You are here

Bruxelles2 Blog

Subscribe to Bruxelles2 Blog feed
L'oeil européen sur les choses du monde, l'oeil francophone sur l’Europe politique
Updated: 10 hours 49 min ago

La priorité de la prochaine présidence : le futur cadre budgétaire (Juha Sipilä)

Mon, 04/02/2019 - 16:20
(B2) L'adoption du prochain cadre financier pluriannuel est en tête de liste des priorités de la présidence finlandaise du Conseil au 2e semestre 2019 a annoncé son Premier ministre, Juha Sipilä, devant la plénière du Parlement européen à Bruxelles, jeudi (31 janvier). Pour le leader du parti du centre, le respect de l'Etat de droit est aussi […]

Venezuela : plusieurs pays européens reconnaissent Juan Guaido. Mais pas tous ?

Mon, 04/02/2019 - 11:05
(B2) De façon coordonnée, plusieurs gouvernements européens (Espagne, France, Royaume-Uni) ont officiellement reconnu, lundi (4 février) matin le président de l'assemblée venezuelienne, Juan Guiado, comme président par intérim, avec mandat de convoquer des élections. NB : ce papier sera réactualisé dans la journée « Je ne ferai pas un pas en arrière. Pour la liberté, […]

Carnet (04.02.2019). Confidentiels (EUTM Somalia, Iran). PESC (sanctions Irak, Venezuela reconnaissance, Russie JAI) Opérations (Minusma renforts, Yemen mission ONU, RD Congo prospective). Défense (Autriche hélico, Arabie saoudite export). Diplomatie ...

Mon, 04/02/2019 - 10:45
(B2) Parus récemment : (blog) Une défense européenne pour après-demain. Cycle de conférences (blog) Dernières nouvelles des missions de maintien de la paix de l’UE – PSDC (janvier 2019) Carnet spécial. Les petites phrases de l’informelle Défense (31 janvier 2019) Le retrait américain du traité inquiète. L’Europe ne veut pas redevenir un champ de bataille […]

Deux outils oubliés de la diplomatie européenne de gestion de crises : à ressusciter ?

Sun, 03/02/2019 - 15:52

(B2) La difficulté de constituer le groupe de contact créé par les Européens pour le Venezuela tout comme son côté hétéroclite prête à interpellation. Ne pourrait-on pas avoir une diplomatie européenne plus réactive ?

La méthode de la troïka a du bon ! JY Le Drian (Fr), J. Hunt (Uk) et H. Maas (All), représentants du E3, parlant sur l’Iran à Bucarest (Crédit : présidence roumaine de l’UE)

Certes, il faut rassembler un maximum de pays et avoir une voix unique. Certes, il importe de veiller à ne pas froisser les susceptibilités des uns et les intérêts des autres. Mais il y a un moment où il faut s’interroger : jusqu’où faut-il aller pour être inclusif ? Est-ce nécessaire de parler d’une voix unique, si c’est pour parler à voix basse ? Ne peut-on pas être plus présent et rapide en cas de crise dans un pays donné ? Ce sont des réflexions qui se font dans les couloirs européens. J’en ajouterai une : pourquoi a-t-on abandonné les outils utilisés il y a quelques années, qui avaient sans doute des défauts, mais aussi des qualités ? Deux ‘outils’ pourraient ainsi être aisément ressuscités.

Premier outil : la désignation d’un envoyé ou un représentant spécial pour une zone de crise

Sorte de missi dominici, chargé de faire la navette entre les différents protagonistes pour rétablir les fils du dialogue, l’envoyé spécial ou représentant spécial (cf. encadré) était chargé de représenter le visage de l’Europe dans une crise et de cerner des pistes de solution.

Cette tâche pourrait être confiée à un ‘politique’ (ancien ministre des Affaires étrangères, ancien Premier ministre, ancien commissaire européen) ou à ancien responsable de premier plan d’une diplomatie nationale (secrétaire général, etc.), et non à un simple diplomate. Ce qui aurait quelques avantages : décharger le haut représentant de certaines tâches négociatrices ; associer d’autres personnages à la diplomatie européenne, avoir une vision politique d’une crise et pas uniquement diplomatique.

