You are here

Diplomacy & Crisis News

Is a European Democracy Possible?

Politique étrangère (IFRI) - Fri, 22/01/2021 - 09:30

This article is the English version of : Marie-Françoise Bechtel, « Peut-il y avoir une démocratie européenne ? », published in Politique étrangère, Vol. 83, Issue 4, 2018.

Asking whether a European democracy is in fact possible is clearly a sign of the times. Does this question, which points to a deficit by inviting us to revisit a much-criticized model, also point to a necessary objective? We might initially think not: things move fast in the early twenty-first century and, as Hubert Védrine highlights, the world does not wait for powers to constitute themselves as such if they have neither the desire nor the ability to do so.

In the multilateral world that is currently taking shape, is the key challenge for Europe not rather to present itself as a power that can defend its economic and strategic interests like the other great centers of power, providing itself with the means to speak in an independent voice to the best of its ability? In terms of this challenge—which plants the seeds of tomorrow in the present, and highlights that action cannot be taken too soon—it could be argued that the EU’s internal modes of existence and organization are ultimately of secondary importance. We might even go so far as to apply the reasoning of Thierry de Montbrial, who believes that in the current international order, what counts is the effectiveness of a regime, which results from its power and thus wins the support of its people.  It is, however, undeniable that the EU lacks effectiveness in its self-projection as a power, and above all lacks the support of the peoples within it. This is hardly surprising.

The democratic deficit

It is difficult for any honest observer, let alone a jurist, to deny that the EU has a democratic deficit. Indeed, the word “deficit” is actually something of an understatement here.

What is inevitable?

It is often pointed out how the EU’s expansion made effective governance based on representation worthy of this name impossible, but this overlooks the fact that the European Economic Community (EEC) turned its back on the essential principles of democracy at a very early stage. It was with the Van Gend en Loos ruling in 1963 that the Court of Justice of the European Communities (CJEC) established law decided by the Community authorities as a “sovereign legal order imposed on member states.” This power grab beyond the letter and spirit of the Treaty of Rome initially went unnoticed, as it seemed to represent a diversion from the hierarchy of norms, a kind of challenge destined to remain the only of its kind. However, and contrary to all expectations, this approach ultimately succeeded in the context of inattentiveness and carelessness on the part of the member states: nature abhors a vacuum, and the ambition of judges did the rest.

It was also with the support of judges that EU directives—which, according to the text of the treaty (still in force), “shall be binding, as to the result to be achieved, upon each Member State”—became texts that set out in detail how this “result” should be reached. As a result, the transposition of directives has now become a matter of simply copying and pasting into domestic law extremely dense texts that are usually dictated by non-representative bodies  —a point to which we will return—with ever-increasing reach. While citizens’ obligation to know the law remains theoretical when it comes to national law (which itself has the tendency to become tediously prolix), this deficit is amplified to the nth degree in European law, with these same citizens being aware of its vast extent and nothing else. For thirty years the EU’s powers were continually expanded, and their juxtaposition with out of reach institutions did the rest.

The institutions

The institutions of the modern EU do not fundamentally differ, in their actual definition, from those present at its beginnings. The fact that they exercise an increasing number of sometimes poorly defined powers does however give the devolved powers of the bodies that make up the EU much greater reach.

Technically speaking the EU is an international organization, but one that is sui generis, in which the member states “have freely chosen to exercise some of their powers in common,” as article 88-1 of the French Constitution has stated since Maastricht (1992). This makes it a unique organization. The question is whether the acceptance of supranationality may exempt the institutions of this unique body from respecting democratic standards founded on the separation of powers. These powers are almost entirely absent: first and foremost, there is no legislative power derived from a sovereign people that has exclusive power to define norms, a power that is shared with the Commission. The Commission is itself not only the executive body of the Council of the European Union, but a parallel source of uncontrolled legislative initiative. Meanwhile, judicial authority is beyond the reach of citizens, who can consult the Court only in cases where there is a direct interest, few of which it recognizes. […]

Read the rest of the article here.

