You are here

Diplomacy & Defense Think Tank News

Ankara and Kabul: Opportunities – and Risks

SWP - Tue, 13/07/2021 - 13:54

Turkish President Recep Tayyip Erdoğan caused waves at the June 2021 NATO summit, announcing that Turkey would continue to protect Kabul airport following the complete NATO withdrawal. Kabul airport is Afghanistans principal air connection to the outside world, and vital for the security of diplomats and aid workers in the country.

The proposal needs to be seen in the context of the broad militarisation of Turkish foreign policy. In recent years, Ankara has deployed armed forces for geopolitical leverage in Syria, Somalia, Libya, the Eastern Mediterranean and Azerbaijan. The associated costs have remained very low, further emboldening Turkish policy-makers. In Somalia and Syria the Turkish military also gained experience operating in theatres where armed militants pose significant security challenges.

The main factor behind the airport proposal, however, is Turkish-American relations: Ankara hopes to regain favour with Washington after a string of diplomatic crises. The Turkish side knows its hand is weakened by issues such as its acquisition of the Russian S400 air defence system and Washingtons responses including CAATSA sanctions and removing Turkish manufacturers from the supply chain for the new F35 warplane. The proposal to help out in Afghanistan emerged as an obvious way to improve bilateral relations with Washington.

A Good Reputation

As the only Muslim-majority member of NATO, Turkey played important roles in Afghanistan. Former Turkish Foreign Minister Hikmet Çetin served as the NATOs first Senior Civilian Representative in Afghanistan and Turkish officers twice commanded the International Security Assistance Force (ISAF). There are currently 500 Turkish soldiers serving with the NATO mission. Turkey never deployed a combat force, however. The Taliban in turn avoided targeting Turkish forces; there has in fact only been one attack on a Turkish unit.

Additionally, Turkish state institutions and NGOs conduct a broad range of cultural and educational activities and supply extensive humanitarian aid. Reports confirm the ability of Turkish officials and volunteers to engage with Afghan society on equal terms. Shared religious and cultural elements certainly help. Although the Taliban accuses of Ankara being too pro-Uzbek, Turkey is viewed very positively across Afghan society. This, together with its ability to talk with all sides and its non-combat role in ISAF, places Turkey in a unique position. 

However, protecting Kabul airport would change the nature of Turkey’s involvement. While the Afghan government welcomed the idea, the Taliban has repeatedly declared that it will not tolerate even a residual foreign force. That implies that the Taliban would target Turkish troops risking drastic consequences for Turkey. In order to avoid this, Turkey’s extended stay requires prior agreement with all Afghan parties, and Ankara will use its diplomatic capacity to seek such an agreement. Moreover, rather than focusing solely on leaving a residual force, Turkey could use its diplomatic and humanitarian leverage to pursue a more comprehensive approach to the Afghan problem.

Intra-Afghan Agreement Needed

The current peace agreement involves only the United States and the Taliban; there is as yet no peace agreement between the Afghan government and the Taliban. As the withdrawal of NATO forces accelerates, the conflict is now between the Taliban and Afghan government forces. Despite NATO’s decades of investment, the Afghan army is no match for the Taliban. In fact, a major Taliban offensive is already under way. Kabul may not fall immediately, but time is on the side of the insurgents. But if the Taliban overplays its hand and tries to dominate the entire country, there will be a backlash, particularly from the non-Pashtun ethnic communities.

In that case, Afghanistan is likely to descend back into civil war. Under such circumstances, a Turkish military presence would be too risky and unsustainable, even with agreements with the government and the Taliban. Rather than focusing only on protecting Kabul airport, Turkey should place its diplomatic weight behind a peaceful settlement between the Taliban and the government before violence spirals out of control. The first step towards a broader agreement between the Afghan parties themselves would be for Ankara to reach agreement with each of them. This road is arguably a stony one, but offers much greater rewards. Turkey would certainly need the support of other countries to overcome the obstacles involved.

The first challenge is to bring the Taliban to the negotiating table with the Afghan government, which Turkey and the international community have so far failed to achieve. Here, Turkey can benefit from its exceptionally good relations with Pakistan and Qatar. Qatar is home to the Taliban’s only external office and relations are cordial. Pakistan, where many senior Taliban leaders reside, has the greatest leverage. Even though large segments of Afghan society frown on Pakistan’s involvement in their country, its influence over the Taliban would be crucial for reaching a negotiated settlement.