Pour réussir, cette fonction doit rester temporaire, le temps de la crise. C’est un impératif pour éviter que cette fonction s’enkyste ensuite et prenne la place de la diplomatie ordinaire. Ce qui est trop souvent le cas des représentants spéciaux actuellement en poste qui ont souvent peu à voir avec la gestion de crises (1). Aussitôt la crise aigüe terminée, la tâche doit revenir aux diplomates habituels.

Deuxième outil : la désignation d’une troïka ou d’un duo de pays membres

Cette méthode peut paraitre ancestrale aujourd’hui. Elle date, en effet, d’avant le traité de Lisbonne et la concentration des pouvoirs dans les mains du Haut représentant. Elle procédait des trois présidences tournantes. Elle avait un avantage : associer étroitement trois pays parfois très différents à la résolution d’un problème. Aujourd’hui, l’existence du Haut représentant rend obsolète l’obligation. Mais elle n’épuise pas l’efficacité du procédé ni la possibilité d’y recourir.

Avoir deux ou trois diplomaties européennes, parfois très différentes, mener des négociations, permet à la fois d’illustrer la diversité d’approche des Européens, comme leur message unique. Elle a été utilisée avec succès, et continue de l’être, dans la résolution du problème du nucléaire iranien (E3 = France, Allemagne, Royaume-Uni). Elle reste d’usage pour la question de l’Ukraine (E2 = France, Allemagne) ou pour la question du Yémen (E4 = France, Allemagne, Royaume-Uni + Italie). On pourrait imaginer d’autres formats pour d’autres crises.

Au lieu d’un groupe pléthorique et bien tardif (2), une troïka ‘Grèce, Italie, Espagne’ sur le Venezuela aurait pu être intéressant, les uns proches de Maduro, les autres de Guaido. Tous très concernés, car ayant des liens historiques ou d’immigration avec le pays. On pouvait y associer un pays ‘plus neutre’ car moins concerné par la crise, tel la Roumanie qui préside actuellement l’Union. On aurait eu ainsi rapidement un ‘groupe de contact’ à l’Européenne mis en place dès le début de la crise, et non en plein milieu.

Les deux outils ‘envoyé spécial’ et ‘troïka’ ne sont pas antinomiques, ils peuvent se combiner fort bien.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Envoyé spécial ou représentant spécial

Un subtil distinguo existe. L’envoyé spécial peut être créé de façon ad hoc par le Haut représentant ou la Commission européenne selon un profil défini par l’institution qui le crée et financé sur son budget interne (ligne ‘administration’ du budget de l’UE). Le représentant spécial de l’UE est un poste prévu par le Traité, qui nécessite une proposition du Haut représentant, une décision des États membres, avec un mandat écrit, publié au Journal officiel. Il est financé par un budget spécifique décidé annuellement (au sein de la ligne ‘PESC’ du budget de l’UE).

  1. Lire article à suivre : Huit représentants spéciaux enkystés dans le paysage
  2. Lire : Le groupe de contact international sur le Venezuela, enfin, créé ! Sous leadership européen

Une défense européenne pour après-demain. Cycle de conférences

Sun, 03/02/2019 - 10:53

(B2) L’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique organise un cycle d’information du Collège Belgique sur l’Europe de la défense sous la coordination de Jean Marsia et la responsabilité académique de Christian Jourquin.

