You are here

Défense

First public consultation on the EU-USA transatlantic partnership

CSDP blog - Fri, 24/01/2014 - 08:30

After a good fifty years of the project creating a transatlantic free trade area, (especially challenged by General de Gaulle ) this idea was revived in 2013. Started last summer the trade negotiation is already well advanced, since both parties have already conducted three bilateral meetings to sweep the major issues at stake. 28 Member States were briefed Monday, January 20 the forthcoming launch of a public consultation on the transatlantic partnership. The consultation, decided by the Trade Commissioner Karel de Gucht, will last only three months, and will focus on investment protection of transatlantic partnership project pane. France is a country where the idea of ​​this trade negotiation is particularly challenged. One topic of concern is the possibility for a company faced with specific national laws, such as banning GMOs or that exploit shale gas, to resort to a court of arbitration to get repairs a State.

---
Après un bonne cinquantaine d`années du projet de création d`une zone libre échange transatlantique (particulièrement contestée par le général de Gaulle) , l`idée a été relancée en 2013. La négociation commerciale entamée l'été dernier est déjà bien avancée, puisque les deux parties ont déjà mené trois rencontres bilatérales pour balayer les grands sujets en jeu. Les 28 États membres ont été mis au courant lundi 20 janvier du lancement prochain d'une consultation publique sur le partenariat transatlantique. La consultation, décidée par le commissaire au commerce, Karel de Gucht, ne durera que trois mois, et portera sur le volet protection des investissements du projet de partenariat transatlantique. La France est un des pays où l'idée même de cette négociation commerciale est particulièrement contestée. L'un des sujets d'inquiétude porte sur la possibilité, pour une entreprise confrontée aux spécificités des droits nationaux, comme l'interdiction des OGM ou celle d'exploiter du gaz de schiste, de recourir à une cour arbitrale pour obtenir des réparations d'un État.

Source

Language Undefined Tag: transatlantic free trade areaUSAEUGMO

Ouverture du processus d`adhésion avec la Serbie

CSDP blog - Wed, 22/01/2014 - 09:34

Le 21 janvier 2014 la Commission a lancé les négociations d`adhésion avec Belgrade dont la date prévue est 2020. Voici quelques réactions.

"La Serbie ne sera pas un interlocuteur facile. Le pays est au bord de la faillite et n'a rien fait pour mettre de l'ordre dans son économie avant de négocier son entrée dans l'UE, rompant même, en 2012, avec le FMI. Il faut croire que Bruxelles n'a pas voulu en faire une condition à l'ouverture des pourparlers. Sans doute parce que les réformes nécessaires sont impopulaires et qu'elles auraient pu affaiblir le président Tomislav Nikolic, alors que cet ancien proche de Slobodan Milosevic a eu la délicatesse et l'à propos de demander pardon sur You Tube pour le massacre de Srebrenica... Son pays n'a-t-il pas reçu 202 millions d'euros en 2012, et un peu plus en 2013, pour prix de son rapprochement avec la généreuse Union européenne ? Si ce n'était qu'une question d'argent, il suffirait que l'Europe « riche » qui est la nôtre se prépare à subventionner un pays parasite de plus. Mais la Serbie est connue pour être un repaire de mafieux et de trafiquants, dont des pans entiers de l'économie sont aux mains d'oligarques proches des gouvernements successifs. Les rapports d'étape de la Commission se félicitent des mesures prises contre la corruption sans relever qu'il s'agit souvent pour le pouvoir de solder des comptes politiques tout en soignant sa popularité. Le recours à l'article 234 (anciennement 259) du Code pénal permet en effet de sanctionner n'importe quel entrepreneur sous couvert de lutte anti-corruption, un arbitraire utile pour contrôler les oligarques mais peu enclin à favoriser l'investissement dans le pays.(...)
Dans la pratique, au lieu d'exporter la bonne gouvernance européenne c'est l'inverse qui se produit : les élargissements mal préparés sont en train de dénaturer l'Union européenne. Il serait temps que la Commission, et les Etats membres, s'en rendent compte." (Géopolitique Blog / Pierre Rousselin)