>>> More articles of Politique étrangère are available for reading
on Cairn International <<<

Guérilla contre l'avortement aux Etats-Unis

Le Monde Diplomatique - Thu, 21/01/2021 - 18:05
Avec le triomphe des républicains aux législatives de 2010, les militants antiavortement ont repris du poil de la bête. Leur tactique consiste à faire passer des lois restreignant le droit à l'IVG au niveau de chaque Etat, le rendant parfois quasi impossible à exercer. Dernier rempart : la Cour (...) / , , , , , , , - 2013/12

Au-delà de la fraude électorale, le Pérou profond

Le Monde Diplomatique - Thu, 21/01/2021 - 16:03
Dans des circonstances très controversées, M. Alberto Fujimori, au pouvoir depuis dix ans, a été réélu président du Pérou lors des scrutins des 9 avril et 28 mai 2000. Désavoué par l'Organisation des Etats américains (OEA), qui a retiré ses observateurs, admonesté par les Etats-Unis, il l'a emporté au (...) / , - 2000/07

Le coronavirus amplifie les dérèglements du monde

Politique étrangère (IFRI) - Thu, 21/01/2021 - 09:30

Dans le hors-série Édition 2021 du Monde, le journaliste Philippe Ricard consacre un article à la situation sanitaire mondiale intitulé « Le coronavirus amplifie les dérèglements du monde ». Il y cite notamment Josep Borrell, auteur de l’article « COVID-19 : le monde d’après est déjà là », publié dans le numéro 2/2020 de Politique étrangère.

[…] Au passage, les États occidentaux prennent conscience de leur grande dépendance envers leurs fournisseurs asiatiques. Pas un gramme de paracétamol n’est plus produit en Europe. Au Japon, comme aux États-Unis et en Europe, il est de nouveau question de relocaliser près des consommateurs certaines activités stratégiques, en particulier la fabrication de médicaments. « Notre intérêt politique est de ne pas trop dépendre des puissances qui peuvent, d’une façon ou d’une autre, nous faire payer un jour le prix de notre dépendance », juge Josep Borrell, le haut représentant de l’UE pour les Affaires étrangères, dans la revue Politique étrangère (IFRI, été 2020). Pour lui, ajuster la mondialisation pour mieux se protéger ne revient pas à céder au protectionnisme. Un des multiples défis du monde post-Covid, à condition que la planète parvienne à tourner la page aussitôt que possible. […]

Retrouvez l’article de Josep Borrell ici.

Retrouvez le numéro 2/2020 de Politique étrangère ici.

Privés de vie privée

Le Monde Diplomatique - Wed, 20/01/2021 - 19:21
Collecter et conserver pour chaque citoyen la liste des correspondants, la date et la fréquence des échanges, les sites ou forums fréquentés, les propos tenus et publiés sur les réseaux sociaux, la localisation de leurs appareils mobiles porte tout à la fois atteinte à la liberté de réunion et (...) / , , , , , , , , , , , , - 2015/01

Tous les chemins mènent au Maghreb

Le Monde Diplomatique - Wed, 20/01/2021 - 16:41
Dans le cadre de notre enquête sur le Maghreb, nous publions ci-dessous l'opinion de M. Kateb Yacine, jeune poète, romancier et dramaturge algérien, considéré comme le plus doué des écrivains de son pays. / Algérie, Histoire, Littérature, Maghreb - (...) / , , , - 1961/05

The Hidden History of Burma

Politique étrangère (IFRI) - Wed, 20/01/2021 - 09:30

Cette recension a été publiée dans le numéro d’hiver 2020-2021 de Politique étrangère (n° 4/2020). Sophie Boisseau du Rocher, chercheuse associée au Centre Asie de l’Ifri, propose une analyse de l’ouvrage de Thant Myint-U, The Hidden History of Burma: Race, Capitalism, and the Crisis of Democracy in the 21st Century  (W.W.Norton, 2019, 272 pages).

Voilà un livre que tous les intervenants sur la Birmanie/Myanmar devraient lire avant de poser des jugements, souvent définitifs, sur un pays d’une complexité extrême. Thant Myint-U nous invite à mieux saisir cette complexité en replaçant les événements contemporains dans une perspective historique large, avec les clés de lecture indispensables. Historien pétri des réalités birmanes (son grand-père était un homme politique de premier plan avant de devenir secrétaire général des Nations unies), éduqué à Cambridge, Thant Myint-U est à même d’expliquer à des Occidentaux candides les détours du pays qui, accumulés, rendent la situation contemporaine excessivement sensible.

Le Myanmar (l’auteur explique pourquoi le pays change de nom en 1989) compte 55 millions d’habitants, situé entre la Chine et l’Inde, et bordant le Bangladesh et la Thaïlande. Sa population, à 85 % bouddhiste, est composée de plus de 135 ethnies, au faible niveau d’éducation. C’est l’un des pays les plus pauvres d’Asie, parmi les moins industrialisés, au cœur des trafics mondiaux de narcotiques.

