You are here

Lefaso.net (Burkina Faso)

Subscribe to Lefaso.net (Burkina Faso) feed Lefaso.net (Burkina Faso)
L'information en temps réel du Burkina, Médias, journaux, infos, direct, les dernières nouvelles, politiques.
Updated: 1 month 3 weeks ago

Burkina / Festival d'humour « Bon nané/Ouistiti d'or » 2024 : Les jeunes talents féminins à l'honneur lors de la 14e édition

Wed, 03/01/2024 - 21:36

La 14e édition du festival d'humour « Bon nané/Ouistiti d'or » a eu lieu au CENASA le mardi 2 janvier 2024. Pour cette année , les jeunes femmes humoristes ont été mises à l'honneur. Toutes les candidates qui ont presté pour le prix « Génération 2000 du meilleur humoriste émergent » étaient des femmes .

Dans les années antérieures, le jury a recommandé au comité d'organisation de faire en sorte que 30% des candidats soient des femmes.

Le comité d'organisation a voulu faire plus en faisant en sorte que les humoristes en lice pour le concours soient entièrement des figures féminines. Il s'agit ainsi d'inciter les femmes à embrasser cet art qui est encore largement dominé par les hommes. Aussi, de faire découvrir au public des talents émergents de l'humour. Elles ont reçu auparavant des formations avec de grandes figures de l'humour afin de polir leurs écritures et présence scénique.

Princesse Keurby est étudiante en année de master

Parmi les huit humoristes, une a séduit les membres du jury. Il s'agit de "Princesse Keurby", de son vrai nom Keurby Farida Komi. Elle a obtenu la moyenne de 18,33/20. Elle a incarné le rôle d'une petite fille. Durant sa prestation, le public a ri aux éclats. « Je suis très contente d'être la gagnante. Je ne suis pas forcément la meilleure d'entre elles. Je remercie les doyens qui ont toujours été disponibles pour m'accompagner et m'encourager. Je remercie également l'initiateur des Ouistiti d'or qui a permis aux jeunes que nous sommes de s'affirmer », a signifié la Princesse Keurby qui fait de l'humour depuis 2021. Selon les membres du jury, elle a incarné un personnage original.

Les humoristes ont abordé des sujets d'actualité et en lien avec le thème de cette édition

La parenté à plaisanterie, un outil de paix

« Humour - Parenté à plaisanterie et Rir'silience » est le thème retenu pour cette 14e édition du festival d'humour « Bon nané/Ouistiti d'or ». Des dires du promoteur du festival, Salif Sanfo « Le projet de ce festival est parti de la parenté à plaisanterie. Pour moi, la parenté à plaisanterie est un patrimoine culturel immatériel que nous devons sauvegarder. Dans les années 90, lorsqu'on voyait la crise au Rwanda, on se disait que cela ne pouvait pas arriver au Burkina Faso parce que nous avions la parenté à plaisanterie. Nous avons remarqué une trentaine d'années plus tard, qu'il y a un problème de transmission. Notre génération doit transmettre ces valeurs. Il est interdit à des parents à plaisanterie d'en venir à la violence physique. C'est la "violence verbale", dans l'amusement, qui doit primer sur la violence physique. A cause de la crise terroriste, il y a une certaine stigmatisation de certains groupes ethniques dans notre pays. Nous devons, à travers l'humour, ressortir cette valeur qui vaut bien plus que de l'or » a-t-il justifié.

Pour Salif Sanfo, la parenté à plaisanterie doit être le ciment qui consolide le vivre ensemble

Pour cette 14e édition, Moussa petit sergent, Saad Télécom, Lookman, Momo l'intellectuel, Hailé, Kass le guide, Simporé, Aïcha trembler de Nagrin, Zambrota, César du rire, les talents du Ouistiti et bien d'autres ont animé la soirée.

Le public a été séduit par les prestations

SB
Lefaso.net

Categories: Afrique

Ouagadougou / Assainissement : L'association « Être utile, agir utile » débarrasse le pont de Boulmiougou de ses ordures

Wed, 03/01/2024 - 21:17

Les membres de l'association « Être utile, agir utile » ont organisé, ce mercredi 3 janvier 2024, une activité de salubrité à Ouagadougou. Munis de pelles, de râteaux et de brouettes, ces « VDP de l'assainissement » ont débarrassé le pont Boulmiougou de ses tas d'ordures.

Pour le président de l'association « Être utile, agir utile », Mahamadi Ouédraogo, l'initiative a été lancée pour inviter les uns et les autres à être « VDP de l'assainissement et de la propreté ».