"Aleksandar Vučić, un nationaliste pour conduire la Serbie vers l’Union européenne (...) Il y a un peu plus de dix ans, le 12 mars 2003, le Premier ministre réformateur Zoran Djindjić était abattu en plein centre de Belgrade. L’ancien « tombeur » de Milošević revendiquait l’objectif d’une « Serbie européenne », un rêve qui paraissait alors presque inaccessible et qui a même semblé s’éloigner au rythme des crises politiques des années suivantes. (...) En effet, le véritable homme fort du pays s’appelle Aleksandar Vučić : vice-Premier ministre depuis juillet 2012, ce relativement jeune homme, né en 1970, a commencé sa carrière dans les rangs du Parti radical serbe (SRS), la formation ultranationaliste dirigée par Vojislav Šešelj. (...) Tout au long des années 2000, Aleksandar Vučić et son mentor Tomislav Nikolić – élu président de la République en mai 2012 – dirigèrent le Parti radical, Vojislav Šešelj devant répondre de lourdes accusations de crimes de guerre devant le TPIY de La Haye. (...) Aleksandar Vučić reconnaît volontiers les « erreurs » commises dans le passé, revendiquant l’incontestable droit à changer d’opinion. Ces derniers jours, il a même créé la surprise en reconnaissant la responsabilité de l’État serbe dans le meurtre de Slavko Ćuruvija, journaliste assassiné en plein centre de Belgrade, le 11 avril 1999. Beaucoup doutent toutefois de la sincérité de cette « conversion démocratique », qui s’expliquerait par des plans de carrière bien compris et aurait été « facilitée » par quelques habiles conseillers étrangers. (...) En effet, les actions anticorruption visent exclusivement des « oligarques » liés à l’ancienne majorité démocrate, tandis que les procédures judiciaires visant des proches du nouveau pouvoir sont en passe d’être levées, comme celle menée contre l’homme d’affaires Stanko Subotić, soupçonné de trafic de cigarettes." (Jean-Arnault Dérens/RFI)

"...Le chapitre 35, consacré à la normalisation des relations entre Belgrade et Pristina, sera l'un des premiers à être ouverts. Normalement réservé à la rubrique « autres questions » et abordé à la toute fin du processus de négociation, le chapitre 35 sera cette fois-ci crucial dans le processus d'adhésion de la Serbie. En effet, les relations avec l'ancienne province sécessionniste représentent l'une des problématiques politiques les plus délicates de la Serbie. (...) L'adhésion de la Serbie à l'UE devra en premier lieu faire l'objet d'un référendum auprès des citoyens serbes, qui sont pour l'heure seulement 36 % à penser que rejoindre l'UE serait une bonne chose. Il s'agit du taux le plus faible jamais connu dans un pays candidat, selon un sondage de l'Eurobaromètre de novembre 2013, à l'exception de l'Islande, qui a d'ailleur stoppé ses négociations avec l'UE l'été dernier. En plus du chapitre 35, la Serbie doit respecter d'autres nouvelles procédures dans le cadre du processus d'élargissement. L'UE est en train de tirer les leçons des erreurs commises lors des élargissements antérieurs et les nouveaux candidats doivent maintenant commencer le processus par les chapitres les plus difficiles: le chapitre 23 sur l'appareil judiciaire et les droits fondamentaux ainsi que le chapitre 24 sur la justice, la liberté et la sécurité. « L'accent principal sera mis en 2014 sur les préparatifs pour l'ouverture des chapitres 23 et 24. (...)» a souligné Štefan Füle. (...)Le ministre grec des Affaires étrangères, Evangelos Venizelos, a indiqué que la présidence grecque, très favorable à l'entrée de la Serbie, ferait le nécessaire en vue « d'accélérer » le processus." (Euractiv.fr)

...

