You are here

Lignes de défense

Subscribe to Lignes de défense feed
L'actualité de la défense d'Ouest en Est
Updated: 1 day 5 min ago

La construction d'une nouvelle caserne pour la Garde suisse divise les Helvètes

Tue, 27/09/2022 - 11:40

Le projet de construction d'une nouvelle caserne pour la Garde suisse pontificale au Vatican a été lancé en 2016 par la Fondation pour la Rénovation de la Caserne

La rénovation de cette caserne concerne ses trois bâtiments existants. À l’heure actuelle, deux bâtiments servent de logement pour les Gardes non mariés ainsi que de zone de restauration. Dans la troisième caserne sont logés le commandement ainsi que les Gardes avec famille.

Les bâtiments ont été construits au 19e siècle. Depuis lors, aucune restauration sérieuse n'a été effectuée. Du fait de la structure déficiente et du manque d'isolation des bâtiments, les coûts de maintenance sont particulièrement lourds.

La Fondation veut lever au total 45 millions de francs suisses (47 millions d'euros) pour démolir les bâtiments vétustes et construire à la place une caserne flambant neuve.

Pour arriver à rassembler cette somme relativement conséquente, la Fondation fait appel à des entreprises et des particuliers. La Suisse fait don de 5 millions de francs et des cantons vont verser plus de 4 millions. Celui de Lucerne avait promis 400 000 francs, soit environ un franc par habitant, mais certains citoyens ne l'entendaient pas de cette oreille et la question a été mise au référendum dimanche. Le "non" l'a emporté à 71%.

Ce projet reste sur les rails malgré le refus des électeurs du canton suisse de Lucerne de verser leur écot, selon la Fondation qui espère que les travaux seront réalisés pour 2030.

Categories: Défense

Budget des Armées: un budget en hausse comme prévu par la LPM

Tue, 27/09/2022 - 09:32

Sans (mauvaise ou bonne) surprise, selon le projet de loi de finances 2023, le budget de la mission « Défense » augmentera bien de 3 milliards d’euros en 2023, ce qui portera son montant (hors pensions) à 43,9 milliards d’euros.

C'est ce que prévoyait la LPM:

Voici quelques données qui détaillent ces 43,9 milliards d'un budget qui s'inscrit dans l'actualité de la guerre en Ukraine:

Les 43,9 milliards d'€ se décomposent ainsi:
- Équipement : 25,6 milliards d’euros (achat, développement, MCO)
- Masse salariale : 12,9 milliards d’euros (les effectifs sont de 271 000 personnels dont 208 000 militaires et 63 000 civils)
- Activité et soutien des forces : 4,2 milliards d’euros 
- OPEX/MISSINT : 1,2 milliard d’euros (montant ajustable en fonction des opérations).

Les  3 milliards d’euros de ressources nouvelles seront ventilés de la façon suivante:
- 669 millions d’euros pour la masse salariale (hors pensions) avec 1500 créations nettes de postes 
- 550 millions d’euros pour l’entretien programmé du matériel (pour assurer la disponibilité maximale des équipements)
- 455 millions d’euros pour les programmes à effet majeur (gros programmes de modernisation)
- 318 millions d’euros pour la dissuasion 
Le reste de l’augmentation est réparti entre différents postes de dépenses (infrastructures, carburants, énergies...).

Côté commandes, voici le détail:

Côté des livraisons, voici ce qui est attendu:

Deux points à signaler:
1) L'effet de l'inflation est estimé à 1 milliard d'euros mais des reports de charges sont possibles pour lisser l'effet jugé "pas catastrophique" par le cabinet du ministre. 
2) L'effort de cette année va se poursuivre en 2024 et 2025 sur la même base d'une hausse annuelle de 3 milliards d'euros/ans; ce qui portera à 50 mds €, le budget des Armées. Ces deux années à venir vont s'inscrire dans la future loi de programmation militaire (2024-2030)

 

 

 

Categories: Défense

A Cincu, en Roumanie, les sapeurs français, belges et néerlandais construisent la base otanienne

Tue, 27/09/2022 - 08:48

En début d’année, l'Otan a décidé de renforcer sa présence dans la partie orientale de son territoire en mettant sur pied quatre nouveaux groupements tactiques multinationaux en Bulgarie, en Hongrie, en Slovaquie et en Roumanie. Ils s'ajoutent à ceux déployés depuis 2017 en Estonie (avec une présence française), en Lettonie, en Lituanie et en Pologne.

En Roumanie, des militaires du génie français, néerlandais et belges construisent actuellement un camp pour accueillir de 800 à 1000 hommes d'ici l'hiver. Ces travaux ont lieu à Cincu, le plus grand camp d'entraînement national dans le sud du pays (photos Daniel MIHAILESCU, AFP) .