Europe should be more active and support Ankara’s efforts diplomatically and economically. As well as that being the morally right thing to do, Europe has a tangible interest too. A resurgence of fighting in Afghanistan would trigger a wave of migration. Afghans are already the second-largest migrant community in Turkey after the 3.6 million Syrians, and they formed the second-largest group of new asylum applications in Germany in 2020. Given Iran’s open door policy, it would be realistic to expect waves of Afghan migration to Turkey and on to Europe. The spectre of a new refugee crisis looms.

Consolidar a la UE en el área del Estrecho (1): Ceuta, Melilla y Marruecos

Real Instituto Elcano - Tue, 13/07/2021 - 13:43
Alejandro del Valle Gálvez. ARI 66/2021 - 13/7/2021

Esta serie de dos análisis estudia la presencia de la UE como actor en las cuestiones territoriales y controversias en el área del Estrecho, así como las opciones estratégicas de España. El primero se centra en Ceuta, Melilla y Marruecos, y el segundo pone el foco en Gibraltar.

Who called Team Europe? The European Union’s development policy response during the first wave of COVID-19

The COVID-19 pandemic is a critical juncture for global development. Under the label of “Team Europe”, the EU has sought to mobilize rapid development assistance to support partners in addressing the impacts of the crisis, while promoting joined-up approaches among European actors to assert itself in a changing and competitive geopolitical context. This article assesses how substantive and process-oriented EU development policy norms are reflected in the Union’s global COVID-19 response. Focusing on the EU’s response during the first wave of the COVID-19 pandemic in the first half of 2020, the article shows that the EU’s response to this extraordinary crisis consisted of a deepening of EU integration. In so doing, the EU emphasized process-oriented over substantive norms in its development policy.

Who called Team Europe? The European Union’s development policy response during the first wave of COVID-19

The COVID-19 pandemic is a critical juncture for global development. Under the label of “Team Europe”, the EU has sought to mobilize rapid development assistance to support partners in addressing the impacts of the crisis, while promoting joined-up approaches among European actors to assert itself in a changing and competitive geopolitical context. This article assesses how substantive and process-oriented EU development policy norms are reflected in the Union’s global COVID-19 response. Focusing on the EU’s response during the first wave of the COVID-19 pandemic in the first half of 2020, the article shows that the EU’s response to this extraordinary crisis consisted of a deepening of EU integration. In so doing, the EU emphasized process-oriented over substantive norms in its development policy.

Who called Team Europe? The European Union’s development policy response during the first wave of COVID-19

The COVID-19 pandemic is a critical juncture for global development. Under the label of “Team Europe”, the EU has sought to mobilize rapid development assistance to support partners in addressing the impacts of the crisis, while promoting joined-up approaches among European actors to assert itself in a changing and competitive geopolitical context. This article assesses how substantive and process-oriented EU development policy norms are reflected in the Union’s global COVID-19 response. Focusing on the EU’s response during the first wave of the COVID-19 pandemic in the first half of 2020, the article shows that the EU’s response to this extraordinary crisis consisted of a deepening of EU integration. In so doing, the EU emphasized process-oriented over substantive norms in its development policy.

(Wieder-)Annäherungen in Nahost

SWP - Tue, 13/07/2021 - 02:00

2020/21 unterzeichnete Israel Abkommen mit vier arabischen Staaten, die international als Durchbruch gefeiert wurden. Von der Öffentlichkeit weitgehend unbemerkt vollzieht sich unterdessen seit 2018 eine Wiederannäherung arabischer Staaten an Syrien. Schließlich beendeten mit dem Treffen des Golfkooperationsrates (GKR) im saudischen Al-Ula im Januar 2021 Ägypten, Bahrain, Saudi-Arabien und die Vereinigten Arabischen Emirate (VAE) ihren Boykott Katars. Veränderte Lagebeurteilungen und das Konvergieren von Interessen haben die (Wieder-)Annäherungen ermöglicht. Damit bewegt sich die Region aber nicht auf Frieden und Stabilität zu; langanhaltende Konflikte werden nicht beigelegt, Bedrohungsperzeptionen dritter Akteure verstärkt. Deutschland und seine Partner in der EU sollten sich nicht von lokalen und regio­nalen Konfliktparteien vereinnahmen lassen, sondern Ansätze regionaler Konflikt­bearbeitung unterstützen.

