You are here

IRIS

Subscribe to IRIS feed
Institut de Relations Internationales et Stratégiques
Updated: 1 week 3 days ago

« Overbookés » – 3 questions à Rahaf Harfoush

Tue, 02/03/2021 - 15:26

Anthropologue du numérique et consultante en stratégie digitale, Rahaf Harfoush enseigne l’innovation et les business models émergents à Sciences Po Paris en MBA. Elle a fait partie de l’équipe réseaux sociaux de Barack Obama et a été nommée « Young Global Shaper » par le Forum de Davos. Elle répond aux questions de Pascal Boniface à l’occasion de la parution de son ouvrage Overbookés, aux éditions Dunod.

Soumis à l’impératif de productivité, les travailleurs à la connaissance pourraient-ils perdre leur créativité ?

Oui. Les systèmes de productivité obsolètes encouragent l’épuisement professionnel. Sans le temps de récupération approprié, les travailleurs du savoir souffriront d’idées de moindre qualité et feront plus d’erreurs au travail.

Nous avons développé des habitudes de travail qui encouragent le travail sans interruption pendant des heures. La neuroscience nous montre que notre cerveau a besoin de périodes de repos intentionnel. Nous devons nous ennuyer. Nous devons rêver de jour. Nous devons laisser notre esprit vagabonder. Avec des distractions sans fin, des interruptions et trop de réunions, ce dont nous avons besoin pour produire notre meilleur travail devient une rareté.

Je suis choqué que nous ayons continué à utiliser des systèmes qui nuisent aux entreprises de ressources dans lesquelles elles tentent d’investir. Vous ne pouvez pas être innovant, créatif ou stratégique si vous êtes en manque de sommeil ou stressé. Ce n’est tout simplement pas possible.

Le burn out est un phénomène mondial, plusieurs nations ont inventé un nom spécifique pour le désigner…

Il existe différents mots pour le burn out en chinois et en coréen, ce qui indique à quel point le problème du surmenage est répandu. En 2019, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que l’épuisement professionnel était un problème mondial sur le lieu de travail.

Un surmenage prolongé peut entraîner de graves problèmes de santé liés au stress et à l’anxiété prolongés. Cela peut avoir un impact sur le bien-être mental d’une personne et avoir un impact négatif sur ses relations professionnelles et personnelles. C’est quelque chose que les entreprises et les gouvernements doivent prendre au sérieux.

De manière plus urgente, les individus doivent commencer à examiner leurs propres relations avec le travail. Nous pouvons être nos pires patrons et nous ne prenons souvent pas de mesures pour nous aider.

Vous écrivez que la dévotion au travail est un moyen de nous rassurer sur notre propre valeur…

Pour beaucoup de gens, leur travail est un art critique de leur identité, et il est donc important pour eux de montrer constamment aux autres à quel point ils travaillent et à quel point ils travaillent dur. Nous croyons que le travail acharné est synonyme de succès et en disant aux gens à quel point nous sommes occupés ou combien nous travaillons, nous renforçons l’idée que nous méritons notre succès parce que nous luttons pour cela.

Alors que le monde du travail continue de changer, nous allons être confrontés à une cohorte de personnes qui perdront cette partie de leur identité et ressentiront beaucoup d’angoisse.

 

As Cold as Ice: about the Relationship between Sport, Human Rights and Economic Considerations in Belarus

Tue, 02/03/2021 - 12:29

 

A hat trick in ice hockey, when a player scores three goals in a single game, culminates in the National Hockey League with fans throwing hats onto the ice from the stands. Another sort of hat trick occurred between 15 and 17 January 2021 and included the following sponsors of the International Ice Hockey Federation (IIHF): Nivea Men, Skoda and Liqui Moly. All three corporations were figuratively throwing their hats into the ring for challenging the IIHF to withdraw the hosting rights from Belarus for the World Championships, which was meant to take place in Minsk and Riga between May and June of this year, after continuing debates about the poor human rights record in Belarus. Let’s take a step back to explore how the situation finally threatened to escalate into a geopolitical showdown.

The 2020 Belarusian presidential election held on 8 August, recognised by the EU as electoral fraud and the violent repression of protests by Belarusian ruler Alexander Lukashenko, resulted in the imprisonment and torture of thousands of opposition members, among them were many elite athletes who were deprived of vital preparation time for the forthcoming Olympic and Paralympic Games. International human rights organisations and independent athlete organisations immediately condemned the atrocities by the regime while calling out the International Olympic Committee (IOC) to sanction Lukashenko, who is also the head of the National Olympic Committee (NOC) of Belarus and per definition the highest-ranking sports representative in his country. However, that’s not all: The Belarusian Ice Hockey Association President Dmitry Baskov is currently under investigation for his role in the alleged murder of Raman Bandarenka, a 31-year old artist who died during a peaceful protest in November. After immense pressure from a variety of stakeholders, the IOC finally gave in and suspended all elected members of the Executive Board of the NOC of Belarus from all IOC events and activities from the beginning of December 2020, with a specific mention of Lukashenko and Baskov. This series of events did not prevent IIHF president Réné Fasel however from hugging the Belarusian president and posing together with Baskov on his trip to Minsk in January – the latter currently under investigation by his own federation due to « potential violations » under article 6 of the IIHF’s statutes. Fasel eventually apologised for the public embrace, claiming he only wanted to have an open and honest conversation with Lukashenko regarding the staging of the World Championship.

This brings us back to the initial situation of the three sponsors, Nivea Men, Skoda and Liqui Moly, who threatened the IIHF with withdrawal from supporting the Ice Hockey World Championship if Belarus was confirmed to be co-hosting the event. The statements underlying the respect for human rights seem noble, which is ironic, given that this decision took them over five months post the presidential elections and more than one month after the decision by the IOC. So why?  And why now?

Minsk already hosted the Ice Hockey World Championship in 2014, during which IIHF president Fasel congratulated Belarus on its superb organisation of the competition. At the time, pulling the tournament from Minsk due to the political situation in the country was similarly supported by the opposition, civil society activists and the European Parliament, outlining the arrest of hundreds of peaceful demonstrators including presidential candidates, opposition leaders, journalists, civil society representatives as well as ordinary Belarusians for the past two decades. Official main sponsors of the 2014 championship included Nivea Men and Skoda Czech company which ironically belongs to the VW Group, the German multinational automotive manufacturing corporation that recently opened a factory in Xinjiang, China, where the Muslim minority Uyghurs and Kazakhs are held in internment and labour camps against their will. The third associated party, the German oil manufacturer Liqui Moly, recently signed a three-year contract with the racing series Formula 1, making the deal the largest sponsorship in the company’s history. The provisional 23-race calendar for 2021 includes Bahrain, Azerbaijan, China, Saudi Arabia, Russia, Hungary and the United Arab Emirates. All these countries, unsurprisingly, are criticised for their human rights violations on a regular basis.

We already know how the story ended. In the aftermath of Liqui Moly’s statement to cancel its sponsorship, precisely only one day later, the IIHF Council reached the decision to move the World Cup from Belarus to solely the co-host Latvia, “following the conclusion of an extensive due diligence process”. Although one can only speculate, it seems very likely that beforehand, the three corporations did the exact same thing: a due diligence process including a risk analysis based on the public opinion and what it could mean for product sales of creams, cars and oil. It was the last chance to avoid bad press, while strategically pointing the gun at the only scapegoat remaining: the IIHF. Based on the positive social media reactions on the respective company pages, the strategy worked out just fine.

It remains to be seen whether the respect and promotion of human rights would be equally important when it comes to the sponsoring of the top category of major sporting events, such as the FIFA World Cup or the Olympic and Paralympic Games. The one year countdown towards the controversial Winter Games in Beijing has just begun and IOC president Thomas Bach would be well advised to get a proper understanding of the freshly delivered independent report ‘Recommendations for an IOC Human Rights Strategy’, rather than following Réné Fasel’s failed approach to sit by and wait for the problem to resolve itself. A last spectacular turnaround in this story was proposed by Russia in December 2020, when it offered the alternative hosting of the World Championship. However, this scenario has been ruled out because of the Court of Arbitration in Sport’s decision to uphold the sanctions proposed by the World Anti-Doping Agency, which prohibits Russia to organise adult championships on national grounds within the next two years. But this is yet another story.

Anton Klischewski, founder of the Project PRESFUL, a youth-led research initiative advocating for concrete human rights legislation in the sporting industry. He recently joined the Special Olympics Germany marketing and communications department and served as a Sports & Sustainability Consultant, e.g., for the initiative ‘Sport Trades Fair’ and the Berlin-based football club ‘FC Internationale 1980’. He holds an MSc in Administration and Management of Professional Sports Clubs from the University of Bordeaux.

La fabrique de l’aide publique au développement : réflexions sur la nouvelle loi

Tue, 02/03/2021 - 12:02

Mardi 2 mars 2021, le projet de loi de programmation relatif au développement solidaire et à la lutte contre les inégalités mondiales est soumis au vote de l’Assemblée nationale.  Ce projet de loi sur lequel s’est fortement mobilisé Coordination SUD, la coordination nationale des ONG françaises de solidarité internationale, annonce notamment des mutations sur le plan financier. C’est ce que nous décrypte aujourd’hui Olivier Bruyeron, Président de Coordination SUD, dans un entretien réalisé par Magali Chelpi-den Hamer, chercheuse à l’IRIS et responsable du programme Humanitaire et Développement.

Le projet de loi de programmation relatif au développement solidaire et à la lutte contre les inégalités mondiales est soumis au vote aujourd’hui, à l’Assemblée nationale. 666 amendements ont été déposés et ont été examinés en commission. Ce projet de loi est assez technique pour des personnes non spécialistes. Pourriez-vous nous expliquer quelles sont les évolutions principales pour les organisations de solidarité internationale par rapport à la loi de 2014 existante, et quels sont les points qui restent encore à clarifier ? 

Il me semble qu’à ce stade, le projet de loi comporte quatre évolutions principales par rapport à la loi de 2014.

La première porte sur la programmation financière de l’aide publique au développement (APD) française. Cette programmation était absente de la loi de 2014, et il s’agit d’une réelle avancée de la voir intégrée. Avancée à relativiser toutefois puisque la programmation proposée porte jusqu’à 2022, et que nous sommes en 2021 ! Pour lui donner toute sa portée, il faudrait naturellement que cette programmation aille jusqu’en 2025. Cela est d’autant plus important que les acteurs engagés sur le terrain ont besoin de visibilité sur les moyens disponibles pour agir avec efficacité et maximiser l’impact auprès des populations et partenaires.

Cela est partiellement compensé par la présence dans le texte de la mention que la France s’efforcera d’atteindre la mobilisation de 0,7% de son revenu national brut à destination de l’aide publique au développement en 2025. Il est très positif que cet objectif figure dans le corps de la loi et que celle-ci incite clairement à son atteinte à une date donnée. Mais cela fait plusieurs décennies que la France a pris cet engagement et les besoins sont considérables ; alors ne serait-il pas plus explicite d’inscrire dans la loi, directement, l’atteinte de cet objectif à partir de 2025 ? C’est la position portée par Coordination SUD. J’ajoute qu’il est également positif que soit mentionné que les financements sous forme de dons doivent augmenter, mais cela n’est pas chiffré précisément.

Deuxièmement, je prends acte des avancées sur le plan de la reconnaissance de la société civile. Dans la LOP-DSI de 2014, la société civile n’était que peu mentionnée. Dans le projet de loi actuel, et ce malgré l’absence d’un article dédié sur lequel s’était pourtant engagé le gouvernement suite à notre demande, la reconnaissance du rôle, l’expertise et la plus-value des organisations de la société civile dans les processus de lutte contre la pauvreté, la faim et les inégalités, de respect des droits humains, de protection de la planète, etc. se voient renforcés. Le droit d’initiative est mentionné, la participation à la gouvernance d’Expertise France est inscrite, et un objectif de faire tendre le montant des financements transitant par les ONG vers la moyenne de l’OCDE est présent. À noter que sur ce point une évolution significative serait de mentionner comme objectif l’atteinte du pourcentage moyen de l’APD nationale transitant par les ONG dans les pays du CAD de l’OCDE. Mais peut-être faut-il lire comme cela l’objectif indiqué ! Je regrette également que la loi ne précise pas d’ambition financière associée au droit d’initiative alors que celui-ci contribue grandement à la mise en œuvre d’actions pertinentes, efficaces et efficientes et que les attentes sont fortes du côté des ONG.