« Je passe ici tous les jours et je vois les ordures. J'avais fait une interpellation citoyenne depuis le mois d'août pour dire que le barrage pleure et que le pont a besoin d'actions pour être débarrassé de ces ordures. Malheureusement, il n'y a pas eu d'effet. Nous nous sommes dit qu'en faisant donc une action citoyenne, cela peut être un signal fort pour dire à chacun de faire quelque chose pour rendre notre ville meilleure », a-t-il confié.

Elie Sawadogo, chef de service a l'Agence municipale des grands travaux

L'activité a été soutenue par la municipalité de Ouagadougou. Selon le chef de service à l'Agence municipale des grands travaux, Elie Sawadogo, l'objectif est d'inciter les populations à se prendre en charge dans les quartiers. « Les gens attendent beaucoup des collectivités et de l'État pour les accompagner dans le nettoyage des quartiers, l'enlèvement des décharges et dans d'autres activités. De nos jours, avec le surpeuplement et l'extension de la ville, c'est vraiment difficile. Il faut que la population elle-même se prenne en charge et nous, nous venons en appui. Ce matin nous sommes là pour appuyer l'initiative de cette association. Nous saluons leur action. Nous voyons dans les quartiers des gens qui ont déjà commencé à payer la terre pour les voies et nous les accompagnons », a apprécié l'agent municipal.

Mahamadi Ouédraogo, président de l'association « Être utile, agir utile »

« Être utile, agir utile » est une association créée pour promouvoir le don de soi, l'esprit de fraternité, le développement communautaire. « Nous avons la conviction que le meilleur d'entre nous est celui qui est le plus utile aux autres. C'est ensemble que l'on arrive à faire des progrès significatifs. C'est ensemble que l'on a de l'impact et c'est cet esprit qui nous a motivés à créer l'association », a expliqué Mahamadi Ouédraogo, par ailleurs communicateur et maitre de cérémonie.

Carine Daramkoum
Lefaso.net

Categories: Afrique

A la Une du jeudi 4 janvier 2024

Wed, 03/01/2024 - 19:00





Categories: Afrique

Commémoration du soulèvement populaire du 3 janvier : Le président de la transition invite les syndicats des travailleurs à l'unité pour la reconquête du territoire

Wed, 03/01/2024 - 17:16

Dans un message diffusé sur le compte Facebook de la présidence du Faso, le président de la transition, Ibrahim Traoré, a rendu hommage aux partenaires sociaux et à l'ensemble des travailleurs. Il les invite " à se donner la main pour qu'ensemble, nous construisions une Nation forte, souveraine, stable et prospère".

Lefaso.net

En ce jour commémoratif du soulèvement populaire du 3 janvier 66, je rends hommage aux partenaires sociaux et à l'ensemble des travailleurs burkinabè pour leur engagement et leur participation active aux luttes émancipatrices de notre peuple.

Aujourd'hui encore, la mobilisation citoyenne contre l'asservissement et le terrorisme est un impératif. C'est pourquoi j'invite les syndicats de travailleurs, les associations et ordres professionnels et tous les Burkinabè à se donner la main pour qu'ensemble, nous construisions une Nation forte, souveraine, stable et prospère.

Pour notre Patrie, unissons-nous et agissons pour la reconquête de nos terres et le retour de la paix.

Capitaine Ibrahim TRAORE

Président de la Transition, Chef de l'Etat

Categories: Afrique

Commémoration du soulèvement populaire du 3 janvier : Bassolma Bazié invite le peuple à accompagner les réformes

Wed, 03/01/2024 - 13:24

A l'occasion de la commémoration du 58e anniversaire du soulèvement populaire, le ministre de la fonction publique, Bassolma Bazié, invite le peuple burkinabè à accompagner les réformes entreprises par les plus hautes autorités pour un Burkina Faso de paix. Lisez ici son message.

« Le 3 janvier 2024 marquant le 58e anniversaire du soulèvement populaire a été un tournant décisif dans l'histoire sociopolitique de notre pays.

En effet, le 3 janvier 1966, la réaction du mouvement syndical soutenu par d'autres forces a permis de mettre fin à la mauvaise gouvernance politique et économique qui avait cours à l'époque.

Tout en saluant l'action des devanciers qui cadre bien avec la vision de la Transition actuelle, j'invite le peuple burkinabè à accompagner les réformes entreprises par les plus hautes autorités pour un Burkina Faso de paix, débarrassé de la mauvaise gouvernance et de la corruption afin de faire de notre administration, une administration vertueuse et au service des administrés.