Ces travaux, probablement terminés avant novembre pour la partie accueil, s’inscrivent dans la décision de l’Otan de renforcer sa présence permanente à l’Est de son territoire et de baser en Roumanie un Battle Group Forward Presence. Côté français, ce BGFP est renforcé par un détachement Air MAMBA, un détachement du génie et un Elément de soutien national (ESN). .

Les sapeurs français travaillent actuellement sur le construction d'un dépôt de munitions (photo ci-dessous):

D'autres soldats du génie, dont les Belges, mettent en place des préfabriqués qui arrivent tout droit du Mali d'où l'armée française a évacué ses moyens d'hébergement, de restauration, de stockage, de commandement etc.

Les sapeurs néerlandais travaillent eux sur la construction d'une dalle qui accueillera les véhicules et les ateliers (ci-dessous):

 

Categories: Défense

Un nouvel incendie sur le SNA Perle (actualisé)

Mon, 26/09/2022 - 17:58

Lundi à la mi-journée, une combustion "a priori de matériaux isolants" a été détectée "au niveau d'un local destiné au stockage de vivres" à l'avant du sous-marin, a précisé à l'AFP le porte-parole de la préfecture maritime Pierre-Louis Josselin. Une quarantaine de marins-pompiers de la base navale, renforcés par 52 marins-pompiers de Marseille, se sont alors attaqués à des "points chauds, c'est-à-dire une combustion sans flammes", en utilisant de l'eau pour faire baisser la température, a-t-il ajouté.

On se souviendra qu'un autre incendie a ravagé ce sous-marin le 12 juin 2020.

Le sous-marin nucléaire d'attaque (SNA) Perle est supposé être de nouveau opérationnel en 2023.

Actualisation: l'incendie a été déclaré éteint à 21h19 lundi soir. Le plan d'urgence interne a été levé, selon le point de situation n°2 du Commandant de la zone maritime Méditerranée et mer Noire.

 

Categories: Défense

Izioum: la France envoie une nouvelle mission d’appui aux enquêteurs

Mon, 26/09/2022 - 10:55

Catherine Colonna, la ministre française de l'Europe et des Affaires étrangères, s'est exprimé le 22 septembre devant le conseil de Sécurité de l'Onu. Elle est revenue sur l'aide française à l'Ukraine, d'abord à Boutcha et désormais à Izioum:.

"Dès que les informations sur les crimes commis à Boutcha ont été connues, au mois d’avril dernier, nous avons dépêché en Ukraine deux équipes d’enquêteurs. Ils ont, pendant trois mois, aidé la justice ukrainienne à établir minutieusement et patiemment les faits ; puis nous avons fait don d’un laboratoire mobile d’analyse ADN", a-t-elle rappelé avant de préciser: "Maintenant qu’à Izioum de nouvelles atrocités ont été révélées à la face du monde, nous venons de décider d’envoyer une nouvelle mission d’appui aux enquêteurs sur place. Car là où la Russie agit par la désinformation et la propagande, la justice, elle, doit s’appuyer sur des faits."

La ministre n'a pas précisé la composition de cette équipe et elle n'a pas annoncé de date pour son déploiement.

Par ailleurs, le 20 septembre, l’ambassadeur de France en Ukraine Etienne de Poncins a effectué un déplacement à Izioum où il a échangé avec le chef du parquet régional, Oleksandr Filtchakov et le responsable de la ville sur les investigations en cours après la découverte d'un cimetière et d'une fosse commune

L’ambassadeur a pu constater le déploiement du laboratoire mobile ADN offert par la France pour aider la Justice ukrainienne et les familles endeuillées. Sur ce laboratoire développé conjointement par l’IRCGN et la société TRACIP, filiale du groupe Deveryware, voir mon post du 19 juillet.

Categories: Défense

Le Russe Evguéni Prigojine fait son coming out mercenarial (actualisé)

Mon, 26/09/2022 - 09:52

Secret de polichinelle... Mais c'est mieux quand on l'admet enfin...

Evguéni Prigojine, l'homme d'affaires proche du Kremlin, admet avoir fondé le groupe paramilitaire Wagner. Dans un communiqué, il a reconnu ce lundi avoir fondé en 2014 une société militaire privée qui a été baptisér Wagner pour combattre en Ukraine; il aussi reconnu sa présence notamment en Afrique et en Amérique latine.

Dans une publication sur les réseaux sociaux de son entreprise Concord, l'intéressé confirme donc avoir fondé le groupe afin d'envoyer des combattants compétents au Donbass ukrainien en 2014. "C'est à ce moment-là, le 1er mai 2014 qu'est né un groupe de patriotes qui a pris le nom de Groupe tactique de bataillon Wagner", précise-t-il dans ce communiqué pas si anodin que ça et qui témoigne certainement des ambitions, militaires ou politiques, avérées ou présumées de Prigojine. 