Tag: SerbieUE

EUFOR CAR Bangui : EU's first major army operation since 2008 (?)

CSDP blog - Tue, 21/01/2014 - 08:48

European Union foreign ministers are expected to agree on Monday (20 January, 2014) to send up to 1,000 soldiers to help stabilise Central African Republic, the EU's first major army operation in six years. The intervention by the 28-nation bloc comes after a senior UN official warned on Thursday of the risk of genocide in Central African Republic without a more robust international response to communal bloodshed. The EU force could start arriving in Central African Republic by the end of February. The EU intends its mission to be a bridging force which will hand over to the AU force in four to six months. The EU contingent is expected to be based around Bangui, including the airport, to protect civilians.The European force is expected to be battalion-strength, roughly 700 to 1,000 soldiers, one official said. However, another diplomat said it may be smaller at 400 to 600 soldiers.

The EU has 7,000 staff deployed around the world on 12 civilian missions and four military operations, including combatting piracy off Somalia and training the Mali army. But this will be the EU's first land operation since it sent a force to eastern Chad and northeastern Central African Republic in 2008 as part of regional efforts to deal with the Darfur crisis in Sudan.

Central African Republic descended into chaos after a mostly Muslim rebel coalition, Séléka, seized power in March, unleashing a wave of killings and looting that sparked revenge attacks by Christian militia. More than a million people have been displaced by the violence since Séléka installed their leader Michel Djotodia as interim president. Djotodia resigned last week.Over 1,000 people were killed last month alone in the capital Bangui.France has sent 1,600 troops to its former colony, operating under a UN mandate to assist an African Union (AU) force that is due to be bolstered to 6,000 peacekeepers.

Source

Tag: EUFOR CAR BanguiCARCSDP

CERPESC REVIEW / Azerbaijan

CSDP blog - Sun, 22/12/2013 - 00:00

REVUE DU CERPESC - CERPESC REVIEW

EASTERN PARTNERSHIP : AZERBAIJAN - The development of the EU-Azerbaijani relations
by Adrienn Herczeg
CERPESC Review, 21 December 2013

The aim of the study is to give an overview on the relations between the European Union and the Republic of Azerbaijan. The first part of the study draws up the origin and purpose of the Eastern Partnership program of the EU then the significance of the South-Caucasian country. In the second part the study examines the rapid economic growth of Azerbaijan and its effect to the country’s economic indicators. This research was supported by the European Union and the State of Hungary, co-financed by the European Social Fund in the framework of TÁMOP 4.2.4. A/2-11-1-2012-0001 ‘National Excellence Program’.

Tag: AzerbaijanHerczeg Adrienn

Il y a 10 ans : L`Opération ARTEMIS a été terminée en RDC

CSDP blog - Wed, 04/12/2013 - 18:20

Il y a presque 10 ans que la première opération indépendante de l`Union européenne, Opération EUFOR ARTEMIS a officiellement terminée en RDC, au 1er septembre 2013.

Rafraîchissez votre connaissance concernant cette mission de l`UE en relisant le numéro du CERPESC Analyses consacré à ce sujet :

L'Opération ARTEMIS en République démocratique du Congo
par András István Türke
CERPESC 07/AF/02/2008 - 21 janvier 2008

En 2003, l’Union européenne, après le lancement des opérations/missions EUPM et CONCORDIA dans les Balkans, a élargi son rayon d’action vers le continent africain. Après avoir compris le contexte des conflits dans la région des Grands Lacs, nous allons traiter les différentes phases de la présence de l’union en République Démocratique du Congo. L'opération ARTEMIS est considérée comme la première opération militaire dirigée par l'UEO, la première opération autonome de l'UE, première mission de réaction rapide de l'UE, première opération hors d'Europe, première opération appliquant le principe de la nation cadre et premier exemple d'opération "relais", menée en coopération entre l'UE et les Nations unies...