En ce jour historique, j'ai également une pensée pieuse à l'endroit de l'ensemble des forces combattantes, engagées pour la reconquête de l'intégrité de notre territoire ! »

Bassolma BAZIÉ, Ministre d'État, Ministre de la Fonction publique, du Travail et la Protection sociale

Categories: Afrique

Burkina / Musique : Nelson Boro, un technicien de son aux multiples casquettes

Wed, 03/01/2024 - 13:23

Après ses études en cinéma, Nelson Boro a décidé d'embrasser le métier d'ingénieur du son. Un métier qu'il cumule avec celui d'artiste rappeur et de photographe, qu'il exerce à temps partiel et avec beaucoup de passion. Nelson Boro fait partie de ceux qui croient en leurs rêves et ne jamais abandonner est son vocabulaire quotidien. Lefaso.net est allé à rencontre. Lisez plutôt !

Lefaso.net : Parlez-nous de votre parcours

Nelson Boro : Je me suis orienté vers les métiers des arts et de la culture après l'obtention du baccalauréat et depuis, je poursuis mon bonhomme de chemin dans ce domaine. J'ai une licence en art et techniques du son obtenue à l'ISIS (Institut supérieur de l'image et du son). Depuis, j'ai travaillé sur le son d'un certain nombre de films et je continue à renforcer mes connaissances à travers des formations et des études en master.

Concernant la musique, j'ai fait mes premiers sons et clips en 2018 en collaboration avec Pyramusic de M. Kam. Cependant, je me produisais régulièrement lors des nuits culturelles des établissements au Reemdogo entre 2016 et 2017. Mon titre phare "Faut laisser nos oreilles respirer" sorti en 2019 est celui qui m'a révélé en quelque sorte. Au total, je suis auteur d'une dizaine de singles dont cinq clips et pas d'album pour le moment. Mon dernier single s'intitule "Passe ton chemin", réalisé en featuring avec mon frère et beatmaker Çaint Babah avec lequel je suis en collaboration depuis mes débuts.

Quel métier faites-vous actuellement ?

Actuellement, je suis ce qu'on appelle un ingénieur du son. En gros, je me charge de la prise et des traitements de sons pour les contenus du cinéma et de l'audiovisuel. J'ai bénéficié dernièrement d'une formation en mixage studio 5.1 qui est une discipline assez rare et complexe dans les métiers de l'audiovisuel.

Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?

J'ai toujours été passionné de son et de musique depuis mon jeune âge et je voulais particulièrement étudier le son dans son ensemble et sous ses différents aspects. Voulant travailler dans un domaine qui m'intéresse particulièrement, j'ai alors choisi de m'y orienter.

Parlez-nous des autres métiers que vous exercez…

Hormis la musique et le traitement du son, j'exerce à temps partiel dans la photographie, une nouvelle passion développée en première année. Je possède depuis bientôt deux ans un studio photo, en collaboration avec mon grand frère, qui me sert aussi d'espace de travail.

Pourquoi avoir décider de faire de la musique ?

Mes deux frères, bien avant moi, ont chacun eu une petite expérience dans le rap. Je voulais faire comme eux et surtout faire mieux qu'eux. Je ne sais pas si j'y suis parvenu mais une chose est sûre, je me suis inspiré directement d'eux. Aussi j'écoutais énormément de la musique en particulier le rap US, le rap français et quelques rappeurs africains. Ma passion grandissait de jour en jour et j'en profitais pour travailler mon flow à l'image des rappeurs qui m'inspiraient le plus... Lil wayne, La fouine, Blazz, Sarkodie, etc.

Qu'est-ce qui vous motive à faire de la photographie ?

C'est la curiosité qui m'a surtout amené dans la photographie. J'ai toujours voulu savoir comment on peut obtenir des photos d'une très grande qualité avec un tout petit appareil. J'ai alors profité de la formation que j'ai reçue en première année à l'institut pour en apprendre davantage. Aujourd'hui, je suis assez satisfait de mes compétences en la matière même si je n'en fais pas un métier à temps plein.

Quelle est votre objectif à long terme ?

Le souhait à long terme est de développer ma propre boite de production audiovisuelle et peut être un label de production de musique pour faire valoir de nouveaux talents.

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées ?

Les principales difficultés sont généralement le manque de financements car la production de contenus coûte relativement chère sans oublier les frais de communication, la complexité du milieu due aux différentes discordes existant dans le milieu artistique et particulièrement le manque de soutien de la part des proches et des populations.