Que s’est-il passé pour que ce pays disposant d’une localisation géostratégique de premier plan, de ressources naturelles abondantes et de talents accumule tant d’impasses et finisse en dictature militaire de 1962 à 2010, isolé du reste du monde ? L’auteur explique le poids de l’histoire, la longue marche vers l’unité nationale, une colonisation britannique violente et qui divise, l’intermède japonais puis les spasmes des années post-indépendance. Dans un contexte trouble, Ne Win prend le pouvoir et mène le pays au bord du gouffre avec la « voie birmane vers le socialisme ». Puis l’armée le remplace en 1988, poursuit de sa vindicte Aung San Suu Kyi et met en place un système prédateur dont elle a directement bénéficié. En réaction, les pays occidentaux appliquent de lourdes sanctions qui n’ont fait qu’accélérer les rapprochements avec une Chine gourmande.

L’ouverture et la transition vers la démocratie ont été applaudies par le monde entier et c’est surtout ces années que Thant analyse. L’auteur montre comment le cyclone Nargis a été un déclencheur et a accéléré la transition, en mettant en valeur l’incapacité et les déficiences de l’armée.

Une question court tout au long du livre : pourquoi ce pays n’a-t‑il pas réussi à se constituer en nation ? L’armée, omniprésente et omnipuissante, n’a pas apporté de solutions durables aux multiples fractures de la société. La démocratie n’y a pas mieux réussi : elle a même exacerbé des conflits latents. C’est à la question ethnique qu’Aung San Suu Kyi, en digne fille de son père, s’est d’abord attelée, avant d’être rattrapée par la question religieuse.

Thant Myint-U parle tout au long de son ouvrage de la question rohingya, et de la place très particulière occupée par les minorités musulmanes en Birmanie/Myanmar. Il raconte comment les terribles événements de 2017-2018 trouvent leur origine dans le Raj britannique et se sont compliqués au fil des ans. Finalement, à travers le drame des Rohingyas, l’auteur montre combien son pays était voué à l’échec pour une raison « cachée » – référence au titre de l’ouvrage : parce qu’il est un État sans être encore une nation. L’auteur appelle donc à « un nouveau projet de l’imagination » qui, au-delà des réformes politiques, permettrait une réconciliation profonde et salvatrice.

Sophie Boisseau du Rocher

>> S’abonner à Politique étrangère <<

Ni dieu, ni maître, ni impôts

Le Monde Diplomatique - Tue, 19/01/2021 - 18:05
Très populaire aux Etats-Unis et vénérée par Ronald Reagan, la philosophe et romancière Ayn Rand met en scène dans ses œuvres de fiction des héros solitaires en butte au conformisme borné de leurs semblables ; une célébration du génie prométhéen qui déboucha sur celle du moins d'Etat et des paradis (...) / , , , , , , , , - 2008/08

La France se penche sur sa guerre d'Algérie

Le Monde Diplomatique - Tue, 19/01/2021 - 15:55
Pour la France, l'anniversaire de l'indépendance de l'Algérie aura été moins l'occasion de revenir sur sa politique coloniale que de redéfinir pour elle-même la conscience qu'elle a d'une « guerre sans nom ». / Algérie, France, Colonialisme, Histoire, Guerre d'Algérie 1954-1962 - (...) / , , , , - 1992/11

[CITATION] Le Brexit est-il vraiment anglais ?

Politique étrangère (IFRI) - Tue, 19/01/2021 - 09:30

Accédez à l’article de Robert Tombs ici.

Retrouvez le sommaire du numéro 4/2020 de Politique étrangère ici.

Injustice française

Le Monde Diplomatique - Mon, 18/01/2021 - 18:41
Injustices françaises Une éducation ? En France, l'égalité en matière scolaire a tout d'une apparence. Des règles de la reproduction sociale qu'elle fortifie aux barrières de la ségrégation qu'elle tolère, l'école républicaine est-elle vraiment désireuse de former une communauté de citoyens égaux ? (...) / , , , , , - Espace et territoire

Accaparement des méninges

Le Monde Diplomatique - Mon, 18/01/2021 - 16:38
Plutôt que de favoriser les échanges de connaissances, la circulation des élites intellectuelles (ici, des chercheurs en quête de postes et des étudiants soucieux de se former dans les meilleures écoles) tend à renforcer les hiérarchies entre puissances. Au premier rang de celles que convoitent les (...) / , , , , - Migrations et réfugiés

An 01 de la gauche, on arrête tout, on réfléchit

Le Monde Diplomatique - Mon, 18/01/2021 - 15:35
La défaite subie par la gauche française lors de l'élection présidentielle et, à un moindre degré, lors des élections législatives du printemps 2007 a sanctionné son absence de vision, de projet et de programme. Et pour cause : le modèle keynésien, dont la social-démocratie s'inspire encore, reposait sur (...) / , , , , , , , , , , , - 2007/08

Sabotage: The Business of Finance

Politique étrangère (IFRI) - Mon, 18/01/2021 - 09:30

Cette recension a été publiée dans le numéro d’hiver 2020-2021 de Politique étrangère (n° 4/2020). Christian Chavagneux propose une analyse de l’ouvrage d’Anastasia Nesvetailova et Ronen Palan, Sabotage: The Business of Finance  (Allen Lane, 2020, 240 pages).

