You are here

IRIS

Subscribe to IRIS feed
Institut de Relations Internationales et Stratégiques
Updated: 1 week 3 days ago

Soft Power Songs: PSG, Rap and the State of Qatar

Fri, 26/03/2021 - 16:20

The last time Glastonbury took place, in pre-pandemic 2019, a highlight of the music festival was the appearance of British rapper Dave on the ‘Other Stage’. During his performance, he beckoned a fifteen-year old onto the stage to join him in a rendition of what remains Dave’s best-known track – ‘Thiago Silva’.

At that time, Brazilian international footballer Silva was a stalwart centre-back, the main stay of Paris Saint Germain’s ‘le défenseur’ during its ascent to the top of French professional football. As the teenager clambered upon the stage, it became clear that he was wearing a now iconic PSG shirt replete with the logos of sponsors such as Ooredoo and QNB.

The Glastonbury PSG fest seemed inevitable; the video to accompany the track’s original launch in 2016, in which fellow British rapper A.J. Tracey appeared, was an homage to all things PSG including the club logo, its stadium and the suburbs of Paris from which the club traditionally draws its support.

It is not the first time that PSG, football and diverse urban communities have appeared together on-stage or in music videos. Other rap track videos in which PSG apparel appears centre-stage include Sugar MMFK’s ‘Trikot von Paris’, and Guy2Bezbar’s ‘BEBETO’.

Strong links between football, sports apparel and fashion are hardly new, the likes of the Fred Perry, Kappa and Lacoste brands have long had a symbiotic relation with the sport. Nor are connections between football and music a surprise, indeed one can even think of bands such as the Kaiser Chiefs which is named after a football club in South Africa and Saint-Etienne, named after a French Ligue 1 club.

However, the bonds and associations now being forged between Generation Z and PSG are particularly notable. Socio-culturally, they appear to reflect a sense of place and an urban identity that is rooted in sub-groups with diverse and sometimes multiple heritages, where consumption is inextricably bound-up in lifestyle, fashion and digital technology.

The role that PSG plays in people’s identity and sense of place warrants analysis in and of itself. However, it is the political backdrop to the clustering of young people around PSG, that is particularly intriguing. After all, the club is owned by Qatar Sports Investment, an investment vehicle through which the Gulf nation’s government acquires stakes in sports properties around the world. Meanwhile shirt sponsors Ooredoo (a telecommunications company) and QNB (a bank) are both Qatari stated-owned, adding a further interesting cultural-political dimension to the relationship between nation state and publics.

Qatar wrestled with its position in the world from a western standpoint. Indeed, this is a country that has struggled to shake-off its controversial associations with the right to host FIFA’s World Cup in 2022. Ever since the decision was made, Qatar has also been trying to shrug-off stories about its mistreatment of migrant workers and bribery. There are also concerns relating to equality, freedom and democracy.

Yet in the world of rap and the urban environments of Paris, London and other big European cities, for some young people Qatar-owned PSG is the epitome of cool and the embodiment of style, an unlikely emblem of their collective values. Whilst the symbols of state-led corporate Qatar add to the status-laden mix, as they adorn one of world football’s most desired items of apparel.

Nowhere is this convergence more apparent than in the video for Niska’s track ‘Freestyle PSG’, which depicts a lifestyle to which numerous people across the world presumably aspire. Indeed, when watching the video one is reminded of a banner that is often seen when driving around Doha: ‘Qatar deserves the best’.

Whilst the government in Qatar has tried to convince itself and the country’s population that they too deserve the best, the country has been similarly engaged in creating an equally compelling narrative in Paris and beyond. The world-record breaking signing by PSG in 2017 of Brazilian international Neymar being the most prominent example of this.

Neymar’s signing was classic soft power projection, especially as it took place at a time when Qatar’s near neighbours (such as Saudi Arabia) had just cut diplomatic relations with the government in Doha. Much has also been made of the small Gulf nation’s hosting of the 2022 World Cup, another attempt at soft power projection designed by Qatari government to convince the world that they want what many others also want.

Crucially, soft power is the opposite of hard power which involves coercion and force. Soft power is attractive power, a means through which a country attempts to convince others that it wants the same things as they do. But it is still power, which raises the issue of what it is that Qatar actually wants.

A small Gulf nation of less than three million people which, until 1971, was a British protectorate, Qatar is a strategically vulnerable country (precariously wedged in-between Saudi Arabia and Iran) about which people have historically known very little. It is also a country with huge oil and gas wealth.

Yet it is a country that is not without issues, the treatment of immigrant labourers being one such challenge. At the same time, Qatar remains a somewhat conservative nation, bound by the doctrine of Wahhabism. This has typically dictated that matters of gender equality and sexual orientation have not been addressed in the same way as in many other countries.

Nevertheless, Qatar is trying to reform, develop and change whilst at the same time trying to ensure that it becomes a relevant, legitimate and prominent member of the international community. It may seem like a big jump from the committee rooms of government in Doha to the ‘Other Stage’ at Glastonbury; in fact, it is not.

The legitimacy, relevance and visibility delivered by an association with rap, apparel and Thiago Silva is classic soft power. Instead of questioning the country’s ideology or highlighting the state’s failings, all that most people see is status, fashion and a lifestyle statement. In a world where symbols are an increasingly important measure of distinction or uniqueness, PSG’s is shining brighter than others influencing the everyday activities of influential youth groups. This is perhaps the underlying mechanism of soft power projection

In the same way that most people eat at McDonalds without questioning US foreign policy, or marvel at Brazilian football without thinking about deforestation in the Amazon, so Sugar MMFK and PSG make Qatar cool without people feeling the need to question the nation and its state. This, then, is the (rap) power of soft power.

—————–
This article belongs to the GeoSport platform, developed by IRIS and EM Lyon.

Expliquez-moi… La relation Arabie saoudite – États-Unis

Thu, 25/03/2021 - 16:57

Dès les premières semaines de son mandat, Joe Biden envoyait des signaux assez clairs à l’égard de Riyad, que ce soit en reprenant les discussions avec Téhéran concernant l’accord sur le nucléaire, en suspendant les ventes d’armes dans le cadre du conflit au Yémen ou en autorisant la publication d’un rapport secret de la CIA sur l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, qui faisait état de la responsabilité de Mohammed Ben Salmane, le prince héritier du royaume.

L’occasion pour Pascal Boniface de revenir, dans cette vidéo agrémentée de cartes, photos et graphiques, sur la relation singulière qui lie les deux pays depuis près de 80 ans.

Menaces d’interdiction du Parti démocratique des peuples en Turquie : une faute politique

Thu, 25/03/2021 - 16:17

 

Les menaces d’interdiction à l’encontre du Parti démocratique des peuples (HDP) se font de plus en plus précises, avec notamment un acte d’accusation de 609 pages rédigé et remis le 18 mars à la Cour constitutionnelle par le procureur général de la Cour de cassation, ou encore l’arrestation d’un député du HDP au sein même des bâtiments de la Grande assemblée nationale de Turquie alors que son immunité parlementaire venait de lui être retirée.

Mesures d’interdiction répétées à l’encontre des partis kurdistes

Soumis à des mesures d’interdiction à répétition en Turquie, les partis de la mouvance kurdiste sont, de longue date, confrontés à des mesures d’interdiction. Fondé en 2008, le Parti de la paix et de la démocratie (BDP) fut ainsi le septième avatar de cette sensibilité politique, les six précédents ayant été successivement dissous. Ses bastions électoraux se concentrant principalement dans certaines circonscriptions du Sud-Est anatolien, il décida en 2007 de présenter des candidats indépendants pour contourner la loi sur le barrage électoral des 10 %[1]. Cette tactique lui permit, en 2007 puis 2011, d’obtenir l’élection d’un nombre suffisant de députés, qui créèrent un groupe parlementaire.

Comme ses prédécesseurs, le BDP fut accusé d’être la vitrine légale du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). C’est pourquoi ce courant politique décida de créer un nouveau cadre partisan avec la fondation, en octobre 2012, du Parti démocratique des peuples (HDP). Affirmant transcender son ancrage ethnique pour devenir un parti national turc, il fit le choix de se présenter en tant que tel aux élections législatives de 2015. Pari osé. En effet, s’il n’était pas parvenu à dépasser le barrage des 10 %, il perdait mécaniquement sa qualité de parti parlementaire. C’est pourquoi il chercha à élargir sa base électorale en insérant parmi les candidats présentés, des membres de la gauche radicale turque, des militants des droits humains, différents représentants de minorités confessionnelles ou sexuelles. Promouvant, pour la première fois en Turquie, la parité entre les genres et se réclamant de l’esprit de Gezi[2], il réussit son pari en réalisant des résultats significatifs lors des élections législatives de juin 2015, de novembre 2015 puis de 2018, avec respectivement 13,2 %, 10,76 % et 11,7 % des suffrages exprimés.

Pour autant, en dépit de ces avancées significatives, on ne doit pas céder aux théorisations superficielles, qui ont eu cours après ces élections, le présentant comme une formation politique d’un type nouveau. Ce parti, s’il a relativement su s’affranchir de son tropisme kurdiste, n’en reste pas moins dépendant de son ancrage initial et du soutien de grands clans et familles kurdes. Or ces derniers, souvent conservateurs, développent une conception de l’avenir de la société qui résiste, pour le moins, aux utopies libertaires des partisans de Gezi et représentent une part de la base sociale du HDP. La dualité de ses soutiens et de ses objectifs constitue pour ce dernier un défi central qui, à ce jour, n’est toujours pas tranché et explique le mouvement de balancier politique récurrent du parti[3].

Le retour du Parti de la justice et du développement (AKP) à une approche étroitement sécuritaire au cours de l’été 2015 a été interprété comme une réaction au renforcement des combattants kurdes organisés en Syrie par le Parti de l’union démocratique (PYD), franchise syrienne du PKK fondée en 2003, qui semblait contredire la volonté exprimée par ce dernier de renoncer graduellement à la lutte armée. Il doit aussi être analysé comme une réponse à la concurrence politique que commençait à représenter le HDP, en attirant des électeurs kurdes qui votaient auparavant pour l’AKP, notamment dans les régions orientales de l’Anatolie.

Dialectique compliquée entre lutte armée et combat au sein des institutions

Pour tenter de saisir au plus près les dynamiques du dossier kurde en Turquie, une question essentielle se concentre en effet sur le rapport entre le PKK et le HDP. Dans l’histoire des luttes de guérillas, divers partis politiques ont, par le passé, entretenu des liens avec des groupes armés – ainsi le Sinn Féin en Irlande ou Herri Batasuna au Pays basque espagnol – et ont été confrontés aux mêmes dilemmes : condamnés à être perçus comme les branches légales d’un mouvement armé tout en affirmant leur indépendance vis-à-vis de ce dernier, refusant de condamner l’action armée bien qu’acceptant de participer aux batailles électorales. Ce sont aussi les positions qu’ont adoptées les partis prokurdes successifs en Turquie depuis 1990, cherchant à se disposer comme intermédiaires entre le mouvement armé et les autorités gouvernementales. N’affirmant désormais plus directement de revendications séparatistes, les partis kurdes ou kurdistes sont constamment en proie à de multiples discordances, d’autant que, fréquemment en butte à la répression, leurs choix tactiques sont sans cesse contraints.

Probablement nombreux sont les militants désorientés par cette tension permanente entre lutte armée et tentative d’insertion dans la lutte légale au sein des institutions turques. Si le HDP a clairement fait le choix de se construire comme parti turc, il ne peut néanmoins diluer la dimension kurde de son combat, au risque de se couper de sa base militante. Comme l’explique pertinemment Eva Bernard : « Ainsi, le potentiel de pacification porté par le HDP en tant qu’acteur politique prokurde tient de sa capacité à convaincre les acteurs armés qu’il peut porter leurs revendications dans la sphère politique et qu’il en élargit ainsi la portée. Pour ce faire, il doit être vu par les sympathisants du mouvement kurde comme un acteur radical, au sein du système politique turc. À l’inverse, la disjonction entre le HDP et les acteurs les plus radicaux du mouvement, prônée par les autorités, éloignerait la perspective d’une résolution politique de la question kurde ».[4]

Politiques répressives à l’encontre du HDP et de ses soutiens

Or, la reprise des affrontements armés depuis juillet 2015 a eu lieu dans un contexte de violentes pressions à l’encontre du HDP : agressions physiques et arrestations de ses militants, attaques contre des bureaux du parti, destitution de leurs fonctions de maires HDP élus[5], levée de l’immunité parlementaire, arrestation de députés et déchéance de leur mandat pour certains[6]. Ainsi Selahattin Demirtaş et Figen Yüksekdağ, coprésidents et parlementaires du HDP, furent arrêtés avec onze autres députés en novembre 2016. Cela n’empêchera pas le premier d’être candidat à l’élection présidentielle de 2018. Il mena la campagne électorale du fond de sa cellule et recueillit 8,4 % des suffrages exprimés avant d’être condamné à quatre ans et huit mois de prison en septembre 2018 pour propagande d’organisation terroriste.