Pour avoir plus d`information veuillez consulter le livre :
András István Türke : La géopolitique des premières missions de l`Union européenne en Afrique, Paris, L`Harmattan, 2013.

Tag: opération ARTEMISAndrás István TürkeAfriquePSDC

Contribution de l`UE à la sécurité africaine

CSDP blog - Tue, 19/11/2013 - 20:58

András István TÜRKE
Chercheur de l’Institut Europa Varietas

«Quelle contribution l’UE peut-elle, doit-elle apporter demain au maintien voire au rétablissement de la paix et de la sécurité sur le continent africain ? »

Les événements des 15 dernières années, les premières opérations et missions prouvent que la PSDC (la PESD, avant 2009) n’existe pas uniquement sur le papier. L’Europe doit agir pour prévenir les guerres ou pour les arrêter. L’UE et ses pays membres sont en effet confrontés à des choix déterminants pour l’avenir de l’Europe en tant qu’entité politique. La dépendance externe et surtout énergétique de l’UE est particulièrement soulignée par la Stratégie européenne de sécurité qui prévoit de donner une stratégie de sécurité commune pour l’UE. Notamment la Chine et l`Inde (et même la Russie) s`affrontent les mêmes défis et ils disposent déjà des stratégies efficaces à suivre.

L’Afrique, c’est une démographie exceptionnelle, richesse et défi à la fois. Ce sont d’immenses ressources naturelles, porteuses de développement, mais qui attisent, aussi, bien des convoitises. Malgré les graves problèmes persistantes on peut dire que les organisations régionales et la société civile africaine s’organise et pèse de plus en plus.
L’expérience enseigne que la stabilité des États africains dépend fortement du calendrier démocratique et de la régularité des élections et les crises prennent souvent naissance dans des scrutins discutables, qui entachent la légitimité du nouvel élu. Concernant l’Afrique, notamment la République Démocratique du Congo, le Sud-Soudan, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger (etc.) l’Union apporte tout le soutien possible aux efforts à la fois militaires, policiers, civils, en réponse à la demande présentée par l’Union africaine.

L'Union européenne, en tant qu'acteur international stratégique, est confrontée à un triple défi pour affirmer sa puissance : celui de l'union politique du continent, celui de l'élargissement et de ses conséquences, et celui de la construction d'une sécurité européenne.
Le fond des problèmes émergés concernant la sécurité et la défense européenne est l’issue d’une union « sans visage ». Car malgré le traité de Lisbonne, le péril du traité constitutionnel est la preuve que nous sommes encore incapables de trouver des démarches communes précises ou bien des contours plus ou moins précis. Tous ces problèmes nous redirigent vers la définition internationale de l’Union européenne par elle-même.

En Afrique, malgré la réussite des missions, et malgré la multiplication des documents communs avec les Africains, nous n’avons pas trouvé une vraie stratégie européenne à long terme. Nous sommes pendant des années dans une période des essais sans objectifs communs concernant le développement d’une telle ou telle région. À notre avis, la première phase, c’est d’examiner les Européens par eux-mêmes, par des consensus nationaux des États membres.
La définition d’une vision commune au niveau européen devrait être basée sur les objectifs suivants : il ne reste certainement pas de doute qu’aucun État-membre n’est plus d’une grande puissance, mais qu’au sein de l'UE, tous font partie d’une « grande puissance en formation ». Nous ne citons cette fois que deux aspects du statut de grande puissance : la dépendance et l’influence. Une grande puissance est capable de réduire ses dépendances sur la scène internationale. L’Europe est particulièrement faible non seulement en hydrocarbures, mais aussi en autres matières premières stratégiques. Sans influence sur les sources, des crises économiques et des effets pervers peuvent se produire, issus d’une pénurie éventuelle...