On reliera mon post de la semaine dernière sur Wagner. 

Par ailleurs, on n'oubliera pas que Evguéni Prigojine est recherché par le FBI. Américains et Européens l'accusent d'avoir financé une "ferme à trolls" connue sous le nom d'Internet Research Agency qui, selon Washington, a tenté d'influencer les élections américaines.

 

Pourquoi une telle admission publique de l’existence de Wagner ?

Evguéni Prigojine, qu’on a vu haranguer des prisonniers de droit commun dans une prison russe, leur promettant des réductions de peine, la gloire ou la mort s’ils acceptaient d’aller se battre en Ukraine, a-t-il des ambitions politiques ? C’est une analyse faite ces derniers jours.

Ou bien se sent-il menacé par le maître du Kremlin qui pourrait faire tomber quelques têtes en les déclarant responsables de la débâcle militaire en Ukraine, et pourquoi pas parmi ces têtes celle d’un homme qui agit en hors-la-loi toléré en Russie ?

En affirmant ouvertement avoir été l’instrument de la politique étrangère impérialiste de Moscou, Prigojine se signe une assurance-vie et rappelle à Vladimir Poutine que sa société et ses mercenaires sont bien devenus "un pilier de la patrie russe".

Categories: Défense

Les forces spéciales de l'armée de Terre: un livre en deux tomes d'Alexandre Alati

Mon, 26/09/2022 - 09:05

Depuis plus de vingt ans, les forces spéciales Terre sont engagées dans la lutte anti-terroriste aux côtés de leurs camarades marins et aviateurs sur différents théâtres opérationnels. Elles ont participé, au cours de cette période à de nombreuses missions de formation, de renseignement et à des interventions audacieuses qui ont permis de sauver des otages et de neutraliser plusieurs dizaines de groupes armés terroristes.

Le journaliste Alexandre Alati, qui les suit régulièrement sur le terrain, leur consacre un livre en deux tomes: 
Tome 1: Au cœur de la lutte anti-terroriste,  164 pages de texte et plus de 250 photos inédites prises sur le terrain. En vente actuellement aux éditions Histoire & Collections (histoireetcollections.com) et chez de nombreux distributeurs. 35 euros
Tome 2: L’équipement, les moyens matériels et les capacités d’incursion et d’appui au combat des équipiers, 128 pages et plus de 180 photos inédites prises sur le terrain. 30 euros.

Ces ouvrages présentent une vision exhaustive des forces spéciales Terre en décrivant les spécificités des différentes unités qui constituent aujourd’hui le fer de lance des opérations spéciales françaises.

De la sélection, à l’engagement en opération extérieure, ces livrent permettront aux lecteurs de découvrir les capacités des hommes et femmes qui œuvrent chaque jour sur le terrain à des milliers de kilomètres de la Métropole afin de protéger nos concitoyens et les intérêts français face aux risques terroristes et aux nouveaux enjeux géostratégiques.

Categories: Défense

Barkhane: le combat continue en BSS avec un nouveau dispositif

Wed, 17/08/2022 - 10:34

 

Les derniers militaires de la force Barkhane ont quitté le hub logistique de Gao, au Mali, lundi (voir mon post). Un "pion" de 150 militaires français a assuré la garde du camp avant de l'évacuer dans la nuit du 14 au 15 et de rejoindre le Niger vers 13h lundi (heure de Paris).

Ce "défi militaire logistique majeur, relevé en bon ordre et en sécurité et en transparence", a eu lieu dans un "contexte politique jugé incompatible", selon l'EMA.

Ce même EMA précise que le combat continue contre les GAT avec un nouveau dispositif sur quatre pays de la BSS où désormais quelque 3 000 soldats français de la force Barkhane sont encore présents: 

Sur le plan logistique, cette réarticulation a été réalisée via 150 convois aériens impliquant plusieurs vols à chaque fois (l'EMA précise en particulier que 400 vols environs d'A-400M français ont été réalisés).

Les convois ont aussi terrestres (60) et maritimes (5).

 

 

Categories: Défense

Chaleur, sécheresse... De la dégradation climatique au mode dégradé

Wed, 17/08/2022 - 09:51

L'impact des vagues de chaleur de cet été sur la défense nationale et sur les forces armées est encore difficilement quantifiable. On sait que des forces (Alat, génie, pompiers de l'Air et gendarmerie en particulier, soit 210 hommes au plus fort de la crise) ont été engagées dans la lutte contre les incendies de Gironde, Lozère etc. mais les effets négatifs éventuels (surconsommation d'énergie, neutralisation de sites menacés etc) sont encore à estimer.