Pour comprendre l’ampleur et les enjeux de la répression, il faut prendre en compte le fait que le Parti d’action nationaliste (MHP), incarnant l’extrême droite nationaliste et allié de l’AKP, ne cesse de faire pression sur ce dernier et de répéter en boucle que les partis kurdistes représentent un « danger pour la survie de l’État », c’est-à-dire un danger pour la pérennité de la domination de l’identité turque au sein de la Turquie républicaine. C’est d’ailleurs bien ce parti qui est à la manœuvre depuis quelques semaines pour obtenir l’interdiction du HDP, bénéficiant d’une oreille très réceptive de la part de Recep Tayyip Erdoğan. On peut en outre noter que d’autres composantes du spectre politique turc se situent sur une ligne identique favorable à l’interdiction du HDP.

Non contentes de criminaliser les activités des militants du HDP, les autorités turques répriment aussi les voix de la société civile qui s’expriment en faveur du processus de paix. On peut, par exemple, mentionner l’ouverture d’une instruction à l’encontre d’une partie des 2 000 universitaires et intellectuels ayant lancé une pétition pour la paix intitulée « Nous ne serons pas associés à ce crime » au mois de janvier 2016. 700 d’entre eux ont alors été ou sont poursuivis en justice, cette pétition étant assimilée par les autorités judiciaires à un acte de propagande en faveur du PKK. Le 7 mai 2019, Füsün Üstel, enseignante retraitée de l’Université de Galatasaray, entrait à la prison des femmes d’Eskisehir pour y purger sa peine de onze mois de privation de liberté. Elle était la première universitaire écrouée dans le cadre de ce dossier. Au printemps 2020, 191 d’entre eux avaient été condamnés à des peines d’emprisonnement allant de quinze mois à trois ans de prison.

Non seulement attentatoires aux libertés démocratiques, ces mesures sont aussi politiquement contre-productives, car si certains nationalistes kurdes, bien que déçus des positions à leurs yeux insuffisamment tranchées du HDP, estimaient qu’ils n’avaient le choix que de le soutenir, ils peuvent désormais considérer que toute tentative de faire valoir leurs revendications dans le cadre des institutions est en réalité vaine. Facteur amplificateur, l’autonomisation de fait des « cantons kurdes » en Syrie a probablement également contribué à raviver le rêve chez certains de voir un jour naître un Kurdistan indépendant.

Pour faire face au raidissement du pouvoir, conserver le soutien de la tendance la plus radicalisée du mouvement et être considéré comme un représentant légitime des revendications kurdes, le HDP est sans cesse tenté de revenir à un discours spécifiquement centré sur la question kurde. En décembre 2015, lors d’une réunion du DTK[7], Selahattin Demirtaş, alors coprésident du HDP, a par exemple explicitement défendu un processus d’autonomisation locale, voire, un jour, la perspective de l’indépendance : « Dans ce nouveau siècle, le Kurdistan aura un statut. Il y aura peut-être des États fédéraux, peut-être des États indépendants ».[8] Néanmoins, la décision du parti de ne pas présenter de candidats lors des élections municipales de mars 2019 dans la plupart des grandes villes de l’Ouest du pays, dans le but affirmé de tout faire pour battre les candidats de l’AKP et ses partenaires du MHP, c’est-à-dire l’alliance électorale soutenant le pouvoir, constitue une preuve de maturité politique et un signe manifeste de la volonté de s’inscrire dans le jeu politique national.

Promouvoir une solution politique négociée

C’est donc la complexe combinaison de l’arrêt des opérations militaires dans les régions kurdes de Turquie, avec la reconnaissance de l’affirmation du HDP comme acteur politique à part entière du système turc, et enfin l’acceptation tacite des liens entre ce parti et les acteurs armés, qui constituent les conditions nécessaires à la construction d’un processus de paix stable et à la désescalade de la violence. La conjoncture politique ne s’y prête certes pas et l’on peut considérer que les succès électoraux du HDP, en 2015 puis en 2018, ont contribué à déclencher une double réaction de l’AKP d’une part, du PKK de l’autre. Chacun de ces protagonistes a perçu le HDP comme un concurrent problématique et en a stoppé l’ascension en réduisant son espace politique : le pouvoir par la reprise des opérations militaires dès l’été 2015, l’aile la plus militariste du PKK en lançant un processus d’insurrections urbaines dans l’Est et le Sud-Est du pays au cours de l’automne de la même année qui se termina par un échec sanglant. Le HDP a donc, de facto, été pris sous la double pression d’Ankara et de Qandil[9].

C’est à la lumière de ces éléments qu’il est possible de comprendre l’enjeu de l’interdiction du HDP. Si telle était la décision prise, elle serait à la fois attentatoire aux libertés démocratiques fondamentales, puisqu’il s’agit d’un parti légal et parlementaire, mais constituerait en outre une grave erreur politique, car réduisant encore un peu plus la possibilité de résolution de la question kurde par la voie de la négociation et du compromis. Quelle que soit l’appréciation que l’on puisse porter sur le PKK, nous devons admettre qu’il est beaucoup plus puissant que lors de sa création en 1978 ou lorsqu’il a lancé la lutte armée contre l’État turc en 1984. On doit en conclure que l’option du « tout militaire », qui a été privilégiée par les gouvernements successifs depuis lors, est un échec et ne constitue manifestement pas la bonne méthode.

Il s’agit donc de reprendre les négociations entre l’appareil d’État et des représentants du mouvement kurde, comme d’ailleurs Recep Tayyip Erdoğan lui-même l’avait décidé entre la fin 2012 et l’été 2015. Pourquoi ce qui était possible alors ne l’est-il plus aujourd’hui ? C’est dans ce type de situation que l’on fait la différence entre un homme politique avant tout préoccupé par les prochaines échéances électorales et un homme d’État susceptible de se hisser au niveau de la résolution d’une question essentielle pour l’avenir de son pays. La lancinante question kurde constitue très certainement le défi central qui est posé à la société turque, car elle s’inscrit dans l’Histoire et parce qu’aucune démocratie apaisée ne pourra s’affirmer dans le pays sans qu’elle ne soit résolue.

—————————————–

[1] Le système électoral turc comporte une disposition notoirement antidémocratique puisqu’il impose à tout parti se présentant aux élections législatives d’atteindre au moins 10 % des suffrages exprimés au niveau national pour accéder à la représentation parlementaire. Se présenter comme candidat indépendant permet de contourner cette disposition.

[2] En référence au nom d’un petit parc de promenade d’Istanbul, dont le projet de destruction fit naître un fort mouvement de protestation sociale, à la fin du mois de mai 2013 et dans les semaines qui suivirent, à Istanbul et dans toutes les villes de Turquie.

[3] Voir à ce propos Aurélien Denizeau, « Le HDP, un nouveau venu en quête d’ancrage », Note franco-turque, n° 16, IFRI, janvier 2016.

[4] Eva Bernard, « Le mouvement kurde entre le maquis et les urnes », Observatoire de la vie politique turque, Institut français d’études anatoliennes, 29 avril 2016, http://ovipot.hypotheses.org/14227

[5] Pour mémoire, les élections municipales de 2014 permirent au HDP de conquérir 102 mairies, mais 96 maires furent graduellement destitués et remplacés par des administrateurs nommés par l’État. Les élections municipales de mars 2019 permirent à 65 maires du HDP d’être élus, mais, au mois de mars 2021, 48 d’entre eux avaient été à leur tour graduellement destitués et pour certains placés derrière les barreaux.

[6] Ainsi en mai 2016, les différentes mesures concernent 53 des 59 députés du HDP. Accusés de collaboration avec le PKK et refusant de se rendre aux convocations de la justice, neuf d’entre eux sont arrêtés et emprisonnés le 4 novembre 2016. Au total, pour la législature 2015-2018, 23 députés HDP auront été arrêtés ou contraints à l’exil.

[7] Congrès pour une société démocratique, regroupant une grande partie des organisations de la société civile kurde.

[8] Zaman France, 1-7 janvier 2016.

[9] Du nom des massifs montagneux du nord de l’Irak, dans lesquelles se trouve basée une partie de la direction militaire du PKK.

Nucléaire, investissement sur la scène régionale : quel est le jeu iranien ?

Thu, 25/03/2021 - 15:00

Comment le dossier sur le nucléaire iranien peut-il évoluer alors qu’une nouvelle administration vient de prendre place aux États-Unis ? Quel est le jeu de l’Iran sur la question alors que le pays rencontre des difficultés quant à son positionnement sur la scène régionale et son soutien indéfectible au régime Assad ? Entretien avec Thierry Coville, chercheur à l’IRIS, spécialiste de l’Iran.

Seulement un mois et demi après le début de son mandat, la menace iranienne est au cœur de la politique étrangère de Joe Biden. Que peut-on attendre de l’administration américaine sur le dossier iranien ?

Pour le moment, le flou demeure en ce début d’administration quant à leur positionnement sur la question iranienne. Cependant, des points importants sont à relever.

Tout d’abord, Joe Biden a bien annoncé vouloir revenir dans l’accord sur le nucléaire de 2015, marquant sa différence avec l’administration précédente concernant sa politique vis-à-vis de l’Iran et du Moyen-Orient. Au regard de la composition de son administration et notamment de la nomination de Robert Malley comme responsable de l’Iran au Département d’État, Joe Biden semble montrer qu’il va privilégier la diplomatie avec l’Iran.

Mais de nombreux éléments semblent pour l’heure bloquer le retour des États-Unis dans l’accord. Tout d’abord, l’administration américaine attend que l’Iran fasse le premier pas, puisque l’Iran a, du fait de la sortie des États-Unis de l’accord en mai 2018, pris toute une série de mesures pour sortir graduellement de l’Accord de 2015. L’Iran exige, quant à lui, que les États-Unis reviennent en premier dans l’accord. Mais ce qui pose surtout problème est que les États-Unis considèrent le retour dans l’accord comme une étape intermédiaire, ayant pour réel objectif d’ouvrir des négociations pour un nouvel accord sur le nucléaire ainsi que sur la politique régionale et le programme balistique de l’Iran. Or, l’Iran refuse catégoriquement d’ouvrir de nouvelles négociations sur ces sujets.

On peut noter l’ambiguïté de l’attitude de Joe Biden. Il critique la politique de Trump tout en maintenant les sanctions prises par ce dernier pour faire pression sur l’Iran et l’obliger à ouvrir de nouveaux champs de négociations. Or, c’est là la clé de la relation Iran-États-Unis : on ne voit pas d’évolutions possibles dans cette relation tant que les sanctions réimposées par Trump sont maintenues. Les États-Unis et l’Iran vont-ils arriver à s’entendre pour organiser un retour coordonné dans l’accord ? Les États-Unis vont-ils comprendre que, pour renouer avec l’Iran, ils doivent absolument lever une partie ou l’ensemble des sanctions ?

Où en est le positionnement de l’Iran vis-à-vis de son programme nucléaire, et notamment depuis l’élection de Joe Biden ?

L’Iran continue sa politique, initiée en juin 2019, consistant à prendre régulièrement des mesures pour détricoter l’accord de 2015. Selon lui, ces mesures seraient des réponses face à la sortie des États-Unis de l’accord en mai 2018. Poursuivant cette politique début 2021, l’Iran a commencé à enrichir l’uranium à 20 % et limité les possibilités de contrôle sur son programme nucléaire des inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). On commence à se demander ce qu’il reste réellement de l’accord de 2015… La logique iranienne n’est toutefois pas de se tourner vers la bombe nucléaire, mais bien de répondre à la sortie des États-Unis de l’accord en 2018, et de faire pression sur l’administration Biden pour qu’elle y revienne rapidement.

Dix ans après le début du conflit en Syrie, l’Iran remet-il en question son investissement sur la scène régionale et en particulier auprès du régime Assad ?

Non, il ne remet pas en question son investissement en Syrie malgré son coût financier et politique. La popularité de l’Iran, notamment au sein des populations sunnites de la région, a décliné. Des protestations ont lieu sur le sol iranien, dénonçant l’engagement financier de leur gouvernement pour faire la guerre en Syrie, alors qu’une crise économique sévit en Iran. Cependant, les objectifs qui ont poussé le régime iranien à intervenir dans cette région sont toujours valables. Son principal objectif était de sauver l’axe de résistance contre Israël, menacé par le soulèvement syrien. Un deuxième objectif était d’éviter l’installation en Syrie de groupes extrémistes sunnites comme Daech et Al-Qaïda. Un troisième objectif a pris davantage d’importance ces dernières années. Durant le mandat de Donald Trump, les risques d’attaque militaire envers l’Iran de la part des États-Unis, mais aussi d’Israël, se sont accrus. Pour les Iraniens, leur présence régionale est la meilleure manière de répondre à ces menaces. En cas d’attaque, le pays peut à tout moment engager une guerre dans la région grâce à sa présence au Liban, en Syrie, en Irak et au Yémen.