Ce cycle sera dispensé du 12 février au 28 février les mardi ou jeudi, au Palais des Académies à Bruxelles (1, rue Ducale), de 17 à 18 heures.

mardi 12/02/2019 – Bruno Smets : Dix clefs pour appréhender la politique de sécurité et de défense commune de l’Union européenne

jeudi 14/02/2019 – Guy Buchsenschmidt : De l’Eurocorps à la Défense européenne

mardi 19/02/2019André Dumoulin : L’OTAN à la croisée des chemins

jeudi 21/02/2019Frédéric Mauro : Les planifications de défense en Europe

mardi 26/02/2019Éric Kalajzic : Les opérations des Européens au Mali

jeudi 28/02/2019 Jean Marsia : Le maintien de la paix en Europe, de 1947 à après-demain

Accès libre. Informations et inscription en cliquant sur l’évènement (via le bouton inscription)

NB : Des attestations de participation sont délivrées, sur demande, aux étudiants ou aux doctorants (crédits ECTS) le jour même de chaque leçon du cycle.

L’armée malienne reçoit de nouveaux manuels de doctrine

Sat, 02/02/2019 - 18:21

(B2) Le général de brigade Peter Mirow, chef de la mission de formation de l’armée EUTM Mali, a remis à la mi-janvier les nouveaux manuels de doctrine au général Coulibaly, adjoint du chef d’état-major général des armées maliennes (FAMA)

Remise du nouveau manuel de doctrine par le Général de Brigade Mirow au Général Coulibaly,  (crédit: EUTM Mali)

3250 nouveaux manuels de doctrine ont ainsi été remis aux forces armées maliennes (FAMA) à la rentrée 2019. Ces manuels sont le dernier produit du centre interarmées de doctrine (CID) des FAMA, créé en 2016. Ils ont été  rédigés en étroite collaboration avec la cellule ‘doctrine’ de l’unité de conseil de la mission européenne EUTM Mali. C’est le Luxembourg qui a été appelé à la rescousse pour financer la publication (1). EUTM Mali indique que le CID poursuit son « effort d’harmonisation et de définition des règles qui régissent le comportement des forces armées ».

(MHA)

(1) Les fonds européens n’étant pas mobilisables pour cette tâche

Dernières nouvelles des missions de maintien de la paix de l’UE – PSDC (janvier 2019)

Sat, 02/02/2019 - 14:46

(B2) Depuis janvier, l’hôpital de Zenica en Bosnie-Herzégovine peut apporter son soutien médical à EUFOR en cas de besoin. Dans le Golfe d’Aden, Chinois et Européens renforcent leur coopération dans la lutte contre la piraterie. En Irak, les forces de la coalition anti-Daesh s’accordent sur les principes de la réforme de sécurité. Au Sahel, les formateurs d’EUTM Mali dispensent des formations en management opérationnel à la gendarmerie 

Zenica (Bosnie-Herzégovine). Soutien médical

Un mémorandum d’accord a été signé entre l’hôpital cantonal de Zenica et la force européenne (EUFOR) en Bosnie-Herzégovine, mardi (22 janvier) annonce le QG. Il concerne les conditions dans lesquelles un soutien médical et d’évacuation médicale (MEDEVAC) sera fourni au personnel de l’EUFOR Althea en cas d’urgence, précise le QG de l’opération.

Lviv (Ukraine). EUAM Ukraine prépare la police locale en vue des élections

Les 375 agents de patrouille et de district de Lviv ont reçu, durant trois semaines, une formation à la législation électorale ukrainienne, comme à les préparer à faire face à toutes sortes de situations, jusqu’à des cas de violences, lors des prochaines élections présidentielles. Le premier tour doit se tenir le 31 mars ; un éventuel second tour est prévu, trois semaines plus tard, le 21 avril. Mise en place et financée par la mission européenne de conseil (EUAM Ukraine), la formation est délivrée par l’ONG ukrainienne OPORA.

(crédit: EUAM Ukraine)

Ukraine. Équipement informatique d’investigation remis à la police

Le mission EUAM Ukraine a commencé à équiper la police ukrainienne de matériel spécifique pour les aider à améliorer leurs capacités d’investigation, d’analyse et de formation. Début janvier ce sont ainsi 30 ordinateurs portables, 50 caméras de surveillance et 50 disques durs qui ont remis à plusieurs forces de police régionales, à Rivne, Volyn, Ternopil, Ivano-Frakivsk et Vinnytsa. Au total, 17 régions d’Ukraine devraient bénéficier de matériel offert par la mission, dans le cadre d’un projet de fusion des activités d’investigation et opérationnelles sous une seule chaîne de commandement.