La troisième évolution que je soulignerais est le fait que l’approche du genre n’est plus seulement un objectif thématique, mais bien transversal à cette politique. Le fait que la diplomatie féministe de la France soit un principe directeur de la politique de développement était attendu fortement par les ONG françaises. Le cadre de partenariat global annexé à la loi prévoit que 75% des projets financés par l’Aide publique au Développement aient comme objectif principal ou significatif l’égalité femmes-hommes au sens de l’OCDE d’ici 2025. C’est une évolution positive par rapport à la loi de 2014, même si le critère du Comité d’Aide au développement de l’OCDE à ce sujet (85%) ne sera donc toujours pas respecté ; ce qui est regrettable.

Enfin, la quatrième évolution marquante est la révision des priorités stratégiques et géographiques de la politique française. Elles sont présentées dans l’avant article 1er et dans le cadre de partenariat global annexé. Certaines de ces priorités figuraient déjà dans la loi de 2014 (par exemple, l’accès à l’eau, l’éducation), mais d’autres sont nouvelles et pertinentes ; par exemple, l’accent mis sur les défis environnementaux et climatiques, ainsi que la prévention et le traitement des crises et des fragilités. Par ailleurs, les priorités géographiques sont renforcées, par exemple, l’allocation de 0,15 à 0,20% du RNB français aux pays les moins avancés.

Quel rôle a joué Coordination SUD dans le processus de fabrication de cette loi, et quelle impression avez-vous aujourd’hui sur le consensus obtenu ? 

Dès 2018, Coordination SUD a rencontré les interlocuteurs des différentes institutions concernées. Les premiers messages ont été portés dans le cadre des consultations de la mission du député Hervé Berville qui a préfiguré la révision de la loi de 2014. Un groupe de travail interne à la coordination s’est alors constitué.

Coordination SUD a été le point focal pour les ministères compétents, pour le CNDSI et, enfin, lors des débats parlementaires. Le groupe de travail interne a coordonné les recommandations thématiques de Coordination SUD et de ses membres. Il a contribué à définir les axes de plaidoyer à traiter, a facilité l’élaboration et la diffusion de documents de position commune, et a proposé aux députés plus de 50 amendements de la loi.

J’en profite pour féliciter l’engagement de chacune des organisations membres de ce groupe de travail, qui ont toutes, à hauteur de leurs capacités, participé et organisé un grand nombre d’actions de plaidoyer. Par exemple la publication d’une lettre ouverte au président de la République pour l’inciter à passer la loi en conseil des ministres, ou la préparation de quatre auditions avec des groupes de parlementaires en amont de l’examen de la loi en commission.

Coordination SUD a également publié une tribune appelant ces mêmes parlementaires à fixer une date pour atteindre les 0,7% afin d’offrir au secteur de la solidarité internationale visibilité et prévisibilité dont il a besoin pour mettre en place des politiques de développement durable et de qualité.

Bien évidemment, nous nous sommes aussi appuyés sur les réseaux sociaux pour interpeller les parlementaires et le gouvernement aux différentes étapes de loi, et en particulier au moment du vote des différents amendements.

Et le travail continue. Pour chacune des actions de plaidoyer, les messages transmis se structurent autour de 5 axes de plaidoyer : renforcement du narratif de la loi, programmation budgétaire, reconnaissance de la place des organisations de la société civile, renforcement de la cohérence et de la transparence des politiques publiques et, enfin, renforcement de l’approche genre de la loi.

Pour la deuxième partie de votre question quant à mon impression à propos du consensus obtenu, je dirais que de fait, nous devons continuer à porter la question de la solidarité internationale. Les débats qui ont eu lieu au parlement ou au CNDSI sur ce sujet sont importants. Ils doivent avoir lieu régulièrement. Le consensus qui semble avoir été globalement obtenu au niveau du parlement autour de cette loi montre que la France peut, doit (et finalement veut) jouer un rôle important dans la lutte contre la pauvreté et les inégalités mondiales. C’est encourageant. Cependant, la société civile devra rester vigilante à la bonne mise en œuvre de ce consensus, continuer d’apporter ses valeurs et son expertise au soutien des politiques de développement et contribuer à leur mise en débat public.

Le financement public des projets de développement à l’international mis en œuvre par des organisations françaises est annoncé doublé dans le projet de loi. Dans le même temps, les contraintes accrues en termes de redevabilité financière font que les coûts administratifs indirects des organisations intervenant à l’international augmentent. Comment peut-on résister à la tendance actuelle de technocratisation de l’aide, qui peut être interprétée comme un détournement des fonds destinés aux opérations dans les Suds au profit d’une logique comptable et financière que certains qualifient d’excessive ?

Je suis content que vous souleviez cette question de cette façon.

Je commencerais en rappelant que la redevabilité et la transparence sont essentielles à la qualité de la mise en œuvre de l’aide publique au développement, et c’est pourquoi ces deux éléments sont également au cœur de notre plaidoyer concernant la future loi. Cette redevabilité et transparence doivent s’appliquer à toutes les parties prenantes : les ONG bien sûr, mais aussi les institutions publiques ou parapubliques, ainsi que les acteurs et actrices du secteur privé marchand.

Cela ne contredit en rien notre position de refuser la surredevabilité procédurale et la surbureaucratisation de l’aide à l’œuvre depuis plusieurs années, par exemple au sein de la Commission européenne ou plus récemment en France. Cette position peut être entendue par certains comme l’expression d’un refus de la part des organisations de la société civile d’être rigoureuses dans leur gestion financière et opérationnelle. Ce n’est évidemment pas le cas. Il est tout à fait normal que les organisations rendent des comptes et prennent des précautions pour s’assurer du bon usage des financements reçus. Et elles le font. Mais il ne faut pas non plus que cela tourne à l’absurde ou que cela contrevienne au sens ou aux principes fondamentaux de nos actions. C’est malheureusement le cas aujourd’hui sur certains points. Par exemple, les procédures pour engager des dépenses et les justifier se démultiplient, engendrant des coûts, des lenteurs, des erreurs procédurales, etc. pour quels bénéfices ? La redevabilité accrue pose problème quand elle va au-delà de ce qui est nécessaire pour avec une lecture fidèle sans doute raisonnable sur la sincérité de ce qui est réalisé.

À quel moment met-on ces contraintes et ces entraves au regard du niveau des risques réellement encourus, de l’utilité des actions engagées, de l’adaptabilité et de la réactivité nécessaires pour faire face aux situations de terrain ? Porter ce sujet est très délicat actuellement. Il est en effet difficile de faire entendre une approche basée sur l’analyse des risques au regard des bénéfices attendus ; qui s’oppose à la pensée dominante de l’atteinte du « risque zéro ». Objectif totalement illusoire, mais plus confortable à brandir pour beaucoup. Le bon sens et le courage doivent s’imposer de façon à briser ce cercle vicieux. Cela passerait par l’examen des exigences face à l’efficacité des actions de solidarité internationale et à leur conformité avec le cadre dans lequel ces actions s’inscrivent (ODD, droits humains, etc.).

C’est le message que nous portons dans différents espaces. Nous sommes persuadés que nos concitoyens et concitoyennes soutiennent cette approche ; car nous sommes tous et toutes conscients qu’un certain niveau de risque doit être assumé. Un parallèle pédagogique peut être présenté : nous, tous et toutes en tant que citoyens et citoyennes, vivons aujourd’hui avec la pandémie. Quotidiennement, nous évaluons le bénéfice et le risque associés à mener telle ou telle activité. Les règles qui nous sont imposées pour freiner l’épidémie – au même titre que les règles de redevabilité qui sont imposées à la société civile – doivent nous protéger au mieux, individuellement et collectivement, mais ne doivent pas devenir toujours plus contraignantes dans le seul but d’atteindre le « graal » du « risque zéro », qui, in fine, n’existe pas et n’existera jamais, et ce contrairement aux discours et espoirs qui peuvent traverser nos sociétés contemporaines ; à tout le moins celles des pays riches.

 ———————————————————————

Les différentes étapes de ce projet de loi :

La loi n°2014-773 du 7 juillet 2014 d’orientation et de programmation relative à la politique de développement et de solidarité internationale prévoyait une révision obligatoire de ses dispositions après une période de 5 ans (article 15). Le projet de loi de programmation relatif au développement solidaire et à la lutte contre les inégalités mondiales qui est soumis au vote le 2 mars 2021, à l’Assemblée nationale, a vocation à remplacer cette loi. Le projet de loi est en discussion depuis début 2018, et fait suite à la tenue du dernier Comité interministériel pour la coopération internationale et le développement (CICID) du 8 février 2018. Ce projet a à la fois cherché à intégrer les orientations stratégiques de la France et une dimension programmatique, en fixant à l’horizon 2022 les moyens que la France alloue à sa politique d’aide au développement. Après un long processus de concertation, la loi, dans son avant-dernière version, devait être présentée en Conseil des ministres courant mars 2020, après avis du Conseil économique, social et environnemental (CESE) et du Conseil d’État. Après plusieurs annonces et reports, une motion dédiée votée lors de l’Assemblée générale 2020 de Coordination SUD, une lettre à la Présidence et une lettre ouverte des ONG, le projet de loi est enfin passé à l’ordre du jour du Conseil des ministres, le 16 décembre 2020, la veille de la Conférence nationale humanitaire, déclenchant de fait son examen parlementaire en vue de son adoption au parlement en procédure accélérée. Au cours du plaidoyer parlementaire, Coordination SUD a publié une tribune appelant à fixer une date pour atteindre l’objectif de consacrer 0,7% du revenu national français à l’aide publique au développement afin d’offrir au secteur de la solidarité internationale les moyens et la visibilité nécessaires pour mettre en place des politiques de développement de qualité. L’examen en Commission des affaires étrangères s’est déroulé les 11, 12 et 13 février. L’examen en séance publique à l’Assemblée nationale a eu lieu les 17 et 19 février. Le vote solennel à l’Assemblée nationale s’est déroulé le 2 mars.

Industrie de défense : le Covid-19 oblige là aussi les États à réagir

Mon, 01/03/2021 - 17:08

Le Covid-19 a impacté le monde dans son ensemble, le secteur de l’industrie de défense n’y faisant pas exception. Où en est ce secteur alors que les fonds d’investissement montraient un intérêt croissant pour les entreprises opérant dans ce domaine ? Le Brexit et la crise actuelle peuvent-ils jouer en faveur d’une autonomie stratégique européenne en matière d’industrie de défense ? Le point avec Jean-Pierre Maulny, directeur adjoint de l’IRIS.

Dans quelle mesure la crise du Covid-19 a-t-elle impacté l’industrie de défense ?

Le premier impact fut celui lié au confinement de mi-mars 2020 et prolongé jusqu’au mois de mai 2020. À cette époque, les entreprises n’étaient pas préparées à une telle épreuve. Le délégué général pour l’armement Joel Barre a évalué à 75% l’activité de la Base industrielle et technologique de défense (BITD) française durant la période de confinement[1]. 45% des salariés auraient été en télétravail alors que 30% assuraient la production et la maintenance dans les sites industriels. En France, on a surtout veillé à permettre à nos soldats de pouvoir toujours bénéficier de matériels en état de marche dans les opérations extérieures.

Les États-Unis ont pris une mesure plus radicale. Le Secrétariat à la Défense a publié un mémorandum déclarant les entreprises de défense comme infrastructures critiques, enjoignant ainsi celles-ci à ne pas fermer leurs sites industriels. L’État a donc réquisitionné les entreprises de défense afin que la production des équipements militaires ne soit pas arrêtée. En France, sans que la production soit complètement stoppée, il y eut un retard pris dans la production des équipements militaires comme dans la plupart des pays. Ainsi seuls 100 des nouveaux blindés Griffon sur les 128 prévus ont pu être livrés à l’Armée de terre.

Les industriels de l’armement ont également fait part de leurs craintes d’une réduction des exportations. Les pays exportateurs n’ont pas encore publié leurs résultats pour l’année 2020, mais on s’attend en général à une baisse sensible de ces exportations. Dans ce cas, les handicaps se cumulent : la production est ralentie, et les services chargés d’étudier les licences d’exportation et les services des douanes ont travaillé avec des effectifs réduits, notamment durant le premier confinement, et ont donc été moins efficaces. Surtout, les déplacements à l’étranger pour négocier des contrats et les transferts de matériels pour faire des démonstrations ne peuvent plus être organisés.

