You are here

Bruxelles2 Blog

Subscribe to Bruxelles2 Blog feed
Parce que l'Europe vaut bien une défense ! Le webnews francophone qui fait bouger les lignes sur l’Europe politique...
Updated: 10 hours 15 min ago

Carnet (18.08.2017). Suède (budget défense). Macierewicz (enquête). Tchèquie (Israël). Kenya (élections). Mali (attaques Minusma). Nigéria (attentat). Burkina Faso (attentat). Sierra Leone (inondations/aide d’urgence). Tchad (code pénal). Attentat de...

Fri, 18/08/2017 - 17:30
(B2) Parus récemment : Les 19 principes de la Coopération structurée permanente approuvés par au moins huit pays. Détails Charlottesville. Les commandants en chef de l’armée US condamnent en choeur (blog) La Corée du Nord aidée par deux entreprises russe et ukrainienne ? Pour les 28, la solution militaire en Corée est une impasse. Ils proposent […]

Les 19 principes de la Coopération structurée permanente approuvés par au moins huit pays. Détails

Fri, 18/08/2017 - 08:30
(B2 - exclusif) Après la réunion du conseil franco-allemand des ministres qui ont défini une vingtaine de principes communs (19 exactement) pour la future coopération structurée permanente, les ministres espagnol et italien de la Défense se sont joints à leurs deux homologues francçais et allemand pour approuver le document. Un papier approuvé ensuite par quatre […]

Charlottesville. Les commandants en chef de l’armée US condamnent en coeur

Thu, 17/08/2017 - 13:20

(B2) Si le président américain n’a pas voulu condamner les évènements de Charlottesville, ce n’est pas le cas des principaux responsables militaires. Depuis quelques jours, les plus hauts responsables de l’armée ont ainsi exprimé, tour à tour, via twitter ou facebook, des messages sans aucune équivoque. Sans volonté de polémique, le ton est cependant grave, comme un rappel aux vraies valeurs de l’Amérique.

Le chef de la marine, l’Amiral John Richardson, a tiré très vite. Dès dimanche, il condamne « les évènements honteux de Charlottesville ». Ils sont « inacceptables et ne doivent pas être tolérés » « Nos pensées et nos prières s’adressent à ceux qui ont été tués et blessés, et à tous ceux qui tentent de ramener la paix dans la communauté. La Marine sera toujours contre l’intolérance et la haine – ajoute-t-il –. Nous voulons que notre Marine soit le lieu le plus sûr possible – une équipe aussi forte et si dure qu’on puisse l’être, ne gardant la violence que pour nos ennemis. »

Le chef des US Marines, le général Robert Neller enchaine, mardi, par un très clair : « aucune place pour la haine raciale et l’extrémisme dans les US Marine. Le coeur de nos valeurs est l’honneur, le courage et l’engagement qui tracent la voie aux Marines dans leur vie et dans leur action.

Le général Mark A. Milley, commandant l’armée de terre, écrit mercredi un message sans ambiguïté : « l’armée ne tolère dans ses rangs ni racisme ni extrémisme ni haine. C’est contre nos valeurs et tout ce qui nous unit depuis 1775 ».

Enfin, le commandant en chef de la Garde nationale renchérit, dans le même registre « joignant sa voix aux commandants en chef pour condamner le racisme, l’extrémisme et la haine. Notre diversité est notre force »

La prise de parole des chefs des armées sur des évènements de portée générale n’est pas courante. Et elle est le marqueur d’une inquiétude, tout autant que d’une volonté très claire. Les manifestants suprématistes blancs et autres racistes de premier plan ne peuvent prétendre incarner les valeurs américaines ou se revendiquer d’uniformes ou d’appartenance à des unités militaires. Un message d’importance… qu’on aurait dû entendre au plus haut niveau.

(Nicolas Gros-Verheyde)

A noter que la Commission européenne a également apporté un message de condamnation « Nous condamnons et rejetons toutes les formes et manifestations de racisme et de xénophobie. Elles sont incompatibles avec les valeurs et principes sur lesquels l’UE est fondée ».

La Corée du Nord aidée par deux entreprises russe et ukrainienne ?