Golfe d’Aden. Renforcement de la coopération avec la Chine

Le commandant d’opération de l’opération européenne anti-piraterie (EUNAVFOR Atalanta) et le conseiller de défense chinois auprès de l’UE se sont rencontrés à Bruxelles pour renforcer leur collaboration dans la lutte contre la piraterie dans l’océan indien et autour de la Somalie. En 2018, les navires de l’Armée de libération du peuple (Chine) et ceux d’EUNAVFOR ont effectué conjointement plusieurs exercices et opérations de contre-piraterie. Et cette ‘bonne’ collaboration devrait continuer dans les mois à venir.

(crédit: EUNAVFOR Somalie)

Bagdad. Mise à jour de la réforme de sécurité

La mission de l’UE en Irak (EUAM Iraq) a accueilli la rencontre bimensuelle entre le conseiller politico-militaire américain, le commandant adjoint du bureau pour la coopération sécuritaire américaine en Irak, et le directeur des équipes de liaison ministérielles de la coalition internationale contre Daesh. La rencontre a permis de mettre à jour les principes de la réforme de sécurité (RSS) sur trois sujets : le projet de gestion des ressources humaines ; la sécurité, la gestion et le contrôle des frontières, et les questions de genre et de droits de l’homme.

(crédit: EUAM Irak)

Mali. Formation au management opérationnel à la gendarmerie

Vint commandants d’unités de la gendarmerie malienne ont participé à une formation sur le management opérationnel, indique la mission de l’UE de conseil aux forces de sécurité intérieure (EUCAP Sahel Mali). Au cœur des discussions entre les gendarmes maliens et leurs collègues européens : comment déléguer l’autorité ou comment mettre en place des dispositifs opérationnels spéciaux ?

(crédit: EUCAP Sahel Mali)

Amman (Jordanie). A la découverte de la police de proximité jordanienne pour quelques officiers palestiniens

Accompagnés de deux membres de la mission européenne de formation de la police palestinienne (EUPOL COPPS), huit officiers de police palestiniens se sont rendus à Amman. L’objectif de ce voyage découverte de quatre jours était de découvrir les méthodes jordaniennes en matière de police de proximité, pour pouvoir au besoin l’utiliser au retour en Cisjordanie. Les huit officiers ont pu ainsi découvrir, à l’université technique Khawarizsmi de Amman, la formation des volontaires d’organisations de la société civile à la police de proximité.

(crédit: EUPOL COPPS)

(MHA, avec NGV)

Lire aussi :

ou voir tous les articles de la rubrique missions de la PSDC

Carnet spécial. Les petites phrases de l’informelle Défense (31 janvier 2019)

Sat, 02/02/2019 - 08:51
(B2 à Bucarest) Une réunion informelle est souvent l'occasion de prises de position sur les sujets à l'agenda (ou non), de rencontres bilatérales, de déclarations en marge de la réunion ou de petites phrases. La réunion des ministres de la Défense en Roumanie le 31 janvier n'a pas manqué à la règle Diner inaudible. De […]

Le retrait américain du traité inquiète. L’Europe ne veut pas redevenir un champ de bataille

Fri, 01/02/2019 - 21:05
(B2) Le retrait des États-Unis du traité sur les forces nucléaires de portée intermédiaire (FNI ou INF), entériné ce vendredi 1er février (1), a été au cœur des préoccupations des ministres européens réunis ces deux derniers jours à Bucarest. Craignant un retour au passé, les Européens appellent les deux parties à préserver le Traité Même […]

Le gel des avoirs de deux sociétés syriennes proches de la famille Al-Assad confirmé