Les fonds d’investissement font preuve d’un intérêt certain et croissant pour les entreprises de défense, notamment en Europe. La crise actuelle a-t-elle accéléré ce phénomène ?

Le phénomène qui voit ce que l’on appelle les investisseurs institutionnels devenir actionnaire des entreprises de défense n’est pas né avec le Covid-19. Cela s’est développé à la fin des années 90. À cette époque, les fonds d’investissement, pour l’essentiel localisés aux États-Unis, étaient en fait des « faux-nez » du gouvernement américain, qui voulait mettre la main sur des entreprises européennes. Aujourd’hui, le phénomène est plus banal – l’objectif est devenu uniquement financier – et est lié à la fois à un retrait progressif de l’État en tant qu’actionnaire de l’industrie d’armement et à la raréfaction de ce que l’on pourrait appeler les actionnaires industriels comme Dassault en France. Mais avec le Covid-19, les investisseurs institutionnels ont davantage d’argent à placer et la valeur des entreprises de défense a tendance à diminuer. La tendance est donc grande, car la défense représente un placement sûr, puisqu’aujourd’hui jamais les États ne diminueront drastiquement leurs commandes aux entreprises de défense.

Les États sont aujourd’hui conscients du risque que peuvent faire peser ces actionnaires institutionnels, non pas parce que ceux-ci ont des intentions malignes, mais parce qu’ils sont de plus en plus actifs pour influer sur la stratégie des entreprises dans lesquelles ils investissent et que leur seul objectif est le profit et non de garantir la sécurité des citoyens grâce à des équipements toujours plus performants.

Ainsi, afin de venir en aide à des entreprises au caractère stratégique qui peuvent être menacées, les États développent plusieurs instruments.

En premier lieu, les États ont pour le moment maintenu le niveau de leur budget de défense malgré la crise. En effet, il n’a pas été constaté pour le moment de mouvement de reflux tel que celui de la crise économique de 2008.

En second lieu, les États accélèrent même le passage de certaines commandes comme c’est le cas avec le plan de relance du secteur aéronautique en France afin de venir en aide à une filière très touchée par la chute de volume du transport aérien. C’est donc le militaire qui vient en aide à un secteur dual (civil et militaire) par nature.

L’inquiétude porte en priorité sur les PME de la chaîne d’approvisionnement, qui peuvent développer des technologies critiques, dont l’activité est duale et qui n’ont pas de réserves de trésorerie ou de capital. Dans ce cas, le ministère de la Défense a accéléré le paiement des factures, et il a surtout créé deux fonds souverains, chacun doté de 200 millions d’euros. Le premier sert à venir en aide au secteur aéronautique et le second, le fonds d’investissement de défense, doit prendre des participations dans des entreprises innovantes en phase de croissance – start-up, PME ou entreprises de taille intermédiaire (ETI) – développant des technologies duales et transverses, et intéressant le monde de la défense comme l’énergie, le quantique, les technologies de l’information dont l’intelligence artificielle, l’électronique et les composants, les matériaux, la santé et l’humain.

De manière générale, on a vu en 2020 un retour de l’investissement public dans la défense. Le gouvernement britannique a pris une participation à hauteur de 40% dans l’entreprise américaine de satellites OneWord, les Allemands ont racheté 25% de l’entreprise d’électronique de défense Hensoldt jusqu’alors détenue par le fonds d’investissement KKR. L’État allemand s’est d’ailleurs fixé pour objectif de créer un fonds souverain pour protéger les entreprises du secteur des technologies de l’information qui prennent de plus en plus d’importance dans la défense.

Concernant plus précisément l’industrie de défense européenne, le Brexit et la crise actuelle peuvent-ils jouer en faveur d’une autonomie stratégique européenne en matière d’industrie de défense ?

L’industrie de défense a toujours été un secteur de souveraineté. Les marchés de l’armement n’ont jamais été des marchés réellement ouverts et le phénomène de la globalisation n’a pas véritablement affecté le secteur de la défense. L’autonomie stratégique européenne, c’est avant tout la capacité qu’auront les pays de l’Union européenne à pouvoir conduire les missions de la politique de sécurité et de défense commune (PSDC) sans dépendre d’autrui.

Dans le secteur industriel de défense, l’autonomie stratégique se conçoit donc pour nombre de pays européens dans le cadre des alliances et donc dans le cadre de l’Alliance atlantique avec les États-Unis. Ces États ont donc peur que la France conçoive l’autonomie stratégique européenne comme un moyen d’écarter les États-Unis et l’OTAN. Ce n’est pas le cas, mais il est paradoxal de constater que la réticence de certains de nos partenaires pourrait nous conduire à avoir dans le secteur de la défense moins d’autonomie que dans d’autres secteurs de haute technologie. Cette question devrait donc être envisagée avant tout comme l’objectif et la volonté que nous partageons tous de faire de l’Union européenne une puissance technologique de pointe, l’industrie de défense n’étant qu’un secteur de pointe parmi d’autres.

Ainsi le Covid-19 nous a fait comprendre que nos industries de défense étaient désormais très imbriquées au sein de l’Union européenne. Par exemple, à quoi cela sert-il de continuer à fabriquer des véhicules blindés de combat d’infanterie (VBCI) en période de confinement si l’entreprise britannique qui fabrique les rotules des trains roulants de ce VBCI ne peut plus nous livrer, car le client français n’est pas prioritaire en période de Covid-19 ? Il faut donc que l’on puisse assurer la sécurité d’approvisionnement en toutes circonstances au niveau européen.

Pour cela, il est nécessaire de cartographier toutes les chaînes d’approvisionnement des équipements militaires afin d’examiner les dépendances qui pourraient s’avérer critiques sur certains composants, soit du fait d’une pandémie comme le Covid-19 ou du fait d’une crise internationale. La France avait par exemple pris l’initiative dès 2018 de demander à l’Union européenne de financer des recherches sur les logiciels reprogrammables, des composants électroniques utilisés dans la défense pour lesquels nous n’avions plus de filière industrielle en Europe.

—————–

[1] Audition Joel Barre, Délégué général pour l’armement, Commission de la défense nationale et des forces armées, Assemblée nationale, 29 avril 2020

—————–

Cet article est publié dans le cadre de l’Observatoire (Dés)information & Géopolitique au temps du Covid-19 de l’IRIS.

 

Message de Biden à MBS

Mon, 01/03/2021 - 15:16

L’affaire Khashoggi refait surface avec la publication vendredi dernier d’un rapport de la CIA incriminant directement le prince héritier du royaume saoudien Mohammed Ben Salmane (MBS), comme commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi au sein du consulat saoudien d’Istanbul. Ce rapport intervient quelques semaines après la prise de fonction du nouveau président américain, un signal très net envoyé par les Etats-Unis à leur allié saoudien pour signifier à Riyad que la période Trump, lors de laquelle MBS avait carte blanche, est définitivement révolue, le tout dans un contexte de reprise du dialogue entre Washington et Téhéran. Une manière pour l’administration Biden de rééquilibrer un rapport de force sans pour autant rompre complètement avec Riyad au nom d’une proximité stratégique et économique appelée à se maintenir.

Trump, encore

Mon, 01/03/2021 - 12:58

 

C’est un discours rempli de mensonges et d’aigreur, et au ton revanchard que Trump a prononcé en clôture de la CPAC 2021 à Orlando, devant un public tout acquis à sa cause. Laissant planer le doute sur sa candidature en 2024, il a surtout affiché son souhait de garder le contrôle du parti républicain, au besoin par la menace.

Chaque année, la Conservative Political Action Conference (CPAC) tient son grand rendez-vous : des figures célèbres de la droite dure américaine s’y succèdent pour rappeler leurs principes, leurs valeurs, leurs priorités, désigner leurs « rois » aussi. La session 2021, qui s’est tenue à Orlando (Floride), s’est achevée le 28 février. Organisée en présentiel, elle pourrait avoir été un gigantesque cluster tant le public, au vu des images, était peu soucieux de distanciation physique et portait rarement un masque…

Le dernier discours était très attendu puisque c’est Donald Trump qui, en guest star très en retard, l’a prononcé. Pour sa première apparition publique depuis qu’il a quitté la Maison-Blanche, il a parlé pendant plus d’une heure et demie et c’est au jeu d’un véritable culte de la personnalité qu’il s’est livré. À Orlando, ce n’est pas un ex-président ayant subi deux procédures d’impeachment, ayant perdu deux fois le vote populaire et ayant échoué à être réélu qui était sur la scène, devant un public très largement trumpiste. C’est le Trump des campagnes et des meetings depuis 2015 : vindicatif, hurlant parfois, il s’est montré menaçant, a désigné ses ennemi.e.s, et a surtout beaucoup menti.

Après une longue diatribe critiquant l’action de Joe Biden qui, si l’on prend Trump à la lettre, a accompli une quantité impressionnante de choses (toutes mauvaises) en un peu plus d’un mois au pouvoir, le président battu s’est vanté d’avoir, lui, accompli un mandat exceptionnel, puis a parlé de l’avenir, tout en teasing et en allusions comme il sait le faire. L’ensemble du discours était ponctué de contre-vérités : pour lui, l’élection présidentielle de 2020 était truquée, les démocrates ont triché, la victoire lui a été volée. Donald Trump n’a pas dit qu’il se représenterait en 2024, mais l’a laissé entendre entre les lignes, parlant notamment de « pouvoir gagner une troisième fois ».

Biden dépeint en président laxiste

Revanchard, Trump (qui n’avait cessé, à la Maison-Blanche, d’être obsédé par l’idée de détruire l’héritage d’Obama) reproche au nouveau président de vouloir casser tout ce qu’il a fait. Il a ainsi longuement critiqué Biden pour son prétendu laxisme sur l’immigration – alors que ce dernier n’a, à ce stade, signé que quelques décrets, mais l’un est emblématique : l’arrêt du financement de la construction du mur le long de la frontière mexicaine. Pour Trump, qui pourrait écrire le scénario de la prochaine saison d’Ozark, les cartels, la drogue, « des prédateurs dangereux » sont en train de déferler sur les États-Unis. Les immigrés, incultes et dangereux (« les autres pays ne nous envoient pas les plus brillants »), « vont arriver par millions ». Reprenant la référence traditionnelle de l’extrême droite des maladies transportées par les étrangers, Trump a ajouté que les immigrés faisaient peu de cas de la sécurité sanitaire, comme l’exemple du « Chinese virus » (le coronavirus) l’illustre, selon lui. Alors que le racisme anti-asiatique prospère aux États-Unis à cause de la Covid, cette phrase ne peut que mettre un peu plus d’huile sur le feu.

Pour Trump, les États-Unis voient leur sécurité menacée de l’extérieur, par les migrants, et pas du tout de l’intérieur. Il n’aura, ainsi, pas un mot sur l’attaque du Capitole du 6 janvier dernier, et ne parlera jamais du terrorisme intérieur d’extrême droite, alors que celui-ci fait l’objet d’une attention extrême de la part du FBI. Mais, à l’entendre, le politiquement correct, la « cancel culture » et la gauche radicale, « vicieuse », seraient les vrais périls intérieurs (à quoi cela correspond-il concrètement ? Il n’en a rien dit). Or, l’ancien président est lui-même un spécialiste de la « cancel culture » puisqu’il a limogé tous ceux qui ne lui étaient pas absolument loyaux, y compris et surtout quand il a cherché à contourner les institutions et à flirter avec la loi (on pense en particulier à la campagne de 2016 et au premier impeachment).

Un passage savoureux du discours, consacré aux sportives, est à signaler. Peu suspect jusqu’ici de défendre les droits des femmes, Trump a estimé que celles-ci étaient menacées dans le sport à cause des transgenres (nés hommes) qui fausseraient les résultats. Cette phrase, critique à l’égard des politiques de Biden en faveur des droits des LGBTI (lutte contre les discriminations que Trump avait renforcées, vote en ce moment de l’Equality Act au Congrès, soft power international pour défendre les minorités sexuelles), ne visait qu’à blesser (et à faire rire l’auditoire) et témoigne une fois de plus de sa méconnaissance totale de ces sujets. Car revoilà l’obsession identitaire trumpienne. Plus tard, il a dit : « Nous défendons les valeurs judéo-chrétiennes et rejetons la ‘cancel culture’ » (encore elle). Une phrase que l’on entend chaque jour en France ces dernières semaines…

Vanter son bilan… quitte à s’attribuer toutes les réussites

Si l’on en croit le président battu, la découverte et la distribution du vaccin en si peu de temps, c’est grâce à lui. Ainsi, a-t-il martelé : l’administration Trump a sauvé de grandes parties du monde de la Covid, pas seulement les États-Unis, regrettant que « les médias ne le disent pas parce qu’ils mentent ». Il aurait aussi arrêté les guerres, fait payer la Chine, défendu les emplois de l’extraction des énergies fossiles et des mines (des emplois masculins).