Do non-maternal adult female household members influence child nutrition? Empirical evidence from Ethiopia

Child malnutrition is an enormous public health problem in low- and middle-income countries (LMICs). In this paper, we study the relationship between non-maternal adult female household members (AFHMs) and under-5 child nutritional outcomes using nationally representative Ethiopian Demographic and Health Survey data, 2016. Because most of the primary inputs that go into the production of child health are intensive in maternal time, having additional AFHMs may ease the time constraints of the child's mother. We use anthropometric measures such as height-for-age z-scores (HAZ) and weight-for-age z-scores (WAZ) to measure stunting and underweight, respectively, as objective indicators of child nutritional status. Among our sampled households, we find that 40% of the children are stunted, 18% severely stunted, 27% underweight and 8% severely underweight. Furthermore, about 20% of the sampled children live with at least one extra non-maternal AFHM. The multivariate regression results suggest that an additional AFHM is associated with significantly higher HAZ and WAZ scores and less likelihood of severe stunting compared with children living with fewer AFHMs. Finally, the paper discusses the potential pathways through which non-maternal AFHMs can influence child nutritional status.

Do non-maternal adult female household members influence child nutrition? Empirical evidence from Ethiopia

Child malnutrition is an enormous public health problem in low- and middle-income countries (LMICs). In this paper, we study the relationship between non-maternal adult female household members (AFHMs) and under-5 child nutritional outcomes using nationally representative Ethiopian Demographic and Health Survey data, 2016. Because most of the primary inputs that go into the production of child health are intensive in maternal time, having additional AFHMs may ease the time constraints of the child's mother. We use anthropometric measures such as height-for-age z-scores (HAZ) and weight-for-age z-scores (WAZ) to measure stunting and underweight, respectively, as objective indicators of child nutritional status. Among our sampled households, we find that 40% of the children are stunted, 18% severely stunted, 27% underweight and 8% severely underweight. Furthermore, about 20% of the sampled children live with at least one extra non-maternal AFHM. The multivariate regression results suggest that an additional AFHM is associated with significantly higher HAZ and WAZ scores and less likelihood of severe stunting compared with children living with fewer AFHMs. Finally, the paper discusses the potential pathways through which non-maternal AFHMs can influence child nutritional status.

Do non-maternal adult female household members influence child nutrition? Empirical evidence from Ethiopia

Child malnutrition is an enormous public health problem in low- and middle-income countries (LMICs). In this paper, we study the relationship between non-maternal adult female household members (AFHMs) and under-5 child nutritional outcomes using nationally representative Ethiopian Demographic and Health Survey data, 2016. Because most of the primary inputs that go into the production of child health are intensive in maternal time, having additional AFHMs may ease the time constraints of the child's mother. We use anthropometric measures such as height-for-age z-scores (HAZ) and weight-for-age z-scores (WAZ) to measure stunting and underweight, respectively, as objective indicators of child nutritional status. Among our sampled households, we find that 40% of the children are stunted, 18% severely stunted, 27% underweight and 8% severely underweight. Furthermore, about 20% of the sampled children live with at least one extra non-maternal AFHM. The multivariate regression results suggest that an additional AFHM is associated with significantly higher HAZ and WAZ scores and less likelihood of severe stunting compared with children living with fewer AFHMs. Finally, the paper discusses the potential pathways through which non-maternal AFHMs can influence child nutritional status.

Les Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie de Boïko Borissov et Un tel peuple existe de Slavi Trifonov au coude-à-coude après les élections législatives

Fondation Robert Schuman / Publication - Mon, 12/07/2021 - 02:00
Les Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie (GERB, qui signifie blason en bulgare), emmenés par l'ancien Premier ministre (2009-2013, 2014-2017 et 2017-2021) Boïko Borissov, et Un tel peuple existe (Ima takuv narod, ITN), parti populiste créé par le chanteur et présentateur de télévi...

Les Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie de Boïko Borissov et Un tel peuple existe de Slavi Trifonov au coude-à-coude après les élections législatives

Fondation Robert Schuman / Publication - Mon, 12/07/2021 - 02:00
Les Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie (GERB, qui signifie blason en bulgare), emmenés par l'ancien Premier ministre (2009-2013, 2014-2017 et 2017-2021) Boïko Borissov, et Un tel peuple existe (Ima takuv narod, ITN), parti populiste créé par le chanteur et présentateur de télévi...

La presidencia eslovena de la UE: momento de avanzar

Real Instituto Elcano - Fri, 09/07/2021 - 03:37
Ilke Toygür, Funda Tekin y Nicoletta Pirozzi. Comentario Elcano 24/2021 - 9/7/2021

Eslovenia tomó el relevo de Portugal en la presidencia del Consejo de la UE el 1 de julio de 2021.