Télécharger le texte intégrale de la contribution

Tag: AfriqueMaliRDCGuinée-BissauMONUSCO

USS Zumwalt (DDG1000) launched

CSDP blog - Wed, 30/10/2013 - 20:22

The first ever Zumwalt-class destroyer of the USS Marine, USS Zumwalt (DDG1000), was launched Monday

Tag: US NavyUSS Zumwalt

Missions de l`UE en Afrique (interview)

CSDP blog - Tue, 29/10/2013 - 10:43

Entretien fait par L`Harmattan avec András István Türke, auteur du livre "La géopolitique des premières missions de l`Union européenne en Afrique"
10.10.2013.

Bonjour, je m`appelle András István Türke, je suis docteur de la Sorbonne Nouvelle Paris 3, chercheur indépendant associé à plusieurs instituts de recherche et universités en France, en Hongrie et en Suisse. Je suis spécialisé aux questions de sécurité et de diplomatie en Europe, en Afrique et dans les Balkans.
J`ai écris un livre sur l`Union européenne et l`Afrique qui s`appelle « La géopolitique des premières missions de l`Union européenne en Afrique » et qui a été publié par les éditions L`Harmattan en octobre 2013. Ce livre est mon deuxième ouvrage dans la série qui présente les différents aspects et théâtres de la politique étrangère et de sécurité de l`Union européenne.

- Pourquoi ce livre ?
Les premières missions et opérations sont l’expression concrète de la volonté de l’Union d’agir. Agir pour promouvoir la paix et la stabilité, agir pour contribuer à la prévention et à la résolution de conflits. Mais, est-ce que les missions européennes strictement limitées dans l'espace et dans le temps sont capables de contribuer à la stabilisation en Afrique? Le contient africain au cœur des intérêts des grandes puissances surtout à cause des matières premières stratégiques, le terrorisme international, la piraterie et de plus en plus pour la migration et la fuite des cerveaux. L’intérêt de l’Union européenne est garantir sa propre sécurité et ses besoins et qu’elle soit un partenaire fiable des pays et organisations africains. La question principale à laquelle je cherche la réponse, c’est dans quelle mesure l’Union peut-elle devenir un acteur international.

- Présentez nous la structure de votre ouvrage
La première partie du livre s`attache à montrer tout d`abord l`évolution des relations économiques et politiques entre l`Union européenne et l`Afrique. Il présente également l`activité des acteurs internationaux clefs sur le continent africain, l`Union africaine, les plus importantes organisations régionales et les initiatives africaines concernant la sécurité collective.
La deuxième partie présente en détail les conflits et les interactions régionaux, les missions et opérations de maintien de la paix dans les pays africains où les premières missions de l`Union européenne se sont déroulées : Notamment en République Démocratique du Congo, au Soudan, au Tchad, en Guinée-Bissau, en Libye et en Somalie. Le dernier chapitre sur la Somalie a été écrit en anglais par András Hettyey. A la fin de chaque chapitre on tire les conclusions diplomatiques et politico-militaires.

- Expliquez nous l`aspect géopolitique de votre livre
L`aspect géopolitique et l'approche régionale nous aide à comprendre la complexité des enjeux et des défis, la structure des conflits, et à analyser les interactions transfrontalières, car les crises ne respectent pas les frontières, comme les frontières en Afrique ne respectent pas souvent les relations ethniques.

- Quelle est la valeur ajoutée la plus importante de votre ouvrage ?
Ce livre n`est pas forcément un ouvrage politiquement correcte. Car comme chercheur libre, je ne suis pas obligé de respecter la sensibilité des Etats membres ou de certaines groupes politico-économiques. Ainsi mon ouvrage peut donner des conclusions plus adéquates, présenter les aspects politiques et les contextes qui restent souvent ignorés ou cachés dans les publications officielles de l`Union européenne.