Ce serait aussi grâce à Trump que des dizaines de représentants, de sénateurs et de congressistes locaux ont pu être réélus en novembre dernier. L’ex-leader de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, a sans doute été ravi d’entendre qu’il doit à Trump sa réélection pour un septième mandat. Il faut aussi comprendre ce passage comme des menaces à peine voilées contre ceux et celles, notamment Liz Cheney, qualifiée de « belliciste » et que Trump a fait huer, qui ne le soutiendraient pas. De fait, a-t-il dit, « les RINO (Republicans In Name Only, autrement dit les « faux républicains) vont détruire le parti, mais le parti est uni » (ce qui est loin d’être vrai). En les citant un par un, Trump a égrené les noms des dix-sept républicains qui, au Congrès, ont voté le deuxième impeachment : « Débarrassez-vous d’eux ! », a-t-il lancé à la foule.

Donald Trump souhaitait ainsi faire montre de son emprise sur le Parti républicain. Sa force, c’est son réservoir de 74 millions de voix, la peur qu’il suscite dans les rangs du parti, et le mouvement qu’il a créé autour de lui. Il a hier donné sa propre définition du trumpisme : « des super deals, un électorat fort, des impôts faibles, l’absence d’émeutes de rue (sic), le respect de la loi et de l’ordre public (sic), la protection du deuxième amendement, une armée forte » (qu’il estime avoir « totalement reconstruite »). Il est vrai que le trumpisme est un mouvement, aux États-Unis et en dehors.

Ses promesses de victoires à venir, de reconquête du Congrès en 2022 et de la Maison-Blanche en 2024 restent pour l’heure de l’ordre du discours. Pour y parvenir, Trump a-t-il expliqué, il faut revoir les conditions du vote. Réclamant des réformes comme la fin du vote par courrier ou l’obligation de détenir une carte d’identité (ce qui pénalise les plus démunis et les minorités raciales), il rejoint les nombreux États fédérés conservateurs qui, actuellement, votent des lois pour restreindre l’accès au vote. La justification avancée est la « fraude ». Néanmoins, ces tentatives s’inscrivent dans l’histoire longue du parti républicain, comme l’illustre le souhait, en Géorgie, d’interdire le « Sunday voting », qui vise particulièrement les Noirs qui se rendent traditionnellement aux urnes après l’office religieux. Or il s’agit d’un vote « en personne » et cela n’a donc rien à voir avec la prétendue fraude au vote par correspondance. Mais pour Trump, le Grand Old Party (GOP) est « le parti des élections fiables » et ce sont les démocrates qui ont « utilisé le ‘Chinese virus’ pour changer toutes les règles électorales »… Le big lie, encore.

Si des combats juridiques sont à venir, certaines de ces nouvelles lois locales sont permises par un arrêt de la Cour suprême de 2013 fragilisant le Voting Rights Act de 1965 (laquelle avait supprimé les discriminations raciales dans l’accès au vote dans certains États du Sud). Plutôt qu’adapter son offre aux nouveaux électorats, le GOP leur interdit de voter. Vous avez dit cancel culture ?… Les théories du complot conduisent à la violence (6 janvier). Elles servent aussi de justification à la limitation de la démocratie.

Trump, avenir du parti républicain ?

Sur scène à Orlando, Trump a balayé la possibilité de créer un nouveau parti puisque, a-t-il insisté, le parti républicain est uni. Le récit populiste d’un « Nous » (« tout le monde dans le pays », un « peuple » imaginaire peut-être) versus un « Eux » (l’establishment de Washington et surtout « quelques-un.e.s de ses membres », les « fake news media ») a été réactivé. « Nous gagnerons : à la fin, nous gagnons toujours. Nous devons vivre un triomphe », a scandé Trump à la CPAC de 2021, qui n’est pas représentative du parti républicain. Le test de sa véritable influence en son sein, ce sera les Midterms de 2022 et jusque là, au moins, les républicains vont, si l’on peut dire, avoir Trump « dans les pattes ».

Global Britain : Mythes et réalité

Sun, 28/02/2021 - 10:34

C’est une bien mauvaise surprise qui guettait ce malheureux contingent de routiers à leur arrivée au port de Rotterdam, un triste lendemain de Brexit. A peine avaient-ils posé le pied dans le marché unique qu’ils durent se délester de la totalité de leurs rations de sandwich au jambon, à l’invitation sympathique mais sourcilleuse d’un bataillon de douaniers néerlandais. La surprise, convient-il aussitôt d’ajouter, est somme toute relative. Elle procède implacablement des 1449 pages de l’accord de libre-échange conclu entre Londres et Bruxelles fin 2020, dont les minuties n’avaient en rien échappé à la sagacité de l’administration portuaire.

Pour trivial qu’il soit, l’épisode est loin d’être anodin, et très loin d’être isolé. Ce sandwichgate incarne en puissance tout le défi qui attend désormais le Royaume-Uni dans sa course vers le large. La Cheshire Cheese Company, une respectable fromagerie britannique qui soutenait le Brexit, a dû se résoudre depuis janvier à adjoindre un certificat vétérinaire de £180 à chacun de ses colis continentaux. L’entreprise prévoit aujourd’hui de construire ses nouveaux entrepôts en France, plutôt que dans le Cheshire.

Pour tenter d’écouler sur le marché intérieur la pêche qu’il est désormais ruineux d’exporter vers l’Espagne, le crabe araignée et la cardine franche britannique ont été rebaptisés à la hâte. Les deux espèces, boudées d’ordinaire par l’autochtone, seront dorénavant vendues outre-Manche sous les noms plus heureux de crabe royal et de sole des Cornouailles. La fin prochaine du moratoire sur les formalités douanières ne contribuera pas davantage à épargner à Boris Johnson les récriminations d’un secteur qui fait face aux coûts supplémentaires qui s’appliquent invariablement à tout aliment frais.

Quelques maux de tête

Qu’importe pourtant, puisque le Premier ministre a fait le pari singulier de présenter le Brexit comme une question strictement politique, dans un pays où le commerce d’abord et la finance ensuite ont longtemps fait figure de premier aiguillon. Il y a pourtant bien quelque chose d’éminemment politique dans la nécessité qui s’imposera à partir du mois d’avril de déclarer tous les biens transitant entre la Grande Bretagne et Irlande du Nord. C’est acter une manière de séparation commerciale qu’« aucun Premier ministre anglais ne pourrait accepter », selon Theresa May elle-même.

C’est ainsi qu’il n’aura fallu qu’une courte polémique sur les exportations de vaccins pour mettre le feu aux poudres et ouvrir grande la boîte de Pandore nord-irlandaise, lors même qu’on pensait les contestations étouffées, avec un certain flair diplomatique, sous le double éteignoir des fêtes de fin d’année et de la lassitude politique qui a fini par gagner les deux côtés de la Manche.

Un sondage du quotidien conservateur le Sunday Times annonçait dans l’intervalle qu’une majorité nord-irlandaise appelait de ses vœux un référendum de réunification irlandaise d’ici cinq ans. En position de force, le parti nationaliste écossais se prépare quant à lui à faire campagne pour un nouveau référendum d’indépendance après les élections parlementaires du printemps. Plus surprenant, la question de l’indépendance galloise a commencé d’affleurer publiquement. De Global Britain à Little England, il n’y a guère en effet qu’un pas de trois.

Les relations transmanche ne sont pas en reste, et promettent à Downing Street des maux de tête qui s’étendront fort au-delà des récentes escarmouches sur les vaccins. La gestion des quelque 2300 dispositions juridiques annuelles que les institutions européennes produisent dépend désormais d’un mille-feuille de comités ad hoc responsables qui de l’accord de sortie, qui du protocole nord-irlandais, qui de l’accord de libre-échange du mois de décembre 2020 dont répondent dix neufs sous-comités.

Comme le rappelait Clément Beaune, le Royaume-Uni libre-échangiste est désormais soumis à davantage de règles à l’export que n’importe quel pays du monde.

Au gré de ses intérêts

C’est sans doute pourtant du point de vue stratégique que la notion de « Global Britain » suscite le plus de scepticisme. Pour temporiser, le gouvernement a d’ores et déjà annoncé une augmentation significative du budget de défense et des investissements consacrés à la cybersécurité et à l’intelligence artificielle. L’officialisation prochaine d’une stratégie extérieure rédigée sous la houlette de l’historien nord-irlandais John Bew vise à définir plus largement le rôle que le pays souhaite jouer sur la scène internationale.

Très attendue, elle tentera d’esquisser le portrait d’une puissance globale agile dans un monde dominé par l’affrontement entre la Chine et les Etats-Unis. Les frictions récentes sur la question des Ouïgours et de Hongkong incarnent la volonté britannique de peser dans l’Indopacifique sans en rabattre sur les droits de l’homme.

Comme les États-Unis de Barack Obama, le Royaume-Uni réfléchit à son pivot contemporain vers le Pacifique. Comme ceux de Joseph Biden, Londres aspire à rejoindre l’accord de libre-échange transpacifique. Au gré de ses intérêts objectifs par ailleurs, le pays cherchera tantôt à s’allier avec l’« E3 » (France, Allemagne, Royaume-Uni), avec la communauté « Five Eyes » (l’alliance des services de renseignement américain, néo-zélandais, australien, canadien et britannique) ou avec le « D10 » (G7, Inde, Australie et Corée du Sud).

Rien que de très classique, en somme. « Little England » ou « Global Britain », le Royaume-Uni de Boris Johnson ressemble à s’y méprendre à celui de [l’ancien premier ministre] Lord Palmerston (1784-1865), pour qui il n’était « point d’allié éternel ou d’ennemi perpétuel de l’Angleterre. Il n’est d’éternel et de perpétuel que ses intérêts ».

Quelle politique de Joe Biden au Moyen-Orient ? Premiers éléments de réflexion

Fri, 26/02/2021 - 17:00

Après quatre années d’administration Trump, l’arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche pose la question du futur des relations entre les États-Unis et les États du Moyen-Orient. Les signaux lancés par Washington laissent entrevoir une volonté de relancer le dialogue avec Téhéran tout en ne laissant pas le champ tout à fait libre à Riyad et Tel-Aviv. À rebours donc de la politique de Trump. Mais il faut rester prudent et attendre de voir si les actes suivront. Analyse de Didier Billion, directeur adjoint de l’IRIS.

Un mois s’est écoulé depuis la prise de fonctions du nouveau locataire de la Maison-Blanche. Si l’on ne peut constater à ce stade une vague d’enthousiasme à l’égard de la nouvelle administration, une forme de soulagement s’est néanmoins fait jour après les préoccupants errements de Donald Trump dans le champ des relations internationales. Le multilatéralisme, qui était systématiquement remis en cause par son prédécesseur, semble en effet redevenu un paramètre pris en compte par Joe Biden dans les mécanismes de prises de décision de Washington.

Au Moyen-Orient, une série de choix ont été énoncés dont il serait inconséquent de sous-estimer la réalité, tout autant que de considérer que nous assistons à un changement de cap politique radical. Les dossiers sont multiples et il s’avère utile d’en décliner quelques-uns pour saisir les dynamiques à l’œuvre.

C’est le dossier nucléaire iranien qui concentre aujourd’hui l’attention internationale. Pour mémoire, un accord global, dit JCPOA, fut signé le 14 juillet 2015 après de longues négociations – initiées de facto, en octobre 2003 à Téhéran, par la France en la personne de Dominique de Villepin accompagné de ses collègues britannique et allemand – qui permirent de réintégrer l’Iran dans le jeu régional et international. C’est moins de trois années plus tard que Donald Trump annonça, le 8 mai 2018, le retrait unilatéral des États-Unis de l’accord, ce qui combla d’aise Israël, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, réunis par leur aversion commune à l’égard de l’Iran. Ayant vainement montré sa volonté de rester dans le cadre de l’accord, mais n’obtenant aucun résultat tangible, l’Iran finit par annoncer, le 8 mai 2019, qu’il ne s’estimait plus contraint par tous les engagements contenus dans le JCPOA. Les États-Unis accrurent alors leur pression sur le pays en accentuant les sanctions à son encontre que l’Union européenne n’aura pas le courage de refuser d’appliquer.