The Logic of Defence Assistance to Ukraine

SWP - Fri, 09/07/2021 - 02:00

The recent debate about providing military assistance to Ukraine has relevance for the efforts to overcome the current impasse in the Minsk Process and the Normandy Format in particular, and thus the search for a resolution to the conflict regarding the Donbas. But it also concerns larger questions of Germany’s role in Europe, and in security policy more generally. It touches on Germany’s ability to adapt to situations in which other countries are willing to envisage military solutions to existing con­flicts. In this sense, it fits into discussions about a more geopolitical EU. And it offers Berlin a way to reinforce its commitment to European security and stability by more actively resisting the redrawing of international borders.

América Latina post COVID-19: riesgos y oportunidades del nuevo ciclo económico

Real Instituto Elcano - Thu, 08/07/2021 - 14:22
Adrián Blanco Estévez. ARI 65/2021 - 08/7/2021

El presente análisis profundiza en los factores que están posibilitado la recuperación económica de América Latina, así como en los riesgos y oportunidades en el escenario post COVID-19.

Après le sommet Xi Merkel Macron, la Chine pense être en mesure de détacher l’Europe des États-Unis

IRIS - Thu, 08/07/2021 - 12:37

Un sommet téléphonique a eu lieu entre Emmanuel Macron, Angela Merkel et Xi Jinping. Quelle était la raison initiale de cet appel ? Quels enjeux s’y jouaient ?

Le sujet principal de cette réunion était la lutte contre le changement climatique et la protection de la biodiversité, avec en toile de fond le sommet sur le climat organisé le 22 avril, le Congrès mondial de l’UICN de Marseille, la COP 15 de Kunming et la COP26 de Glasgow. L’UE et la Chine mettent en avant le multilateralisme sur ces enjeux et la coopération est assez efficace. C’est surtout en raison du retrait des Etats-Unis sur ces sujets sous l’administration Trump que cette coopération Chine-UE s’est renforcée. D’autres sujets ont été abordés, comme l’ouverture de la Chine aux investissements – la réciprocité que Paris et Berlin appellent de leurs vœux -, et la situation en Birmanie et en Corée du Nord, deux pays voisins de la Chine. Le dialogue est important sur ces sujets, compte-tenu des inquiétudes partagées, et des pressions américains qui s’ajoutent à la méfiance du parlement européen concernant les accords sur les investissements.

Dans la presse chinoise transparaît surtout l’idée que Pékin se sent en mesure de s’immiscer dans la relation entre l’UE et les Etats-Unis en se rapprochant de l’Europe et serait en bonne voie pour « remporter » cette bataille géopolitique. Est-ce véritablement le cas ?

Il faut ici se montrer mesuré. La Chine a clairement su profiter des décalages entre l’administration Trump et ses partenaires européens pour renforcer ses liens avec l’UE, à la fois au niveau institutionnel (l’accord sur les investissements du 31 décembre dernier, qui reste cependant en suspens, en est l’illustration) et par le biais d’initiatives bilatérales (plusieurs pays européens, dont l’Italie, se sont ralliés à la BRI). Mais il s’agit là de pratiques assez courantes chez les grandes puissances, qui savent occuper un terrain laissé vacant par un concurrent. L’arrivée au pouvoir de Joe Biden est la promesse d’une relation transatlantique plus apaisée, mais cela ne doit pas signifier que l’UE va se positionner contre la Chine (comme l’espèrerait peut-être Washington). Attention cependant à Pékin à ne pas pêcher par orgueil. L’UE n’a pas l’intention de « choisir » entre Washington et Pékin, et ce message doit être entendu d’un côté comme de l’autre. S’il doit y avoir un « vainqueur » dans cette bataille géopolitique que vous évoquez, ce sera celui de Pékin ou de Washington qui respectera le plus l’UE et ses Etats-membres, et n’y verra pas un simple faire-valoir. Et malgré les sourires de Biden et l’argent de Xi, ni la Chine ni les Etats-Unis ne semblent à ce stade en mesure de « remporter » cette bataille.

L’Europe intéresse-t-elle réellement la Chine ou bien agit-elle surtout contre les Américains ?