Un nouveau monde bipolaire ?

Thu, 25/03/2021 - 12:11

La nouvelle politique de fermeté, et même offensive, des États-Unis sur le plan diplomatique a pour objectif de rassurer les alliés et d’impressionner ses rivaux. Il s’agit de marquer une claire rupture avec les années Trump.

« America is back » : c’est la formulation que Joe Biden utilise très régulièrement, et il faut reconnaître que oui, l’Amérique est de retour. D’abord sur le plan de la lutte contre la pandémie du Covid-19. Les États-Unis sont le pays qui a le plus souffert en nombre de morts, du fait, notamment, de la gestion catastrophique du président Donald Trump. Le nouveau plan de vaccination force le respect : le nombre de 100 millions d’Américains vaccinés contre le Covid-19 sera bientôt atteint, et pour Biden, le 4 juillet pourra normalement être fêté dans des conditions normales cette année puisque la pandémie sera vaincue à cette date. Puis, sur le plan de la relance économique : 1 900 milliards de $, équivalent du PIB de l’Italie, sont mis sur la table pour relancer l’économie américaine. L’Amérique est bien de retour sur le plan interne, mais également sur le plan international. De retour dans l’OMS, le système multilatéral, l’Accord de Paris : la déconstruction à laquelle Donald Trump s’était exercé depuis quatre ans a pris fin, et les États-Unis s’imposent de nouveau au sein du système international, y compris par rapport aux alliés dans l’OTAN et en Asie.

Coup sur coup, deux déclarations-chocs ont fait la une de l’actualité : Joe Biden qui qualifie Poutine de « tueur », et Antony Blinken, secrétaire d’État des États-Unis, qui qualifie de « génocide » les actes des Chinois envers les Ouïghours. Comment interpréter un tel durcissement ? Plus qu’un retour, c’est l’Empire qui contre-attaque. La première raison est que Joe Biden, qualifié de « Sleepy Joe » par Donald Trump, souhaite montrer qu’il peut faire aussi bien que son prédécesseur, voire mieux sur le plan de la réponse virile, ce dernier ayant laissé filer Poutine et Xi Jinping. Il désire apparaître comme l’homme fort et par conséquent faire passer Trump comme ayant été faible au cours de son mandat, afin de le priver de son argument favori. Joe Biden aspire à défaire ce que Trump avait construit, de la même façon que Trump avait voulu défaire ce que Obama avait entrepris.

Joe Biden et l’ensemble de son administration sont sincèrement attachés aux droits de l’Homme et souhaitent les placer au cœur de leur politique. On assiste à un retour de la politique offensive des États-Unis. Le président est cohérent, puisqu’il inclut dans cette stratégie, ses rivaux stratégiques ainsi que ses alliés. Il ne laisse pas passer les manquements aux droits de l’Homme de l’Arabie saoudite. Israël fait exception, puisqu’il s’est notamment positionné contre la saisine de la Cour pénale internationale. Mais de manière générale, les manquements aux droits de l’Homme seront moins passés sous silence que lorsque Trump était au pouvoir.

Au cœur de l’accusation contre Poutine se trouve un aspect personnel : en effet, les Russes avaient mis en avant les liens de Hunter Biden, le « dernier » fils de Joe Biden, avec les Ukrainiens. Ils avaient révélé un salaire de 50 000$ mensuels lié à des affaires ukrainiennes, et avaient par la même occasion directement mis en cause Joe Biden lors de l’élection présidentielle. Aujourd’hui, Joe Biden renvoie la monnaie de sa pièce à Vladimir Poutine.

Le nouveau président des États-Unis souhaite par ailleurs réaffirmer les liens avec ses alliés et resserrer les rangs. Les pays européens étaient très inquiets de la politique de Trump, qui accusait l’Union européenne d’être l’ennemi des États-Unis, et qualifiait l’OTAN d’obsolète. Joe Biden assure que l’Amérique est de retour en insistant sur la menace russe afin que l’Europe lui fasse de nouveau confiance. De même, en désignant la Chine comme une menace, les États-Unis cherchent à rassurer le Japon, l’Australie et l’Inde, et former une coalition antichinoise. La Corée du Sud est quant à elle moins sensible à ce discours puisqu’elle partage des liens économiques très forts avec la puissance chinoise.

À travers cette volonté de croisade pour les droits de l’Homme se démarque une lutte pour la suprématie mondiale. Les États-Unis assistent, atterrés et anxieux, à la montée en puissance de la Chine, qu’ils n’acceptent pas. Les droits de l’Homme deviennent alors un instrument parmi tant d’autres dans un projet de rivalité nationale.

Mais après avoir traité Poutine de « tueur », quelle position adopter ? Est-ce que l’on traite avec un tueur ? On peut évidemment poursuivre les négociations sur le désarmement nucléaire, mais la question demeure importante. Poutine a répondu à cette attaque qu’il était possible de tout mettre sur la table et qu’il acceptait d’en débattre avec son homologue, mais il pourrait aussi dire que George Bush a davantage de sang sur les mains avec la guerre d’Irak. Un retour à des relations normales semble complexe, il est difficile de passer à autre chose après de telles accusations. Ni Nixon ni Kissinger, qui traitaient avec Brejnev, n’ont utilisé ce type de terme. Cette volonté offensive de Biden rappelle un certain climat de guerre froide.

Le même type d’accusations a lieu du côté des Chinois avec le terme de « génocide », un mot lourd de sens. En effet, on ne traite tout simplement pas avec un génocidaire, on ne traite pas avec Hitler ou Pol Pot. Il est compliqué d’accuser le pouvoir chinois de génocide tout en discutant d’accords commerciaux avec la Chine. Au cœur de cette guerre idéologique, il est nécessaire de bien mesurer le poids des mots et de ne pas revenir à un climat de guerre froide sans pour autant en tirer des conclusions concrètes et pratiques.

Allons-nous être embarqués, nous Européens, dans cette lutte antichinoise ? Nous avons notre propre agenda avec la Chine sur le plan économique, commercial, des droits de l’Homme. Et cet agenda ne colle pas toujours à l’agenda américain. Pour nous, la Chine n’est pas une menace militaire comme elle l’est pour le Japon ou les États-Unis. Cette volonté de Washington de nous entraîner dans son propre agenda ne doit pas devenir un piège. Si nous devons être des alliés, il faudrait que les États-Unis agissent sérieusement sur la question de l’extra-territorialité notamment. Ces injonctions de ne pas commercer avec tel ou tel pays sous peine d’amende ou de non-accès au marché américain font partie d’un autre âge, un âge impérial dans lequel nous ne sommes pas des alliés, mais plutôt des subordonnés. On peut se féliciter du retour des États-Unis sur certains points, mais nous n’avons pas besoin d’un leadership de ce type, davantage d’un véritable partenaire.

On assiste à une reconstitution d’une alliance de fait entre Moscou et Pékin même si le rapport de force entre les deux est inversé par rapport à la guerre froide.

Est-ce une erreur de Joe Biden de continuer à pousser les Russes dans les bras des Chinois ? Et de se démarquer et de mettre fin à la politique de Kissinger et Nixon ? Il semble que c’est volontairement que la diplomatie américaine agit en ce sens afin de mettre en place une alliance des démocraties contre les régimes autoritaires.

Un nouveau clivage se met en place Russes et Chinois d’un côté, Occidentaux de l’autre, ayant renoncé à séduire les opinions de l’autre bord. Chacun parle à sa propre opinion publique.

Reste à savoir comment réagiront les nations émergentes. Dans ce nouveau climat qui pour certains rappelle la guerre froide, le rapport de force en faveur des Occidentaux n’est plus le même. La Chine est désormais le principal partenaire commercial de 64 pays pour seulement 38 pour les États-Unis.

Joe Biden et l’Amérique latine : changement dans la continuité ?

Wed, 24/03/2021 - 16:28

La victoire du candidat démocrate, Joe Biden, aux dernières présidentielles états-uniennes, le 3 novembre 2020, a suscité beaucoup d’attentes, au sud du Rio Grande. Plus de deux mois après son entrée en fonction, le 20 janvier 2021, qu’en est-il exactement  ? La page Trump, vierge de tout projet et souvent très rude, a-t-elle été tournée comme on l’espérait à Caracas, La Havane ou Mexico  ? Le nouveau résident de la Maison-Blanche est-il plus attentif et positif à l’égard de ses voisins du Sud  ?

e passé plaide pour une approche rompant avec les années Trump. Joe Biden n’a-t-il pas été vice-président de Barack Obama, président ayant ouvert un dialogue positif avec ses voisins du Sud et en particulier avec Cuba ? De 2009 à 2017, Joe Biden n’a-t-il pas effectué 16 visites officielles et de travail en Amérique latine ? Le legs trumpien a effectivement multiplié malentendus et humiliations entre nord et sud du continent américain. Donald Trump a remis systématiquement en question les acquis de la mandature Obama-Biden : renforcement de l’embargo cubain, menaces à l’égard d’un Mexique soupçonné de laisser-aller migratoire et de concurrence commerciale inamicale, violences verbales assorties de sanctions pour le Venezuela, pressions répétées sur la Colombie soupçonnée de complicité avec le trafic de stupéfiants, coups de menton tarifaires tous azimuts, de l’Argentine au Brésil, absence de visite officielle ou de travail dans l’un quelconque des pays d’Amérique latine.

Son départ et la victoire du candidat démocrate ont provoqué le soulagement quasi général des dirigeants latino-américains. Et l’espoir souvent exprimé d’une relation différente, apaisée au minimum. La plupart des gouvernements avaient, tout au long du mandat du milliardaire nord-américain, développé une triple stratégie, en vue de préserver leur tranquillité souveraine. Celle du soutien diplomatique à la diplomatie agressivement anti-vénézuélienne de la Maison-Blanche, pour certains. Ce choix a été celui des responsables les plus conservateurs. Ils ont accepté de fabriquer une sorte de « Sainte-Alliance » anti-Caracas, le Groupe de Lima, qui ne leur a apporté aucun retour sur investissement, qu’il s’agisse du commerce bilatéral, de la gestion du dossier migratoire ou de celui des questions liées aux stupéfiants. Celle du dos rond a été pratiquée en 2019 par le nouveau chef d’État mexicain, Andrés Manuel López Obrador (AMLO), échaudé par les humiliations répétées subies par son prédécesseur Enrique Peña Nieto.

AMLO a effectivement réussi à détendre l’atmosphère, mais au prix de concessions ayant permis de préserver l’accord tripartite Canada-États-Unis-Mexique. Et au risque d’une brouille future avec Joe Biden, AMLO ayant accepté en échange d’un entretien bilatéral à Washington, le 8 juillet 2020, en pleine campagne électorale états-unienne, d’ignorer le candidat démocrate. Ultime stratégie, enfin, celle de faire avec, en cherchant des partenaires d’équilibre. La Chine, la Russie, saisissant les inconséquences diplomatiques de Donald Trump comme une aubaine ont pris une place de plus en plus importante en Amérique latine. Les mises en garde, sans contreparties, de l’équipe Trump, n’y ont rien fait. La Chine et la Russie assortissaient leurs bonnes paroles d’offres sonnantes, trébuchantes et alléchantes. Le ministre des Affaires étrangères uruguayen, un homme de droite, a résumé la situation en ces termes : « Quand on nous demande que peuvent faire les États-Unis pour le Mercosur, bon, la première des choses serait de nous écouter, parce que pour l’instant, on dirait que le seul qui nous écoute, c’est la Chine 1».

Joe Biden a donc pris les rênes du pouvoir le 20 janvier 2021. Les grands discours prononcés ont ciblé une diplomatie de valeurs, de coopération, dans un cadre multilatéral. Ils ont été bien reçus en Amérique latine. À l’exception du Brésil dont le président, Jair Bolsonaro, a gardé de bout en bout un préjugé idéologique « trumpien ». Un bref échange de lettres courtois a toutefois rappelé l’importance attachée par Joe Biden à une coopération active pour lutter contre la Covid-19 et le réchauffement climatique.

Faute d’annonces concernant le sud de « l’hémisphère occidental », chacun a interprété les propos du président nord-américain comme l’annonce d’une nouvelle ère de « bon voisinage », qui pourrait se décliner en reprise d’un dialogue positif avec Cuba, l’ouverture d’un espace de négociation avec le Venezuela, un compromis apaisé sur l’immigration mexicaine et centraméricaine, ainsi que sur les questions de lutte contre le narcotrafic, avec la Colombie.

Un dossier a effectivement bougé, celui des migrations. Au nom des valeurs éthiques revendiquées par Joe Biden, une ouverture a été décrétée sur plusieurs fronts. Celui des mineurs séparés de leurs parents ; il a été mis un terme à cette « politique ». Celui des « anciens jeunes » jamais régularisés, connus sous le nom de dreamers ; ils pourraient l’être après le vote d’un projet de loi actuellement en cours d’examen devant le Congrès. Celui aussi des demandeurs d’asile qui pourront désormais présenter leur requête sur le territoire des États-Unis ; ce qui n’était pas le cas, sur décision ici encore de Donald Trump. Celui enfin d’accorder une aide financière aux États d’Amérique centrale afin de fixer les candidats à l’exil économique.