C’est dans ce contexte tendu que Joe Biden a annoncé sa volonté de reprendre des négociations avec l’Iran. La question est de savoir désormais qui va faire le premier pas et quelles en seront les conditions précises. Les dirigeants iraniens exigent légitimement l’arrêt préalable de toutes les sanctions, les États-Unis posent la condition que Téhéran en revienne immédiatement au respect des engagements contenus dans l’accord de 2015. La meilleure solution consisterait alors de procéder à des décisions bilatérales simultanées sous le contrôle de l’Organisation des Nations unies (ONU). De ce point de vue l’accord, valable pour trois mois, signé le 21 février entre le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, et le gouvernement de Hassan Rouhani est un signe positif qui indique une évolution certaine du traitement de ce dossier délicat.

Mais une autre condition est posée à l’Iran par Washington, visant à rouvrir des négociations en intégrant deux nouveaux dossiers qui n’apparaissaient pas dans le JCPOA : celui de la politique régionale de la République islamique et celui de ses missiles balistiques. Le fait même que ces deux dossiers n’aient jamais été abordés dans l’accord de 2015 jette, pour le moins, une ombre sur la volonté de Joe Biden de véritablement trouver une solution négociée en rajoutant des conditions supplémentaires alors qu’il n’y a rien de plus urgent que d’en revenir aux termes, à tous les termes, mais rien qu’aux termes, du JCPOA. Comment, en outre, penser une seule seconde que Téhéran puisse accepter de négocier pour se voir dicter sa politique régionale ou sur ce qu’elle considère relever de sa sécurité nationale ?

Dans le même temps, la nouvelle administration Biden, comme si elle désirait néanmoins convaincre de sa résolution à parvenir à une fluidification de ses relations avec l’Iran, a adressé plusieurs signaux en direction de l’Arabie saoudite, l’un des États de la région le plus opposés à toute forme de normalisation avec l’Iran et en son temps systématiquement favorisé par Donald Trump. L’annonce de l’arrêt du soutien logistique états-unien aux opérations militaires saoudiennes au Yémen – pays à propos duquel Joe Biden a parlé de « catastrophe humanitaire et stratégique » –, la remise en cause de livraisons d’armes à l’Arabie saoudite, l’annulation de la qualification des houthistes d’entité terroriste, constituent un changement de cap significatif, dont il conviendra toutefois de vérifier la mise en application réelle. On constate d’ailleurs que les dirigeants saoudiens ont assez vite compris le message en prenant plusieurs décisions visant à réduire les pressions qui s’exercent sur eux : libération de Loujain Al-Hathloul, levée de l’embargo commercial et économique imposé par l’Arabie saoudite, Bahreïn et les Émirats arabes unis au Qatar depuis 2017, certaines peines de mort commuées en peine de dix années de prison. On comprend que le langage de fermeté des États-Unis induit des turbulences au sein des cercles dirigeants saoudiens et que ces derniers n’ont d’autre choix que de composer avec les exigences de la nouvelle administration Biden.

Enfin, sur le dossier israélo-palestinien, des décisions ont de même été prises rapidement, marquant des éléments de ruptures avec la politique de soutien et d’alignement inconditionnelle sur Benyamin Netanyahou qu’avait mise en œuvre Donald Trump. Notons, tout d’abord, que le premier entretien téléphonique entre le président états-unien et le Premier ministre israélien a seulement eu lieu le 17 février, long délai qui a certainement inquiété ce dernier, habitué à plus de considération et de célérité de la part des États-Unis. Inquiétude d’autant plus motivée que Washington a réaffirmé sa recherche d’une solution à deux États, qualifié les colonies israéliennes d’illégales, et donc signé la mort de ce que Donald Trump avait annoncé comme le « deal du siècle ». Il y a probablement dans les cercles décisionnels proches de Biden le sentiment confus que le soutien inconditionnel à l’État d’Israël devient en partie contradictoire avec le soutien inconditionnel à son Premier ministre actuel. Dans le même temps, Kamala Harris a annoncé la reprise des contacts avec les dirigeants palestiniens, la réouverture de la mission palestinienne à Washington et la réactivation de la participation financière des États-Unis à l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA). A contrario, Joe Biden a expliqué qu’il ne reviendrait pas sur la décision du transfert de l’ambassade états-unienne à Jérusalem, mais allait rouvrir le consulat à Jérusalem-Est, signal de la reconnaissance de la ville trois fois sacrée comme capitale de l’État d’Israël, mais possibilité de la reconnaître aussi comme capitale d’un État palestinien, si ce dernier venait à voir le jour, ce qui nécessitera beaucoup plus que des signaux, aussi positifs fussent-ils. Il semble néanmoins que le dossier israélo-palestinien ne soit pas considéré à ce stade comme une priorité politique pour la nouvelle administration.

L’ensemble de ces éléments montrent une réelle inflexion de la politique des États-Unis au Moyen-Orient, dont il faut prendre la mesure. Néanmoins, il serait bien imprudent de se réjouir trop vite. Joe Biden ne révolutionnera pas les fondamentaux de la politique de son pays dans la région et les alliances structurantes seront maintenues. Nous ne sommes certes plus dans la séquence « America first », mais dans celle du « America is back », et le président est élu pour servir les intérêts des États-Unis.

Il y a souvent loin des promesses aux actes, mais on peut faire crédit au nouveau président de n’avoir pris ses fonctions que depuis quelques semaines. Des signaux contradictoires ont été émis pour tenter de redonner une véritable place à la diplomatie, c’est un fait positif. Cela ne signifie pas que Paris possède mécaniquement les mêmes intérêts que Washington et il est regrettable que la France ne soit pas force de proposition constructive pour contribuer au règlement des contentieux régionaux. Plus que jamais, elle doit faire preuve de créativité pour conforter son indépendance et être vecteur d’entrainement. Il était éventuellement facile de s’opposer à la politique Trump en raison de ses outrances récurrentes, et pourtant les voix critiques à son égard n’étaient pas toujours très audibles, mais ce serait une grave erreur de s’aligner aujourd’hui systématiquement sur la politique de son successeur en ne retenant que le plus petit dénominateur commun. Alliés, mais pas alignés expliquait le général de Gaulle, la formule n’a pas perdu de sa pertinence.

China’s Championing of Football makes State led U-Turn for home

Fri, 26/02/2021 - 12:50

When Argentinian player Carlos Tevez signed for Chinese Super League club Shanghai Shenhua at the end of 2016, it marked perhaps the most significant episode in what, at the time, seemed to be a booming market for football.

Tevez’s salary (reportedly worth upwards of euro €670,000 per week) has become the stuff of legend, and was taken to be a sign of China’s commitment to developing its football. Others, including Tevez himself, tended to see such ostentatious spending as unfathomable yet highly lucrative. Indeed, when he left Shanghai to return back to Argentina after just a year with Shenhua, Tevez talked of his ‘holiday in China’.

The origins of a rapid growth in spending on expensive overseas players are found in statements supposedly made by President Xi Jinping, in which he supposedly claimed that he wanted China to win the men’s FIFA World Cup. These statements came just ahead of the country’s launching of its 13th Five-Year Plan, which advocated the need for a more outward looking China and also encouraged outbound Chinese investment.

One of the early movers in responding to what became a tidal wave was Wang Jianlin, owner of the Wanda Corporation. Wang had been a long-time football fan and owner of a club in China, who then acquired a 20% stake in Spain’s Atletico Madrid. Many other such acquisitions followed, with Chinese investors buying a host of clubs including England’s Wolverhampton Wanderers (by Fosun), Italy’s Inter Milan (by Suning) and the Czech Republic’s Slavia Prague (by CEFC Energy).

Why there was a sudden surge in such acquisitions is, even now, still being debated. Some observers have seen it as a means through which China could learn about elite professional football – both on and off-the-field. Others have seen it as symbolic, a signal by China that it intended to play the game (and, ultimately, win the World Cup). Otherwise, investing into an industrial sector in response to state diktats has always been a way to for Chinese businesses to ingratiate themselves with the government.

Yet there were also investors whose motives were questionable, at least to officials in Beijing. Some probably saw an opportunity to move their assets, which may have been accumulated by suspect means, overseas whilst too many of these Chinese investors in football proved unable to demonstrate any tangible return-on-investment from their rush into the sport.

The latter was a particular point of concern, especially among those working in the Chinese financial system. Not only was football becoming a significant leakage from the Chinese economy, overseas club investors were also exposing China’s financial system to undue financial risk by borrowing at home and spending abroad (often on highly expensive players who were of little use to the Chinese national team’s performances).

By mid-2017, China’s government stepped in, famously labelling overseas club acquisitions as ‘irrational investments’. At that time, there was also a sense that these new club owners were becoming celebrities in their own right and beginning to see themselves as somehow being bigger than the Chinese state.

Hence what had started with Wang began to end with Wang, the businessman being forced to offload all but 3% of his stake in Atletico. Ahead of this disposal, in the second half of 2017, Wang was detained by Chinese officials and had his passport confiscated. He did, nevertheless, subsequently reappear, around the same time that it was announced that Wanda would be acquiring the Chinese Super League club Dalian.

Wang wasn’t alone; CEFC Energy was quickly forced to sell Slavia Prague and the power company’s owner, Ye Jianming, was imprisoned upon his return to China. Meanwhile, Fosun’s owner, Guo Guangchang, was also reportedly detained by the Chinese authorities (perhaps a reflection of the conglomerate being one of China’s most indebted companies).

More recently, Suning (a high street electrical retailer) has actively been seeking a buyer for Inter Milan. This comes at a time when the company needs debt financing, brought about by the Italian football club’s precarious finances. It is no coincidence that Suning is supported by Alibaba, whose owner Jack Ma has also recently been detained by the authorities (following issues with Alibaba’s stalled stock market floatation of Ant Finance).

As overseas club ownership has been consigned to Chinese football history, so the influx of playing talent has also reversed. Indeed, several of the country’s high-profile signings have left China to go and play elsewhere. The Chinese Football Association’s imposition of a player salary-cap is one reason for this, gone are the days of Carlos Tevez style ‘pay days’ and expensive, often unnecessary, imports.

Instead, China appears to be turning inward upon itself, though with a specific purpose in mind. The 14th Five-Year Plan (due for ratification in 2021) explicitly refers to the need for domestic industry to strengthen and develop its position. It also emphasises the need for inbound investment, not just a call to the country’s investors to come home but also to foreign companies to spend in China.

Both prior to and following the launch of the next plan, there is already a clear sense of China’s priorities, not least that business and football should follow state orders, commit to their own country, reduce debt exposure, and focus on making Chinese football great. As such, football is now being played in all Chinese schools, some of the world’s largest football stadiums are currently being built in China, and Chinese corporations continue to cluster around FIFA.

This is one area of overseas football investment that China’s government has not sought to curtail. Over the last five years, numerous Chinese brands have become FIFA partners leading football’s world governing body to publicly acknowledge its financial inter-dependence with China. Dependent relationships often involve shifts in power between the two partners, which hints at where China is now going.

Rather than winning the World Cup by 2050, China is actually seeking to become a leading FIFA nation in different terms by that date. Hence, its staging of the 2030 men’s tournament would be a part of the country’s trajectory as well as being a major coup for the government in Beijing. If a Chinese bid to stage the event transpires and is then successful, the country will play host to the World Cup’s centenary tournament. This would be hugely symbolic, for China, for FIFA and for the world of football in general.

Under such circumstances, Xi will not want his team to be embarrassed. Hence the pace of training local players, at home in China, has become more like a frantic quest. Talent development is a long-term process, but as a short-term fix the naturalisation of overseas players has started taking place. This carries with it all manner of issues, though China appears intent on trying to qualify for the 2022 and 2026 men’s World Cups.

It has been a short but intense journey from Tevez’s Shanghai holiday and Wang’s Spanish sojourn to China’s more focused football intent. Whether the country will become a leading FIFA nation remains to be seen, however the country’s more purposeful and strategic approach points to a different outcome than that which was delivered over the last five-year planning cycle.