Le ministère des Armées n'a pas attendu la crise météorologique de cet été 2022 pour anticiper les effets et prévoir une stratégie. Il a publié en avril dernier sa "stratégie Climat & Défense" pour préparer l’outil de défense au défi climatique. Ce document est à consulter ici

Le 13 juillet, lors de son audition devant la commission de la Défense, Stéphane Bouillon, le secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale, a pour sa part redit qu'il "faut se préparer aux conflits du XXIe siècle et au réchauffement climatique: "L’accès à l’eau et à la nourriture, l’accès aux matières premières entraîneront une forme de conflictualité qui aura des conséquences dans notre vie quotidienne, et pas uniquement sous l’angle militaire".

Des Observatoires et deux appels d'offres
Deux récents AO témoignent de la persistance de la réflexion sur le changement climatique au sein du ministère.

L'Observatoire de l’Arctique, piloté par la DGRIS, a été créé en 2015. Actuellement, il est confié à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) et assure un suivi des grandes thématiques arctiques. Il couvre aussi bien les aspects environnementaux que les stratégies des Etats et des grands acteurs économiques privés, les évolutions sur le plan militaire, les questions juridiques et les développements technologiques. L’observatoire participe à l’animation d’une "communauté arctique" alliant chercheurs, institutionnels et entreprises pour approfondir la réflexion autour des enjeux de la région.

L’Arctique a été défini, dans cet observatoire, comme l’espace au nord du cercle polaire. Toutefois, les analyses développées concernent, au-delà des pays riverains de l’océan arctique (Canada, Danemark, Etats-Unis, Norvège et Russie), les pays membres du Conseil de l’Arctique (les 5 pays susmentionnés, y compris la Finlande, l’Islande et la Suède) ainsi que les pays non-arctiques déployant des moyens dans la région, à l’instar de la Chine.

L’observatoire a vocation à permettre un suivi régulier et précis des évolutions stratégiques de la zone arctique : impact du réchauffement climatique sur l’accessibilité du territoire, stratégies mises en œuvre par les Etats arctiques et les Etats agissant dans la zone, militarisation de l’espace arctique et manœuvres militaires, investissements dans les domaines de l’énergie et des infrastructures dans la zone, cadres de coopération « Arctique », évolutions des postures politiques. L’objectif pour le ministère est d’être en mesure, le cas échéant, d’adapter sa posture aux évolutions de la zone qui pourraient affecter les intérêts stratégiques et de défense de la France, ainsi que la capacité d’action des moyens militaires.

L’Observatoire va être renouvelé pour trois ans. D'où un appel d'offres publié le 8 août. 

Un autre appel d'offres émis le 27 juillet porte sur l'Observatoire de la sécurité des flux et des matières énergétiques. Piloté par la DGRIS, cet observatoire créé en 2019 est coordonné par l’IRIS, en consortium avec Enerdata et Cassini. Il a pour objectif d’accroître les connaissances et la capacité d’anticipation du ministère des Armées sur les évolutions énergétiques et leurs conséquences géopolitiques et stratégiques. Il contribue à la connaissance et aux réflexions sur les stratégies énergétiques des grandes puissances, les politiques de transition énergétique et les modes d’action des entreprises dans différentes régions du monde.

Le renouvellement de l’Observatoire de la sécurité des flux et des matières énergétiques s’inscrit dans un contexte d’augmentation croissante de la demande énergétique, et en particulier d’électricité, à l’échelle de la planète. Ses travaux permettront d'accroitre les connaissances et la capacité d’anticipation du ministère des Armées sur les évolutions énergétiques et leurs conséquences géopolitiques et stratégiques (tensions, conflits, redirection des flux, apparition de nouvelles voies d’approvisionnement et de nouveaux producteurs, nouvelles logiques de dépendances, accès aux technologies nécessaires à la transition énergétique).

Un impact sécuritaire minoré?
Ces deux appels d'offres sont à mon sens assez symptomatique d'une approche réductrice. Est-il suffisant de s'en tenir à la simple "maîtrise des effets induits du changement climatique sur les missions et les capacités des armées" et à "la résilience des infrastructures de défense, en France comme à l’étranger"?

"La performance opérationnelle et la supériorité des forces" seront évidemment mises à mal par la raréfaction des ressources en eau, par la hausse du niveau des mers et les effets dévastateurs sur les villes et les infrastructures côtières, par l'effondrement des productions agricoles qui générera des déplacements intenses de populations et de l'instabilité politique... De tels fléaux ne seront pas sans effets tant indirects (baisse des approvisionnements étrangers et arrivées de migrants climatiques) que directs (pénuries et stress alimentaire, inflation, mouvements de foules) sur les pays d'Europe et du continent nord-américain. 