Tag: African Standby ForceForce africaine d'alerteAfriqueAndrás István TürkeAndrás Hettyey

Joint Warrior 13.1 et 13.2

CSDP blog - Thu, 10/10/2013 - 00:00

Joint Warrior 13.1 au larges des côtes de l`Ecosse (16-27 avril 2013)

C’est le plus important exercice militaire européen qui se tient depuis hier en Grande-Bretagne. Joint Warrior rassemble pas moins de 13 000 militaires issus de 9 pays différents : Grande-Bretagne, France, Allemagne, Belgique, Canada, Danemark, Norvège, Pays-Bas, Suède.
La manoeuvre tient en plusieurs déploiements aéromaritimes d’une force militaire dans le cadre d’une opération type OTAN. Différents scénarios vont être ainsi testés. La France aligne un pétrolier ravitailleur équipé d’une Alouette III, un SNA, deux Atlantique 2, 15 avions de combat (7 Rafale et 8 SEM) et un Hawkeye du Charles De Gaulle (qui est lui en maintenance technique) ainsi que 550 soldats de la 11è BP.

Début de l’entraînement Joint Warrior en Écosse par Marine-Nationale

Joint Warrior 13.2 (07-17 octobre 2013)

Le 07 octobre 2013 a marqué le coup d’envoi de l’exercice Joint Warrior 13.2 dans le ciel britannique, concrétisant la coopération franco-britannique établie en 2010 par la signature du traité de Lancaster House. Pendant 10 jours, la France et le Royaume-Uni participent avec sept autres nations (Allemagne, Australie, Canada, Danemark, Etats-Unis, Italie, Norvège) à un exercice centré sur des manœuvres aéromaritimes, dans lesquelles une quarantaine d’aéronefs et une quinzaine de bâtiments sont engagés.

L’exercice Joint Warrior 13.2 s’inscrit dans le cadre de la montée en puissance de la force expéditionnaire interalliée et interarmées (Combined Joint Expeditionary Force - CJEF). Pilier majeur de la coopération militaire franco-britannique, la CJEF doit permettre de disposer, d’ici 2016, d’une force franco-britannique interarmées ayant la capacité d’entrée en premier et rapidement activable. Cette force pourra être engagée dans le cadre bilatéral ou interallié (OTAN, UE, ONU).

Depuis 2011, les forces française et britannique conduisent chaque année un exercice majeur centré sur la CJEF. L’objectif est de valider successivement les concepts d’engagement de chacune des trois composantes. Ainsi, après les exercices Flandres en 2011 et Corsican Lion en 2012, respectivement centrés sur les composantes terrestre et maritime, la composante aérienne est au cœur de l’exercice Joint Warrior 13.2. Celui-ci constitue l’entraînement opérationnel tactique conjoint le plus important de l’année pour les armées de l’Air française et britannique. Joint Warrior 13.2 couvre l’ensemble du spectre des opérations aériennes de haute intensité, allant de la défense aérienne aux manœuvres d’attaque au sol ou à la mer. Pour planifier et conduire ces missions aériennes combinées, l’accent est mis sur le C2 (Command and Control), notamment avec la mise en œuvre d’un Joint Force Air Component Command conjoint (JFACC: centre de planification et de conduite des opérations aériennes). Par ailleurs, les moyens aériens opèrent depuis une DOB (Dispersed Operating Base- Base aérienne projetée) qui se trouve en zone soumise à la menace air-sol ennemie dans le scénario de l’exercice. Située à Leeming, cette DOB constitue le lieu de stationnement des moyens aériens « chasse » français et britanniques et assure leur soutien.

Pour l’armée de l’Air française, les moyens engagés sont: quatre Mirage 2000N de l’escadron de chasse 2/4 «La Fayette» ainsi qu’un C135 du groupe de ravitaillement en vol 2/91 «Bretagne» de la base aérienne 125 d’Istres, un Super Puma de l’Escadron de Transport, d’Entraînement et de Calibration 65 de la base aérienne 107 de Villacoublay, déployés sur différentes bases britanniques et quatre Mirage 2000-5 de l’escadron de chasse 1/2 «Cigognes» engagés depuis la base aérienne 116 de Luxeuil.