L’UE intéresse la Chine, qu’elle voit non seulement comme un acteur incontournable et comme un chaînon indispensable à une multipolarité que Pékin met en avant depuis des années. La Chine ne veut pas d’un bras de fer avec Washington, sorte de guerre froide 2.0 aux conséquences incertaines. L’intérêt est là, dans le rejet de cette bipolarité. Mais qu’en est-il du respect des intérêts et valeurs des Européens, et de la réciprocité indispensable à cette relation? Pékin ne doit pas confondre intérêt et dépendance, et doit accepter une relation basée sur le respect mutuel, le droit à la critique, et un équilibre.

Repenser la stabilisation face au terrorisme en Afrique

IRIS - Thu, 08/07/2021 - 11:08


À l’heure où le désengagement progressif de l’opération Barkhane et la mise en place de Takuba alimentent le débat sur l’efficience de la lutte contre les groupes jihadistes au Sahel, le Liptako-Gourma entre dans la phase de stabilisation. Si l’un symbolise les limites de la réponse militaire, l’autre ne doit pas soulever des espoirs inconsidérés. La sécurité et le développement doivent agir concomitamment. En partant de l’exemple du bassin du lac Tchad, je postule que pour atteindre des résultats durables et efficients, il faut coupler les opérations militaires à une stabilisation transformationnelle. Celle-ci nécessite un engagement proportionnel à l’ampleur des facteurs générateurs des crises qui secouent le Sahel et bien d’autres régions d’un continent qui risque de devenir l’épicentre d’une instabilité irradiante pour d’autres parties du monde.

Un continent parsemé de menaces

En une décennie, toutes les régions africaines se trouvent en proie à des organisations terroristes. Cette régionalisation concerne aussi bien les Shabab et Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) plus anciennement implantés que les franchises et autres émanations endogènes qui se sont développées dans des contextes d’imbrication de conflits et de sources de fragilités. À l’instar du bassin du lac Tchad, le Liptako-Gourma confirme davantage l’existence de connectivités territoriales, économiques et humaines que les entrepreneurs de tous genres, y compris les groupes armés non étatiques, sont capables de rentabiliser, malgré les efforts consentis en matière de réponse militaire.

L’implantation de telles organisations violentes dans des zones d’économies rurales et itinérantes, car structurées autour de la mobilité dans les échanges, limite l’accès des populations aux ressources de production économique, et surtout permet de développer l’entrepreneuriat d’insécurité. D’où des possibilités locales de financement des groupes armés, voire de capitalisation et de blanchiment. L’ampleur du vol et du trafic du bétail, la circulation des produits du crime et la poursuite des enrôlements de jeunes, indique bien qu’au-delà de l’idéologie, c’est dans la transformation des rouages et des capacités de l’économie et de la société locales que se trouve le combat à mener contre des organisations qu’il convient d’éviter de lire sous le seul prisme des discours idéologiques et des haillons de leurs leaders et combattants hirsutes et dépenaillés.

À la régionalisation s’imbrique l’autochtonisation qui en est d’ailleurs la nourricière. Longtemps, le terrorisme porté par des organisations d’obédience islamique sur le continent africain a été perçu comme le reflet de l’internationalisation d’une lutte civilisationnelle, tout au moins l’islamisation de contestations politiques d’ailleurs qui ont progressivement essaimé vers l’Afrique, particulièrement subsaharienne. Si cette lecture à la Samuel Huntington ne manque pas d’indicateurs au regard des dénominations et des allégeances à Al-Qaïda et à Daech, force est de constater que les labellisations n’occultent pas la constitution d’organisations émanant de la maturation de groupes essentiellement portés vers la violentisation des revendications locales, la contestation asymétrique de la gouvernance étatique et l’instrumentalisation du courroux social en contexte de saturation des besoins alors que les réponses stagnent. L’émergence de l’insurrection violente au Mozambique, particulièrement la récente attaque de Palma, résulte davantage de l’écart entre la qualité de vie des populations et le gigantisme des investissements étrangers dans une zone où sous-emploi, inadéquation des services sociaux de base et récupération idéologique sont porteurs d’insurrections. Même la revendication de cette attaque par l’État islamique et les liens éventuels avec les Shabab, n’éludent pas la dimension éminemment locale des sources de la violence. L’autochtonisation s’opère donc dans une articulation complexe de facteurs locaux, de vecteurs régionaux, de contextes favorables et de facilitations tels que l’accès à des financements (butins, trafics…) et moyens opérationnels. Toutes les enclaves de fragilités deviennent ainsi des zones candidates pour peu que le contexte favorise l’irruption d’un groupe armé.