Le candidat Biden avait évoqué pendant sa campagne une enveloppe de 4 milliards de dollars. Une fois élu, il a nommé le 2 mars 2021 un responsable en charge des pays émetteurs de migrants, pays dits du Triangle du nord (Guatemala-Honduras-Salvador), Ricardo Zuñiga. Ces décisions ne concernent toutefois qu’une petite partie des flux. Le gros des migrants, ce sont les migrants économiques. Depuis février 2021, les adultes et les familles sont refoulés comme ils l’étaient en décembre 2020. 100 441 migrants ont été détenus pour le seul mois de février. Le Département d’État (équivalent au ministère des Affaires étrangères) a diffusé dans la presse centraméricaine, 33 canaux radiophoniques, Facebook et Instagram, des messages en espagnol, portugais et six langues amérindiennes, destinés à dissuader les migrants potentiels. À supposer que les aides annoncées soient très rapidement concrétisées, leur impact sera au mieux de moyen terme. La Garde nationale états-unienne a donc été déployée sur la frontière mexicaine pour gérer le court terme.

Le Mexique, en première ligne, a salué l’annonce par Joe Biden de la suspension des travaux du mur frontalier. Mais la conjoncture migratoire a imposé la prise rapide de décisions. Il est vrai qu’AMLO, dans l’une de ses mañaneras (conférences de presse quotidiennes du matin), le 2 mars, a critiqué Joe Biden, qui aurait pris de façon inconsidérée des décisions encourageant les candidats à l’émigration. Point de vue rejoignant ceux émis aux États-Unis par le camp républicain. La garde nationale mexicaine a été déployée sur la frontière avec le Guatemala. Antony Blinken, secrétaire d’État de Joe Biden, s’est aussitôt déplacé à Mexico pour rappeler que « la frontière était fermée à l’immigration irrégulière ». Une seconde mission dirigée par l’ex-ambassadrice de Barack Obama au Mexique, Roberta Jacobson, s’est également rendue à Mexico avant de poursuivre son travail à Guatemala, le 23 mars 20212. Ces visites ont été accompagnées d’une annonce ayant « huilé » la relation bilatérale. Tout en permettant de remettre les États-Unis dans le jeu sanitaire latino-américain, abandonné à la Chine et à la Russie. Les États-Unis, détenteurs de millions de doses du vaccin Astra-Zeneca, vaccin non homologué, ont négocié leur envoi au Mexique3. La décision a été publiquement officialisée le 19 mars 2021.

Concernant Cuba, « rien ne presse » a déclaré Ned Price, porte-parole de la Maison-Blanche. « Le secrétaire d’État, Antony Blinken, a appelé les ministres des Affaires étrangères de la région » a-t-il dit, « à une exception, celle de Cuba. Le signal est clair ». Message renouvelé le 9 mars 2021 en termes identiques par la secrétaire de presse de la présidence, Jen Psaki. Ce report de décision a pour conséquence immédiate la perpétuation des sanctions ayant remis en cause une part importante de la politique d’Obama. Seul l’exposé des motifs justifiant leur permanence a changé. Une lettre adressée au Congrès par Joe Biden, le 24 février 2021, a confirmé le statu quo. Non pas pour punir un régime « communiste », mais pour protéger les États-Unis d’une vague de migrants potentiels4.

Le sort réservé au Venezuela repose sur la même approche. Une évolution est possible. Un petit geste a été fait le 2 février 2021, avec la levée par le Secrétariat au Trésor d’entraves aux transactions portant sur certaines opérations portuaires et aéroportuaires. Mais c’est Carlos Vecchio, « ambassadeur » de Juan Guaido à Washington qui a représenté le Venezuela, le 20 janvier 2021, pour l’entrée en fonction de Joe Biden qui, comme Donald Trump avant lui, reconnaît Juan Guaido comme président du Venezuela. Antony Blinken a mis les points sur les « i » devant la commission des Affaires étrangères du Sénat : « Maduro est un dictateur brutal (…). Nous avons besoin d’une politique efficiente permettant de restaurer la démocratie au Venezuela ».

Au final, le changement principal est d’ordre local, électoral et même électoraliste. Les votants d’origines latino-américaines ont été très sollicités par le camp démocrate, pendant la campagne. Beaucoup, à l’exception d’une partie notable des Cubano-Américains, souhaitaient manifester leur hostilité vis-à-vis de Donald Trump. Les messages signalés supra, depuis la Maison-Blanche, ont cela dit ménagé les Cubano-Américains, présentés comme « les meilleurs ambassadeurs des libertés ». Donald Trump avait fait de la chasse aux sans-papiers « latins », assortie de commentaires agressifs envers cette communauté, l’un de ses chevaux de bataille. Joe Biden a bien reçu le message. Il a intégré dans son équipe gouvernementale des « Hispaniques ». Il a libéralisé le droit d’asile et annoncé la régularisation de sans-papiers. Au risque de provoquer un appel d’air en Amérique centrale, Haïti et même au-delà, générateur de difficultés avec son voisin mexicain et son opposition républicaine.

Après Barkhane, quel avenir pour le Sahel ?

Tue, 23/03/2021 - 17:14

Le sujet est difficile et délicat. Sa formulation, mettant sur un même plateau la force Barkhane et l’avenir du Sahel, laisse planer une certaine prédominance de la dimension sécuritaire sur la question sahélienne. Il n’en est évidemment rien, mais cela tend à montrer que le sujet très pesant de « Barkhane » contribue à brouiller ou orienter quelque peu la libre réflexion sur l’avenir de l’espace sahélien.

Barkhane et son évolution : une vision sécuritaire à replacer dans une stratégie globale

 Un rappel de sa mission s’impose, et donc du sens de la présence militaire française au Sahel. Il s’agit bien de lutter contre le djihadisme.

En 2013, à la demande des autorités maliennes et en accord avec les pays voisins, la France est intervenue pour barrer la route à une force djihadiste menaçant la capitale du Mali. L’opération Serval fut alors déclenchée, force de reconquête du terrain, elle-même très vite remplacée, en 2014, par Barkhane, force occupant le terrain pourpoursuivre la lutte contre les djihadistes.

Pour autant, Barkhane n’a pas pour vocation à rester indéfiniment, elle s’inscrit dans la stratégie suivante :

– stopper l’avancée djihadiste ;

– constituer une coalition et la renforcer progressivement pour éradiquer le djihadisme

– replacer l’action sécuritaire dans une stratégie globale incluant notamment le développement et visant au retour de la paix et de la sécurité au Sahel ;

– transférer progressivement la responsabilité de la lutte contre le djihadisme aux forces locales après avoir participé à leur renforcement opérationnel.

Cette stratégie a pour conséquence logique un changement de posture pour Barkhane qui ne peut rester aussi visible qu’elle l’est aujourd’hui. À cet égard, trois raisons lui imposent désormais de passer le pas très rapidement :

– au Sahel, la situation sécuritaire ne s’améliore pas malgré l’énormité des moyens militaires consentis, ce qui montre que la stratégie du tout sécuritaire a trouvé ses limites, et l’image de Barkhane a progressivement évolué, perçue désormais par les populations locales comme une force d’occupation ;

– en France aussi, l’opinion publique a changé en ce qui concerne sa perception de l’engagement français au Sahel, avec désormais 51% d’opinion défavorable au maintien de Barkhane, chiffre appelé probablement à augmenter en cas de nouvelles pertes humaines au sein du contingent français. Nul doute que le sujet a pris une dimension politique et s’imposera à la prochaine présidentielle dans un an. La pression pour un changement de posture vient donc aussi de France ;

– dernière raison, majeure, les autorités maliennes (et aussi burkinabées) considèrent aujourd’hui qu’un retour à la paix passe par la négociation avec tous les acteurs nationaux, y compris certains groupes djihadistes importants comme le JNIM d’Iyad Ag Ghali et le Front de libération du Macina d’Hamadou Koufa, d’obédience Al-Qaïda. Or il se trouve que ces mêmes groupes ont été nommément désignés par Barkhane comme les cibles prioritaires à combattre en 2021, et cela a été repris par le président de la République lors du sommet de N’Djamena en février dernier. Il y a donc une ambiguïté majeure à lever, évidemment, car dans ces conditions, Barkhane ne peut plus être le porte-drapeau de la lutte contre le djihadisme.

Pour ces raisons, Barkhane doit rapidement changer de posture, certainement en 2021, probablement à l’été. Cela pourrait se faire en deux temps, après concertation avec les membres de la coalition :        

– 1er temps : tout en poursuivant activement la lutte, il s’agira de poursuivre et d’accélérer le transfert de responsabilité des affaires sécuritaires aux forces locales (aujourd’hui, il y a déjà plus de militaires locaux que de non sahéliens dans les opérations communes contre le djihadisme). Parallèlement, Barkhane devra réduire son empreinte au sol, c’est-à-dire passer d’un dispositif éclaté sur le terrain, exposé, visible et très exigeant au plan logistique, à un dispositif regroupé, moins visible, agissant sur renseignement, faisant appel à plus de technologie, dispositif moins lourd à soutenir au plan logistique, car s’appuyant sur moins d’emprise sur le terrain. Cela permettrait une réduction notable d’effectif.

– 2e temps : Barkhane interviendrait au sein des forces de la coalition, mais sur demande des forces locales assurant elles-mêmes la responsabilité des opérations sur le terrain. À terme, Barkhane quitterait progressivement le théâtre, toutes ces décisions étant prises en concertation avec les autres acteurs de la coalition.

Quelles perspectives d’avenir au Sahel ?

Après avoir évoqué Barkhane et son effacement progressif à terme, les perspectives à attendre au Sahel s’inscrivent dans le schéma suivant.

La dimension sécuritaire devrait être replacée dans une stratégie globale, intégrant les dimensions politique, économique, sécuritaire, sociale… Tout le monde pense cela aujourd’hui, sauf qu’on attend toujours une stratégie globale digne de ce nom. Cette stratégie ne peut être que sahélienne, ce sont les Sahéliens qui détiennent les clés de la solution au Sahel. C’est donc aux Sahéliens de définir cette stratégie, tout le monde y a intérêt, les Sahéliens tout comme les acteurs de la communauté internationale.

Du point de vue des Sahéliens d’abord :         

Cela demande d’admettre que le djihadisme n’est pas la cause du désordre et de l’anarchie, mais une conséquence qui s’appuie sur le désordre et l’anarchie provoqués par des maux endémiques :             

le vide d’État d’abord : depuis trop longtemps, l’État n’assume plus ses missions régaliennes en matière de santé, d’éducation, de développement, de social… Les populations se sentent abandonnées et livrées aux mains des djihadistes, ce qui les amène parfois à recruter des milices, sur une base ethnique, pour assurer leur protection. Tout cela ne fait qu’ajouter aux tensions intercommunautaires donc à la cohésion nationale et plus globalement au désordre général ;

les trafics illicites ensuite : trafic de drogue, d’êtres humains, d’armes… et la recherche du contrôle de ces trafics débouche sur des luttes sanglantes qui participent au chaos ambiant ;

la corruption enfin : corruption et autres comportements déviants proches de la criminalité organisée ont pris une importance d’autant plus colossale que le développement de ces maux est lié à la culture d’impunité régnante. Tout cela surajoute (proposition : contribue) à l’anarchie de la situation locale.

En prenant tout cela sérieusement en compte, il est temps de définir une stratégie globale réaliste et vertueuse, ambitieuse en termes d’objectifs, englobant toutes les dimensions, politique, économique, sécuritaire, sociale…

Du point de vue de la communauté internationale ensuite :        

Tous les acteurs de la communauté internationale ont intérêt à ce que cette stratégie sahélienne réussisse, mais cela leur impose d’admettre quatre exigences :

faire confiance : la communauté internationale doit accepter de participer à une stratégie qui n’est pas la sienne et doit se tenir prête à y jouer son rôle. Pas facile de faire preuve d’humilité ;

donner les moyens : on connaît la faiblesse matérielle des pays sahéliens, il s’agit donc d’accepter de donner généreusement les moyens d’une véritable mise à niveau, non seulement sécuritaire, mais aussi politique, économique, sociale… Une aide massive peut être déclenchée aux conditionnalités décidées par les deux partis. Il faut arrêter de donner de façon mesurée et condescendante ;    

accompagner les Sahéliens : dans cette entreprise, on sait que les pays du Sahel ont besoin d’alliés expérimentés. Dans ce cadre, la communauté internationale doit accepter de se plier à une démarche d’accompagnement de la solution décidée par les Sahéliens et non d’imposition de sa propre solution ;       

être patient : il faudra du temps, évidemment, car cette stratégie ne portera ses fruits que dans plusieurs années, ce qui signifie que l’aide et l’accompagnement ne peuvent s’imaginer que sur le temps long. Difficile à accepter quand on a l’habitude d’exiger des autres tout, tout de suite.

