couvre aussi les pays et régions qui sont éligibles au Fonds européen de développement (FED) (et au titre du règlement (CE) n° 1638/2006.)
Pour la période 2007-2013 le règlement a prévu cinq programmes thématiques, concernant:
– Ressources humaines
– Environnement et gestion durable
– Acteurs étatiques et autorités locales
– Sécurité alimentaire
– Migration et asile.
Pour la période 2014-2020 les 2 lignes thématiques sont :
– biens publics mondiaux (environnement et changement climatique, énergie durable, développement humain, sécurité
alimentaire et agriculture durable, asile et migration)
– et soutien aux organisations de la société civile et autorités locales.

III. Programme pour les pays d’Afrique, Caraïbes et du Pacifique (pays ACP). Le but est d’accompagner leur processus d’ajustement face aux nouvelles conditions de marché.

Le budget pour la période 2007-2013 a été de 16,897 milliards d’euros :
– Programmes géographiques : 10,057 Milliards d’euros
– Programmes thématiques : 5,596 Milliards d’Euros
– En faveurs des pays ACP : 1,224 Milliard d’Euros
La Commission doit remettre un rapport annuel sur les résultats de la mise en œuvre de ses programmes. Les acteurs bénéficiaires peuvent être :
• les pays et régions partenaires et leurs institutions ;
• les entités décentralisées des pays partenaires (municipalités, provinces, départements, régions) ;
• les organismes mixtes institués par les pays et régions partenaires et la Communauté ;
• les organisations internationales ;
• les agences de l’UE ;
• certaines entités ou organismes des États membres, des pays et régions partenaires ou de tout autre État tiers, s’ils contribuent à atteindre les objectifs du présent règlement.
La Commission est assistée dans son travail par un comité.
Les crédits alloués au titre de la programmation 2014-20 : 19,6 mds €
> Document

+ Instrument de partenariat / The Partnership Instrument (IP/PI, 2014-)
L `IP est un nouvel instrument de la période 2014-2020 résultant la suppression de l’ancien ICI (instrument de coopération avec les pays industrialisés). Ses objectifs sont la coopération avec les pays qui jouent un rôle majeur dans la gouvernance mondiale ; l’économie ; et le commerce international, sur des thèmes liés à « Europe 2020 » (stratégie pour une « croissance intelligente » : climat, énergie…)
Couverture : globale mais les objectifs indiquent qu’il s’agira essentiellement de la coopération avec les pays émergents.
Crédits alloués au titre de la programmation 2014-20 : 954 millions €.
> Document

+ Instrument contribuant à la stabilité et à la paix / Instrument contributing to stability and peace (IcSP, 11/03/2014-)
> précédé par Instrument de stabilité / Instrument for Stability (IdS/IfS, 2007-11/03/2014)

Avec le lancement de l`IdS en 2007, qui donne suite au mécanisme de réaction rapide, la Commission européenne a intensifié considérablement ses efforts dans le domaine de la prévention des conflits, de la gestion des crises et de la consolidation de la paix.
Les projets de réaction aux crises menés dans le cadre de l’instrument de stabilité mettent l’accent sur un large éventail de questions, telles que le soutien des efforts de médiation, l’instauration d’un climat de confiance, les administrations intérimaires, le renforcement de l’État de droit, la justice transitionnelle ou le rôle des ressources naturelles dans les conflits.
Grâce à l’instrument de stabilité, ces activités peuvent être mises en œuvre en situation de crise ou de crise émergente, lorsqu’aucune aide financière ne peut être fournie en temps opportun par d’autres ressources de l’UE. À ce jour, l’instrument de stabilité a été utilisé à maintes reprises pour financer des projets de réaction aux crises dans le monde. Les aides les plus importantes ont été octroyées à des projets en Afrique, en Asie-Pacifique, dans les Balkans, au Moyen-Orient, en Amérique latine et dans les Caraïbes.
Couverture : court-terme (partie non programmée à l’avance) et long-terme (prévention du terrorisme, du crime organisé, amélioration des infrastructures en matière de sécurité ou santé publique, prévention des risques NRBC) ; pas de restriction géographique.
Crédits alloués au titre de la programmation 2014-20 : 2,3 milliards €.
> Document

+ Instrument européen pour la démocratie et les droits de l’homme / European Instrument for Democracy and Human Rights” (IEDDH /, 2014-)
L`IEDDH a été mis en place par le Réglement N° 235 du Parlement européen et du Conseil du 11 mars 2014. Son objectif général est de fournir une aide au développement et à la consolidation de la démocratie et de l’État de droit, ainsi qu’au respect de l’ensemble des droits de l’homme et des libertés fondamentales.
Ses objectifs spécifiques sont les suivants :
– soutenir et renforcer, conformément à l’approche consistant à envisager le cycle démocratique dans son ensemble, la démocratie participative et représentative, y compris la démocratie parlementaire, et les processus de démocratisation, essentiellement au moyen des
organisations de la société civile au niveau local, national et international ;
– promouvoir et protéger les droits de l’homme et les libertés fondamentales proclamés dans la déclaration universelle des droits de l’homme des Nations unies et dans les autres instruments internationaux et régionaux dans le domaine des droits civils, politiques, économiques,
sociaux et culturels, essentiellement au moyen des organisations de la société civile ;
– renforcer le cadre international pour la protection des droits de l’homme, la justice, l’égalité des sexes, l’État de droit et la démocratie, et
pour la promotion du droit humanitaire international ;
– instaurer un climat de confiance à l’égard des processus électoraux démocratiques et des institutions et en renforcer la fiabilité et la transparence, à toutes les étapes du cycle électoral.
Types de financement :
– subventions
– marchés publics de services, de fournitures ou de travaux
– appui budgétaire général ou sectoriel
– contributions aux fonds fiduciaires créés par la Commission
– instruments financiers tels que des prêts, des garanties, des participations ou quasi-participations, des investissements ou participations et des instruments de partage des risques, si possible sous la direction de la BEI ou de la BERD.
Le budget alloué pour la période 2014-2020 est 1,33 milliards euros.

> Document