Après avoir participé, au printemps dernier, à la première séquence essentiellement maritime de Joint Warrior, la Marine Nationale engage une frégate anti-sous-marine (la FASM «La Motte-Picquet»), un hélicoptère embarqué Lynx de la flotille 34F ainsi qu’un Atlantique 2 (avion de patrouille maritime). Il convient de noter qu’un des objectifs de la CJEF est d’être en mesure d’engager, d’ici 2020, un groupe aéronaval franco-britannique.

Joint Warrior 13-2, coopération franco-britannique par armee-de-l_air

Source :
http://www.infosdefense.com/exercice-joint-warrior-en-grande-bretagne-93...
http://www.defense.gouv.fr/actualites/operations/cooperation-franco-brit...

Tag: Joint WarriorCSDPPSDCAccords de Lancaster House

Operation Tempora

CSDP blog - Sat, 22/06/2013 - 16:52

Comment les Britanniques dépassent les Américains pour espionner Internet

Les services secrets britanniques possèdent eux aussi leur grand programme d'espionnage d'internet, depuis 18 mois, ainsi le Royaume-Uni mène l'équivalent du programme américain PRISM, mais à plus grande échelle encore. "Opération Tempora" permet à l'agence de renseignement GCHQ de se "brancher" directement sur les câbles internet transatlantiques pour écouter tous les flux d'information. L'agence de renseignement GCHQ partagerait d'ailleurs allègrement ses informations avec son homologue américaine, la NSA. L'agence aurait accès aux "écoutes" des flux de données transitants par plus de 200 câbles de fibre optique, et serait en mesure de les stocker pendant 30 jours. Conversations téléphoniques, emails, messages sur Facebook, navigation sur internet... tout est accessible à ses antennes. Apparemment la capacité de l'agence britannique à intercepter des données dépasse celle de ses homologues étrangères. Les réseaux sur lesquels elle se branchent, les câbles transatlantiques qui relient les Etats-Unis à l'Europe, peuvent délivrer jusqu'à 21 petaoctets de données par jour. Elle s'y branche grâce à des sortes de sondes que des entreprises partenaires ont été forcées d'installer. Les objectifs de Tempora sont la lutte contre le terrorisme et le crime organisé.

Source : L`Express

Tag: espionnage spatialOperation TemporaGCHQPRISM

Les Sociétés Militaires Privées Anglo-saxonnes

Aumilitaire.com - Tue, 19/06/2012 - 18:15
Les SMP américaines, anglaises, israéliennes, sud-africaines, autraliennes (Blackwater/Xe/Academi, De Dyncorp et Aegis forment aujourd’hui le top 3 de l’industrie anglo-saxonne) rafflent pratiquement tout le marché de la sécurité militaire privée. Elles brassent ainsi un marché d’une centaine de milliards de dollars par an. Elles offrent une large gamme de prestations: -sécurité des sites officiels et des bases: par ...
Categories: Défense

Les Sociétés Militaires Privées – SMP – Reconversion des militaires

Aumilitaire.com - Tue, 19/06/2012 - 18:15
Nombreux sont les militaires qui s’agissant de leur reconversion pensent sérieusement aux Sociétés Militaires Privées, les SMP. L’activité des SMP est souvent associée à du mercenariat ou au moins à une armée privée se battant pour de l’argent, et donc encline à vouloir plus la poursuite des conflits que leur résolution.   En France, cette connotation péjorative, ...
Categories: Défense