Tue, 15/08/2017 - 00:17

(B2) Dans un rapport publié ce lundi (14 août), le think-tank basé à Londres International Institute for Security Studies (IISS) révèle que l’arsenal nord-coréen de tirs balistiques ne se serait pas développé grâce au génie des ingénieurs coréens. Il n’a pu que bénéficié de l’apport de sources extérieures pour se développer aussi vite, notamment en matière de moteur de fusées longue portée.

« Les preuves disponibles indiquent clairement que le carburant propergol liquide est basé sur la famille des moteurs soviétiques RD250 et a été modifié pour opérer comme une force de propulsion pour [les missiles] Hwasong-12 et Hwasong-14 » indique le chercheur Michel Elleman dans son rapport.

Et il nomme cet apport extérieur : deux entreprises d’ex-URSS expertes dans leur domaine : l’une basée en Russie  à Moscou et St Petersbourg (Energomash / W.P. Glouchko) — spécialisée dans la conception et la construction de moteurs-fusée à ergols liquides –, l’autre en Ukraine à Dnipropetrovsk (KB Yuzhnoye ou Bureau d’études Ioujnoïe)…

(NGV)

Pour les 28, la solution militaire en Corée est une impasse. Ils proposent leurs bons offices

Mon, 14/08/2017 - 23:58
(B2) A l'issue d'une réunion extraordinaire du Comité politique et de sécurité (COPS), convoquée en plein mois d'août autour d'un sujet principal, la prolifération nucléaire de la Corée du Nord et l'escalade des tensions dans la région, l'Union européenne s'est dite inquiète. Dans un communiqué, la Haute représentante de l'Union, Federica Mogherini, a affirmé le […]

L’opération EUAM Iraq de conseil à la sécurité intérieure

Mon, 14/08/2017 - 14:42
(B2) Après hésitation, l'Union européenne a finalement décidé à la mi-2017 de redéployer en Iraq une nouvelle mission au titre de la PSDC. Une mission civile de conseil pour contribuer à la réforme des systèmes de sécurité (EUAM Iraq). Ce qui sonne le retour de l'UE dans le pays après la fermeture de la mission […]

Une équipe de VPD monténégrins à bord du navire du PAM

Sat, 12/08/2017 - 14:54

l’équipe de protection monténégrine (Crédit : EUNAVFOR Atalanta)

(B2) L’équipe de protection maritime des forces du Monténégro qui a assuré la protection des navires du PAM (le programme alimentaire mondial), dans le cadre de l’opération européenne EUNAVFOR Atalanta, durant ces trois mois termine sa mission. Lors de leur dernier convoyage, ils ont ainsi assuré près de 19 jours à bord du MV Esbjerg qui convoyait 10.000 tonnes d’aide humanitaire vers les ports somaliens. L’équipe des forces armées monténégrines avait embarqué à la mi-mai à bord du navire du Programme alimentaire mondial qui transite dans l’Océan indien afin de ravitailler la Somalie.

(NGV)

EUSTAMS. L’action de stabilisation à Mopti et Segou, au centre du Mali (août 2017 – …)

Sat, 12/08/2017 - 12:59
(B2) Cinq ans après la crise au Mali, le pays est en proie à de nouvelles difficultés. Si le Nord stabilisé, c'est la région du centre du Mali qui pose problème devenant « critique et instable ». Une région qui pourrait « basculer dans une anarchie complète si on n'y prend pas garde » selon les […]

Adapter Sentinelle : oui, la supprimer : non (Audibert Troin)

Fri, 11/08/2017 - 22:02

(B2) Co-auteur du rapport parlementaire « le rôle des armées sur le territoire national : après l’heure de la riposte, le temps des choix politiques » (Assemblée Nationale juin 2016), l’ancien député (UMP/LR) Olivier Audibert Troin a publié une tribune, souhaitant rappeler quelques unes des pistes proposées dans son rapport, pour adapter l’opération Sentinelle. Dans un vigoureux plaidoyer, il défend désormais cette opération, dans un argumentaire qui ne nous semble pas totalement convaincant. Mais nous laisserons nos lecteurs en juger.