Le retour de la paix est-il possible au Sahel ?

Oui, le retour de la paix est possible au Sahel, on vient d’en voir les conditions, et côté sahélien et côté communauté internationale. Certes, cela ne sera pas facile, car cette stratégie ambitieuse et vertueuse devra intégrer des points majeurs comme le retour de l’État et des institutions, la reprise des missions régaliennes, la lutte acharnée contre la corruption et les trafics illicites, la fin de la culture d’impunité sur le plan de la justice… Certains parleront de vision exagérément optimiste, voire utopique. Pourtant, des signes positifs concrets montrent sur le terrain que rien n’est impossible et que tout est affaire de volonté. Ces exemples sont facteurs d’espérance :

– au plan politique, le parti des Transformateurs au Tchad prône la mise en place d’un système politique libre, juste et transparent. Son jeune dirigeant a volontairement abandonné une carrière d’économiste internationale qui s’annonçait prometteuse pour se consacrer à l’organisation d’une vie politique vertueuse pour son pays. Chacun pourra observer l’enthousiasme qu’il déclenche au sein de la population ;

– au plan social, dans plusieurs pays sahéliens apparaissent des plateformes pour dénoncer la corruption qui rencontrent toutes un succès étonnant. De même, des mécanismes d’aide sociale de type assurance maladie, taillés pour les petits métiers, émergent ici ou là en Afrique de l’Ouest, en mode public comme privé ;

– au plan économique, des initiatives ambitieuses sont proposées par des acteurs trop souvent ignorés, voire méprisés, alors qu’ils sont essentiels au renouveau économique des pays. Il s’agit bien sûr des acteurs du secteur privé. Le projet des corridors économiques reliant les capitales du Sahel, porté par le Conseil National du Patronat malien, en est un exemple prometteur ;            

– au plan sécuritaire, il serait intéressant d’étudier pourquoi un des pays sahéliens tire son épingle du jeu beaucoup mieux que les autres. Le maintien des savoir-faire traditionnels, bien adaptés pour contrer les djihadistes, n’explique pas tout. La volonté et l’engagement de son dirigeant, au comportement vertueux, compte pour l’essentiel.

Force est de remarquer que derrière toutes ces initiatives, il y a toujours une forte volonté politique de les imposer. C’est une nécessité absolue lors de la mise en œuvre de toute stratégie. Au-delà du déclaratoire, cela doit se traduire par l’action concrète et l’engagement résolu. Aussi, il est illusoire de penser que la paix reviendra au Sahel si ses dirigeants n’en ont pas vraiment la volonté. Dans le cas contraire, l’adoption par les pays du Sahel d’une stratégie ambitieuse et vertueuse, portée par une volonté politique résolue, soutenue par une communauté internationale généreuse acceptant de l’accompagner sur le temps long plutôt que d’imposer ses solutions, serait de nature à donner enfin l’espoir de sortir de la situation infernale dans laquelle est plongé le Sahel.   

Attention, les temps changent, on ne peut plus tricher impunément. Partout, la jeunesse connectée au reste de la planète demande des comptes, et elle a raison. Des événements soudains, en cours à l’ouest du Sahel, sont là pour nous le rappeler.

[Chroniques GéoÉco #13] Affaire Danone : la fin des entreprises à mission ?

Wed, 17/03/2021 - 19:06

Dans le cadre de ses chroniques géoéconomiques, Sylvie Matelly, directrice adjointe de l’IRIS, revient sur l’éviction du patron de Danone, remettant en cause le modèle d’entreprise à mission qu’il avait voulu y développer.

[Chroniques US #15] Que retenir du début de mandat de Joe Biden ?

Tue, 16/03/2021 - 18:59

Marie-Cécile Naves, directrice de recherche à l’IRIS et spécialiste des États-Unis, vous donne régulièrement rendez-vous pour analyser la politique américaine. Elle répond aujourd’hui aux questions suivantes :

– Quelles sont les leçons politiques du plan de relance décidé par Joe Biden ?

– Où en est la démocratie américaine ?

– En quoi les États-Unis traitent-ils la question de la lutte contre le Covid-19 comme un enjeu géopolitique ?

À propos du « Dictionnaire amoureux de la géopolitique » d’Hubert Védrine

Tue, 16/03/2021 - 17:44

La collection Dictionnaire amoureux (Plon) est bien établie et a trouvé son public. Lorsque Hubert Védrine signe celui sur la géopolitique, cela ne peut qu’attiser l’appétit. Ce type d’ouvrage ne se lit pas d’une traite. On vient y picorer au fur et à mesure avec gourmandise.

Hubert Védrine s’adapte au format de la collection pour livrer une série de petits éditoriaux sur chacune des entrées. Il y apporte la vision globale qu’on lui connait et qui permet justement que chaque chapitre ne soit pas une définition fermée. Il y ajoute aussi son habituelle causticité. Étant donnée la personnalité de l’auteur, on n’est pas étonné de le voir évoquer le Gaullo-Mitterrandisme, concept qu’il a lui-même forgé. S’il rappelle que bien malin serait celui qui saurait ce que De Gaulle ou Mitterrand feraient aujourd’hui, il reste une question centrale : la France peut-elle conserver, au sein d’entrelacs et d’interdépendance mondiales et européennes, une sorte d’autonomie de pensée et d’action ? La realpolitik dont il est un partisan avéré et lucide y figure bien sûr également. Pour lui, le réalisme est une honnêteté intellectuelle. Il s’oppose donc à l’idéalisme, au chimérisme ou à la démagogie. Il écrit « Le réalisme de l’analyse n’empêche pas l’idéalisme des positions. » Mais il est justement assez réaliste pour reconnaître que dans le dictionnaire moderne des idées reçues, on est sommé de condamner le réalisme, jugé immoral et nauséabond. Il n’hésite pas à réhabiliter le cynisme, en tête selon lui du palmarès des mots employés à contresens puisqu’à l’époque des Grecs anciens, le cynisme signifiait au contraire la vertu et la sagesse grâce à la liberté de pensée, de parole, quitte à heurter l’opinion dominante du moment, en général hypocrite.

Une analyse réaliste et une volonté de préserver les marges de manœuvre de la France sont les deux principes qui guident son analyse, comme elles ont guidé son action comme ministre des Affaires étrangères. Il n’a jamais pris de précaution pour l’affirmer avec franchise, ce qui lui vaut de solides inimitiés chez ceux qui préfèrent l’affichage et la posture à l’action concrète pour améliorer les situations ou qui estiment que la France doit rentrer dans le rang. Sur l’irrealpolitik, il regrette que cette formule qu’il a inventée ait eu moins de succès que celle d’« hyper puissance » pourtant moins significative à ses yeux. « Sans doute les médias subodorent-ils dans l’irrealpolitik, une critique les englobant ? Ils auraient raison ! » écrit-il.

Sur la France-Afrique, il note qu’il serait un paradoxe que la France soit la seule puissance du monde qui ne conserve pas une politique africaine ou du moins une politique en Afrique au moment où le continent est l’objet de politiques africaines ciblées d’à peu près toutes les puissances, Chine en tête.

L’auteur n’esquive pas le sujet du Rwanda (une entrée sur 250) dont il admet qu’elle est la controverse la plus virulente sur la politique étrangère française contemporaine. Il décrit les deux thèses s’opposant : celle qu’il soutient lui-même selon laquelle la France est le seul pays qui, ayant pris conscience des risques de massacre inhérents à la guerre civile déclenchée en 1990, a agi pour enrayer cet engrenage et pensait y être parvenu en obtenant en août 1993 la signature des accords d’Arusha ; l’autre, celle de Kigali et de ses relais selon laquelle la France a coopéré avec un régime qui préparait un génocide, elle est au minimum coresponsable. Parmi les rappels qu’il effectue, il y a celui du fait que Kagamé l’avait rencontré deux fois lorsqu’il était ministre des Affaires étrangères sans aucun problème et que ce n’est qu’après que le juge français Jean-Louis Bruguière enquêta sur l’attentat contre l’avion de l’ancien président Habyarimana, à la demande des familles du personnel navigant français, que Kagamé a changé de braquet et a fait publier un rapport accusant les politiques et militaires français d’avoir armé les génocidaires. On sait que sur ce point, la polémique fait rage et que si Kagamé commence à être critiqué à l’étranger pour la répression qu’il exerce – allant jusqu’à l’assassinat de ses opposants – il bénéficie d’une réputation intouchable en France. The Economist, peu susceptible d’être accusé d’être un organe Gaullo-Mitterrandiste, avait pourtant qualifié le régime rwandais de totalitaire.

Enfin, Hubert Védrine dresse de nombreux portraits de Deng Xiaoping à Poutine, de Gorbatchev à Jimmy Carter sans oublier Churchill, Bismarck ou des figures plus contemporaines, françaises, que je laisse découvrir au lecteur, portraits éclairants et savoureux. Mais il y a surtout des entrées qui donnent une véritable profondeur historique à l’ouvrage.

 

Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères de 1997 à 2002, est membre du Conseil d’Administration de l’IRIS. Il publie Dictionnaire amoureux de la géopolitique chez Plon, Fayard (février 2021)

 

 

Tempêtes à venir sur la sécurité alimentaire mondiale ?

Mon, 15/03/2021 - 18:16

La pandémie de Covid-19 a dégradé depuis plusieurs mois la situation alimentaire des personnes les plus vulnérables de la planète. Cette tendance pourrait s’accroître avec la crise économique qui s’amplifie. À plus forte raison, si l’offre agricole dans le monde se contracte, risque potentiel en 2021. Plusieurs questions stratégiques se posent à court et moyen termes.

Des équilibres agricoles et alimentaires mondiaux structurellement fragiles

Rappelons tout d’abord une évidence historique : l’agriculture et l’alimentation sont des facteurs de paix. L’instabilité géopolitique et les difficultés humaines se développent quand elles sont absentes – sur un espace, dans une période, au sein d’un foyer[1]. Cela fait des millénaires que tous les êtres vivants doivent se nourrir. Nul n’échappe à cette nécessité. Si les produits de la mer ne doivent pas être oubliés de l’équation alimentaire, ce sont d’abord ceux de la terre qui apportent la sécurité alimentaire.

La population mondiale a doublé au cours des 50 dernières années. Plus de bouches à nourrir, et plus d’exigences de la part de ces consommateurs. L’explosion des classes moyennes entre la décennie 1990 et 2010 a renforcé les dépendances intercontinentales, d’autant que les sociétés, éprises de liberté, veulent accéder à tout et tout au long de l’année. Il faut donc rapprocher l’offre de la demande, car peu de régions parviennent à produire en grande quantité de la nourriture. Si l’agriculture est présente dans tous les pays, les volumes et les variétés agricoles s’avèrent très hétérogènes. Nous avons donc assisté à une mondialisation des systèmes alimentaires, pour satisfaire le consommateur. Alors que 90% de la nourriture reste à domicile et dans le pays de sa récolte ou production, le reste est internationalisé. Pour certains produits (fruits exotiques, céréales, sucre, soja, café, cacao, huiles, épices, lait, etc.), le chemin des marchés mondiaux est même plus significatif, car peu de zones en cultivent, mais la planète entière en consomme.

Des dynamiques inquiétantes actuellement

En 2020, la situation a globalement été ambivalente, bien qu’il faille toujours insister sur les disparités géographiques et socio-économiques qui fragmentent le monde dans ses performances agricoles et ses tendances de consommation.

D’un côté une offre agricole robuste, grâce à des récoltes mondiales favorables en 2019 et au premier semestre 2020, très peu d’accidents climatiques et une relative stabilité du prix et du commerce international de produits agricoles de base. Il faut rappeler ici que les agriculteurs et les entreprises du secteur n’ont pas été confinés, mais bien au front de la bataille productive pour fournir aux populations ces biens indispensables. En revanche, depuis l’été 2020, les marchés se tendent et l’inflation sur les produits de base est significative, notamment sur le sucre, les huiles et les céréales. L’indice FAO des prix alimentaires mondiaux a augmenté de 27% entre avril 2020 et mars 2021. Il est à son plus haut niveau depuis 2014. Ce renchérissement est lié notamment aux achats massifs effectués par la Chine, mais également à ces nombreux pays qui doivent inévitablement recourir aux importations pour construire leur sécurité alimentaire. Quand les prix s’emballent, que les coûts logistiques et le fret maritime augmentent et que le spectre d’un embargo à l’export est agité par certains États agricoles pour protéger leur marché domestique, le réflexe de beaucoup d’acheteurs est…d’intensifier les courses avant que les produits ne manquent ou que la facture de ces importations ne devienne budgétairement insoutenable. À cela s’ajoutent des conditions climatiques moins propices aux récoltes et les effets de la crise pandémique sur les circuits de distribution, locaux ou régionaux, sans oublier les mobilisations de main d’œuvre qui se sont parfois taries.

