You are here

Bruxelles2 Blog

Subscribe to Bruxelles2 Blog feed Bruxelles2 Blog
Défense - Diplomatie - Sécurité - Crises - Pouvoirs
Updated: 18 hours 54 min ago

Les budgets de défense des pays de l’OTAN passés à la loupe

Tue, 03/12/2019 - 17:25
(B2) Comme ils s'y étaient engagés en 2014, lors du sommet de pays de Galles, les dépenses de défense des

Cet article Les budgets de défense des pays de l’OTAN passés à la loupe est apparu en premier sur .

Écoutez les conseils des militaires ! (général Graziano, comité militaire de l’UE)

Tue, 03/12/2019 - 14:05
(B2) Le général Claudio Graziano, président du Comité militaire de l'UE (EUMC), a demandé jeudi (28 novembre), aux politiques :

Cet article Écoutez les conseils des militaires ! (général Graziano, comité militaire de l’UE) est apparu en premier sur .

La Cour de justice rejette le recours tchèque contre la directive ‘armes à feux

Tue, 03/12/2019 - 11:30
(B2) La Cour de justice de l'UE a rejeté, ce mardi (3 décembre), le recours de la République tchèque contre

Cet article La Cour de justice rejette le recours tchèque contre la directive ‘armes à feux est apparu en premier sur .

Atalanta, EUTM Mali, Golfe de Guinée, Barkhane… le Portugal revient en force Le ministre portugais de la Défense s’explique

Tue, 03/12/2019 - 08:05
(B2 - exclusif) Les Portugais reviennent en force dans les missions européennes en prenant le commandement à EUTM Mali et

Cet article Atalanta, EUTM Mali, Golfe de Guinée, Barkhane… le Portugal revient en force Le ministre portugais de la Défense s’explique est apparu en premier sur .

Des nouvelles du programme EDIDP. Inquiétude pour le futur Fonds européen de défense. Le budget raboté ?

Mon, 02/12/2019 - 19:02
(B2) Si le sort du programme européen de développement industriel de la défense (EDIDP) se déroule sans trop d'anicroche, à

Cet article Des nouvelles du programme EDIDP. Inquiétude pour le futur Fonds européen de défense. Le budget raboté ? est apparu en premier sur .

Drones militaires : un marché européen en pleine expansion, qui reste dominé par les Etats-Unis

Mon, 02/12/2019 - 10:32
(B2) La chercheuse Dominika Kunertova (Center for War Studies, université du Danemark Sud) a récemment publié une étude sur les

Cet article Drones militaires : un marché européen en pleine expansion, qui reste dominé par les Etats-Unis est apparu en premier sur .

Passation de pouvoir au Conseil européen. Donald Tusk donne les clés à Charles Michel

Sat, 30/11/2019 - 15:00

(B2) Le nouveau président, Charles Michel, a pris ses fonctions, recevant les clés de son prédécesseur. Une passation sans fanfare ni bilan

Charles Michel et Donald Tusk, au Conseil de l’Union européenne, vendredi 29 novembre (crédit : conseil de l’UE)

Une cérémonie rapide

Expédiée en une dizaine de minutes, la passation de pouvoir entre le président sortant du Conseil européen, Donald Tusk, et son successeur, Charles Michel, vendredi (29 novembre) a été rapide. Deux ou trois blagues avec quelques rires, l’occasion de présenter le nouveau au personnel de l’institution, mais surtout des applaudissements nourris pour celui qui a été sans conteste un des visages européens les plus connus ces derniers cinq ans. Il ne s’est pas attardé. Direction : la présidence du parti populaire européen (PPE), le berceau historique de la construction européenne, regroupant les principaux partis de la tendance chrétienne-démocrate.