Fri, 01/02/2019 - 19:30
(B2) Le Tribunal de l'UE a confirmé, le 16 janvier, par deux arrêts les mesures de gel des avoirs de deux sociétés syriennes, Bena Properties Co et Cham Holding, proches des membres de la famille Al Assad et Makhlouf Un soutien évident du régime Les arguments du Conseil de l'UE contre les deux sociétés semblent […]

Intelligence artificielle. Les deux pistes de travail de l’UE

Fri, 01/02/2019 - 14:07
(B2 à Bucarest) Le débat entre ministres de la Défense lors de la réunion informelle de Bucarest le 31 janvier à Bucarest portait, entre autres, sur les avancées technologiques. Une discussion nécessaire Ce débat tenu pour la première fois par les ministres, devrait revenir à l’agenda d’une réunion formelle, « avant la fin de l’année […]

Au bord du fleuve Niger : attention conduite difficile

Fri, 01/02/2019 - 12:43

(B2) La formation des conducteurs des FAMA se poursuit, avec un exercice pratique au bord du fleuve Niger.

Entraînement au contrôle des véhicules sur des terrains difficiles (crédit: EUTM Mali)

EUTM Mali a débuté l’année avec une série de nouvelles formations. Début janvier, les soldats des forces armées maliennes (les FAMA) ont été formés par les instructeurs allemands à la conduite tactique. Cette formation a été complétée par  une session d’entraînement à la réaction d’une patrouille en véhicules à une attaque avec des armes légères.  Celle-ci s’est poursuivie par un exercice pratique de contrôle des véhicules sur des terrain difficiles, sur les rives du fleuve Niger.

(MHA)

Le groupe de contact international sur le Venezuela, enfin, créé ! Sous leadership européen

Fri, 01/02/2019 - 10:10
(B2) Après plusieurs mois de doutes, le groupe de contact international pour le Venezuela est lancé. La chef de la diplomatie européenne l'a confirmé jeudi (31 janvier) à Bucarest lors du gymnich. Il sera composé de plusieurs pays européens et latino-américains. Explications Cela fait plus de six mois que les Européens travaillent pour créer ce […]

Carnet (01.02.2019). Confidentiels (Réforme SEAE, déménagement, Juncker 2020, DG Défense, Syrie). Sanctions (ONU Centrafrique). Défense (Macédoine OTAN, Allemagne Plan 2% – F35, Roumanie chef d’état-major, Croatie F-16 israélien suite, Renforts Brexit)...

Fri, 01/02/2019 - 09:45
(B2) Parus récemment : La Cour confirme la position du Tribunal sur les compagnies maritimes iraniennes. Pour la forme… La création d’Instex : un geste fort politiquement (Le Drian). L’Iran doit respecter ses engagements (Maas) Tous d’accord pour garder l’opération Sophia et même la renforcer sur certains points (Mogherini) Instex, l’instrument destiné à contrer les […]

La Cour confirme la position du Tribunal sur les compagnies maritimes iraniennes. Pour la forme…

Thu, 31/01/2019 - 21:00
(B2) La Cour de Justice de l'Union européenne a confirmé, ce jeudi (31 janvier), la position prise par le Tribunal de rejeter le recours en annulation de plusieurs compagnies de transport maritime iraniennes protestant contre les sanctions La société Islamic Republic of Iran Shipping Lines (IRISL) était inscrite sur liste noire depuis 2013, au motif que « IRISL […]

La création d’Instex : un geste fort politiquement (Le Drian). L’Iran doit respecter ses engagements (Maas)

Thu, 31/01/2019 - 19:30
(B2 à Bucarest) Sourire aux lèvres, les trois des Affaires étrangères de l'E3 — le Français Jean-Yves Le Drian, le Britannique Jeremy Hunt et l'Allemand Heiko Maas — sont venus devant la presse à Bucarest, en marge de la réunion informelle des ministres des Affaires étrangères (gymnich), à Bucarest pour se féliciter de la création […]

Tous d’accord pour garder l’opération Sophia et même la renforcer sur certains points (Mogherini)