À l’autre bout de la chaîne, des consommateurs secoués par la polycrise de Covid-19. Avec d’abord le défi de la faim qui frappe un habitant sur neuf dans le monde et qui nécessite une mobilisation humanitaire de tous les instants. D’ailleurs en 2020, le prix Nobel de la paix a été attribué au Programme alimentaire mondial (PAM). Son directeur général vient de rappeler que la faim tuait chaque jour bien davantage que le coronavirus et que le meilleur vaccin contre cette tragédie-là s’appelle la nourriture. Combien de personnes, privées de leur mobilité, de leur travail et de leur revenu, plongent en ce moment dans l’insécurité alimentaire ? Un récent rapport estime que plus de 160 millions de personnes sont tombées dans l’extrême pauvreté et la faim en raison du Covid-19[2]. N’oublions pas que la pauvreté génère toujours de la faim ou de la précarité nutritionnelle. Cette réalité universelle vaut pour l’Europe ou la France, où le nombre d’individus fragilisés sur le plan alimentaire s’est accru avec la crise du Covid-19. Environ 2,1 millions de Français ont ainsi bénéficié d’une aide alimentaire[3] depuis le début de l’année 2021 et la moitié avaient commencé à y avoir recours depuis moins d’un an, dont 20% pour la première fois depuis cet hiver 2020/2021.

Réflexions prospectives

Trois considérations sont à faire pour se projeter un peu plus loin dans le temps que les prochains mois.

  1. A contrario de 2020, rien ne peut dire si les grands équilibres du système agricole et alimentaire mondiaux pourraient tenir en cas de nouvel épisode pandémique demain : l’analyse des variables permet même d’esquisser plusieurs scénarii contrastés si nous devions faire face à la résurgence d’un virus[4]. Dans le domaine du Vivant, en agriculture comme dans la santé, la morphologie des crises n’est jamais identique et des cycles longs existent par-delà les vicissitudes conjoncturelles. Le Covid-19 n’est-il pas un puissant rappel pour que nous puissions distinguer davantage l’essentiel du superflu et ainsi savoir distinguer avec constance quels enjeux traversent les époques et sont notre affaire à tous au quotidien ?
  2. Aucun pays ne désarme sur le plan agricole ; certains (Chine, Russie, États-Unis) font même de ce secteur un axe central de résilience intérieure et d’influence extérieure. La crise du Covid-19 réveille même les États qui en avaient sous-estimé la valeur. Dans les débats animés du moment sur la souveraineté et l’autonomie stratégique de l’Europe, ou de la France, l’alimentation figure parmi les priorités. Cela reclasse l’agriculture en haut des agendas sur ce continent qui est, soulignons-le, celui où la sécurité alimentaire est la plus grande car bâtie depuis plus d’un demi-siècle sur une organisation en commun des marchés, des règles et des moyens économiques. Le Covid-19 va-t-il conforter l’importance de la politique agricole commune (PAC), qui conditionne la sécurité d’un demi-milliard de consommateurs européens ?
  3. Le paysage sanitaire et socio-économique actuel ne paraissant pas se clarifier, le risque est réel de voir les vulnérabilités alimentaires s’accroître dans les mois ou années à venir. Nous parlons d’un milliard de personnes ici pour qui la bataille du quotidien sera avant tout de pouvoir manger. En outre, la moitié de la population mondiale dépense encore plus de la moitié de ses revenus pour se nourrir. À l’échelle du globe, rares sont ceux qui peuvent débattre de la seule qualité des produits qu’ils consomment. L’accès et le prix déterminent donc encore le comportement de beaucoup de personnes. Et pourtant, bien manger, en quantité et en qualité, constitue l’un des meilleurs moyens pour construire sa santé à long terme. Comment renforcer l’accès à une alimentation de qualité pour tous demain ? Il en est de même pour l’agriculture : produire mieux permet de renforcer la résilience à long terme des écosystèmes à même de fournir des aliments sains et durables. Comment continuer à produire tout en réparant la planète ? Vastes chantiers, que la crise de Covid-19 complexifie terriblement.

—————————————————–

[1] Abis (Sébastien) et Blanc (Pierre), Géopolitique de l’agriculture, collection « 40 fiches illustrées pour comprendre le monde », Eyrolles-IRIS, 2020.

[2] Baquedano (Félix), Christensen (Cheryl), Valdes (Constanza) et Abrehe Zereyesus (Yacob). « COVID-19 Working Paper: International Food Security Assessment, 2020-2030: COVID-19 Update and Impacts on Food
Insecurity ». USDA, Economic Research Service, January 2021.

[3] Institut CSA, « Banques alimentaires : le profil des bénéficiaires de l’aide alimentaire », étude CSA, 23 février 2021.

[4] Abis (Sébastien), Brun (Matthieu) et Le Lay (Aymeric). « Covid-24 : scénarios pour des mondes agricoles et alimentaires immunisés ? », Sébastien Abis éd., Le Déméter 2021. IRIS éditions, 2021, pp. 25-39.

Cet article est publié dans le cadre de l’Observatoire (Dés)information & Géopolitique au temps du Covid-19 de l’IRIS.

 

Syrie : 10 ans de descente aux enfers

Mon, 15/03/2021 - 09:45

Le 15 mars 2011, il y a dix ans, la révolution syrienne naissait dans le sillage des révolutions tunisienne et égyptienne. La politique de répression totale appliquée par le pouvoir a enfoncé le pays dans la guerre civile. Fort des soutiens russe et iranien, Bachar al-Assad s’est maintenu au pouvoir mais il est désormais à la tête d’un pays en ruine, où près de 400 000 personnes ont été tuées et plusieurs millions ont fui.

Syrie, 10 ans de descente aux enfers, l’analyse de Pascal Boniface.

Quel avenir politique pour Lula ?

Sat, 13/03/2021 - 14:09

Le lundi 8 mars 2021 restera à n’en pas douter une date clé de la vie politique au Brésil. En déclarant que le tribunal de Curitiba (État du Parana) n’était en fait pas « compétent » pour juger l’ancien président du Brésil (2003-2011), Luiz Inácio Lula da Silva, dans quatre affaires présumées de corruption, en annulant de ce fait, pour cette raison de procédure, les condamnations de l’ancien président et en rétablissant l’ensemble de ses droits politiques, le juge de la Cour suprême (Tribunal suprême fédéral, TSF) Edson Fachin a projeté le pays dans une nouvelle situation politique. Et ce, à un an d’une élection présidentielle qui interviendra dans un pays meurtri par la crise sanitaire provoquée par la pandémie de Covid-19 et qui s’apprête à affronter ses conséquences économiques et sociales.

Pour motiver sa décision – intervenue suite à un recours juridique engagé par les avocats de Lula en novembre 2020 -, le juge Fachin a notamment développé deux arguments. Le premier est que le tribunal serait incompétent dans la mesure où son mandat consistait à instruire les cas de corruption liés à l’affaire dite « Lava Jato »[1] (éclatée en 2014) et qu’aucun lien matériel n’a pu être établi entre Lula et cette dernière. Le deuxième consiste à affirmer que le principe du « juge naturel » n’a pas été respecté dans le procès de Lula. Ce principe de droit établit, de manière schématique, qu’un accusé ne peut choisir le juge qui le jugera et qu’un juge ne peut, à l’inverse, choisir l’accusé qu’il va juger. Il s’agit d’un principe d’impartialité et de neutralité du juge et de l’institution judiciaire. En rendant cet avis, Edson Fachin observe, sans le nommer, que ce principe n’a pas été respecté avec Sergio Moro, le juge fédéral de Curitiba en charge de l’enquête « Lava Jato » et du procès contre Lula[2].

La décision du juge du TSF aura un impact majeur sur l’avenir personnel et politique de Lula, mais peut être aussi sur celui de Sergio Moro. Ce dernier, dont les méthodes, les agissements et le parti pris contre Lula ont été maintes fois dénoncés et documentés va, de surcroît, faire l’objet d’une autre procédure, également lancée à l’initiative des avocats de Lula. Le déclenchement de cette procédure – dite de « suspicion » – a été considéré recevable, le 9 mars 2021, par une commission d’étude de la Cour suprême. Elle permet d’ouvrir une enquête visant à déterminer la partialité d’un magistrat dans une affaire et d’annuler, le cas échéant, tous ses jugements et ses condamnations si cette « suspicion » est avérée. Les juges (par 4 voix contre 1) ont accepté d’enclencher cette procédure, sans toutefois se prononcer à cette étape sur son calendrier de mise en place.

Ainsi, la défense de Lula veut non seulement prouver l’innocence de son client, mais également disqualifier le juge Sergio Moro en soulignant l’illégalité et la dimension arbitraire de son jugement. Ils veulent démontrer que son objectif était, depuis le départ, de poursuivre une « persécution politique » contre l’ancien président.

Le seul juge à avoir voté contre l’ouverture d’une enquête de « suspicion » contre Sergio Moro n’est autre que… Edson Fachin, connu pour sa proximité avec le juge de Curutiba. Cette singulière situation aux apparences paradoxales donne en réalité lieu à une interprétation qui circule parmi nombre d’acteurs politiques et médiatiques brésiliens. De nombreux éléments à charge permettant de prouver la partialité de Sergio Moro existent. Sa disqualification éventuelle au terme d’une enquête de « suspicion » affecterait l’ensemble de l’institution judiciaire et pourrait remettre en cause de nombreuses condamnations prononcées dans le cadre de l’affaire « Lava Jato » dont il avait la charge. Dans le cas de Lula, une telle issue signifierait une reconnaissance définitive de son innocence. Pour éviter un tel scénario, Edson Fachin – qui a toujours voté contre Lula par le passé à chaque fois que la défense de ce dernier a déposé des recours devant le TSF avant son incarcération – aurait pris l’initiative. D’un côté, accorder à Lula l’annulation immédiate de ses condamnations sur une question de procédure, la reprise à zéro de ses procès dans une autre juridiction (celle de Brasilia) à une échéance suffisamment lointaine pour que l’ancien président puisse, entre temps, se présenter, s’il le souhaite, à l’élection présidentielle de 2022, et s’assurer une immunité s’il la remportait. De l’autre, éviter une enquête contre Sergio Moro du fait que, selon Edson Fachin, si « le tribunal de Curitiba a été déclaré incompétent, il n’y a plus lieu d’enquêter sur l’action du juge ». Mais cette stratégie n’a pas été suivie par ses pairs dont certains dénoncent publiquement la partialité du juge Moro.

Quoi qu’il en soit, ces deux décisions prises au sein d’une institution dont on observe les divergences internes vont connaître des développements imprévisibles aujourd’hui. Toutefois, plusieurs scénarios sont possibles.

Dans les deux cas évoqués, les décisions des juges peuvent faire l’objet d’un appel de la part du procureur général de la République, Augusto Arras, nommé par le président Jair Bolsonaro. Dans le cas de Lula, c’est déjà chose faite depuis le 12 mars 2021. En effet, la sous-procureure générale Lindôra Araújo a déposé, au nom du parquet, ce recours en indiquant que « dans la perspective de préserver la stabilité procédurale et la sécurité juridique, les condamnations doivent être maintenues et la procédure poursuivie ». Pour le parquet, le tribunal de Curitiba est donc compétent et ses décisions doivent être respectées. C’est donc désormais l’ensemble des onze juges du TSF réunis en session plénière qui devra cette fois confirmer ou désavouer la décision de leur pair. S’ils la confirment, Lula verra donc s’annuler toutes les condamnations qui pèsent contre lui et pourra reprendre une activité politique (en attendant la réouverture ultérieure de ses procès à Brasilia). S’ils l’infirment, alors la situation antérieure prévaudra de nouveau, sous réserve de nouveaux rebondissements.

Dans ces conditions, l’ancien président pourra-t-il être candidat en 2022 ?

Il est impossible de répondre définitivement à cette question aujourd’hui. D’une part, des rebondissements judiciaires sont toujours possibles, même s’il paraît périlleux pour le TSF de remettre en cause, dans le nouveau contexte créé, la décision prise. Et ce, malgré l’appel déposé par un parquet proche du président Jair Bolsonaro avec lequel la Cour suprême entretient une détérioration constante de ses rapports (confrontation autour de la question de la gestion de la crise sanitaire notamment).