Tous ces risques ont déjà été régulièrement exprimés, en particulier dans un rapport américain de 2020: "A Security Threat Assessment of Global Climate Change: How Likely Warming Scenarios Indicate a Catastrophic Security Future", publié par le Center for Climate and Security. 

A l'inverse, ces thèmes sont singulièrement absents des travaux de la Red Team française ou du DEFTECH (Défence Future Technologies) suisse qui veut « identifier les tendances technologiques de rupture, évaluer leurs implications dans un contexte militaire et informer l’Armée suisse des opportunités et menaces possibles » (voir mon post de 2021). Faut-il continuer de mettre en avant un avenir "radieux"? Ou à l'inverse se préparer au mode dégradé et à un mode où l'adversité climatique va dramatiquement peser sur les forces armées dont les missions risquent d'évoluer vers le soutien aux populations civiles et la protection des institutions. 

 

Categories: Défense

En photos: le "Gaoxit" français du 15 août 2022

Tue, 16/08/2022 - 20:17

Voici les photos, que l'on attendait hier, du départ des derniers soldats français de la base de Gao, au Mali (crédit: EMA).

Sans commentaires...

 

Categories: Défense

Seaowl France va fournir deux navires hauturiers pour jouer le rôle de plastrons

Tue, 16/08/2022 - 11:28

Pour les sept prochaines années, la société Seaowl France va se charger de l'affrètement à temps de deux navires hauturiers, avec équipages, qui devront jouer le rôle de plastrons lors d'exercices maritimes militaires organisés par la Marine Nationale dans le cadre d'entrainement, de formation et d'essais et mesures au profit des forces du ministère des Armées. Voir mon post de juin 2021 sur l'appel d'offres. 

Seaowl était déjà détenteur du précédent marché d'affrètement à temps de deux navires hauturiers pour jouer le rôle de plastrons, l'un au départ de Brest et l'autre de Toulon.

Le marché, pour lequel trois sociétés ont répondu, a été attribué le 8 août 2 et sa valeur totale finale est de 56 971 922,4 euros. Hors TVA.

Categories: Défense

Trois Mirage F-1 d'ATAC déployés pour cinq ans à Fort Worth

Tue, 16/08/2022 - 10:01

L'ESSD Airborne Tactical Advantage Company (ATAC), la filiale de Textron Systems, a annoncé qu'elle avait été retenue pour fournir des prestations de plastronnage au profit de l'US Navy (photos ATAC).  Lire le communiqué ici.

ATAC va positionner trois de ses Mirage F-1 à la Naval Air Station Joint Reserve Base (NAS JRB) in Fort Worth, Texas. Ces avions y seront basés dans le cadre d'un marché qui prévoit la fourniture de 600 heures de vol par an sur 5 ans. Ces prestations s'inscrivent dans la formation des nouveaux pilotes de F-35

On ses souviendra que cette société spécialisée a acheté le stock de Mirage F-1 français pour les utiliser dans le cadre de ses activités au profit de l'USAF et de la L'US Navy.

Les vols commenceront en fin d'année.

Crashes de F-1
ATAC a enregistré quelques déboires avec ses F-1.

Le 10 février 2022, un Mirage F-1 d'ATAC s'était écrasé près la base aérienne américaine de Luke. Voir mon post

Le 25 février 2021, un autre Mirage F-1 d'ATAC avait été accidenté sur la base aérienne de Tyndall. Voir mon post

 

 

Categories: Défense

Les derniers soldats de Barkhane ont quitté le Mali (actualisé avec déclaration de l'Elysée)

Mon, 15/08/2022 - 15:15

Ce lundi 15 août, les derniers militaires français de l'opération Barkhane encore présents sur le sol malien ont franchi la frontière entre le Mali et le Niger. L'EMA anticipait précédemment un départ ("une fin de réarticulation") en "fin d'été". 

Ces soldats provenaient de la plateforme opérationnelle désert de Gao, désormais transférée aux Forces armées maliennes.

Les soldats français de Barkhane (et auparavant de Serval) étaient déployés depuis janvier 2013, dans le cadre de la lutte contre les groupes armés terroristes. 59 militaires français sont morts au Mali depuis cette date, ainsi que l'a rappelé le cabinet du ministre des Armées.