Pour télécharger la version de la tribune en PDF

[…]

Avec les attentats de Charly Hebdo nous sommes entrés dans le « temps long » et le déploiement massif de nos soldats sur le territoire national (TN). Jamais nos armées n’avaient été autant sollicitées jusqu’alors sur une telle durée tant à l’extérieur (OPEX) que sur le territoire national (OPINT). Ce « sur-emploi » de nos forces, l’urgence de leur déploiement (10.000 hommes en six jours) et la faiblesse de nos effectifs posent bien sûr la question de l’adéquation des moyens alloués à nos armées.

Un suremploi qui confine à la surchauffe

Les recrutements importants effectués par le ministère en 2015 et 2016 ne seront que pleinement opérationnels en cours d’année. Disons le tout de go, ces recrutements restent encore insuffisants puisque l’Armée de Terre estime à 1.050 les recrutements annuels (pendant 5 ans à effectuer) afin de pallier à l’ensemble des missions. Les choix du Président de la République de geler 850 Md€ du budget 2017 et de ne pas procéder à de nouveaux recrutements est à la fois incompréhensible et s’avèrera (si ce choix est maintenu !) une erreur de jugement grave de conséquences.

Sentinelle a déjà évolué

Après une première année de déploiement, Sentinelle avait déjà fait l’objet de critiques, et des adaptations nécessaires à l’efficacité de la mission ont été mises en place :

  • – Inversion de la proportionnalité entre gardes statiques et postures dynamiques (aujourd’hui 80% de la mission est dynamique)
  • – Participation de nos Armées au renseignement de zone
  • –  Harmonisation des moyens de communication entre Forces de Sécurité Intérieure (FSI) et force Sentinelle
  • –  Condition des personnels (logement, armement, solde) prise en compte
  • –  Amélioration des flux d’information et des prises de décision entre l’Intérieur et la Défense
  • –  Meilleure prise en compte du savoir-faire de nos Armées.

Oui, les soldats sont des cibles

Avec la nouvelle attaque de Levallois-Perret, le débat sur le devenir de Sentinelle rebondit. Je souhaite apporter ici un éclairage. Nos soldats sont-ils devenus des cibles ? Bien sûr ! et le nier serait ridicule. Néanmoins, replaçons les choses dans leur contexte. C’est l’uniforme, symbole de l’autorité régalienne qui est une cible (militaires, policiers, gendarmes, pompiers…). Retirer nos soldats du territoire national, c’est déplacer le problème sur d’autres uniformes !

Une force militaire reste toujours indispensable.

Autres arguments entendus : c’est aux forces de sécurité intérieure (FSI) de veiller à la sécurité sur le territoire national ? Certainement. Dans le rapport précité, nous évoquions d’ailleurs un passage de témoin dans la durée avec la montée en puissance des effectifs FSI sur le territoire national et le « repli » en conséquence, ne nos soldats, avec, néanmoins, un double bémol. D’abord, rappeler qu’une force militaire en soutien de nos FSI restera indispensable. « L’ultima ratio », le dernier recours d’un Etat, reste toujours l’Armée.

Un militaire coute moins cher qu’un policier

Ensuite, les conséquences budgétaires : nous avons démontré dans notre rapport la différence de l’ordre de 1 milliard d’euros par an selon que la mission soit effectuée par 7.000 militaires ou 7.000 policiers. Ainsi, les dépenses du titre 2 s’élèveraient à 2,44 milliards pour la police et à 1,53 milliards pour l’armée de terre, du fait, notamment, des statuts différents. A l’heure où la dépense publique reste très contrainte, voilà une donnée qui ne devrait pas laisser de marbre nos gouvernants, sauf à baisser la garde inconsidérément.

Faire évoluer la doctrine

Si nos forces armées ne sont jamais primo-intervenantes sur le territoire national, il convient certainement, dans le respect de ce principe, de faire évoluer notre doctrine vers une plus grande autonomie de nos soldats. De la même façon, l’exploitation de l’information d’intérêt opérationnel est une des conditions de succès et de sécurité de tout engagement militaire. Il convient donc d’aller encore plus loin sur la quête d’informations (renseignement) par nos militaires sur le territoire national. Tout comme l’effort doit être poursuivi en matière de cyber-défense (érigée en posture permanente des Armées). […]

Sortir du piège de sentinelle

Comment sortir du piège « politique » de la réduction des effectifs sentinelle sur le territoire national ? Aujourd’hui, du fait de la menace, la prise de décision de « réduction de la voilure » reste un acte périlleux politiquement pour nos dirigeants sans solution physique de remplacement. Afin de sortir de ce piège nous avons proposé que dans le cadre d’un nouveau dispositif législatif tendant à réformer l’Etat d’urgence (instauré par la loi en 1955 !), le nombre de militaires déployés sur le territoire national dans le cadre de Sentinelle, corresponde automatiquement au degré réel de menace.