Du tremblement de terre à l’apogée, un véritable thriller 

Le mandat du Polonais à la tête d’une des trois institutions européennes principales a suivi la « recette pour un bon thriller » selon Hitchcock : cela doit commencer avec un « tremblement de terre et finir en apogée ». « À partir de début 2015, l’Europe a peiné sous les crises : Grèce, migrations, Ukraine, Daech et ses attaques terroristes à l’intérieur de nos frontières, et juste après le Brexit est arrivé » insiste le président sortant, démontrant les nombreux défis auxquels il a du faire face.

Le meilleur endroit sur terre

« Très fier » d’avoir pu « servir l’Europe ». Car celle-ci « est le meilleur endroit sur terre, au moins jusqu’à ce qu’elle reste un continent de liberté et d’état de droit » indique l’ancien Premier ministre polonais. Sans nommer les principaux pays soupçonnés de mettre à mal cet état de droit. Il est confiant de partir, laissant la conduite du sérail entre les mains d’un Belge, alors que lui même l’avait reçu de la part d’un Belge. « Une affaire belgo-polonaise ».

De l’énergie et des ondes positives

Le nouveau président est aussi radieux. Ayant rencontré dans les dernières semaines au pas de course tous ses homologues chefs de gouvernement ou chefs d’État, parfois au rythme de deux par jour, Charles Michel a « entendu tellement d’idées positives ». Il y a « de l’énergie et de l’optimisme par rapport au futur de l’Europe ». « Aujourd’hui, nous vivons en paix. Mais nous devons rester vigilants ».

Pouvoir influer sur le rythme du monde

Celui qui était il y a encore quelque temps ancien Premier ministre belge compte se battre pour que l’Union européenne soit « à la table pour [les] discussions difficiles, pour influencer les événements mondiaux et protéger nos intérêts ». « Nous devons faire plus pour assurer notre sécurité et défense commune, et garantir nos droits et nos libertés ». Charles Michel a pris ses fonctions. Il est prêt. « Vous pouvez compter sur moi ».  Et de lancer à son prédécesseur un « bonne chance au PPE. Je suis sûr que ce sera un job plus facile ».

(CG, st.)

Télécharger

Cet article Passation de pouvoir au Conseil européen. Donald Tusk donne les clés à Charles Michel est apparu en premier sur .

La future opération maritime européenne dans le détroit d’Ormuz. Cadre, format, tempo, base juridique… Détails

Sat, 30/11/2019 - 13:08
(B2 - exclusif) On commence à en savoir plus sur la mission de surveillance maritime et de connaissance de la situation, montée à l'initiative de la France, dénommée EMASOH - European-Led mission Awareness Strait of Hormuz. Objectif, zone d'opération, force déployée, règles d'engagement, composition, menaces... Quelques détails On peut constater que cette opération a été […]

Cet article La future opération maritime européenne dans le détroit d’Ormuz. Cadre, format, tempo, base juridique… Détails est apparu en premier sur .

Commission von der Leyen : qui sera au gouvernail des cabinets des commissaires ‘extérieur – intérieur’

Fri, 29/11/2019 - 18:00
(B2) Pièces maîtresses de la Commission européenne, les cabinets des commissaires, en particulier leurs chefs et chefs adjoints, sont en première ligne tous les jours. Portrait des principaux responsables des commissaires en charge des questions touchant à l'Europe politique : présidence, diplomatie, industrie et défense, justice, sécurité La nationalité, le profil choisi comme la répartition […]

Cet article Commission von der Leyen : qui sera au gouvernail des cabinets des commissaires ‘extérieur – intérieur’ est apparu en premier sur B2 Bruxelles2.

Les Pays-Bas confirment leur participation à opération européenne dans le détroit d’Ormuz

Fri, 29/11/2019 - 17:30

(B2) Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte l’a confirmé à l’issue du conseil des ministres tenus à La Haye. Les Pays-Bas participeront bien à une opération européenne de surveillance dans le détroit d’Ormuz, pour six mois

La frégate Zs Ms de Ruyer en Méditerranée dans le cadre du groupe maritime de l’OTAN (SNMG2) reprend le chemin des mers du sud dans le cadre d’une initiative française (Crédit : Marine NL)