Selon la théorie économique dominante, une entreprise ne peut faire des profits que de manière temporaire : la concurrence et l’innovation viendront réduire son avance. Sauf que, hors période de grande crise, la finance affiche des profits élevés, décennies après décennies. Comment est-ce possible ? La réponse, nous dit ce livre, tient à un concept inventé au début du XXe siècle par un économiste institutionnaliste américain, Thorstein Veblen : le sabotage des marchés.

Le début de l’ouvrage nous familiarise avec les thèses développées par l’auteur notamment dans l’un de ses livres importants : Absentee Ownership (1923) – des idées qu’il a bâties à partir d’une analyse fine du comportement des entreprises. Parmi les grands patrons d’entreprise, on trouve des entrepreneurs innovants, mais c’est la minorité. La majorité sont des hommes d’affaires, pour qui tous les moyens sont permis pour faire du profit : innover, se réorganiser, mais aussi faire obstruction à la concurrence, mentir, et jusqu’aux comportements illégaux. Et ce qui était vrai dans les années 1920 l’est encore dans la finance d’aujourd’hui.

Le livre est ainsi construit en trois parties qui vont démontrer, par une succession de cas concrets, comment les grands acteurs de la finance (banques, fonds d’investissement) organisent leurs pratiques de sabotage à trois niveaux : des clients, des concurrents, des États.

La bulle et la crise des subprimes représentent l’exemple parfait du sabotage des clients, à l’image d’un Goldman Sachs vendant des produits financiers toxiques tout en pariant sur l’effondrement de leurs prix. Le sabotage des concurrents est notamment illustré par le rôle de la Deutsche Bank dans l’effondrement de la banque islandaise Kaupthing, et le sabotage des États par les pratiques d’évitement fiscal des multinationales de la finance et par leurs ventes de services d’évitement fiscal à leurs clients. Ou bien encore, dans un autre registre, par le fait de devenir un établissement too big to fail, trop important, en cas de prises de risques excessives, pour que les États puissent les laisser faire faillite.

Les trois parties racontent, dans les termes de la technique du sabotage, des faits globalement déjà connus. Elles permettent néanmoins de comprendre que ces comportements ne sont pas le fait de quelques moutons noirs, mais bien le résultat de pratiques systémiques – et c’est tout l’intérêt du livre.

Étonnamment, les deux auteurs finissent par une attaque en règle des régulateurs bancaires lorsqu’ils visent la stabilité financière, une position sur laquelle on ne les suivra pas. L’instabilité ne représente à leurs yeux que le symptôme des sabotages auxquels les régulateurs ne s’attaquent pas. Pourtant, on comprend à travers les nombreux cas analysés combien le sabotage nourrit toujours l’instabilité financière. Lutter contre celle-ci mobilise des outils qui mettent des bâtons dans les roues du sabotage. Savoir si ces outils sont les plus adaptés est une autre question.

Ce livre, écrit par deux spécialistes des dérives de la finance, n’en demeure pas moins passionnant : il propose un cadre analytique permettant de les comprendre à partir d’une approche institutionnaliste échappant à la naïveté politique de l’approche économique dominante. Du beau travail.

Christian Chavagneux

>> S’abonner à Politique étrangère <<

«<small class="fine"> </small>Il Manifesto<small class="fine"> </small>», le prix de l'engagement

Le Monde Diplomatique - Sat, 16/01/2021 - 17:26
Revue puis quotidien-phare de la gauche italienne, « Il Manifesto » a traversé de nombreuses crises au cours de ses quarante-cinq années d'existence, mais n'a jamais perdu son indépendance à l'égard des partis politiques et des puissances d'argent. / Italie, URSS, Communisme, Idées, Information, (...) / , , , , , , , , , , - 2014/12

Des treillis sous les blouses blanches

Le Monde Diplomatique - Fri, 15/01/2021 - 17:19
La peur légitime tous les abus. Ebola vient de donner une formidable impulsion à la société de surveillance, qui connaît un âge d'or : contrôle aux frontières, convocation aux centres de vaccination, recherche imposée de tout suspect pouvant présenter des symptômes et un début de fièvre… / Afrique, (...) / , , , , , , , - 2014/12

Hanoï s'étend vers l'ouest

Le Monde Diplomatique - Fri, 15/01/2021 - 16:17
/ Asie, Asie du Sud-Est, Vietnam, Ville, Urbanisme - Asie / , , , , - Asie

The Geopolitics of Artificial Intelligence: The Return of Empires?