Voici le communiqué de l'EMA français:

L'Elysée a aussi publié un communiqué que voici:
"Le 17 février dernier, constatant que les conditions politiques et opérationnelles n'étaient plus réunies pour rester engagée au Mali, la France a décidé, en concertation avec ses partenaires africains et européens, de réarticuler le dispositif de l'opération Barkhane en dehors du territoire malien.
Depuis ce matin, 15 août 2022, ce redéploiement est effectif avec le départ du Mali du dernier soldat français de l’opération Barkhane. La France reste engagée au Sahel, dans le Golfe de Guinée et la région du lac Tchad avec tous les partenaires attachés à la stabilité et à la lutte contre le terrorisme. Le Président de la République salue la réussite de cette manœuvre opérationnelle et logistique de retrait du Mali que nos armées ont conduite selon le calendrier annoncé, sans cesser leur combat contre les groupes terroristes et en augmentant de façon très importante leur contribution à la sécurisation de l'Est de l'Europe. Cette réarticulation a été effectuée en toute transparence avec les forces armées maliennes et avec les partenaires engagés à nos côtés. Il rend hommage à l'engagement de tous les soldats qui, depuis neuf années, ont combattu les groupes armés terroristes sur la terre malienne. Ils sont cinquante-neuf à avoir payé le prix de leur vie en combattant, aux côtés des armées africaines et européennes, pour notre sécurité et la sécurité des populations du Sahel. Leur sacrifice nous oblige et nous rappelle que nos soldats ont, durant ces années, préservé l’unité du Mali, empêché la constitution d’un califat territorial et lutté contre les groupes terroristes qui frappent les populations locales et menacent l’Europe. L’efficacité de nos soldats durant toutes ces années et jusqu’à ces derniers jours a été démontrée par la neutralisation de la plupart des plus hauts cadres de la hiérarchie des groupes terroristes sahéliens.
Ce retrait du Mali ne diminue en rien la mobilisation de la France pour faire libérer notre compatriote M. Olivier DUBOIS.
La France poursuivra le combat contre le terrorisme, en agissant en soutien des efforts politiques, civils et militaires de la CEDEAO et Etats de la région, et en pleine coordination avec nos partenaires européens et américains engagés dans la région. Le Président de la République se rendra disponible à l’invitation de la CEDEAO cet automne afin de poursuivre cet engagement au côté de tous les Etats qui font le choix de la lutte contre le terrorisme et du respect de la stabilité et de la coexistence entre les communautés."

 

Categories: Défense

Mali: reprise ce lundi des rotations des contingents de la Minusma

Mon, 15/08/2022 - 09:23

Selon l'AFP, les rotations des contingents de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma), suspendues depuis plusieurs mois (voir mon post du 15 juin), reprendront ce lundi avec un nouveau mécanisme d'approbation.

"La Minusma a marqué son accord sur les nouvelles procédures et les a communiquées à tous les pays contributeurs de troupes. Il n'y aura pas d'exception", a déclaré à l'AFP le ministre Abdoulaye Diop. Avant, "ils (les contingents) nous saisissaient directement. On a mis un terme à cela. Toutes les demandes doivent désormais passer par la Minusma qui doit les valider et transmettre aux Affaires étrangères par note verbale", a précisé le chef de la diplomatie malienne.

"Il est prévu que les rotations recommencent dès ce lundi", a confirmé Myriam Dessables, la nouvelle porte-parole de la Minusma, forte de 12 261 soldats et 1 718 policiers

Les rotations des contingents militaires et policiers de la Minusma avaient été officiellement suspendues le 14 juillet pour une durée indéterminée en raison du "contexte de sécurité nationale".

Vendredi, l'Allemagne avait annoncé suspendre "jusqu'à nouvel ordre" la majeure partie de ses opérations militaires au Mali dans le cadre de la Minusma, en dénonçant un nouveau refus de survol par les autorités maliennes.

Categories: Défense

Le projet "Hommage aux héros" du Jour-J continue de diviser

Sat, 09/07/2022 - 10:10

En 2025, un nouveau site de tourisme mémoriel autour du D-Day va s’implanter dans la Manche, à Carentan-les-Marais. Ce projet "Hommage aux héros" doit s’implanter à Carentan-les-Marais (Manche) et raconter l’histoire du Débarquement allié en juin 1944. Entre images d’archives et tableaux vivants, le projet a pour objectif de faire revivre ces moments d’Histoire, du point de vue des soldats, mais aussi des Normands et des Normandes.

Découvrez la bande d’annonce de ce projet en cliquant ici

L'ambition est d'accueillir 600 000 visiteurs par an à partir de 2025. L'investissement est estimé à 90 millions d'euros.

Le projet ne fait pas l'unanimité. Des comités locaux ont été créés, notamment à Ver-sur-Mer (Calvados) et Sainte- Marie-du-Mont (Manche). L’écrivain Gilles Perrault fait partie des opposants. La controverse atteint son paroxysme en 2020. La présentation du projet, il y a quelques jours, n'a pas pacifié les tensions et réduite les oppositions. En témoigne une tribune parue cette semaine dans nos colonnes (cliquer sur l'image ci-dessous pour l'agrandir):

 

Categories: Défense

Les élèves-officiers de Saint-Cyr Coëtquidan s'entraînent avec des drones

Fri, 08/07/2022 - 12:27

Des élèves officiers de l'académie de Saint-Cyr Coëtquidan, à Guer, dans le Morbihan, se sont entraînés en juin avec des drones. Les futurs officiers ont eu deux jours pour en découvrir le fonctionnement, l'utilité et les limites.