Centre de défense nucléaire biologique et chimique : CDNBC

Aumilitaire.com - Mon, 23/04/2012 - 20:00
Le centre de défense nucléaire biologique et chimique est un premier aspect de la défense NBC. Il est chargé de la formation sachant que le tryptique se compose également des forces opérationnelles et des centres d’expérimentations. En 1951, est créé le centre de perfectionnement de physique nucléaire (CPPN) au fort de la Vitriolerie à Lyon. ...
Categories: Défense

EUROCORPS : Concept et organisation

Aumilitaire.com - Mon, 23/04/2012 - 19:40
Eurocorps : le concept Afin que l’Europe puisse assurer ses responsabilités en matière de sécurité et de défense, la France et l’Allemagne ont créé l’EUROCORPS en 1992. Ce Corps tout à fait particulier est armé à partir des unités fournies par les Nations contributrices.   La BELGIQUE,l’ESPAGNE et le LUXEMBOURG ont rejoint la FRANCE et ...
Categories: Défense

Géostratégie Iran Irak

Aumilitaire.com - Tue, 28/02/2012 - 10:50
De son coté, Saddam Hussein veut récupérer le Chatt al-Arab et le Khouzestan iranien, région du sud où se trouve les principaux champs pétroliers iraniens.   Ainsi, devant le refus de l’Iran de réviser le traité, l’Irak prend l’initiative militaire en effectuant un raid, le 22 septembre 1980, sur pas moins de dix bases militaires ...
Categories: Défense

Saddam Hussein pour l’Irak

Aumilitaire.com - Tue, 28/02/2012 - 10:48
Dès la fin de l’année 1979, Khomeiny appelle les Irakiens à renverser le régime de Saddam Hussein. De plus, les incidents aux frontières se multiplient et les tensions s’intensifient.    Devant cette situation Saddam Hussein demande, le 30 novembre 1979, une révision de l’accord d’Alger. Malheureusement, cela lui est refusé par le gouvernement des mollahs ...
Categories: Défense

Rouhollah Mousavi Khomeini pour l’Iran

Aumilitaire.com - Tue, 28/02/2012 - 10:46
Khomeiny, aidé par les groupuscules islamo gauchistes et les Moudjahiddines du Peuple, entreprend de démolir l’armée Iranienne afin de la remplacer par les repris de justice et des étudiants des écoles coraniques en vue de former les Gardiens de la Révolution.    Tous les hauts gradés sont donc fusillés et les casernes pillées. Cette désorganisation ...
Categories: Défense

Que choisir comme tablette pour jouer en ligne ?

Aumilitaire.com - Sun, 26/06/2011 - 08:57
Trop chères, trop petites, trop lourdes, trop compliquées, les consommateurs ont formulé de nombreuses critiques à propos des tablettes numériques depuis leur essor en 2010. Aujourd’hui, les marques ont réagit et offrent des options toujours plus compétitives, corrigeant les erreurs des premières versions. Malgré un marché en baisse, la tablette numérique présente de réelles qualités ...
Categories: Défense

Situation Iran Irak

Aumilitaire.com - Fri, 11/04/2008 - 13:03
Au début des années 70, l’Iran et l’Irak sont les deux puissances proéminentes du Moyen-Orient . Elles sont soutenues respectivement par les Etats-Unis et l’Union Soviétique mais malgré certains différents territoriaux. il n’est pas envisageable pour l’Irak d’attaquer l’Iran qui dispose d’une armée massivement supérieure en hommes et en équipement. Désireux de régler leurs différents ...
Categories: Défense

Bilan de la guerre des Malouines

Aumilitaire.com - Wed, 06/02/2008 - 15:14
Militairement la guerre des Malouines fut remarquable par certains aspects : Ce fut l’une des rares batailles navales après 1945. Elle montra aussi l’importance de l’aéronavale. La guerre des Malouines souligna le rôle des forces spéciales qui détruisirent de nombreux avions et contribuèrent au recueil de renseignements. L’utilité des hélicoptères fut démontrée, aussi bien au ...
Categories: Défense

Pages