Revoir les degrés de posture

En reprenant les degrés d’alerte du plan VIGIPIRATE, un nombre déterminé de soldats à déployer correspondrait automatiquement au niveau de la menace.

Il conviendrait alors de revoir le nombre de degrés (actuellement trois degrés dans VIGIPIRATE : posture de base : 1.000 militaires ; posture de vigilance renforcée : maxi 7.000 militaires : posture alerte attentat : 10.000 militaires).

La suppression de Sentinelle impossible

En conclusion, si l’engagement de nos armées sur le territoire national fait l’objet d’un encadrement juridique strict et ancien, organisé de façon à garantir le caractère subsidiaire et temporaire du recours aux armées, le maintien d’un niveau de menace élevé dans notre pays, la faiblesse des effectifs et le statut des FSI, le cadre contraint des budgets, ne permettent pas une suppression du dispositif Sentinelle dans l’immédiat.

Donner plus de latitude aux armées sur le territoire national

Dans l’attente d’un profond réarmement de nos fonctions régaliennes, nous devons donc veiller à donner plus de latitude à nos armées sur le territoire national afin que s’exprime plus encore leur savoir-faire sans apparaître comme de simples supplétifs des FSI, tout en veillant à ne pas causer de « trou capacitaire » dans les missions de base assignées à nos armées. Ceci passe bien évidemment par un effort budgétaire soutenu tant au niveau du ministère de la Défense que celui de l’Intérieur. La sécurité, première de nos libertés, a un coût, nous devons l’assumer.

(Olivier Audibert Troin)

Carnet (11.08.2017). Sanctions Libye (navire), Corée du Nord (UE / ONU). UE-Australie (accord-cadre). Directive armes (Tchéquie). Contrat marine (Royaume-Uni). Objectif 2% et SPD (Allemagne) Rapporteurs Défense (France). Iran (JCPOA). UE-ASEAN ...

Fri, 11/08/2017 - 16:35
(B2) Parus récemment : Un officier canonnier prend la tête de la RP militaire française à Bruxelles L’enquête sur EUPOL Copps se termine. Pour quel résultat ? Avions européens mobilisés pour l’Albanie (blog) Le Tremiti à Tripoli (blog) Les Européens veulent mieux assurer le suivi des garde-côtes libyens. Comment ? Tir d’avertissement contre un navire d’une ONG […]

Un officier canonnier prend la tête de la RP militaire française à Bruxelles

Fri, 11/08/2017 - 15:56
(B2) Le vice-amiral d'escadre Charles-Edouard de Coriolis va céder la place au 1er septembre, à la tête de la représentation militaire française à Bruxelles, couvrant les deux représentations auprès de l'Union européenne comme de l'OTAN, à un autre marin, le vice-amiral d'escadre Eric Chaperon. Un officier canonnier Né le 23 avril 1961 à Lorient (Morbihan), […]

L’enquête sur EUPOL Copps se termine. Pour quel résultat ?

Fri, 11/08/2017 - 14:18
(B2) Au bout de plus de six mois, l'enquête menée au sein d'EUPOL Copps, la mission européenne de conseil à la police palestinienne, s'achève dans une certaine confusion et avec un goût d'amertume... La fin d'une enquête par un non-lieu Le rapport remis par les membres de la commission d'enquête à la CPCC, le commandement […]

Avions européens mobilisés pour l’Albanie

Fri, 11/08/2017 - 13:40

(B2) La Commission européenne a déclenché la mobilisation de deux avions supplémentaires grecs pour venir en aide à l’Albanie, annonce la Commission européenne ce jeudi (10 août).