Ces zones candidates élargissent la carte des modes opératoires terroristes en Afrique. La métastase est perceptible, car plusieurs pays situés en dehors du champ d’influence traditionnelle de l’islam sont touchés par des attaques conduites par des groupes locaux. Les pays côtiers où se déploient des investissements et des échanges internationaux de grande envergure ont dépassé le stade du risque et sont progressivement gagnés par des menaces réelles, notamment dans le golfe de Guinée déjà confronté à la piraterie maritime.

Loin d’être exhaustive, cette évocation des évolutions du risque terroriste sur le continent africain suggère que les groupes armés s’adaptent facilement à la réponse militaire lorsque celle-ci est la principale réaction de l’État et de ses partenaires. Si la réponse militaire continue d’enfler au gré de l’épaississement de la menace, il est à craindre que la crise humanitaire s’intensifie et que l’environnement stratégique du continent se complexifie davantage. Entre négociations avec les insurgés et réaménagements des forces dans certains théâtres, l’on reste encore focalisé sur les issues politiques et militaires. Il importe de saisir ce contexte pour analyser de façon robuste les facteurs d’insurrection.

Le bassin du Lac Tchad comme site d’observation

Depuis 2014, les pays riverains du lac Tchad (Cameroun, Niger, Nigeria, Tchad) sont confrontés à une crise humanitaire et sociale due à l’extrémisme violent. Sous le label Boko Haram, des groupes armés affichant un discours idéologique et des prétentions à contrôler des territoires pour y constituer un État théocratique, perpètrent des violences variées à l’encontre des forces de défense et de sécurité, des populations civiles et des biens publics et privés. C’est ainsi que des attaques frontales, des embuscades, des prises d’otages contre rançon, des enlèvements de jeunes et de femmes, des attentats suicides et des expéditions de pillage, ont instauré une insécurité généralisée dans certaines parties de la région de l’Extrême-Nord du Cameroun, la région de Diffa au Niger, les États d’Adamawa et de Borno au Nigeria, les provinces du Lac, du Kanem et du Hadjer Lamis au Tchad. Il s’en suit des déplacements de populations d’une ampleur inédite dans le bassin du lac Tchad. Selon le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), au 31 décembre 2020, on dénombrait plus de 2,9 millions de déplacés internes dans le nord-est du Nigeria, plus de 778 000 dans les trois autres pays, lesquels accueillent plus de 300 000 réfugiés. Le peu de services sociaux de base disponibles avant la crise ont été détruits ou ont subi les effets des intempéries. Les marchés et les routes commerciales transfrontalières sont fermés. Les champs et les pâturages sont restés inaccessibles durant plusieurs années. Produit de la vulnérabilité cognitive et socioéconomique, l’enrôlement des jeunes s’est accru du fait de la précarité qui s’est intensifiée et répandue à toutes les couches de jeunes habitués à vivre à la frontière ou à proximité de la frontière et à en tirer des bénéfices. Le déplacement a accru les charges sociales des femmes tout en annihilant les ressorts de leurs activités génératrices de revenus habituelles.

Face aux effets multiformes de la menace, les États affectés ont déployé des réponses essentiellement militaires. La première composante de cette réponse comprend les opérations nationales. La seconde est constituée par la Force mixte multinationale (FMM). Après des années de lutte, force est de constater que les opérations de grande envergure que Boko Haram menait avec des centaines d’hommes se font désormais rares. Les attentats suicides ont considérablement diminué. De temps à autre, des engins explosifs improvisés font des blessés, des dégâts matériels et parfois des morts. Tandis que vers le Lac, la menace continue de requérir des engagements militaires conséquents, plus au sud, l’on a surtout affaire aux attaques prédatrices d’adeptes manifestement confrontés aux besoins de survie. C’est fort des résultats déjà engrangés par la réponse militaire que les États réunis au sein de la Commission du bassin du lac Tchad (CBLT), en synergie avec l’Union africaine et leurs partenaires internationaux, particulièrement le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), ont élaboré la Stratégie régionale de stabilisation (SRS) qui a été adoptée en 2018. La mise en œuvre de la SRS a bénéficié de crédits dans le cadre de la Facilité régionale pour la stabilisation du bassin du lac Tchad (FRS) lancée en juillet 2019 à Niamey. La FRS est financée par l’Union européenne, l’Allemagne, la Suède, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et la France.