Politique étrangère (IFRI) - Fri, 15/01/2021 - 09:30

This article is the English version of : Nicolas Miailhe, « Géopolitique de l’Intelligence artificielle : le retour des empires ? », published in Politique étrangère, Vol. 83, Issue 3 , 2018.

“Artificial intelligence is the future… Whoever becomes the leader in this sphere will become the ruler of the world,” declared Vladimir Putin, speaking before a group of Russian students and journalists in September 2017. Three days later, Elon Musk, founder of SpaceX and Tesla, went even further in a tweet: “Competition for AI superiority at national level most likely cause of WW3 imo [in my opinion].”

The rapid progress of AI makes it a powerful tool from the economic, political, and military standpoints. Embedded in the digital revolution, AI will help determine the international order for decades to come, accentuating and accelerating the dynamics of an old cycle in which technology and power reinforce one another. It will transform certain axioms of geopolitics through new relations between territories, space-time dimensions, and immateriality.

The American and Chinese digital empires will probably dominate international geopolitics in the years to come. If Europe wants to rebuild its digital sovereignty, it will have to redouble its efforts and investments. Otherwise, Europe will have to be satisfied with strategic alliances that entail its “cyber-vassalization.” As for Africa, it already presents a vast battleground, clearly threatened with “cyber-colonization.”

What is Artificiel Intelligence?

AI does not have a universally accepted definition. Although it is firmly rooted in the field of computing and was consubstantial with its emergence in the 1940s, today it refers to a broad range of disciplines, technologies, and methods. The co-author of the textbook Artificial Intelligence: A Modern Approach, Stuart Russell, a professor at the University of California, Berkeley, defines AI as “the study of methods for making computers behave intelligently.” For him, AI includes tasks such as learning, reasoning, planning, perception, language understanding, and robotics.

AI is thus a more generic term than it seems: in fact, it is a collective imaginary onto which we project our hopes and our fears. The technologies of AI include, among others, machine learning, computer vision, intelligent robotics, biometrics, swarm intelligence, virtual agents, natural language processing, and semantic technology. These technologies are of course not mutually exclusive.

AI and the return of empires

Can we, at present, analyze the rise to power of what could be called “digital empires?” These are the result of an association between multinationals, supported or controlled to varying degrees by the states that financed the development of the technoscientific bases on which these companies could innovate and thrive.

Historically, empires have been characterized by three principal features: 1) the exercise of power over a wide territory; 2) a relative inequality between the central power and the administered “regions,” often associated with a will to expand; 3) the implementation of a political project through various forms of influence (economic, institutional, and ideological). 

Contrary to the common notion according to which the digital revolution necessarily involves economic decentralization, it is actually possible that AI may cause, or reinforce, an overall trend toward the centralization of power in the hands of a few actors. These digital empires would benefit from economies of scale and the acceleration of their concentration of power in the economic, military, and political fields thanks to AI. They would become the major poles governing the totality of international affairs, returning to a “logic of blocs.” These new public-private digital empires would extend to the continental scale, especially in the case of the American and Chinese empires, while other actors, such as Europe, would adopt strategies of non-alignment. […]

Read the rest of the article here.

>>> More articles of Politique étrangère are available for reading
on Cairn International <<<

Contourner et désenclaver Anvers

Le Monde Diplomatique - Thu, 14/01/2021 - 19:06
/ Belgique, Europe de l'Ouest, Transports, Ville, Infrastructures, Urbanisme - Europe / , , , , , - Europe

«<small class="fine"> </small>La France gesticule… mais ne dit rien<small class="fine"> </small>»

Le Monde Diplomatique - Thu, 14/01/2021 - 16:05
Iran, Syrie, Russie, Israël-Palestine : la diplomatie française semble s'être placée à la remorque des néoconservateurs américains. M. Dominique de Villepin, qui inspira l'opposition de la France à la guerre d'Irak, récuse cette orientation générale et suggère un autre cap. / Asie, États-Unis (affaires (...) / , , , , , , , , , , , , - 2014/12

Pages