Covid-19 : quelles avancées contre la pandémie ?

Fri, 12/02/2021 - 15:18

Depuis déjà plus d’un an, la pandémie de Covid-19 met à rude épreuve l’OMS, qui vient d’envoyer des experts en Chine, afin d’en trouver l’origine. Alors que la Covax devait permettre un partage équitable des vaccins, les pays les plus riches ont fait cavaliers seuls captant la grande partie des doses. Le point sur la situation avec Anne Sénéquier, médecin, chercheuse et codirectrice de l’Observatoire de la Santé à l’IRIS.

Quels sont les objectifs des experts de l’OMS dépêchés à Wuhan ? Leurs recherches sont-elles libres et peuvent-elles apporter des solutions quant à la gestion actuelle de la pandémie ?

L’objectif des experts de l’OMS était d’en savoir plus sur l’origine du virus du Covid-19. On sait à l’heure actuelle qu’il s’agit d’une zoonose, une maladie du monde animal qui a eu l’opportunité de passer chez l’être humain. La question demeure de savoir quel est cet animal, et quelle est cette opportunité. Le patient 0 avait été identifié au marché aux frais de Wuhan. Jusqu’alors, pour toutes les différentes zoonoses qu’a connues l’Humanité, on a pu identifier l’animal source, ce qui est primordial pour éviter une seconde émergence et pour essayer de comprendre où l’opportunité a eu lieu afin d’éviter ce genre de situation à l’avenir.

Ces recherches sont faites à chaque émergence d’une nouvelle zoonose, mais dans le cas du Covid-19, elle a été particulièrement médiatisée, du fait qu’il s’agisse d’une pandémie mondiale, mais aussi en raison de l’antagonisme très important entre la Chine et les États-Unis. L’OMS est du reste devenue une arène dans laquelle les deux nations se sont opposées.

L’objectif était donc de savoir d’où venait ce virus et d’infirmer ou confirmer plusieurs hypothèses. La première hypothèse est celle d’une zoonose provenant du monde sauvage à travers les animaux en vente (vivants ou non) sur le marché aux frais de Wuhan. La deuxième hypothèse concerne un accident de laboratoire, en raison de l’existence d’un laboratoire P4 à Wuhan, et d’une « fuite » du virus. La troisième hypothèse, évoquée notamment par la Chine, est l’arrivée du Covid-19 sur le territoire chinois à travers l’importation extérieure d’aliments congelés, ce qui signifierait dans ce cas que le virus ne vient pas de Chine.

Les experts de l’OMS ont procédé à de nombreuses visites et rencontres au cours des derniers jours, avant de rendre leur rapport lors d’une conférence de presse qui s’est déroulée mardi dernier. Ils ont évoqué ce qu’ils n’avaient pas trouvé plutôt que d’évoquer ce qu’ils avaient trouvé. Ils n’ont pour l’instant ni identifié l’espèce animale d’où est venu le Covid-19 ni d’hôte intermédiaire.  C’est assez problématique, et il faudra continuer à travailler sur cette question. Néanmoins, ils ont décrété qu’il était fortement improbable que le Covid-19 vienne du laboratoire P4.

Depuis le début de cette crise, plusieurs problématiques demeurent quant à la transparence sur les données, le nombre de cas, de décès, sur les protocoles et les procédures dont fait preuve la Chine. Il a fallu plus d’une année pour que l’équipe d’experts soit montée. L’enquête ne peut se dire indépendante dans le sens où ils ont dû demander l’aval des autorités pour rencontrer des gens et visiter des structures. Toutefois, tout est ni blanc ni noir, il ne faut pas partir du principe que tout ce qui vient du gouvernement chinois est faux et, à l’inverse, il ne faut pas trop être optimiste et penser que tout est su.

La problématique avec la zoonose est qu’on focalise sur des origines nationales du virus, et donc ici chinoises. Or, aujourd’hui, des zoonoses émergent partout. C’est vrai en Asie avec le Sars-Cov-1. C’est vrai au Moyen-Orient avec le Mers, en Afrique avec Ebola et Zika. C’est aussi vrai en Amérique du Nord avec la maladie de Lyme qui a pris énormément d’ampleur suite à la fragmentation du couvert forestier sur la côte est-américaine et qui prolifère aujourd’hui en Europe. Il ne s’agit donc pas d’une problématique nationale, mais plutôt d’environnement qui est propice aux opportunités qui génèrent des passerelles pour les maladies zoonotiques vers les humains. De plus, une étude a mis en avant l’existence de facteurs de risque. Les zones à risque se situent surtout sur la bande tropicale avec des changements d’utilisation des terres, un couvert forestier qui devient une zone agricole, une faune sauvage qui ne trouve plus son habitat dans les zones périurbaines. Mais c’est aussi vrai dans la fragmentation des forêts primaires dans l’hémisphère nord, en Europe et sur la côte Est des États-Unis. Tout cela représente un risque. Si l’on avait pris les choses par ce biais-là, on aurait pu probablement moins se braquer les uns contre les autres et permettre une meilleure transparence.

Il faut donc continuer les recherches en Chine, mais aussi un peu partout dans le monde. Les experts n’ont cherché qu’à un seul endroit. Ces recherches auront un impact que lorsque l’on aura trouvé le pourquoi du comment afin de mettre en place toutes les mesures pour limiter de nouvelles émergences du Covid-19 et prévenir les autres pandémies.

Qu’est-ce que la pandémie révèle sur la place et le rôle de l’OMS, alors que ses préconisations semblent ignorées par de nombreux pays ?

L’année écoulée et ses antécédents sont pour beaucoup dans le manque de confiance que connait aujourd’hui l’OMS de la part des populations et des gouvernements. C’est très dommageable, car l’OMS avait un rôle de coordinateur en réponse à la pandémie, et de chef d’orchestre. En 2020, elle a donné de nombreuses consignes, à essayer de coordonner, de donner des caps sur les recherches, de proposer une réponse coordonnée et commune. C’est la première fois qu’il y avait, hors réchauffement climatique, un ennemi commun au niveau international. L’OMS a aussi mis en place le programme Covax pour que tous les pays puissent être vaccinés en même temps et ainsi avoir une réelle pertinence au niveau sanitaire et une diminution des décès du Covid-19 plus importante que si l’on vaccinait les pays riches en premier.

Cela préfigure la nécessité d’une réforme de l’OMS. Le financement fait partie des points à réformer. Basé sur les contributions obligatoires des pays, ils ne suffissent plus à l’organisation pour faire ce qu’on peut attendre d’elle. Le budget de l’OMS n’est même pas équivalent à celui des hôpitaux de Paris. On peut difficilement gérer une pandémie avec ce budget, alors que les hôpitaux de Paris eux-mêmes n’arrivent pas à gérer les patients d’une seule ville. C’est illusoire. Il est donc nécessaire de trouver des financements innovants, mais aussi de donner un peu plus de pouvoir à l’organisation.

Le problème est que l’organisation a le pouvoir que les États membres lui donnent, soit quasiment aucun. Pour que l’OMS enquête dans un pays, il faut que ce pays l’accepte, l’invite. C’est d’ailleurs pour cela que l’an dernier les représentants de l’OMS n’ont pu se déplacer que fin janvier. On voit bien ici les limites d’un système.

L’OMS avait aussi été beaucoup critiquée en 2009 suite à ses alertes sur la grippe aviaire, qui avaient provoqué une panique dans le monde et généré des achats de vaccins par millions. En 2014, avec Ebola, l’OMS a pris du retard dans sa réaction, à cause de 2009. À chaque fois, ils agissent en fonction de la crise précédente. Il faudrait aujourd’hui un peu plus d’anticipation et arriver à construire une organisation qui ait les moyens financiers et les ressources humaines pour agir.

Mais pour l’instant, l’OMS demeure un chef d’orchestre qu’on n’écoute pas, une bibliothèque scientifique que l’on ne consulte que lorsque l’on en a besoin. D’autant plus que les pays qui ont leur propre unité de santé comme le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) américain ou européen sont aussi moins attentifs à ce que peut évoquer l’organisation.

Alors que l’efficacité du vaccin AstraZeneca est remise en doute et que les variants se propagent, où en sont les vaccins et les vaccinations ? Et ce avec quelles disparités géographiques ? 

L’efficacité du vaccin AstraZeneca n’est pas tant remis en cause, il n’est cependant pas recommandé pour les plus de 65 ans (pour l’agence européenne du médicament). L’OMS avait mis comme seuil d’efficacité un seuil proche de 50%, mais les vaccins ARN messager de Pfizer et Moderna ont mis la barre très haute avec une efficacité à 90%. C’est d’ailleurs ce qui explique l’abandon de certains candidats vaccins qui n’arrivaient pas à avoir des taux pertinents. Cela aurait créé une vaccination à deux vitesses qui n’aurait été ni acceptable ni pertinente.

Pour le moment, on a trois variants : V1 (Angleterre), V2 (Afrique du Sud) et V3 (Brésil). On a demandé à ne pas les nommer comme variant anglais, variant sud-africain et variant brésilien, pour ne pas retomber peu à peu dans la faute nationale, comme ce qui s’est passé avec le « virus chinois ». Ces variants offrent une double problématique. Pour le moment, V1 et V2 sont déclarés comme étant plus transmissibles à hauteur de plus de 70%. Ce qui signifie que plus de personnes vont attraper le Covid et développer une pathologie grave. Il y a donc un réel intérêt à ce que les vaccins soient efficaces avec ces variants. Pour le V1, il semblerait que le vaccin soit efficace. Pour le V2, la question de l’efficacité commence à se poser. Pour le V3, cela reste à vérifier. C’est d’autant plus problématique si par exemple le V3 prend le lead et devient dominant et résistant à la vaccination ; il faudra alors sortir un second vaccin et revacciner la population des pays riches qui a déjà été vaccinée. Ce serait un peu le même système que la grippe annuelle, où chaque année une nouvelle vaccination s’impose, celle de l’année précédente n’étant plus efficace.

De plus, les vaccins Pfizer et Moderna n’ont pas prouvé leur efficacité concernant la diminution de la transmission intrapersonnelle. Avec les nouveaux variants, l’immunité collective n’est plus estimée à 60%, mais bien plus, jusqu’à 80%. Dans cette configuration, il faut vacciner tout le monde et abandonner l’idée d’une immunité collective.

Le fait que les pays occidentaux aient coadapté la vaccination risque de provoquer l’émergence de nouveaux variants. Une des hypothèses de l’origine des variants concerne les Covid longs chez des personnes vulnérables qui vont garder le virus en elles plusieurs semaines, plusieurs mois. Le virus va donc avoir l’opportunité de muter plus souvent avant d’être transmis à quelqu’un d’autre. En ayant fait le choix de vacciner des populations nationales entières plutôt que vacciner les populations vulnérables, on a fait le choix de prendre le risque de voir de nouveaux variants émerger. Et potentiellement de voir un jour les vaccins actuels ne plus fonctionner face aux nouveaux variants et qu’il faille revacciner tout le monde. On peut craindre qu’une fois de plus, le choix soit fait de vacciner les pays riches en premier.

Le vaccin polyvalent est un véritable besoin pour lutter contre les variants. Comme c’est le cas pour la polio, avec des vaccins trivalents où il y a la cellule souche du virus de la polio, mais aussi les variants qui ont émergé par la suite.

En termes de vaccinations, les pays occidentaux ont réussi à acheter des doses très tôt grâce aux accords bilatéraux avec les laboratoires pharmaceutiques. Il existe plusieurs vaccins. Au niveau occidental, il y a pour l’instant Pfizer, Moderna et AstraZeneca. Les deux premiers utilisent une nouvelle technologie : l’ARN message. Le vaccin AstraZeneca est un vaccin plus classique avec un vecteur viral. On a pris un virus que l’on connaissait déjà qui va véhiculer l’information que l’on veut au sein des cellules. Ce vaccin est logistiquement plus simple, il n’a pas besoin d’être conservé à -70°C. Il peut être conservé à 5°C pendant plusieurs mois. Il est donc aussi beaucoup moins cher, ce qui le rend plus utilisable dans les pays à revenu faible et intermédiaire pour une question de prix et de facilité de transport puisqu’il y aurait moins de risque de rupture de chaine du froid.