Voici une vidéo qui montre cet exercice.

Voici le sujet d'un de mes confrères de la rédaction de Ploërmel qui a assisté à cet exercice:

Dans le cadre de leur formation, et d’un projet de recherche appliquée, des élèves officiers de l’Académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan (Morbihan) ont réalisé plusieurs exercices offensifs et défensifs avec des drones.
Les guerres en Ukraine actuellement et, en 2020, dans le Haut-Karabakh, ont démontré l’intérêt des drones qui sont utilisés pour acquérir du renseignement sur une zone dangereuse afin d’orienter les attaques ou pour lancer des frappes sur l’adversaire, notamment en tirant des missiles ou en larguant des explosifs sur les blindés et les positions ennemis. De nombreux drones, tant ceux d’observation que ceux que l’on qualifie de munitions rôdeuses sont mis en œuvre par l’infanterie ou les forces spéciales. Ils sont légers, furtifs, et souvent létaux ; c’est pourquoi ils équipent les petites unités qui peuvent en avoir besoin pour se défendre ou pour lancer des attaques ciblées.
L’Académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan de Guer (Morbihan) est bien consciente de ces évolutions et de ces enjeux. C’est pourquoi, les élèves officiers de l’École militaire interarmes (EMIA), dans le cadre de leur formation et d’un projet de recherche appliquée, ont récemment participé à des exercices tactiques offensifs et défensifs avec neuf drones.
Cette opération a été menée grâce à des industriels comme Drones Elistair (drone filaire), Parrot (essaim de drones), TWO-I (solution d’analyse image à base d’Intelligence artificielle) et Safran (solution haut débit pour combattant débarqué) mais aussi à leur profit. "Ces exercices permettent de tirer des enseignements tactiques intéressants pour nos futurs développements", explique un technicien de Safran.

 
"Nous ne savons pas tout ce qui se passe en Ukraine, ou dans d’autres conflits, avec l’utilisation de plus en plus importante des drones. Si l’on ajoute l’apport de la robotique, nous sommes face à des changements profonds dont nos futurs chefs de section doivent tenir compte. Les exercices menés trouvent ainsi tout leur sens", affirme Gérard de Boisboissel, ingénieur au Centre de recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan (CREC).
Durant deux journées, les élèves officiers ont donc alterné les exercices, de jour comme de nuit. Lors du premier exercice, un groupe de combattants amis a bénéficié de l’appui d’un essaim de six drones afin de neutraliser l’ennemi. Lors du second essai, c’est l’ennemi qui a disposé des engins volants. À la fin de chaque exercice, un bilan à chaud permet de recueillir toutes les impressions aussi bien des militaires, que des chercheurs et des professionnels.
"Au fur et à mesure vous faites évoluer vos schémas tactiques, vous vous adaptez. Les drones vous ont seulement repérés lors de l’assaut, contrairement au premier exercice où les drones ont été efficaces", analyse le capitaine Mathieu. "Nous avons fait le choix d’avancer, pas à pas, en binôme, afin de ne pas nous faire voir", répond un chef de section. "Vous avez eu raison, cependant vous n’avez pas eu le réflexe de regarder ce qui vient du ciel. C’est une réelle menace qu’il va falloir maîtriser et prendre en compte", enchérit le capitaine.

 
Lors de l’un des exercices, le général Hervé de Courrèges, qui commande l’Académie de Saint-Cyr Coëtquidan, écoute, observe et glisse que "le combat n’a pas changé. En revanche, la technologie évolue. Après deux exercices, vous commencez à percevoir là où le drone est redoutable, mais aussi où sont ses faiblesses. Il faut l’intégrer dans les schémas tactiques que vous connaissez. Cela force à l’excellence tout en veillant au-dessus de vos têtes."
Pour le général, Il est essentiel d’intégrer cette dimension du champ de bataille dans la scolarité des élèves : "De tels exercices permettent de sortir de la formation classique et préparent nos futurs chefs de section aux enjeux de demain. Nous mettons en place une formation intégrée qui marie les intelligences académiques militaires, humaines face à ce nouvel outil qu’est le drone.".
De son côté, à partir des éléments relevés sur le terrain, le CREC va poursuivre ses projets de recherche et de prospective dans ce domaine. "Des questions se font jour et montrent que le futur chef va devoir s’adapter. Quelle est la part de délégation qu’il pourra confier à ses machines ? Comment devra-t-il faire face à l’autonomie des drones ? Est-ce un nouvel équipier dont il aura la responsabilité ? Autant de questions et bien d’autres pour lesquelles nous devrons apporter des réponses", conclut Gérard de Boisboissel.