Dans les zones cibles de l’Extrême-Nord du Cameroun, le PNUD a entrepris de réaliser des activités visant d’une part à viabiliser les zones affranchies de la menace de Boko Haram, mais où les communautés restent fragiles, et d’autre part à soutenir les communautés installées dans les zones d’action humanitaire en étroite collaboration avec les forces de défense et de sécurité dont l’encadrement reste nécessaire.

À ce jour, la mise en œuvre des projets a permis d’atteindre des résultats rapides et probants en matière de soutien à la sécurité communautaire, construction ou reconstruction d’infrastructures essentielles servant au retour des services publics et la délivrance des services sociaux de base, réhabilitation des voies d’accès aux villages et aux espaces de production, renforcement des capacités de certains acteurs de la chaîne judiciaire afin de garantir des enquêtes appropriées. C’est ainsi que des bâtiments devant abriter des postes de sécurité, des services d’agriculture et d’élevage, des écoles, des centres de santé, ont été construits en matériaux définitifs pour renforcer la présence de l’État et de ses services. Dans le cadre de la revitalisation de l’économie locale, le fait le plus notable et le plus attendu a été la réouverture du corridor Banki (Nigeria) et Amchide (Cameroun) qui est le poumon de l’économie transfrontalière. C’est par là que passent les produits de première nécessité, les produits agricoles et pastoraux, les produits manufacturés, les matériels de construction, le carburant, bref l’essentiel des commodités vendues sur les marchés locaux. Plus que la reprise du petit commerce local, c’est l’ensemble de l’économie régionale qui va être galvanisée sur une profondeur de plus de cent kilomètres en direction des marchés urbains tels que Maroua, Kousseri et N’Djamena. L’amorce des travaux à Blangoua et bientôt Hile-Alifa, permettra sous peu la reprise des activités agricoles, piscicoles et pastorales dans des zones vitales pour l’économie des abords sud du lac Tchad et les corridors fluviaux par lesquels passent les marchandises circulant entre Gambaru (Nigeria) et les provinces tchadiennes voisines du Lac.

Tout ceci a substantiellement amélioré les relations civilo-militaires, rationalisé la protection communautaire, motivé le retour de déplacés internes, réduit les risques d’enrôlement à travers le cash for work et la relance des activités génératrices de revenus à travers les échanges transfrontaliers. Après la phase d’urgence et celle de résilience, la stabilisation produit chez les bénéficiaires le sentiment que les choses s’améliorent, ce qui permet la reprise de la vie économique et sociale dans des communautés qui attendaient et réclamaient aussi bien davantage d’actions militaires concrètes que d’actions socioéconomiques efficientes.

Cet espoir nouveau s’éveille au moment où la branche la plus redoutable de Boko Haram, en l’occurrence l’État islamique en Afrique de l’Ouest (EIAO), étend son influence sur les zones jusque-là sous emprise d’Abubakar Shekau. L’approche persuasive de l’EIAO, faite de propagande et de facilitations socioéconomiques en direction des populations cibles, est de nature à relancer le mécénat de l’extrémisme violent, la collaboration passive des populations vulnérables et les recrutements de jeunes. Il est évident que l’adaptation des dispositifs de réponse militaire et de sécurisation à cette nouvelle donne sera un gage de réussite de la stabilisation, la sécurité étant indispensable au déploiement de tous types d’interventions.

Toutefois, il convient d’agir pour la transformation profonde de l’environnement économique et social de ces zones frontalières où sécurité, développement et paix durable sont plus que jamais intimement liés.