Il existe d’autres vaccins. Il y a le vaccin russe Sputnik V. Il a commencé à être administré en Russie dès l’été. En l’absence de publication scientifique, le vaccin a été mis en doute par les Occidentaux. Mais récemment une étude dans le Lancet, a annoncé une efficacité à 91%. Les puissances occidentales ont alors commencé à regarder vers la Russie, d’autant plus que les vaccins occidentaux commencent à connaître des ruptures de stock. La Chine a, quant à elle, cinq vaccins en phase d’essai, qu’elle administre depuis l’été dernier.

La Russie, la Chine ou encore l’Inde se positionnent au chevet des pays à revenu faible et intermédiaire pour leur proposer des accords, initiant une véritable diplomatie des vaccins.

L’Inde, au travers d’un partenariat avec Oxford, a fait un transfert de capacité de production permettant au Serum Institute of India de produire le vaccin AstraZeneca. Le pays va le proposer aux pays limitrophes, à savoir le Bangladesh, le Népal, la Thaïlande, etc., travaillant son influence régionale. La Chine a notamment avancé ces pions en Amérique latine en testant ses vaccins (lors des phases II et III de ses essais cliniques) sur la population, en échange de doses. La Russie positionne elle aussi ses pions en Amérique latine et au Moyen-Orient. Il est important de suivre de près cette géopolitique des vaccins, susceptible de dessiner les contours des relations internationales de demain.

Aujourd’hui, les pays occidentaux ont fait le choix d’une réponse individuelle à défaut d’une réponse collective. Il est fort probable que cela ait un retentissement sur les futures décisions des pays à revenu faible et intermédiaire qui s’en souviendront certainement. Mais au-delà de cela, ce choix n’est pas pertinent au niveau sanitaire : cela ne diminue pas le nombre de décès comme le ferait une vaccination prioritaire sur l’ensemble des populations vulnérables. Ni même au niveau économique : les pays en voie de développement ne pourront reprendre une activité économique totale sans vaccination, or ils nous fournissent les produits bruts qui font tourner nos économies. Et au niveau sociétal, c’est une fois de plus la mise en avant d’une distinction entre les pays du Nord et ceux du Sud. Il n’y a pas meilleur moyen pour engranger les problèmes de demain. Notre approche des choses est une vision à très court terme sans aucun sens de la prospective.

Gazprom and its sponsorship of football. From sex without a condom to major strategic threat

Fri, 12/02/2021 - 11:10

During a UEFA Champions League match in 2013, Greenpeace activists unfurled a large banner from a stadium roof to reveal to the statement ‘Don’t Foul the Arctic’. This was in response to Russian oil and gas corporation Gazprom engaging in high risk oil exploration in one of the world’s most fragile ecosystems.

The match, at FC Basel’s St. Jakob Park Stadium in Switzerland, involved FC Schalke 04 of Germany’s Bundesliga – a club whose shirts have been sponsored since 2007 by Gazprom. When the initial deal was signed, German football magazine 11Freunde likened it to the club having sex without a condom.

When the Basel game took place, the Champions League itself was also being sponsored by Gazprom, a deal first signed in 2012. Indeed, the latest iteration of the Russian state-owned oil and gas corporation’s deal will see its relationship with UEFA running to the end of 2021’s football season.

For some, the choice of Schalke and the Champions League sponsorships by the Saint Petersburg-based organisation has always been puzzling. After all, unlike other football sponsors Gazprom doesn’t directly sell anything in consumer markets. Rather, it sells gas to governments.

But this provides clues as to why a club based in Gelsenkirchen, part of Germany’s Ruhrgebiet (the country’s traditional industrial heartland), has been of interest to Gazprom. The region is Germany’s football hotbed, home to some of the country’s most passionate fans, but also once a major source of the country’s coal.

At first glance, the Schalke sponsorship may therefore have seemed like an attempt to build profile and legitimacy in a market that was transitioning to a post-coal future. Some of the suspicion previously directed at Gazprom has thus been premised upon an assumption that the Russian giant was attempting to greenwash its reputation.

However, around the same time as the Schalke deal was first announced, Gazprom was involved in negotiations with the German government to begin construction of a Russia-Germany pipeline under the Baltic Sea (not uncoincidentally bypassing the likes of Poland and Ukraine). By 2010, this pipeline had been finished and Germany began buying vast quantities of gas from Russia.

Sponsorship of Schalke therefore appears to have been more about influencing decision makers in Berlin and establishing legitimacy in the eyes of German consumers than it was about covering for any of the corporation’s environmental misdemeanours.

The same is true of Gazprom’s UEFA sponsorship deal, as the Champions League is a both a pan-European and global phenomenon that generates visibility and confers legitimacy upon the corporation, important commodities in what can sometimes be highly sensitive global energy markets.

Indeed, as Schalke and Gazprom’s German pipeline became important in the North, so the Russian organisation looked South for partners to collaborate on the development of South Stream. This concluded with the Gazprom’s name appearing on the shirts of Red Star Belgrade, and stories circulating that an acquisition of the club by the gas behemoth was imminent.

Ultimately, the Serbian government at the time decided to focus upon becoming an EU member, the Russian economy dipped, and Gazprom’s quest for a southern outlet for its gas supplies was put on ice. Yet the playbook was established: football has always been a means through which Gazprom seeks to further its strategic interests.

Hence recent developments, which some may have interpreted as the mundane politicking of football bureaucracy, have been noteworthy. Russia has decided to give up its place on the FIFA Council and has put forward a candidate – Alexander Dyukov – to join UEFA’s Executive Committee.

Dyukov is an interesting character; current president of Gazprom, he was also previously the president of Russian football club FC Zenit Saint Petersburg (which is, unsurprisingly, owned by Gazprom). All of which poses an obvious question: why is Gazprom is on the move again in football?

Unlikely as it may seem, an answer can be found in Washington DC, specifically the presidency of Donald Trump. The former US administration repeatedly called out Germany for its growing energy dependence upon Russia, which made for increasingly fractious relations with Berlin.

Indeed, once Germany and Russia reached an agreement for the construction of a second Baltic Sea gas pipeline (Nord Stream 2), the US ramped-up its diplomatic pressure and imposed sanctions upon Gazprom. Such is Washington’s perception of the strategic threat posed by this development, that the new Biden administration is doubling-down in its application of these sanctions.

As the political temperature has risen, Gazprom’s Nord Stream 2 project has been overseen by Mattias Warnig, a former Stasi agent from East Germany. Wanig is a long-time friend of Vladimir Putin and has worked with a number of Russia’s biggest corporations. In a recent You Tube video posting by Alexei Navalny’s Anti-Corruption Foundation (the FBK), mention of Wanig is made in connection with allegations about corruption in the construction of Putin’s Black Sea mansion.

But otherwise, with neither Russia nor the US backing down, recent reports suggest that further sanctions-busting Nord Stream 2 construction has resumed. A Russian pipelaying vessel has been sighted in Danish waters, working on the project’s final stages before the pipeline makes land. Once on German soil, it seems like that the political rhetoric will increase.

Which will be prescient and timely, as Gazprom’s deal with UEFA is up for renewal this year. Also, it seems more than a coincidence that Schalke’s deal with the corporation is due for renewal next year. In the meantime, Germany’s Bundesliga season continues and the UEFA Champions League season is about to recommence.

Many football fans will already be familiar with Gazprom’s adverts that often bookend half-time television breaks. With this familiarity comes some acceptance and a degree of legitimacy. We won’t be seeing Joe Biden’s name appearing anytime soon on football stadium rotational signage, but then Gazprom has always played this football sponsorship game better than the US.

—————–
This article belongs to the GeoSport platform, developed by IRIS and EM Lyon.

 

Déméter 2021 : Quels enjeux pour l’agriculture de demain ?

Thu, 11/02/2021 - 09:31

À l’occasion de la sortie du Déméter 2021​, les directeurs de publication, Sébastien Abis, directeur du Club DEMETER et chercheur associé à l’IRIS, et Matthieu Brun, responsable des études et des partenariats académiques au Club DEMETER et chercheur associé à Sciences Po Bordeaux (LAM), répondent à nos questions :

– Qu’apporte l’édition 2021 du Déméter 2021 sur la compréhension du monde agricole, de la sécurité alimentaire et du développement durable ?

– Qu’a révélé le Covid-19 sur les modes de productions et d’approvisionnements ? Quelles leçons en tirer pour l’agriculture ?

– Le titre de votre introduction évoque les 3 S : sécurité, santé et soutenabilité . Que représentent-ils pour l’agriculture​ ? Sont-ils les enjeux de l’agriculture de demain ?

Matières premières agricoles : « Tous les éléments sont réunis pour une flambée des cours »

Wed, 10/02/2021 - 16:14

Vous ouvrez cette nouvelle édition, fort logiquement, sur l’impact de la pandémie sur l’accès aux ressources alimentaires, et vous ne cachez pas votre inquiétude.

Sébastien Abis : Je suis en effet beaucoup plus inquiet pour 2021 que pour 2020, car c’est maintenant que les effets de la crise vont se faire sentir. La pandémie a déjà engendré une crise économique, dont il est difficile de mesurer l’ampleur future. Nombre de pays en développement risquent de voir des pans entiers de la classe moyenne retourner dans une grande pauvreté.

Cette crise – comme les autres – a d’abord un impact sur les communautés les plus vulnérables, celles qui consacrent une part substantielle de leur budget à l’alimentation. On le voit déjà en Amérique latine et centrale. Il y a bien sûr la situation archétypale du Venezuela, où la moitié de la population ne mange pas à sa faim. Mais on voit aussi des pays comme la Bolivie ou le Pérou, dont la situation alimentaire devient de plus en plus précaire. C’est vrai aussi dans plusieurs d’Afrique. Et l’Europe n’est pas à l’abri. Il suffit de regarder en France ou encore en Espagne, où les rangs des gens obligés de se tourner vers des associations d’aide alimentaire pour manger à leur faim ne cessent de s’étoffer. C’est une situation extrêmement préoccupante.

La crise économique pourrait-elle être aggravée par une flambée du cours des matières premières agricoles ?

Ce n’est pas encore le cas, mais on perçoit déjà le risque d’emballement, avec certains pays qui achètent massivement des matières premières agricoles pour stocker et se protéger ainsi d’une possible flambée des cours, participant à accélérer le mécanisme. Il y a aussi la Chine, qui a acheté entre 25 et 30 millions de tonnes de maïs pour reconstituer son stock de porcs, après la peste porcine qui a décimé ses élevages, et fait ainsi grimper le cours de la céréale. Si vous ajoutez à cela les successions de chocs climatiques qui ont impacté les récoltes mondiales en 2020 et le fret maritime qui est reparti à la hausse, vous avez tous les éléments d’une surchauffe qui pourrait être assez semblable à celle de 2008.

Vous abordez également le thème de la transition écologique, en posant notamment la question de l’exploitation des forêts européennes.

Nous avons en effet voulu creuser la question de l’exploitation des forêts du Vieux Continent à l’heure du « Green deal ». De nous poser la question de leur réindustrialisation, alors qu’elles s’étendent sur près de 180 millions d’hectares et que leur taille a plutôt progressé ces dernières années, tandis que les filières bois construction ou bois énergie sont en plein essor.

Au fond, deux choix s’offrent à nous. Le premier : nous décidons de sanctuariser nos forêts, d’en faire des espaces paysagers, un sanctuaire pour les différents écosystèmes… Et à ce moment, on accepte d’importer du bois, ce que fait déjà la France qui en importe chaque année pour sept milliards d’euros. Mais on accepte aussi un bilan environnemental médiocre et l’absence de création d’emplois au niveau local. L’autre choix : les États européens actent le passage d’une forêt paysagère à une forêt filière.

Vous revenez également sur le boom des algues dans l’alimentation animale et humaine.