Thu, 31/01/2019 - 17:07
(B2 à Bucarest) « L'opération Sophia a été, et est encore une des opérations qui a eu le plus de succès. Tous les ministres ont insisté sur çà » a tenu à indiquer Federica Mogherini, lors de la conférence de presse clôturant le conseil informel des ministres de la Défense. Un accord unanime pour garder […]

Instex, l’instrument destiné à contrer les sanctions US est en place. Mais pas encore tout à fait opérationnel

Thu, 31/01/2019 - 14:15
(B2) Le SPV (Special Purpose Vehicle), le fonds spécial de créances destiné à contourner les sanctions américaines et payer les contrats conclus avec l'Iran hors de la zone Dollar est né Les trois principaux pays européens, partenaires de la négociation sur le nucléaire iranien, France, Allemagne, Royaume-Uni (E3) l'ont enregistré ce jeudi (31 janvier). NB […]

La mise en place du SPV, l’instrument de troc avec l’Iran, une symbolique forte

Thu, 31/01/2019 - 14:02

(B2) La mise en place de cet instrument de troc (ou SPV comme Special purpose vehicle) par les Européens ne doit pas être négligée. Cette création est importante à plus d’un titre

Certes, cela n’a pas été facile et cela a demandé quelques longues semaines de discussion. Certes, cet instrument commence ‘petit’, par des secteurs  plutôt non stratégiques. Certes, on peut se demander si cela suffira à conserver suffisamment de flux commerciaux avec l’Iran. Mais il faut remettre le tout dans un contexte.

A partir de rien, et en restant unis

C’est la première fois qu’on bâtit un instrument de troc à partir de rien, en multilatéral. Un certain nombre de questions juridiques, économiques, étatiques était à régler. C’est logique. L’avoir fait, en un temps somme toute rapide, est remarquable d’une certaine façon. Avoir réussi à garder l’unité des trois grands pays (les franco-allemands, et britanniques) qui auraient pu avoir d’autres motifs de division (le Brexit), comme de l’ensemble des Européens n’est pas négligeable également.

Garder l’accord iranien vivant

Ce geste revêt aussi une double symbolique. Tout d’abord vis-à-vis de l’Iran. Les Européens du E3 marquent ainsi concrètement qu’ils entendent conserver toute la valeur à l’accord sur le nucléaire iranien en faisant leur part de travail : faciliter les flux commerciaux dans les domaines non marqués par les sanctions. L’ambition de continuer à faire vivre l’accord sur le nucléaire iranien est d’ailleurs l’objectif ultime des Européens.

Un bras d’honneur à Donald Trump

Enfin, et surtout, c’est la première fois que les Européens, ensemble, mettent en place un outil délibérément destiné à contourner des sanctions américaines. C’est une certaine entaille à la politique de sanctions extra-territoriales des États-Unis, qui ne date pas du gouvernement actuel. C’est une marque précise, non plus seulement en paroles mais dans les faits, d’une opposition claire à la politique étrangère américaine sur une question stratégique (les relations avec l’Iran) (1). S’opposer de façon aussi délibérée sur une question stratégique, c’est un petit bras d’honneur à Donald Trump. On ne boudera pas donc ce (petit) plaisir.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Lire à suivre : Instex, l’instrument destiné à contrer les sanctions US est en place. Mais pas encore tout à fait opérationnel

  1. Dans le passé, il y a eu des oppositions entre Européens et Américains. Mais soit elles portaient sur des questions commerciales (ex. Airbus), soit les Européens étaient divisés (ex. Irak).

Lettonie. Artis Pabriks, à nouveau ministre de la Défense. Pas un chaud partisan de l’Europe de la défense

Thu, 31/01/2019 - 07:44
(B2) Le nouveau ministre letton de la Défense n'est pas un novice dans ce poste qu'il a déjà occupé de 2010 à 2014. Mais c'est surtout un Otanien convaincu et un faible défenseur de l'Europe de la Défense. Politologue Né le 22 mars 1966 (52 ans), à Jūrmala, Artis Pabriks est diplômé en sciences politiques […]

Pages