Un financement conséquent de la stabilisation           

Dans l’est de la République Démocratique du Congo (RDC), dans le bassin du lac Tchad, désormais au Liptako-Gourma et peut-être ailleurs, les mécanismes de stabilisation apparaissent comme la réponse idoine pour apporter un changement économique et social répondant aux attentes des populations. Pour que la stabilisation atteigne des objectifs de transformation durable des sociétés meurtries qui continuent d’être à risque et pouvant potentiellement basculer dans la radicalisation insurrectionnelle, il convient de sortir du saupoudrage pour consacrer des crédits conséquents aux infrastructures, aux projets structurants, à la viabilisation des espaces transfrontaliers, bref pour faire du développement l’outil de prévention par excellence. Dès lors, les prochaines étapes de la stabilisation devront Sécuriser le développement par l’optimisation de la présence de l’État et particulièrement des services de sécurité renforcés, Viabiliser les communautés affectées par le renforcement de l’accès aux utilités dont : l’eau pour la consommation courante, l’irrigation ; l’énergie solaire pour accompagner la reconstruction de la convivialité, soutenir les apprentissages des élèves, réduire les vulnérabilités sécuritaires dues à l’obscurité, faciliter l’accès à l’information et plus amplement à la modernité, Instaurer de nouvelles perspectives de production économique par le développement des agropoles en fonction des chaînes de valeur locale et l’expérimentation de nouveaux produits, Soutenir la reprise et l’employabilité du secteur commercial par le crédit et la reconstruction des espaces commerciaux et fonctionnant comme des hubs régionaux ou locaux pour la distribution des produits, Susciter l’urbanisation par la construction de routes viables en toute saison et d’ouvrages de franchissement entre les zones de production et les agglomérations, Bâtir des connexions transfrontalières solides, à savoir une synergie entre les communautés et entre les services frontaliers, Construire l’interrégionalisation en soutenant les initiatives des communautés économiques régionales en faveur de liaisons et de facilitations des échanges. L’exemple du Comité international de coordination (CIC) de la lutte contre la piraterie maritime (CEDEAO, CEEAC, CGG)[1] devrait inspirer d’autres initiatives autour des routes transrégionales, des flux de marchandises et de personnes, des liaisons aériennes, des mobilités estudiantines et professionnelles, Restaurer l’autorité de l’État partout où son encadrement a fait défaut, ou se trouve démantelé par les violences des groupes armés.

En somme, il s’agit de rompre le cycle de violences opportunistes dont la pauvreté est le socle. La longue sédimentation des fragilités et leur interpénétration ont consolidé un socle de courroux sur lequel s’appuient les insurrections. Il faut démanteler ce socle et bâtir des sociétés sur la base d’un nouveau contrat social. Ainsi pourra-t-on éviter la reproduction dans plusieurs régions africaines des crises dévastatrices et à grands frais telles qu’en Afghanistan et en Irak. Il faut pour cela déployer un plan ambitieux de stabilisation avec des moyens financiers et matériels à la hauteur des enjeux pour éviter à tout prix d’agir lorsqu’il sera trop tard et la facture beaucoup plus lourde !

[1] CEDEAO : Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest ; CEEAC : Communauté économique des États de l’Afrique centrale ; CGG : Commission du Golfe de Guinée.

Marcel Fratzscher: „Neues EZB-Inflationsziel ist kein Bruch mit der Bundesbank“

Die Europäische Zentralbank (EZB) hat sich im Rahmen einer neuen Strategie ein Inflationsziel von künftig zwei Prozent gesetzt. Dazu ein Statement von Marcel Fratzscher, Präsident des Deutschen Instituts für Wirtschaftsforschung (DIW Berlin):

Mit ihrer neuen Strategie verschafft sich die Europäische Zentralbank mehr Spielraum, um in Zukunft noch flexibler agieren zu können. Anders als die US-amerikanische Notenbank verpflichtet sie sich nicht zu einer durchschnittlichen Inflation in Höhe von zwei Prozent, also nicht zur Kompensation einer schwachen Preisentwicklung durch eine deutlich höhere. Somit kann die EZB im Rahmen ihrer Geldpolitik in einigen Situationen stärker und in anderen schwächer reagieren. Gleichzeitig lässt die Strategie jedoch wichtige Fragen offen, beispielsweise wie groß und wie lange die EZB gewillt sein wird, Abweichungen der Preisentwicklung vom Zwei-Prozent-Ziel zu tolerieren. 

Die neue Strategie der EZB stellt keinen Bruch mit der Bundesbank dar, sondern steht in guter Tradition selbiger und deren erfolgreicher Fokussierung auf Preisstabilität. Die neue Strategie wird in den kommenden Jahren nichts Grundlegendes am geldpolitischen Kurs der EZB ändern, denn die Zinsen werden wohl auch die nächsten zwei oder drei Jahre nahe Null verbleiben. Die Veränderung der Strategie wird die Aufgabe der EZB nicht leichter machen, da sie die Inflationserwartungen und damit auch die realisierte Preisentwicklung nicht schneller an das Zwei-Prozent-Ziel heranbringen wird. Die EZB hat sich nicht von den Attacken und Drohungen aus Deutschland beeinflussen lassen, sondern wird auch in Zukunft Anleihekäufe und negative Zinsen als Instrumente nutzen, um ihrem Mandat der Preisstabilität gerecht werden zu können. 

Der Fokus der neuen EZB-Strategie auf den Schutz von Klima und Umwelt ist richtig und notwendig, auch wenn ein deutlich ambitionierterer Ansatz wünschenswert gewesen wäre.

Pages