Quels conseils avez-vous à donner aux jeunes qui aimeraient emboîter vos pas ?
Disons que c'est d'abord une victoire de pouvoir exercer dans le domaine qui vous passionne. L'argent et les autres avantages viendront au fur et mesure que vous vous perfectionnez. Ensuite persévérez encore et encore car l'échec ne doit pas vous arrêter. Enfin, ayez une hygiène de vie, la discipline et la sagesse d'apprendre, de collaborer et surtout de voir les choses autrement pour pouvoir évoluer et pouvoir vous réaliser.

Interview réalisée par Carine Daramkoum
Lefaso.net

Categories: Afrique

Solidarité : Le Premier ministre offre 5 millions FCFA aux femmes déplacées internes à Ouahigouya

Wed, 03/01/2024 - 13:20

Le Premier ministre, Dr Apollinaire Joachimson Kyélem de Tambèla a rendu visite le 1ᵉʳ janvier 2024 à Ouahigouya, les femmes déplacées internes, réfugiées et hôtes du Yatenga. Ces femmes productrices du compost bio et des légumes ont bénéficié d'une enveloppe financière de 5 millions FCFA de la part du Chef du Gouvernement.

« Nous sommes immensément contentes, car nous avons été honorées par la présence de SEM le Premier ministre et de des membres du gouvernement. Ils nous ont offert un grand cadeau salvateur. Nous allons multiplier cet argent à 100 millions FCFA dans les 10 ans à venir » a martelé la présidente de l'Association de Développement durable des Femmes déplacées internes, réfugiées et hôtes du Yatenga (ADFDD/B), Salamata GAnamé.

Visiblement contentes, les femmes de l'association ont traduit leurs remerciements au Premier ministre et sa délégation.

« Nous sommes très heureuses du fait que le Premier ministre et les membres du gouvernement nous ont rendu visite sur notre site de production et commercialisation du compost bio. Nous remercions Dieu et saluons le gouvernement de la Transition d'avoir pensé aux femmes vulnérables. Que Dieu leur bénisse et leur accorde 30 ans de pouvoir, car cela va nous permettre de réaliser tout ce que nous souhaitons », a déclaré la première responsable Salamata Ganamé.

Composée de 110 femmes dont 50 PDI, 30 refugiées et 30 hôtes, l'Association a pour objectif de promouvoir l'utilisation du compost pour pallier les problèmes de fertilité des sols et préserver l'environnement de façon durable. En plus de la production du compost, les femmes exploitent une superficie 0,5 hectare de production agricole.

Par ailleurs, elles lancent un appel auprès des bonnes volontés entre autres, pour l'augmentation des fosses fumières et acquérir un groupe électrogène ou une installation solaire et un moyen de transport afin d'accroître conséquemment le compost bio au profit des producteurs agricoles du Burkina Faso.

DCRP/Primature

Categories: Afrique

Soulèvement populaire du 3 Janvier 1966 en Haute-Volta : Un regard sur l'histoire et l'avenir du mouvement syndical au Burkina Faso au menu de la communication de 2024

Wed, 03/01/2024 - 12:32

En commémoration du soulèvement populaire du 3 janvier 1966, il est organisé ce mercredi 3 janvier 2023, à Ouagadougou, un panel explorant le rôle crucial du mouvement syndical dans l'ancrage de la démocratie au Burkina Faso.

Le thème central du présent panel, "Contribution du mouvement syndical à l'ancrage de la démocratie au Burkina Faso", invite à une réflexion approfondie sur le cheminement historique du pays et les défis contemporains. En tant que principaux orateurs du jour, Dominique Yaméogo et Norbert Ouangré apporteront leurs perspectives éclairées, sous la modération de Marcel Zanté.

Le panel a été subdivisé en deux sous-thèmes cruciaux, chacun apportant un éclairage spécifique sur le rôle du mouvement syndical dans la consolidation démocratique.

Dominique Yaméogo a pris la parole pour présenter le premier sous-thème « Les luttes syndicales pour l'ancrage de la démocratie : exemples et acquis ». Ce volet explorera les moments décisifs où le mouvement syndical a été à l'avant-garde des batailles pour les droits et la démocratie, soulignant les réalisations significatives.

Le second sous-thème intitulé « Les défis actuels des luttes syndicales dans un contexte de lutte contre les groupes armés terroristes », sera abordé par Norbert Ouangré.

Bien avant le début du panel, trois salles de la Bourse du travail de Ouagadougou ont été baptisées. Ces salles portent désormais les noms suivants : “Salle du 3 janvier 1966”, “ Salle du 16 septembre 2015” et “Salle des 17 et 18 décembre 1975”. Cette action vise à immortaliser les grands événements marquants du Burkina Faso, auxquels le mouvement syndical a contribué.