Par ailleurs, sur le terrain directement politique, dans son discours prononcé le 10 mars 2021 au siège du syndicat des métallurgistes de Sao Bernardo do Campo à Sao Paulo – là où il avait donné son dernier discours avant de se rendre à la police et d’être incarcéré en avril 2018 sur ordre de Sergio Moro -, l’ancien président Lula n’a pas abordé la question de sa candidature, préférant indiquer ses priorités immédiates : contribuer à l’élaboration d’un projet national prenant l’exact contrepied de Jair Bolsonaro en matière de gestion sanitaire, de politique économique, agricole, d’emploi, de transition écologique et climatique, de politique étrangère, etc. Et de préciser dans ce dernier domaine, à l’attention de l’Union européenne (UE), faisant implicitement référence à l’accord de libre-échange UE/Mercosur, que le Brésil ne saurait se satisfaire d’un accord commercial lui permettant seulement d’exporter un peu plus de ressources agricoles vers l’UE tandis que les Européens verraient, eux, l’espace de leurs exportations industrielles et de produits technologiques au Brésil s’accroître. Ainsi, il a réaffirmé que le « Brésil veut être un pays industrialisé. Le Brésil veut avoir de nouvelles industries, le pays veut posséder de nouvelles technologies », a-t-il lancé.

Pour Lula, ce programme doit être le produit d’une concertation avec toutes les forces politiques, syndicales et sociales se reconnaissant dans la perspective d’une mobilisation collective visant à sauver et restaurer la démocratie brésilienne face à Jair Bolsonaro. La définition de ce périmètre large d’alliances permet à l’ancien président de se positionner en dirigeant souhaitant dialoguer avec le maximum d’acteurs dans la période qui s’ouvre (partis de gauche, de centre-gauche mais aussi de centre-droit, mouvements sociaux, intellectuels, secteur privé, investisseurs nationaux et internationaux, etc.). Pour ce faire, il s’engagera dans les mois à venir à sillonner une nouvelle fois le pays et à rencontrer les acteurs politiques et sociaux.

Les perspectives ouvertes par la décision du juge de la Cour suprême, l’annonce de ce processus de concertation et de dialogue souhaité par Lula et le fait que ce dernier est l’homme politique le mieux placé pour vaincre aujourd’hui Jair Bolsonaro dans l’optique d’une confrontation électorale directe le remettent au cœur du jeu politique brésilien. La simple décision du juge Fachin, indépendamment des suites qui lui seront données après le recours déposé par le procureur général de la République, a déjà modifié le cadre politique du pays. Tandis que les forces de gauche, affaiblies et fragmentées, se félicitent du retour de Lula, ce dernier reçoit également des signaux de soutiens provenant de certains secteurs de la droite traditionnelle jusque-là hostiles. C’est le cas par exemple de l’ancien président de la Chambre des députés, Rodrigo Maia (parti des Démocrates -DEM-, droite). Ce dernier a salué dans une série de tweets la décision du juge et qualifié Lula de dirigeant qui « respecte et défend la démocratie », doué d’une « vision pour le pays ». Remplacé le 1er février 2021 par le candidat soutenu par Jair Bolsonaro, Arthur Lira (Parti progressistes, PP), Rodrigo Maia est un opposant virulent au président brésilien.

La répercussion internationale de la décision du juge Fachin constitue également une autre source de satisfaction pour Lula. Le président argentin Alberto Fernandez a immédiatement salué la décision et félicité l’adversaire de Jair Bolsonaro avec lequel il entretient de forts liens d’amitié. D’autres figures régionales comme l’ancien président du Chili Ricardo Lagos, connu pour sa proximité avec Fernando Cardoso, l’ancien président du Brésil longtemps adversaire de Lula, se sont réjouis du retour de Lula au premier plan.

Ces signaux pourraient confirmer que l’option Lula 2022 soit accueillie favorablement par une partie du centre-gauche et du centre-droit latino-américains hostile à ce que Jair Bolsonaro continue de gouverner la première puissance régionale.

Pour leur part, les militaires brésiliens n’ont pas réagi aux annonces. Hamilton Mourao a quant à lui déclaré que « si le peuple brésilien veut élire Lula, patience ». Pour le vice-président et général d’armée à la retraite, cette déclaration vise à indiquer que le choix des électeurs sera in fine respecté. Toutefois, il a ajouté qu’il ne croyait pas en une victoire possible de Lula, un « homme politique vieux » aux « idées vieilles ».

La perspective d’une confrontation entre Lula et Jair Bolsonaro en 2022 s’avère probable même si elle n’est pas totalement certaine. Plusieurs inconnues politiques demeurent au-delà de l’avenir même des suites des décisions prises par la Cour suprême. Parmi ces inconnues, plusieurs peuvent être formulées à ce stade : un affrontement Lula/Bolsonaro peut-il laisser une place à un candidat autonome du centre-droit et de la droite traditionnelle[3] capable de remporter l’élection ? Un duel frontal entre Lula et Jair Bolsonaro favorisera-t-il la relance d’une dynamique de polarisation maximale qui avait profité en 2018 au second sur fond de radicalisation des électorats de droite et des classes moyennes et supérieures ? Qui, des partis du centre-droit et de la droite traditionnelle ou de Jair Bolsonaro seraient considérés, par les forces conservatrices et les élites économiques et financières brésiliennes, comme le meilleur rempart contre un éventuel retour de ceux qui, avec Lula, avaient été éliminés du pouvoir ces dernières années ?  Au prix de la pire crise démocratique intervenue au Brésil depuis la fin de la dictature ?

En attendant la résolution de ces questions judiciaires et politiques entremêlées dans les prochains mois, le président Jair Bolsonaro est apparu muni, pour la première fois, d’un masque sanitaire de protection le 10 mars 2021 lors d’une cérémonie publique organisée au palais du Planalto (le palais présidentiel) …

————————-

[1] « Lavage express » en français. Cette opération anticorruption a révélé l’existence d’un vaste système de pots-de-vin, de détournement de fonds publics et d’enrichissement personnel mêlant l’entreprise pétrolière Petrobras, des acteurs du BTP (OAS, Odebrecht) et la plupart des partis politiques brésiliens.

[2] Ce dernier deviendra ministre de la Justice et de la Sécurité publique de Jair Bolsonaro jusqu’à sa démission en avril 2020.

[3] Singulièrement du Parti de la social-démocratie brésilienne (PSDB), du Mouvement démocratique brésilien (MDB) et des Démocrates (DEM).

Le prince Harry et le Truman Show

Fri, 12/03/2021 - 18:00

Pour un public américain fan des intrigues de palais décrites dans la série The Crown de Netflix, l’interview-événement de Meghan Markle et de son mari, le prince Harry, par Oprah Winfrey, la reine des talk-shows, dimanche 7 mars, sur la chaîne CBS, a été l’équivalent d’un épisode bonus explosif.

Cela a été feu à volonté sur la famille royale britannique du début à la fin. Tout y est passé. Des accusations de racisme – la monarchie anglaise a été décrite comme une institution excessivement traditionaliste, voire institutionnellement raciste, incapable d’intégrer une jeune actrice américaine métisse et dont les membres se seraient inquiétés de la couleur de peau de son enfant à naître -, à celles d’harcèlement.

Les yeux embués de larmes, chignon bas et longue robe noire, Meghan a dit s’être sentie si isolée et si peu soutenue par sa prestigieuse famille d’adoption qui aurait tout fait pour la réduire au silence, qu’elle en était arrivée à avoir des pensées suicidaires. « J’ai été naïve, j’aurais dû me renseigner avant d’entrer dans le giron de la famille Windsor », a ajouté la duchesse sans peur du ridicule.

Harry, costume clair et air grave, comme s’il était en train de discuter d’une catastrophe globale, genre guerre atomique, a expliqué, quant à lui, à quel point il se trouvait pris au piège dans sa propre famille avant de rencontrer sa femme. S’il a fait le choix douloureux de s’exiler à Hollywood, loin de tout et de tous, c’est avant toute chose pour éloigner son épouse des monstres de Buckingham et la préserver du destin funeste de sa propre mère, la princesse Diana.

« Je ne voulais pas que l’histoire se répète », a-t-il confié à Oprah Winfrey, confortablement assise dans l’un des fauteuils de jardin de la villa à 11 millions de livres sterling que le couple de réfugiés a acheté après être arrivé sain et sauf en terre libre d’Amérique.

Harry et Meghan ont, enfin, assuré qu’ils voulaient tirer un trait sur les dissensions familiales et avancer. Difficile cependant, après une telle interview, d’imaginer une réconciliation rapide : un an après le « Megxit », Meghan et Harry ont vraiment brûlé tous les ponts avec Buckingham Palace.

Comment cette fois-ci le palais va-t-il répliquer aux attaques du couple, se demande d’ailleurs fébrilement l’ensemble des commentateurs people de la planète – et pas seulement people, le New York Times dont pourtant la devise, affichée dans le coin supérieur gauche de la première page du journal, est All the News That’s Fit to Print, en a fait sa Une…

À titre personnel et pour être tout à fait franc, je me moque totalement de la réaction dudit palais.

Ce qui ici retient mon attention, au-delà du taux d’audience extraordinaire de l’émission – il parait que Michelle et Barack Obama ont « super-méga adoré » – et de la curieuse affection qu’éprouvent les Américains pour une monarchie dont ils se sont pourtant libérés il y a près de 250 ans, c’est le mot « prisonnier » qui est revenu à plusieurs reprises dans la bouche de Harry, non seulement le 7 mars, mais aussi depuis son départ du Royaume-Uni.

En tant que contempteur du système monarchique en général et plus précisément en Europe aujourd’hui, j’aurai tendance à me joindre à ceux qui méprisent le couple Meghan-Harry, parfaits représentants d’une génération self centred à qui tout est dû, mais qui croit ne rien devoir à personne, et donc à considérer Harry comme un gosse de riches bon à rien, engraissé depuis sa plus tendre enfance sur le dos d’un peuple britannique bien idiot de ne pas le mettre à la porte avec toute sa famille.

Mais si on réfléchit bien, on peut voir les choses différemment. Très différemment.

Imaginons un instant que nous apprenions demain dans le journal qu’un plombier (par exemple, mais n’importe quel métier pourra faire l’affaire) endoctrinait depuis le berceau, son fils, en lui mettant dans le crâne qu’il n’aurait d’autre choix une fois adulte que de lui succéder. Imaginons encore que nous apprenions que ce plombier, épaulé par toute sa famille, mais aussi par l’ensemble des habitants de son village et des enseignants de l’école communale, n’a eu de cesse au cours des années de forcer son rejeton à se sensibiliser aux techniques de la plomberie tout en lui refusant toute autre possibilité d’apprentissage. Imaginons que toute la communauté villageoise est ensuite persuadée le pauvre enfant devenu jeune homme, qu’il avait le devoir de la servir jusqu’à sa mort en tant que plombier et que refuser reviendrait à trahir sa famille, ses concitoyens et par-dessus tout, à bafouer la volonté de Dieu.

Que penserions-nous de cela ? Nous crierions au scandale, à la maltraitance infantile, à la privation des droits fondamentaux d’un individu et accuserions l’ensemble du village de folie collective.

Certains, bien sûr, plaideraient en faveur des villageois en disant qu’après tout, cet enfant assuré d’un travail à vie et donc de sa pitance quotidienne avait vocation à être épargné des aléas de l’existence, comme le chômage. Et puis, après tout, il pouvait quitter le village s’il n’était pas content de son sort, ajouteraient-ils hypocritement.

La majorité de l’opinion n’en démordrait pas et rétorquerait alors avec raison à ces avocats du diable qu’un enfant endoctriné ne peut que très rarement trouver en lui les ressources nécessaires à son émancipation et que le plus souvent, il demeurera prisonnier du carcan dans lequel il a grandi, refoulant ainsi et pour toujours ses aspirations profondes. Qu’il s’agit ici d’un crime odieux et que le père et ses complices doivent être sévèrement punis, point barre !

N’est-ce pas plus ou moins la même chose qui se passe avec les enfants de monarques, qu’ils soient héritiers du trône ou non ? Les premiers se retrouveront dans une position, toute proportion gardée, similaire à celle du fils du plombier, obligés de faire un métier qu’en dépit des avantages matériels qu’offre la royauté, ils n’aiment pas et pour lequel, très souvent, ils ne sont pas faits – souvenons-nous du pauvre Louis XVI. Les autres, c’est-à-dire les cadets, seront le plus souvent cantonnés toute leur existence à être des faire-valoir que l’on sortira uniquement les jours de fête, prisonniers d’un rôle qu’ils seront condamnés à interpréter jusqu’à leur dernier souffle sous peine de devenir parias et d’être exclus du clan familial et de la communauté nationale.

On peut encore pousser la réflexion plus loin. Les têtes couronnées d’aujourd’hui et leurs enfants, légataires d’un système anachronique qui n’existe plus en Europe que comme folklore, ne sont-ils pas les vrais Truman de notre temps ?

Rappelez-vous The Truman Show, ce film ou Jim Carey interprète Truman Burbank, star d’une télé-réalité à son insu. Depuis sa naissance, son monde n’est qu’un gigantesque plateau de tournage et tous ceux qui l’entourent sont des acteurs. Lui seul ignore la réalité alors que des centaines de millions de téléspectateurs suivent son existence au jour le jour et le considère comme leur chose, leur propriété.

Le sort du petit Georgie, fils du prince Williams et de Kate Middleton et héritier du trône d’Angleterre, est-il après tout si différent de celui du petit Truman Burbank, l’enfant esclave sur lequel une société de voyeurs-consommateurs projette ses fantasmes ?