Une frégate de commandement néerlandaise

« La frégate de commandement et de défense aérienne Zr. Ms De Ruyter va partir pour la région du Golfe en janvier » indique le communiqué gouvernemental. Ce qui confirme nos informations publiées il y a quelques jours (lire :  L’opération dans le détroit d’Ormuz refait surface. Les Français à la manœuvre). Elle restera jusqu’en juin dans le cadre d’une mission maritime européenne, montée à l’initiative de la France. La frégate néerlandaise sera équipée avec un hélicoptère de transport maritime NG90, et renforcée d’officiers d’état-major supplémentaire à bord, à même de pouvoir assurer le commandement de l’opération.

Mission de surveillance sur trois zones

Cette mission, dénommée EMASOH (European-Led mission Awareness Strait of Hormuz), aura une fonction essentielle de « surveillance » et opérera dans la zone Ouest du golfe d’Oman, dans la zone Est du golfe persique et dans le détroit d’Ormuz. L’objectif est « de renforcer la sécurité » dans une zone où les « tensions ont fortement augmenté ces derniers temps ».

La circulation des navires : un intérêt néerlandais primordial

Pour la ministre néerlandaise de la défense, cette position est en phase avec les intérêts néerlandais, de ses armateurs et de son économie : « Les Pays-Bas sont une plaque tournante de la logistique et un pays commerçant maritime. […] Assurer un passage libre et sûr pour le trafic maritime dans cette zone est donc expressément dans notre intérêt » détaille Ank Bijleveld-Schouten. N’oublions pas en effet qu’une des principales compagnies pétrolières mondiales, Shell, est anglo-néerlandaise.

Une participation confirmée pour Sophia

A noter que La Haye a aussi décidé d’envoyer un navire dans le cadre de l’opération européenne Sophia contre les trafics en Méditerranée (EUNAVFOR Med), si un accord se fait pour la reprise de l’activité navale de l’opération. L’engagement avait été interrompu début 2019 du fait d’un désaccord sur la redistribution des noyés capturés entre les États membres de l’UE.

… et éventuelle à l’opération Takuba

Le gouvernement néerlandais étudie « également l’opportunité et la faisabilité de participer à une mission multinationale au Sahel », alias l’opération Takuba, réunissant des forces spéciales européennes.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Cet article Les Pays-Bas confirment leur participation à opération européenne dans le détroit d’Ormuz est apparu en premier sur B2 Bruxelles2.

Quand Jean-Claude Juncker était sur écoutes

Fri, 29/11/2019 - 16:10

(B2) Ce vendredi (29 novembre), le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a fait ses adieux publics, descendant dans la salle de presse. Occasion de dernières confidences…

Jean-Claude Juncker lors de sa dernière conférence de presse vendredi 29 novembre 2019 entourée de ses porte-paroles les plus proches (source : EBS/Commission européenne – sélection B2)

On est en 1997. Jean-Claude Juncker est alors Premier ministre du Luxembourg. Il est en déplacement à Paris pour une réunion avec Jacques Delors. Pour une raison logistique, il change d’hôtel au dernier moment, sans le temps de prévenir quiconque. Mais il y a une surprise au bout, ou plutôt deux.

Un appel de Bill Clinton en pleine nuit

En pleine nuit, « il était 2 ou 3 heures du matin, peut-être même plus, Bill Clinton [qui est alors président américain] m’appelle pour me parler d’un problème entre Airbus et Boeing. J’étais très surpris qu’il m’ait trouvé dans cet hôtel car il m’a appelé sur le fixe de l’hôtel alors que même la délégation ne savait pas que j’avais changé d’hôtel. Mais donc le président des États-Unis le savait… » Fin du premier épisode. La suite est tout aussi étonnante.

Un commentaire de Jacques Chirac au matin

« Le lendemain, j’ai été très surpris. Lorsque Jacques Chirac m’accueille sur le perron de l’Elysée, me disant : « la façon dont tu as répondu à Clinton c’est la façon dont les Européens doivent parler aux Américains. » Alors je me suis dis voilà… » témoigne t-il.