Lefaso.net

Categories: Afrique

Décès du Pr Lassana SANGARE : Faire-part de l'Ordre National des Pharmaciens du Burkina

Wed, 03/01/2024 - 07:30

Le Conseil National de l'Ordre des Pharmaciens du Burkina Faso, a le regret de vous annoncer le décès, le dimanche 24 décembre 2023, du Pr Lassana SANGARE, Professeur titulaire de bactériologie virologie de l'UFR/SDS à la retraite.

Programme des obsèques :

Mercredi 3 janvier 2024

16 h : levée du corps à la morgue du CHU Bogodogo pour le domicile du défunt au quartier Pissy de Ouagadougou ;

19 h : veillée de prières au domicile du défunt au quartier Pissy de Ouagadougou ;

Jeudi 4 janvier 2024

7 h30 : levée du corps au domicile du défunt pour l'Université Joseph Ki-Zerbo (UJKZ) ;

9 h : hommage du monde universitaire au défunt à l'Université Joseph Ki-Zerbo (UJKZ) ;

10h30 : prière à l'Eglise centrale des Assemblées de Dieu (ECADO) à Gounghin ;

13 h : inhumation au cimetière municipal de Gounghin.

Que par la miséricorde de Dieu l'âme du professeur défunt repose en paix.

Union de prières.

Categories: Afrique

Poursuites judiciaires contre la CEDEAO : Des organisations panafricaines appellent à une mobilisation

Tue, 02/01/2024 - 23:20

La Coalition des patriotes africains du Burkina Faso (COPA-BF) et des "organisations sœurs" ont animé une conférence de presse ce mardi 2 janvier 2024 à Ouagadougou pour informer l'opinion publique de l'action actuelle consistant à intenter une action civile contre l'autorité de la CEDEAO et sa commission.

« Les sanctions économiques et financières imposées par la CEDEAO sont des armes de massacre, nos populations meurent de faim et de désespoir ou de faillite. Ces sanctions sont plus difficiles pour les nouveaux gouvernements et les empêchent d'assurer une meilleure sécurité et un meilleur développement à leurs populations et de sauver des vies. L'autorité de la CEDEAO rend plus difficile la lutte contre le terrorisme et le grand banditisme », a déclaré Roland Bayala, le président de la COPA-BF.

La COPA-BF et ses organisations sœurs de la sous-région reprochent à la CEDEAO d'être en contradiction avec ses lois. « Si vous prenez le Traité révisé de la CEDEAO, les protocoles, les discussions de l'Union africaine sur les droits de l'homme et les lois internationales sur les droits de l'homme, aucune partie ne dit que s'il y a un gouvernement militaire dans un pays, les citoyens devraient se voir refuser l'accès à la nourriture, aux médicaments, aux voyages, à la sécurité, à la vie, au commerce et à l'argent de façon draconienne », a fustigé le responsable de la COPA-BF.
Pour les animateurs de cette conférence de presse, ces sanctions ne sont pas africaines, « elles sont contre le panafricanisme et l'unité africaine ».

Ainsi, ces organisations invitent les autres organisations de la société civile à se joindre à la lutte. « En tant que panafricanistes, nous sommes très fiers de ce noble combat et nous vous invitons tous à nous y rejoindre à quelque titre que ce soit. Nous devons revenir à l'époque où le cri d'un pays africain se partageait avec la douleur et les larmes d'un autre pays africain et attirer son aide », a insisté Roland Bayala.

Etait représentée à ce point de presse, l'organisation de Abraham Korbla Klutsey, directeur exécutif de Youth for Peace and Security-Africa, dont le siège est au Ghana et qui possède des succursales enregistrées en Éthiopie et au Nigeria. C'est une organisation de « consolidation de la paix et de défense des droits de l'homme ».
Le Burkina Faso n'est que la première étape pour cette conférence de presse. Le Niger et le Mali vont accueillir cette campagne médiatique.

Note: ">Lire aussi : Sanctions de la CEDEAO contre les coups d'Etat : Des organisations africaines déposent une plainte devant la cour de justice de l'organisation

Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

Categories: Afrique

Burkina : Le 1er vice-président du MPP, Clément Sawadogo, invite la Transition à renouer le dialogue avec la classe politique

Tue, 02/01/2024 - 23:00

Dans la déclaration ci-dessous en date du 1er janvier 2023, Clément Sawadogo, premier vice-président chargé de l'intérim du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), ex parti au pouvoir, présente ses vœux aux Burkinabè.