Si l’on accepte de voir les choses de ce point de vue, alors on peut considérer la démarche du prince Harry comme un acte de courage. Un acte émancipateur qui, au-delà du manque de profondeur d’un personnage qui ne semble penser qu’à l’exploitation de la marque « Sussex » et du ridicule de l’interview de CBS, mérite d’être reconnu et encouragé.

——————————–

Essayiste et chercheur associé à l’IRIS, Romuald Sciora vit aux États-Unis. Auteur de plusieurs ouvrages sur les Nations unies, il a récemment publié avec Anne-Cécile Robert du Monde diplomatique « Qui veut la mort de l’ONU ? » (Eyrolles, nov. 2018). Son dernier essai, « Pauvre John ! L’Amérique du Covid-19 vue par un insider » est paru en Ebook chez Max Milo en 2020.

Les États-Unis de nouveau dans l’action climatique ?

Fri, 12/03/2021 - 15:21

De passage à Paris le mercredi 10 mars 2021, John Kerry, nommé par le Président américain Joe Biden en tant que représentant spécial pour le climat, a pu s’entretenir avec Emmanuel Macron, Bruno Lemaire, Jean-Yves Le Drian et d’autres membres du gouvernement. Cette visite démontre l’importance donnée par la nouvelle administration américaine aux enjeux climatiques, qu’ils soient économiques ou sécuritaires. Le point de vue de Julia Tasse et Sofia Kabbej, chercheuses au sein du Programme Climat, Énergie et Sécurité de l’IRIS.

Cette visite de John Kerry semble souligner la différence de positionnement entre le gouvernement américain actuel et le précédent. Le retard diplomatique des États-Unis causé par l’administration Trump en matière d’action climatique pourra-t-il être rattrapé par celle de Joe Biden ?

Le retrait des États-Unis de l’Accord de Paris en 2017 avait profondément marqué la communauté internationale. À juste titre, l’absence d’un des plus gros émetteurs de gaz à effet de serre (GES) du cadre de gouvernance climatique mettait à mal l’ambition commune de réduire les émissions de GES – pourtant indispensable pour réussir à maintenir l’augmentation de la température moyenne en dessous de 2°C et limiter l’ampleur du changement climatique. Il faut cependant souligner que, malgré le retrait officiel de l’accord de Paris par le gouvernement fédéral des États-Unis entre 2017 et 2020, certains États fédérés américains et les acteurs privés ont continué à agir en faveur de la lutte contre le changement.

Dès son arrivée, Joe Biden a fait de cette lutte une priorité de sécurité nationale. La visite de son envoyé spécial pour le climat à Paris, dans le cadre d’une tournée européenne, le prouve. John Kerry a notamment déjeuné avec Bruno Lemaire, après avoir rencontré Ursula von der Leyen la veille et avant de discuter avec les Britanniques (hôtes de la COP26). Les déclarations faites montrent une recrudescence de l’ambition : au cœur des discussions, la mise en place de normes communes quant à la finance verte, notamment dans le cadre de la taxonomie développée par l’Union européenne, ou encore la mise en œuvre du mécanisme d’ajustement carbone aux frontières, portées par la future présidence française du Conseil de l’Union européenne. Ces efforts sont nécessaires (mais restent insuffisants) pour espérer atteindre les réductions d’émissions de GES nécessaire à l’atteinte des objectifs de l’Accord de Paris.

Alors que la Chine avait remplacé les États-Unis dans le leadership climatique aux côtés de l’UE, que signifie la visite de Kerry à Paris ?

L’Union européenne avait en effet continué dans la lignée des ambitions de l’Accord de Paris lors du retrait américain et la nouvelle Commission, présidée par Ursula von der Leyen, porte des objectifs plus ambitieux que la précédente. L’Accord de Paris avait permis une forte synergie entre l’Union européenne et les États-Unis, tandis que l’après-Accord de Paris a donné une place croissante à la Chine. En septembre 2020, celle-ci s’est également démarquée en partageant de nouveaux objectifs en matière d’action climatique, dont celui de neutralité climatique à 2060. Dans le contexte plus global de rivalité sino-américaine, la Chine s’est affichée comme plus ambitieuse que les États-Unis de Donald Trump. Aujourd’hui, Joe Biden paraît vouloir rattraper ce retard : la visite européenne de John Kerry laisse à penser que le duo Europe (Union européenne et Royaume-Uni) + États-Unis sera de nouveau solide et moteur de la COP26.

On comprend donc que l’action des États-Unis dans les mois qui viennent va être suivie avec attention, d’une part pour comprendre l’ambition réelle de la nouvelle administration (qui se positionne en organisant un sommet de haut niveau sur le climat les 22 et 23 avril) et d’autre part pour en analyser les tenants et aboutissants face à une Chine toujours plus présente au sein de la gouvernance climatique. Les États-Unis devraient rendre publics leurs nouveaux objectifs climatiques quelques jours avant le sommet de haut niveau d’avril prochain.

Que signifie la priorité de sécurité nationale donnée au changement climatique par l’administration Biden ?

La signature dès son investiture de nombreux décrets portant sur la lutte contre le changement climatique par Joe Biden est un signal politique fort et sans précédent. Cependant, les dommages sont là : l’administration Trump n’a absolument pas suivi les directives de la feuille de route déposée par les États-Unis durant l’Accord de Paris, affectant leur capacité à suivre une trajectoire suffisamment forte pour limiter les impacts du changement climatique. Or, ceux-ci sont nombreux aux États-Unis, exposés aux ouragans, à la sécheresse, à la montée des eaux. Sans tournant drastique de la part du gouvernement américain, le maintien de la température globale moyenne en dessous des 2°C par rapport à l’ère préindustrielle paraît impossible. Aujourd’hui, au moment de la visite de John Kerry en Europe, l’ONG Climate Action Tracker a publié une estimation de ce que devrait être la feuille de route des États-Unis pour la COP26 : passer des engagements actuels (baisse de 26 à 28% des émissions de GES en 2025 par rapport à 2005) à une baisse de 57-63% en 2030 par rapport à 2005.

L’administration Biden se montre particulièrement active sur la question, d’un point de vue organisationnel : devenu priorité nationale, le climat infuse désormais tous les départements (ministères) américains, dont celui de la défense. Celui-ci a d’ailleurs confirmé officiellement le 9 mars la mise en place d’un groupe de travail spécifique au climat au sein de son administration. En outre, le Président Biden prévoit de soumettre au Congrès américain un plan de 2 000 milliards de dollars pour la relance verte, et notamment la décarbonation de l’industrie énergétique d’ici 2035. Ces initiatives démontrent l’ambition de la nouvelle présidence américaine et, si adoptées, impacteront positivement les efforts de réduction des émissions de GES entrepris par la communauté internationale.

« La France dans le monde » – 3 questions à Frédéric Charillon

Fri, 12/03/2021 - 15:08

Professeur en science politique à l’Université Clermont Auvergne, à l’ESSEC, Sciences Po et l’ENA, ancien directeur de l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), Frédéric Charillon répond aux questions de Pascal Boniface à l’occasion de la parution de La France dans le monde qui parait sous sa direction chez CNRS éditions. 

Vous parlez d’une nouvelle sociologie de la diplomatie française, formée par des écoles devenues américanisées comme Sciences-Po. Quel est l’impact sur la détermination notre politique étrangère ? 

L’hypothèse avait été émise par Christian Lequesne dans ses recherches sur « l’ethnographie du Quai d’Orsay », notant l’évolution de cette école depuis quelques années. À partir du moment où de nombreux diplomates français passent par une institution qui propose des programmes d’échange dans le monde anglo-saxon (et ailleurs), leur perception de la place de la France dans le monde n’est plus la même. Parfois pour le meilleur, mais pas toujours… Là où l’on croyait, peut-être de façon naïve, à une « exception française », on se prend désormais à trouver cette idée ringarde. Ce qui pose d’autres problèmes.

Faut-il alors diversifier davantage les trajectoires des diplomates, qui pourraient suivre des formations plus variées les mettant au contact de l’altérité, plus loin de leur zone de confort ? Car il est toujours périlleux de subir les modes d’un seul courant dominant : après le néoconservatisme, verra-t-on des promotions tentées par le trumpisme, la « post-vérité » ou au contraire la cancel culture ? Il ne s’agit pas ici d’empêcher quiconque d’avoir une expérience américaine, indispensable pour qui veut comprendre les relations internationales. Mais il est tout aussi indispensable de multiplier les rencontres culturelles, d’entendre les voix du monde dans leur pluralité. Nous avons en France des étudiants curieux de tout, et des diplomates salués pour leur compétence et leur esprit de synthèse : sachons en tirer le maximum.

Comment maintenir notre influence puisque vous déplorez la diminution de 50% de nos moyens, dans certains secteurs comme le culturel, entre 1986 et 2016 ? 

La notion d’influence doit faire en effet l’objet d’une réflexion. On oublie souvent trois choses. 1- Elle ne peut pas être une simple incantation. L’influence ne se décrète pas, elle se cultive à long terme. Il ne fait pas sens de dire « nous avons depuis ce matin une diplomatie d’influence ». 2- L’influence n’est pas une fin en soi. C’est un moyen. Ce qui signifie que les objectifs doivent en être bien définis. La question est : « qui voulons-nous influencer, pour obtenir quoi, dans quel domaine, et pour servir quels intérêts ? ». Et non pas : « notre objectif : être influents ». 3- Dès lors, l’influence exige des moyens. Il faut que l’influencé trouve son intérêt à suivre l’influenceur. Les plus grandes puissances le savent, comme les États-Unis ou la Chine, qui mettent ces moyens sur la table pour arriver à leurs fins. D’autres, qui ont des moyens plus limités comme la Russie ou la Turquie, élaborent une stratégie en conséquence, avec des priorités plus ciblées. Mais clamer « nous allons développer une stratégie d’influence » pour ajouter immédiatement « à moyens constants », est une chimère.

Nous en revenons donc à votre question : comment maintenir notre influence dans le monde d’aujourd’hui en diminuant nos moyens, alors que les défis se multiplient et que les luttes d’influence sont partout ? La réponse est simple : on ne peut pas, surtout si l’influence ne fait pas l’objet d’une définition précise. Les moyens doivent suivre les ambitions.

Vous estimez que la voix de la France a fini par perdre en cohérence en devenant moins audible… 

Oui, et c’est d’ailleurs aussi le cas de beaucoup d’États ces dernières années : les relations internationales sont complexes, les dossiers et les acteurs se multiplient, il est donc de plus en plus difficile d’imprimer une marque à une politique étrangère, qui soit identifiable aussi bien sur les conflits du Proche-Orient que sur le réchauffement climatique, en passant par Huawei ou Boko Haram, face à des interlocuteurs qui vont de Vladimir Poutine à Greta Thunberg. Des leaders comme Tony Blair ont tenté (on appelle cela le « nation branding ») de proclamer un fil conducteur (une politique étrangère « éthique », annonçait-il en 1997, mais on connaît la suite). Des pays, comme la Suède, tentent d’incarner une posture (en l’occurrence une « politique étrangère féministe », depuis la ministre Margot Wallstrom). Mais cet exercice de communication est difficile.

Sous le général de Gaulle, la France avait une ligne reconnue, qui s’est perpétuée sous plusieurs de ses successeurs, consistant à être un pays occidental allié des États-Unis, mais libre de ses propos et universaliste dans son rapport au monde. Une ligne que Hubert Védrine a résumée par la formule « Amis, alliés, mais pas alignés ». Le refus de la guerre américaine en Irak, en 2003, en fut l’une des dernières manifestations claires. Nicolas Sarkozy n’aura pas été si occidentaliste qu’on lui a reproché, ni François Hollande si indéterminé qu’on l’a dit. Mais le message s’est brouillé. À plusieurs reprises, l’exécutif a même parlé de plusieurs voix, par exemple lors de la crise de Gaza à l’été 2014. Emmanuel Macron a ensuite voulu redonner une ligne claire. Il a annoncé dans sa campagne le souhait d’une puissance « indépendante » (ce qui n’était pas le plus original), « européenne » (ce qui était déjà courageux dans un contexte où l’Europe ne faisait plus recette), et « humaniste », ce qui était intéressant, mais méritait clarification. On a ensuite compris de ses discours qu’il soutenait une vision libérale et multilatéraliste, opposée aux nationalismes illibéraux, avec entre autres priorités la lutte contre les inégalités. Mais les moyens ont manqué, l’Europe s’est divisée, les partenaires classiques ont connu des troubles (le trumpisme, le Brexit, la fin de règne d’Angela Merkel), des dossiers ont posé question (Libye), des tentatives se sont heurtées à une dure réalité (Liban), enfin le Covid a occupé l’agenda international. La réinvention du message français reste donc nécessaire. Là encore, il faut s’en donner les moyens.

 

 

Pages