En proie à plusieurs incendies de forêt dans le sud du pays, l’Albanie avait demandé l’assistance européenne le 2 août. La Grèce avait alors envoyé deux avions qui ont opéré dans le sud de l’Albanie entre le 3 et le 6 août. Tandis que le système de cartographie par satellite d’urgence de l’UE (Copernicus) fournissait huit cartes satellites aux autorités albanaises.

Lundi (7 août), c’était l’Italie qui avait appelé à l’aide. Trois avions — 2 Canadair et un avion de reconnaissance — français avaient alors été envoyés sur place.

NB : Le mécanisme de protection civile européen permet de cofinancer jusqu’à 85% des frais de transport des pays offrant leur soutien via le mécanisme de protection civile. Après le Portugal, la France, l’Italie, le Monténégro, l’Albanie est le cinquième pays à avoir bénéficié, durant cet été 2017, du soutien européen.

(NGV)

Lire aussi :

Le Tremiti à Tripoli

Fri, 11/08/2017 - 13:23

(B2) Le navire de la marine italienne Tremiti, a accosté dans le port de Tripoli en Libye mardi (8 août). Objectif des Italiens : assurer un support logistique et technique pour doter les Libyens d’un véritable corps de garde-côtes. Les mécanos italiens se sont ainsi attelés à réparer et remettre en état une corvette achetée du temps de Kadhafi d’origine croate. Ce qui permettra à la marine libyenne d’augmenter ses capacités en mer et de contrôle des côtes libyennes.

Le programme franco-britannique de Futur missile de croisière antinavires (FMAN/FMC)

Fri, 11/08/2017 - 12:51
(B2) La France et le Royaume-Uni ont décidé de travailler ensemble pour mettre au point un missile de croisière/anti-navire (FC/ASW). Ce programme est destiné à remplacer les missiles Scalp/Storm Shadow ainsi que les missiles anti-navires Exocet et Harpoon. Programme porté par l'industriel franco-britannique MBDA. La déclaration d'intention pour lancer la phase commune d'étude de concept […]

Les Européens veulent mieux assurer le suivi des garde-côtes libyens. Comment ?

Thu, 10/08/2017 - 16:35
(B2) La question du suivi des garde-côtes libyens est désormais partie intégrante du mandat de l'opération Sophia (EUNAVFOR Med) déployée en Méditerranée. Le chef de l'opération, le contre-amiral Crendendino était le 1er août à Tripoli pour en discuter avec les autorités libyennes. Pas d'encadrement, uniquement du suivi D'après nos informations, ce "monitoring" restera assez réduit. […]

Tir d’avertissement contre un navire d’une ONG espagnole au large de la Libye

Thu, 10/08/2017 - 14:09

(B2) La marine libyenne a tiré deux coups d’avertissement en l’air, lundi (7 août), sur qu’un navire de secours de migrants a été vu patrouiller près des eaux libyennes lundi. Open Arms, un navire d’aide humanitaire appartenant à l’ONG espagnole ProActiva. Selon les Libyens, le navire était dans les eaux territoriales. Un point que nie l’ONG espagnole soulignant que son navire était à 1,5 miles des côtes.

L’opération Sentinelle, utile mais à redimensionner (Bosser)

Wed, 09/08/2017 - 16:30

Militaires de l’opération Sentinelle dans le métro parisien (Crédit : DICOD)

(B2) Lors d’une audition à l’assemblée nationale, le 19 juillet dernier, le général Jean-Pierre Bosser, le patron de l’armée de terre, a exprimé ses doutes sur l’opération Sentinelle, qui consomme nombre de ressources humaines. Sans mettre en doute son utilité (un tabou officiel), il a cependant plaidé pour un redimensionnement, plus soutenable de l’opération. Une analyse intéressante alors que six militaires ont été blessés lors d’une attaque par un véhicule dans les rues de Levallois, ce mercredi (9 août).