Il exhorte les autorités de la transition et l'ensemble des Burkinabè à faire en sorte que 2024 soit une année de cohésion sociale, de patriotisme, de résilience, de réconciliation des cœurs, d'unité et de concorde nationale.

Selon lui, pour y arriver, chaque Burkinabè doit s'engager à donner une place de choix à la justice, à l'inclusion, au respect de nos diversités dans tous les domaines et au respect des droits fondamentaux de ses concitoyens.

Le premier vice-président chargé de l'intérim du MPP invite le gouvernement de la transition à renouer avec la concertation et le dialogue avec la classe politique et l'ensemble des forces vives de la nation sans exclusive pour trouver un consensus national sur les préoccupations de la nation et renforcer la mobilisation sociale pour la lutte contre le terrorisme.

PEUPLE DU BURKINA FASO,
MILITANTES, MILITANTS ET SYMPATHISANTS DU MPP,

A l'aube de la nouvelle année 2024, le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP), présente ses vœux les meilleurs de santé, de longévité, de bonheur et de résilience à ses militants.es, sympatisants.es, au Peuple burkinabè et à ses amis de l'extérieur.

L'année 2023 qui s'achève fut une année éprouvante pour la nation toute entière et en particulier pour de nombreuses familles burkinabè du fait de la persistance des attaques terroristes contre les populations civiles, les Forces de défense et de sécurité (FDS) et les Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) engagés dans le combat pour l'éradication de l'hydre terroriste.

Nous prions pour le repos des âmes de tous nos disparus. Jamais leur sacrifice et l'exemplarité de leur mémoire ne seront oubliés. Plus que jamais, ils relèvent du patriotisme sacré de la nation pour nous inspirer dans l'accomplissement de nos devoirs.

Face à cette barbarie, nos braves combattants, toutes catégories confondues, restent déterminés et font preuve de bravoure pour la protection des populations et la restauration de l'intégrité de notre territoire.

Peuple du Burkina Faso,
Chers camarades,

La lutte contre le terrorisme nous engage tous. Et le MPP reste constant sur la question. Il tient à rappeler que la victoire dans cette lutte, bien qu'inéluctable, requiert toutefois la contribution de toute la nation dans ses différentes composantes. Ainsi, cette lutte nécessite de la part de chaque burkinabè individuellement pris, non seulement l'engagement, la combativité et le sacrifice, mais aussi les valeurs qui scellent l'unité nationale et le vivre-ensemble que sont entre autres le respect mutuel, la tolérance, le pardon, la solidarité. Nous devons mettre l'intérêt du Burkina Faso au-dessus de nos intérêts individuels.

C'est pourquoi, chers compatriotes, au regard des défis actuels et futurs de notre Peuple, le MPP exhorte les autorités de la Transition et l'ensemble des burkinabè à faire en sorte que 2024 soit une année de cohésion sociale, de patriotisme, de résilience, de réconciliation des cœurs, d'unité et de concorde nationale. Pour y arriver, chaque burkinabè doit s'engager à donner une place de choix à la Justice, à l'inclusion, au respect de nos diversités dans tous les domaines et au respect des droits fondamentaux de ses concitoyens.

De façon particulière, le MPP invite le Gouvernement de la Transition à renouer avec la concertation et le dialogue avec la classe politique et l'ensemble des forces vives de la nation sans exclusive pour trouver un consensus national sur les préoccupations de la nation et renforcer la mobilisation sociale pour la lutte contre le terrorisme.

Le MPP réitère son appel à ses militants, aux démocrates et patriotes et à l'ensemble des populations de notre pays à œuvrer ensemble à l'avènement d'un Burkina Faso de paix, de sécurité, de souveraineté et de démocratie.

Bonne et heureuse année 2024 à toutes et à tous !

Dieu bénisse le Burkina Faso !

Ouagadougou le 1er janvier 2024

Pour la Direction du Parti,
Le 1er Vice-président chargé de l'intérim
Clément P. SAWADOGO

Categories: Afrique

Préparation de l'année 2024 : « Pour réussir sa nouvelle année, il faut d'abord faire le bilan de l'année écoulée », coach Lucie Traoré

Tue, 02/01/2024 - 17:05

« Comment planifier son année et vivre son rêve en 2024 ? », c'est sous cette thématique que la coach Lucie Traoré s'est entretenue avec les participants, le 30 décembre 2023. C'est une conférence destinée aux jeunes pour les accompagner dans leurs réalisations.