Conclusion : les Américains écoutent les Européens, c’est sûr. Mais il n’y a pas qu’eux… Et un Premier ministre, même luxembourgeois, se doit aussi d’être écouté…

(CG, st.)

Cet article Quand Jean-Claude Juncker était sur écoutes est apparu en premier sur B2 Bruxelles2.

La force du G5 Sahel souffre encore de lacunes sévères

Fri, 29/11/2019 - 16:00
(B2) La force du G5 Sahel mise en place entre les cinq pays les plus concernés de la région (*) peine à se mettre en place. Les violences augmentent. Un constat plutôt courant. Mais quand il est donné par le secrétaire général de l'ONU lui-même, cela prend davantage de poids. Un risque d'extension Le secrétaire […]

Cet article La force du G5 Sahel souffre encore de lacunes sévères est apparu en premier sur B2 Bruxelles2.

Une habituée du personnel politique français chez Thierry Breton

Fri, 29/11/2019 - 14:45
(B2) La cheffe de cabinet de Thierry Breton, le commissaire chargé du Marché intérieur, de l'Industrie et de la Défense dans la Commission Von der Leyen, devrait être une Allemande, certes, mais très francophone et francophile. Sauf changement de dernière minute Originaire de Hambourg, parfaite bilingue français et allemand, Kerstin Jorna a l'avantage, en effet, […]

Cet article Une habituée du personnel politique français chez Thierry Breton est apparu en premier sur B2 Bruxelles2.

Un nouveau chef à EULEX Kosovo

Fri, 29/11/2019 - 12:55
(B2) Le Suédois Lars-Gunnar Wigemark va prendre la tête de la mission 'Etat de droit' au Kosovo le 1er décembre. Ce jusqu'au 14 juin 2020 , terme de l'actuel mandat d'EULEX Kosovo. Il remplace la Grecque Alexandra Papadoupoulou. Sa nomination a été avalisée par le COPS le 28 novembre Une région qu'il connait bien pour […]

Cet article Un nouveau chef à EULEX Kosovo est apparu en premier sur B2 Bruxelles2.

L’ambassadeur de l’UE au Bénin déclaré ‘persona non grata’

Fri, 29/11/2019 - 09:35
(B2) Le service diplomatique a bien été informé de la décision du gouvernement du Bénin d'expulser l'ambassadeur de l'UE à Cotonou (Bénin), a eu confirmation B2 Oliver Nette, de nationalité allemande, s'est vu retirer son accréditation diplomatique, selon une décision communiquée à Bruxelles le 20 novembre. Il doit quitter le pays avant le 1er décembre. […]

Cet article L’ambassadeur de l’UE au Bénin déclaré ‘persona non grata’ est apparu en premier sur B2 Bruxelles2.

Boris Johnson ne joue pas fair play. Le Royaume-Uni n’est pas un partenaire loyal de l’UE

Thu, 28/11/2019 - 10:30

(B2 – exclusif) Selon l’accord signé entre Londres et les Européens, dans le cadre du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne, le Royaume-Uni doit se comporter « de manière constructive et responsable ». Un point rappelé lors de la dernière prolongation fin octobre. Force est de constater aujourd’hui que les Britanniques ne jouent pas (du tout) le jeu…

La non nomination d’un commissaire européen

L’exemple le plus connu est l’absence de désignation d’un commissaire britannique dans la future Commission européenne. Raison invoquée par Boris Johnson : les élections parlementaires qui obligent le gouvernement à s’abstenir de toute nomination internationale. On peut comprendre… Mais cela a obligé à un tour de passe-passe juridico politique avec le lancement d’une simili-procédure en manquement par la Commission européenne contre le Royaume-Uni. Tandis que les 27 ambassadeurs de l’UE s’arrachaient les cheveux pour concocter une décision validant la Commission européenne en ‘oubliant’ le 28e commissaire (britannique).