Categories: Défense

Les associations Terre Fraternité et ADO se préparent à fusionner

Fri, 08/07/2022 - 10:15

Les associations Terre Fraternité et ADO (Association pour le Développement des Oeuvres d'entraide dans l'armée) ont décidé de fusionner, comme l'a annoncé le CEMAT à l'issue de l'AG de Terre Fraternité.

"Il s'agit bien d'une fusion" précise le secrétaire général de Terre Fraternité, le lieutenant-colonel (r) Spiteri qui rappelle que plusieurs conventions rapprochaient déjà les deux entités. "On était pacsé; on va se marier", résume-t-il.

Pour l'heure, cette fusion n'est pas encore réalisé; il a été donné mandat aux deux présidents pour la préparer et rédiger les nouveaux statuts de la future association qui devrait voir le jour à l'automne.

Categories: Défense

Les troupes de marine ont leur "Petit Quizz" chez Pierre de Taillac

Fri, 08/07/2022 - 09:00

Grégoire Thonnat rempile. Cette fois dans les troupes de marine! Il est l'auteur de 12 "Petit Quizz" aux éditions Pierre de Taillac dont le dernier en 2021 était consacré à la 13e DBLE.

Pour 6,90 €, on peut désormais tout savoir sur les troupes de marine dont l'histoire serait vieille de 400 ans.

Fortes de plus de 17 000 marsouins et bigors, les troupes marine représentent 15% de l’armée de Terre avec 26 unités stationnées sur 4 continents. Le RICM reste le régiment le plus décoré de l'armée française.

Categories: Défense

Deux rapports sur la Chine, son influence et sa stratégie d'influence

Thu, 07/07/2022 - 11:35

Je signale la publication du rapport "L’influence de la République populaire de Chine dans les îles du Pacifique", rédigé par Hugues Eudeline et Jui-Min Hung et copublié par l’Institut Thomas More et l’Institute for National Defense and Security Research (Taïwan).

Ce rapport analyse en détail la stratégie d’influence multifactorielle chinoise (hard power et soft power) auprès des Etats et des territoires du Pacifique. Ce rapport formule dix recommandations d’action pour y faire face.

L'ASPI (Australian Strategic Policy Institute) publie un rapport intitulé "Cultivating friendly forces: The Chinese Communist Party’s influence operations in the Xinjiang Diaspora"; ce texte en anglais a été rédigé par Lin Li et James Leibold. Il analyse la situation au Xinjiang, cette vaste région désertique et montagneuse qui compte de nombreuses minorités ethniques dont des Ouïghours, et la stratégie d'influence de Pékin.

Ce rapport s'inscrit dans un programme plus large que l'on peut retrouver sur cette page: Xinjiang Data Project .

 

Categories: Défense

La Lettonie va rétablir le service militaire

Thu, 07/07/2022 - 10:01

En raison du conflit entre Moscou et Kiev, le service militaire obligatoire, qui ne concernera que les hommes, sera rétabli en 2023 en Lettonie C’est ce qu’a annoncé le ministre letton de la Défense Artis Pabriks dans un contexte de tensions croissantes avec la Russie voisine et de guerre en Ukraine : "Le système militaire actuel de la Lettonie a atteint ses limites. En même temps, nous n’avons aucune raison de penser que la Russie va changer de comportement".

La Lettonie avait abandonné le service obligatoire après avoir rejoint l’Otan. Depuis 2007, l'armée de ce pays balte membre de l'Union européenne est constituée de militaires de carrière et de volontaires de la Garde nationale qui servent dans l’infanterie à temps partiel le week-end. Le pays de moins de deux millions d’habitants, frontalier du Bélarus et de la Russie, ne compte actuellement que 7 500 soldats en service actif et membres de la Garde nationale, soutenus par 1 500 soldats d'un bataillon multinational de l’Otan.

Le 30 juin, les ministres estonien et letton de la Défense, ont signé une lettre d'intention sur l'acquisition conjointe de systèmes de défense aérienne de moyenne portée. "L'agression de la Russie en Ukraine démontre clairement la nécessité de disposer de systèmes de défense aérienne", a souligné le ministre letton de la Défense Artis Pabriks. Une proposition spécifique d'acquisition de nouveaux systèmes par ces deux pays baltes voisins de la Russie, membres de l'UE et de l'Otan, devrait être évoquée à la fin du mois de juillet. Ni le coût ni les délais de livraison du nouveau matériel n'ont pas été dévoilés.

Categories: Défense

Pages