Après une première conférence préparatoire en septembre 2023 sur comment libérer son potentiel pour réussir son année, coach Lucie Traoré avait promis faire une deuxième conférence pendant les congés de Noël. C'est dans cette dynamique qu'elle a voulu accompagner les jeunes à mieux entamer la nouvelle année. « J'ai pensé à les aider à planifier leur année, pour ne pas que les années passent et se ressemblent », explique-t-elle.

Dame Traoré affirme qu'avant d'entamer l'année à venir, il faut faire une rétrospective de l'année écoulée et tirer les enseignements nécessaires. « Pour planifier son année, il faut d'abord s'assurer de faire le bilan de nos réalisations, de ce que nous n'avons pas pu réaliser et savoir pourquoi nous n'avons pas pu les réaliser », a insisté la coach lors de sa communication.

Les participants de la conférence

En plus, elle conseille aux gens de prioriser les réalisations qui dépendent de nous. « Il y a ce qui dépend de nous et c'est à ce niveau qu'il faut mettre l'accent pour mieux réussir les prochaines fois », préconise-t-elle.

Il faut aussi identifier les domaines de vie dans lesquels ça va et où ça ne va pas. « Par exemple, sur le volet de la vie sociale, je dois savoir si j'ai été un artisan de paix ou pas et si je dois faire des efforts pour contribuer à cette paix sociale. Donc, ce bilan permet de se projeter », a-t-elle fait savoir.

En plein exercice de prise contact et mise en confiance avec les participants

C'est une rencontre destinée aux jeunes, particulièrement aux jeunes qui souhaitent ajouter de la valeur à leurs vies et impacter la société. Les participants ont été soumis à 19 points d'évaluation afin de se connaître davantage. Cet exercice leur a permis d'identifier les domaines de leurs personnalités sur lesquels ils doivent travailler. Lire la suite

Farida Thiombiano
Lefaso.net

Categories: Afrique

Burkina/Lutte contre le VIH/SIDA : L'implication des jeunes sollicitée à Bobo-Dioulasso

Tue, 02/01/2024 - 17:05

Au Burkina Faso, comme un peu partout dans le monde, le VIH/SIDA a marqué les esprits. Et selon des statistiques, il continue de marquer toujours les esprits. Il touche toutes les catégories et tous les genres de personnes. Selon les premiers responsables de la Ligue citoyenne, les jeunes sont plus exposés car ne disposant pas d'assez d'informations sur la maladie. C'est pourquoi, ils ont décidé ainsi de renforcer leurs connaissances sur les IST et VIH/SIDA à travers une séance de sensibilisation. La rencontre a eu lieu le 28 décembre 2023 à Bobo-Dioulasso.

Environ une vingtaine de jeunes ont pris part à cette séance de sensibilisation sur les IST et le VIH. Pour la Ligue citoyenne, les jeunes représentent la majorité de la population burkinabè. Considérés comme étant le fer de lance, ces jeunes ne disposent pas d'assez d'informations sur les IST et le VIH/ SIDA. Toute chose qui les expose plus à ces maladies. En effet, les sujets autour de la sexualité sont encore tabous dans certaines communautés au Burkina Faso alors qu'ils sont entourés de confusion et de désinformation. C'est pourquoi les jeunes constituent un des groupes les plus vulnérables au VIH.

Engagée dans la lutte contre les IST et le VIH/SIDA, la Ligue citoyenne a vite compris cette situation. C'est pourquoi elle a entrepris l'organisation de cette séance de sensibilisation au profit de 20 jeunes de la ville de Bobo-Dioulasso. Cette rencontre visait à promouvoir l'information sur la santé sexuelle et reproductive, nomment le VIH, auprès de ces jeunes. « Nous avons décidé de former 20 jeunes de la commune de Bobo-Dioulasso sur les IST, VIH/SIDA et les nouvelles stratégies de lutte contre le Sida, afin qu'ils soient des relais auprès de leurs pairs. Ils iront sur le terrain pour sensibiliser d'autres jeunes à travers des séances de causeries dans les quartiers », a expliqué le président de l'association, Serge Guel.

Cette rencontre a permis donc de sensibiliser, d'éduquer, ces jeunes sur le VIH/SIDA, « afin qu'ils puissent sensibiliser leurs camarades qui n'arrivent pas à pratiquer l'abstinence sexuelle ». Ces jeunes formés ont été dotés de lots de préservatifs qu'ils distribueront à leurs pairs sur le terrain, afin que ces derniers puissent « se protéger lors des rapports sexuels ». Cette séance a été une occasion pour les formateurs de prôner l'abstinence sexuelle auprès de la jeunesse. « La première des choses que nous conseillons, c'est l'abstinence. Pour ceux qui ne peuvent pas pratiquer l'abstinence, nous leur disons de se protéger toujours avec des préservatifs », a laissé entendre Serge Guel.