Le marché de l’algue pesait déjà 60 milliards de dollars en 2019 et selon les projections, il devrait atteindre 92 milliards en 2025. Une croissance très largement portée par l’Asie, où se concentre 99% de la production des macroalgues, mais également par les Amériques et l’Europe où cette nouvelle tendance alimentaire commence à prendre. La consommation d’algues y est notamment portée par la volonté d’une part grandissante de la population de remplacer ou de réduire les protéines animales dans leur alimentation. Et cela devrait s’accélérer dans les prochaines années. Clairement, une part de l’alimentation future de l’humanité proviendra de la mer, et notamment de la culture des macroalgues. Étant totalement naturelles et constituant une ressource aisément renouvelable, leur potentiel de développement est considérable et recouvre aussi diverses applications industrielles. Les macroalgues présentent par ailleurs extrêmement peu de risques de toxicité ou d’écotoxicité et sont parmi les plantes qui croissent le plus vite. Au niveau géopolitique, les États disposant d’une vaste bordure maritime disposeront donc demain d’un véritable avantage économique. C’est le cas de la France, qui possède le deuxième espace maritime le plus vaste au monde, juste derrière les États-Unis.

République centrafricaine : le régime Touadéra pourra-t-il passer les législatives sans encombre ?

Wed, 10/02/2021 - 14:59

Comment organiser des élections crédibles dans un pays contrôlé aux trois quarts par des groupes armés, et où deux électeurs sur trois ne peuvent exercer leur droit du fait de l’insécurité ? C’est l’impossible équation à laquelle la République centrafricaine (RCA) est exposée depuis le déclenchement du processus électoral ayant débouché, le 20 décembre dernier, sur l’organisation couplée de la présidentielle et des législatives. Sur fond de regain de violences après la dénonciation, par les rebelles de l’accord de paix scellé avec Bangui en février 2019 à Khartoum, au Soudan[1], cette première consultation s’est déroulée dans les pires conditions. Elle a confirmé la victoire du président sortant, Faustin Archange Touadéra « FAT », par 53,9% des voix. Un score d’une précision d’horlogerie qui cache mal l’étendue des irrégularités et des anomalies. Seuls 700.000 électeurs se sont exprimés sur un total de 1,8 million d’inscrits. Après un premier tour tout aussi rocambolesque, le déroulement du second tour des législatives ne devrait pas contribuer à atténuer les tensions dans ce pays de 3,8 millions d’habitants comptabilisant 58% de ruraux.

Boycott

Pour l’heure, seule l’élection de 22 députés sur 140 a été validée par le Conseil constitutionnel après l’annulation par ce dernier, du premier tour dans 13 circonscriptions, soit parce que le scrutin n’a pu se tenir ou bien s’est tenu dans de mauvaises conditions. 118 représentants doivent donc encore être désignés au second tour dont la date n’est toujours pas fixée. Selon nos informations, celle-ci pourrait être calée le 14 mars pour une installation du nouveau parlement au plus tard le 2 mai. Dénonçant une « mascarade », la Coalition de l’opposition démocratique (COD-2020), qui regroupe la majorité des adversaires politiques du pouvoir sortant, s’est retirée de ce scrutin laissant présager un raz de marée du parti présidentiel, le Mouvement Cœurs Unis (MCU).

La CPC en embuscade

Cette consultation, à supposer qu’elle se tienne, ne devrait donc pas atténuer les critiques des groupes armés qui essaiment dans le pays, et pour lesquels le président Touadéra s’avère en tous points illégitime. Coalisés au sein de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), ces derniers sont pour l’instant en sommeil. Ils observent un repli stratégique après leur offensive avortée sur la capitale, le 13 janvier, pour tenter de renverser le chef de l’État quelques jours après la reconduction officielle à son poste. Repoussés par les Forces armées centrafricaines (FACA), les éléments de la Minusca (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine), les soldats rwandais dépêchés par Paul Kagame[2] ainsi que les éléments de la société paramilitaire russe Wagner[3], les éléments de la CPC abandonnent actuellement leur position dans plusieurs villes à l’instar de Bouar (ouest). Alors qu’ils continuent de bloquer la principale route menant à la capitale depuis le Cameroun, ils devraient toutefois profiter du second tour des législatives pour se manifester de nouveau.

Cette perspective d’une nouvelle flambée de violence contre un régime ne tenant qu’au fil ténu des blindés russes conjuguée au spectre d’une déflagration de cet État fantôme, le plus déshérité au monde avec un Indice de développement humain (IDH) de 0,397 (188e rang sur 189 selon le PNUD), a poussé l’Angola a entré en piste. Objectif : arracher des négociations entre parties belligérantes voire un accord de paix. En déplacement à Bangui début février, le président Joao Lorenço pilote une médiation sous l’égide de la Conférence internationale des Grands Lacs (CIRGL). Alors qu’il entend revenir au pouvoir après son renversement en 2013 l’ancien président François Bozizé, parton du parti Kwa Na KWa (KNK) accusé de collusion avec les mouvements armés, n’a pas fermé la porte à des négociations.

—————————————–

[1] La présence de groupes armés dans le pays, bien que structurelle, s’est intensifiée ces dernières années. Nébuleuse d’une vingtaine d’entités, certains préexistaient au renversement de François Bozizé, en 2013. D’autres, à l’instar de la rébellion Seleka et du mouvement Anti-Balaka, sont apparus dans le cadre de ce putsch. Ils se sont par la suite divisés en plusieurs composantes dont les plus emblématiques sont réunis au sein de la CPC. Leur objectif commun vise le renversement de Faustin Archange Touadéra.

[2] En vertu d’un accord avec Kigali, les soldats rwandais assurent la protection rapprochée du président centrafricain et sécurisent les élections dans la capitale, Bangui.

[3] Cette société paramilitaire privée à la frontière avec le mercenariat s’est implantée en Centrafrique en 2017 dans la foulée de l’accord de coopération militaire signé entre le régime de Faustin Archange Touadéra et la Russie. Son dirigeant, Evgueni Prigojine, appartient au premier cercle de Vladimir Poutine.

 

Quelle perception de la religion en France ?

Tue, 09/02/2021 - 17:58

Dans le cadre de l’Observatoire géopolitique du religieux de l’IRIS dirigé par François Mabille, en partenariat avec la FIUC, Jocelyne Césari, chercheuse à Havard et à la Georgetown University, répond à nos questions :

– Comment percevez-vous, en tant que spécialiste et avec votre recul depuis les États-Unis, les débats français actuels autour de la laïcité qui ont notamment été ravivés avec l’affaire Samuel Paty ou encore avec la loi sur les séparatismes ?

– Nos débats actuels ne renvoient-ils pas à des traits spécifiques de la culture française, qui tend à percevoir les religions de manière assez – voire très – négative ?

– Quels sont les différents attendus de la perception des religions en France ?

– Comment interprétez-vous l’intrication de la question identitaire et de la question religieuse ?

– Estimez-vous que la perception des religions et/ou du fait religieux a évolué ces dernières décennies en France et en Europe ? Si oui, quelles en sont les raisons ?

[Entretien réalisé par Léa Lavaud, chargée de mission à la  Fédération internationale des universités catholiques (FIUC)]

Oman : les enjeux de la modification de sa loi fondamentale et de la transmission du pouvoir

Fri, 15/01/2021 - 15:31

À l’occasion du premier anniversaire de son accession au trône, le sultan Haïtham Bin Tarek Al Saïd a décidé de réformer la loi fondamentale du pays en modifiant le mode de transmission du pouvoir qui devient héréditaire. Il institue par la même occasion la fonction de prince héritier qui n’avait jamais existé auparavant.

La décision du sultan n’est pas une surprise. Son mode de gouvernance est différent de celui de son prédécesseur. Qabous Bin Saïd, qui n’avait pas d’héritier, s’était farouchement opposé à désigner un successeur de son vivant. Il craignait sans doute d’être renversé comme lui-même l’avait fait avec Saïd bin Timour, son père, le sultan autocrate qui avait gouverné et maintenu Oman dans le Moyen-Âge jusqu’à sa chute en 1970.

La loi fondamentale du Sultanat prévoyait jusque-là que le conseil de la famille royale (composé de 24 membres) choisisse, dans les trois jours suivant la vacance du trône, un successeur. En cas de désaccord seraient ouvertes les deux lettres testamentaires déposées à Mascate et à Salalah qui désignent la personne préalablement choisie par le sultan pour lui succéder.

Qabous a laissé planer l’incertitude qui n’a été levée qu’à sa mort le 10 janvier 2020 quand le conseil de famille, qui regroupe les principaux princes de la famille royale, a décidé d’ouvrir les enveloppes (sans attendre les trois jours qui lui étaient accordés) contenant les dernières volontés du défunt sultan. Le choix de Qabous qui n’avait pas d’héritier direct s’est porté sur son cousin Haïtham Bin Tarek alors que les spéculations alimentées par la longue maladie du sultan penchaient plutôt pour son frère non utérin As’ad Bin Tarek.

Très tôt le nouveau sultan a imposé un nouveau style, à commencer par la mise en avant de sa propre famille. Haïtham Bin Tarek est le père de deux fils Dhi Yazan (né en 1990) et Bel Aaarab et de deux filles, le sultan Haïtham a également mis en avant son épouse Sayeda Aahd bint Abdullah Al Busaïdi qui est apparue en public à l’occasion de plusieurs manifestations en faveur des femmes omanaises.

Le fils aîné du sultan Dhi Yazan (Zi Yazan) qui après des études à Oxford avait entamé une carrière diplomatique en tant que secrétaire à l’ambassade d’Oman à Londres a été rappelé pour faire partie du cabinet de Youssef Bin Alawi, l’ancien ministre des Affaires étrangères qui était resté en place une trentaine d’années. Dhi Yazan a ensuite été nommé ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports avant d’être finalement désigné comme prince héritier. Ascension rapide pour ce trentenaire qui n’est pas sans rappeler celle de Mohamed Ben Salman.

La nouvelle loi fondamentale institue pour la première fois dans l’histoire d’Oman une transmission héréditaire directe par la primogéniture. Elle abolit la tradition de consensus, même formel, qui avait été mise en place depuis le temps de la dynastie des Imams yarubides pour désigner le sultan.

Les nouvelles dispositions sont très précises et ne laissent place à aucune ambiguïté ni spéculation. L’article 5 de la nouvelle loi stipule que le système de gouvernance est héréditaire chez les descendants mâles du sultan Turki bin Said bin sultan conformément aux dispositions suivantes : le pouvoir passe du sultan à son fils premier-né, puis à son fils aîné et par conséquent le pouvoir passe d’une strate à l’autre. Au cas où le fils aîné du sultan décède avant d’assumer le pouvoir, la succession doit être transférée à son fils aîné même si le défunt a des frères. La loi stipule également que dans le cas où la première personne en ligne de succession n’a pas de fils, la règle passe automatiquement à son frère aîné, et s’il n’a pas de frère, la succession passe au fils aîné de son frère aîné, et si son frère aîné n’a pas de fils la succession est transférée au fils aîné de ses autres frères selon l’ordre d’âge des frères. La loi stipule que dans le cas où l’héritier du trône n’a pas de fils ou de frères, la succession doit être transférée à ses oncles et à leurs fils selon l’ordre d’âge susmentionné. Le successeur du sultan doit être musulman, sain d’esprit et fils légitime de parents musulmans omanais. En outre, la Loi fondamentale de l’État stipule que si la succession est transférée à une personne de moins de 21 ans, le pouvoir du sultan doit être exercé par un conseil des gardiens nommé par le sultan. Au cas où un Conseil des gardiens n’aurait pas été nommé, le Conseil de la famille royale devrait nommer un Conseil des gardiens comprenant l’un des frères du sultan et deux de ses cousins.

Par ailleurs, un décret devrait fixer dans les prochains jours les prérogatives et fonctions du prince héritier nouvellement institué.

Oman jusqu’ici faisait figure d’anomalie. Toutes les monarchies du Golfe ont un prince héritier désigné à l’exception du Qatar où la fonction existe, mais qui n’a pas été désigné par l’émir Tamir Bin Hamad.

Ces mesures viennent consolider la stratégie de pouvoir que le nouveau sultan met en place depuis son accession au trône. Il sait que son pays est confronté à une grave crise économique et doit résoudre le problème de l’emploi des jeunes qui arrivent sur le marché et qui peinent à s’y insérer. La crise du Covid-19 comme partout dans le monde a accentué cette difficulté privant Oman du tourisme, une ressource importante. Il sait aussi que la levée des subventions sur l’eau et l’électricité et l’introduction d’une TVA à partir d’avril prochain accentueront le mécontentement d’une population qui jusqu’ici a été choyée en échange de la paix sociale. C’est sans doute la raison pour laquelle, Haïtham Bin Tarek a décidé de concentrer le pouvoir dans les mains d’un cercle restreint de personnes sur lesquelles il peut compter.

Pages