Le refus d’adopter le budget de deux agences …

Mais deux décisions prises très discrètement ces derniers jours le montrent, la ‘position’ britannique n’est pas ‘fair play’. Le Royaume-Uni a ainsi refusé successivement de valider l’augmentation des budgets de l’agence européenne de défense (EDA), à la mi-novembre, et plus récemment du centre satellitaire de l’UE (SatCen). Lire : Agence européenne de défense. L’augmentation du budget bloquée par le Royaume-Uni) et Augmenter le budget du centre satellitaire de l’UE : c’est ‘No’ dit le Royaume-Uni). Des décisions hautement soupesées et où l’ordre de bloquer toute augmentation a été prise directement à Londres, au ministère de la Défense, comme chez le Premier ministre.

… liées à la sécurité et la défense européenne

Ces deux structures dépendantes du Haut représentant de l’UE, ne sont pas fort grandes. Elles n’en sont pas moins très utiles à l’autonomie européenne de défense : l’une pour expertiser tous les projets de défense en coopération, l’autre pour fournir des produits d’analyse satellitaires aux États membres. C’est peut-être ce qui gêne Londres. Car, en matière budgétaire, on ne peut pas dire que l’impact soit important. L’augmentation prévue représentait respectivement 2,375 millions d’euros pour l’EDA, 1 million d’euros pour le SatCen, au total, tous pays confondus. Ramenée à la quote-part du budget de la Couronne britannique, cela ne dépassait pas 500.000 euros. On ne peut pas dire que cela pouvait mettre en danger le déficit britannique.

Une position pas très loyale…

Cette position constitue, tout d’abord, une infraction caractérisée à l’engagement de ne « pas compromettre le bon fonctionnement de l’Union et de ses institutions » et de « s’abstenir de toute mesure susceptible de mettre en péril la réalisation des objectifs de l’Union » (cf. encadré). L’enjeu électoral a sûrement pesé ; le gouvernement britannique ayant peur de tout sentiment de pouvoir prolonger son appartenance à l’UE.

… contradictoire avec les déclarations britanniques

Mais elle  est contradictoire avec la volonté britannique d’affirmer qu’il reste le garant de la sécurité européenne avant comme après le Brexit, voire de signer tout de suite après le Brexit un accord pour continuer à être partie prenante et bénéficier de ces structures européennes, comme l’indique une note du ministère de la Défense britannique parvenue à B2…

(Nicolas Gros-Verheyde)

L’engagement britannique

« Cette nouvelle prorogation ne saurait compromettre le bon fonctionnement de l’Union et de ses institutions. […] Le Royaume-Uni restera un État membre jusqu’à la nouvelle date de retrait, avec tous les droits et obligations qui en découlent […], y compris l’obligation de proposer un candidat en vue de sa nomination comme membre de la Commission.  Le Conseil européen rappelle l’engagement du Royaume-Uni d’agir de manière constructive et responsable tout au long de la période de prorogation, conformément au devoir de coopération loyale […]. À cet effet, le Royaume-Uni facilite l’accomplissement par l’Union de sa mission et s’abstient de toute mesure susceptible de mettre en péril la réalisation des objectifs de l’Union, en particulier lorsqu’il participe aux processus décisionnels de l’Union. »

Extraits de la décision européenne prise le 29 octobre 2019 prolongeant le délai du Brexit jusqu’au 31 janvier 2020

 

Cet article Boris Johnson ne joue pas fair play. Le Royaume-Uni n’est pas un partenaire loyal de l’UE est apparu en premier sur B2 Bruxelles2.

L’art de négocier de Federica Mogherini

Thu, 28/11/2019 - 08:42
(B2) En cinq ans passés à la tête de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, la Haute représentante de l'UE qui termine son mandat dans quelques jours, a conduit de nombreuses négociations internationales, et en a surtout vu des vertes et des pas mûres. B2 a pu consulter son livre de recettes Dîner pour créer la […]

Cet article L’art de négocier de Federica Mogherini est apparu en premier sur B2 Bruxelles2.

Pages