Sentinelle, consommatrice de ressources humaines …

La présence de l’armée de terre « a reçu mission de renforcer les moyens de l’État en cas de crise, comme c’est le cas avec la contribution des armées au plan Vigipirate depuis 1995 […]. La grande différence de Sentinelle, c’est que cette opération déploie d’énormes masses – jusqu’à 10.000 hommes – sur le territoire national. Aujourd’hui, il y en a 7 000 – et 3 000 en réserve. » Une opération qui ne suscite pas chez les jeunes recrues un enthousiasme folichon. « Nos jeunes s’engagent pour l’action et pour voir du pays. Quand on leur dit que leur première mission sera « Sentinelle » à la gare du Nord, cela ne les fait pas rêver. Je ne vais pas raconter des histoires : ils se sont engagés d’abord pour partir au Mali ou sur d’autres théâtres d’opérations extérieures. »

La place des armées sur le territoire national

L’opération Sentinelle (re)pose la question sur « le rôle et la place des forces armées sur le territoire national. Cela a fait l’objet de nombreux débats, qui portent sur le bien-fondé, ou non, de déployer des forces armées. Est-ce vraiment leur rôle, par rapport aux forces de sécurité intérieure ? Si oui, pour quoi faire ? Et surtout, comment le faire ? »

Une évolution de Sentinelle

Depuis sa mise en place, en 2015, « nous sommes passés d’un dispositif statique où nos soldats étaient vraiment employés comme des sentinelles, vers des dispositifs beaucoup plus dynamiques ». Une nécessité car selon plusieurs sources au sein des armées consultées par B2, le dispositif originel était impossible à tenir. Il consistait quasiment à supprimer soit les périodes de repos, soit les entraînements, soit les deux. Mais il faudra encore évoluer. Le général Bosser « espère [ainsi] que dans le cadre de la rénovation ou de la suite de l’état d’urgence, nous serons encore amenés à faire évoluer le rôle et la place des forces armées ».

Redimensionner la mission

Pour le général, il faut être réaliste. Mais il faut alléger le dispositif pour avoir davantage de réserve et d’anticipation. Donc plus question d’avoir 7000 hommes mobilisés comme aujourd’hui. Mais juste 3000. « On n’échappera pas, je le pense, à la présence de quelque 3 000 hommes répartis sur des points clefs de Paris comme la Tour Eiffel, le Louvre… Ensuite, il faut 3 000 hommes en réserve pour monter en puissance en cas de coup dur, n’importe où en France. Enfin, je souhaiterais qu’une troisième fraction de 3 000 hommes, aujourd’hui encore déployés, soit consacrée à l’anticipation. J’entends que l’on travaille sur les scénarios de crise – tels que définis par le secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) – comme les prises d’otages de masse, les risques industriels, les risques bactériologiques. Ce n’est pas anxiogène pour les Français qui sont capables de comprendre qu’en nous y préparant, nous nous préparons à assurer leur sécurité. »

NB : Une formule qui pourrait avoir l’assentiment du chef de l’État. Lors de sa visite sur la base aérienne d’Istres, le 20 juillet, Emmanuel Macron avait annoncé avoir demandé « une réflexion en profondeur […] pour l’automne qui permettra de réviser les modalités de l’opération Sentinelle ». Réflexion que devra lui présenter le nouveau chef d’état-major des armées, le général Lecointre.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Lire aussi :

Joël Barre nommé à la DGA

Wed, 09/08/2017 - 15:45
(B2) Le Conseil des ministres a confirmé ce mercredi (9 août), la nomination de Joël Barre, comme nouveau délégué général pour l’armement. Le nouveau-venu remplace Laurent Collet-Bihon, admis à la retraite, qui était resté près de dix ans dans cette direction. Il dispose « d’un parcours exceptionnel tant au sein de la Direction générale de […]

Carnet (04.08.2017). PSDC (rapport). PESCO (Italie/Chypre). PSDC (recrutements). Crimée (sanctions). Chypre (prolongation). Venezuela (Assemblée constituante). États-Unis (sanctions Russie). Somalie (attaque). Turquie-Allemagne (tensions). Corée du...

Fri, 04/08/2017 - 18:35
(B2) Parus récemment : Les responsables du détournement des turbines Siemens vers la Crimée sanctionnés L’Union européenne lance son action de stabilisation à Mopti et Segou. Détails L’Italie lance une mission militaire dans les eaux libyennes Le navire de l’ONG Jugend Rettet forcé de quitter la Méditerranée centrale (blog) L’UE se décide à financer l’équipement des […]

Pages