Cette opération vise à toucher environ 1200 jeunes « afin qu'ils aient les connaissances requises pour se protéger eux-mêmes du VIH ». Les participants à cette séance de sensibilisation auront également pour tâche d'inviter les citoyens à se faire dépister. L'activité est financée par le Secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre le Sida et les IST (SP/CNLS-IST).

Romuald Dofini
Lefaso.net

Categories: Afrique

75 ans de la Déclaration universelle des droits de l'homme : Une universalité et (donc) une africanité attestées

Tue, 02/01/2024 - 16:27

Le 10 décembre 2023, la Déclaration universelle des droits de l'homme (DUDH) soufflait sa 75e bougie. Si des voix s'élèvent régulièrement pour contester leur universalité (des droits de l'homme), le Dawelg Naaba Boalga, Issaka Sourwema, estime dans la tribune qui suit que leur africanité est avérée tant du point de vue de la charte africaine des droits de l'Homme et des peuples que sur le plan de plusieurs valeurs qui cimentent le vivre-ensemble de nos sociétés.

Le 10 décembre 2023 correspondait au jubilé de diamant de la Déclaration universelle des droits de l'Homme (DUDH), c'est-à-dire le 75e anniversaire de l'adoption de ladite déclaration. Ces soixante-quinze (75) ans ont été commémorés sous le thème « Dignité, liberté et justice pour tous ». L'évènement a donc eu lieu il y a moins de trois 03) semaines et est par conséquent récent sans oublier son importance sur laquelle tout le monde s'accorde, au moins officiellement.

Au Burkina Faso, la Commission nationale des droits humains (CNDH) a marqué cela d'une pierre blanche à travers un panel relevé organisé le 29 décembre 2023 à Ouagadougou grâce aux sollicitudes des institutions et des ministères concernés par la thématique qui étaient, du reste, fortement représentés. Les partenaires multilatéraux (dont le Haut-commissariat des Nations-Unies aux droits de l'Homme) et bilatéraux ont également apporté leur quote-part dans la réussite de l'activité.

La DUDH et les deux (02) pactes

S'agissant à proprement parler de la DUDH, elle est adossée aux deux valeurs cardinales que sont la dignité humaine et l'égalité des humains et est matérialisée par le pacte international sur les droits civils et politiques (PIDCP) et le pacte international sur les droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) dont le 57e anniversaire a eu lieu le 16 décembre 2023. Quand bien même il y a des pays qui n'ont pas ratifié ces pactes, ou qui n'ont ratifié que l'un d'entre eux (dont notamment l'Arabie Saoudite la Birmanie la Chine, Cuba, les Émirats Arabes Unis, les États-Unis, Kiribati, la Malaisie, le Mozambique, le Qatar, le Saint-Siège et Singapour), ces textes forment, avec la DUDH, la Charte internationale des droits de l'Homme. Par ailleurs, il est vrai qu'une charte se définissant comme une entente sur des valeurs communes et partagées entre plusieurs parties tandis qu'un pacte est synonyme de convention, de traité et même de simple accord, ni l'une ni l'autre n'implique des contraintes ou des obligations d'ordre juridique de la part des entités-parties.

En rappel, le pacte international des droits civils et politiques détermine les droits ordinaires tels que le droit à la vie, l'égalité devant la loi, la liberté d'expression, les droits au travail, à la sécurité sociale et à l'éducation alors que le pacte international sur les droits économiques, sociaux et culturels inclut le droit au travail, le droit à la santé, le droit à l'éducation et le droit à un niveau de vie suffisant. Même si cela n'a été qu'une commémoration c'est-à-dire le fait se souvenir simplement de l'événement (alors que la célébration aurait renvoyé à la fête organisée à cet effet), il reste que le jubilé de diamant d'une telle charte qui est le fruit de la capitalisation, par les Etats, des heurs et surtout des malheurs de l'humanité pour construire un monde meilleur est d'une importance à nulle autre pareille.

Des critiques claires dans un monde dont il est compréhensible de désespérer mais…

Malheureusement, dans un monde en proie à de multiples crises, conflits et guerres civils inter-Etats, régionaux (aux causes religieuses ou considérées comme telles), intercommunautaires, idéologiques, impérialistes ou économiques, la DUDH (document servant seulement de feuille de route) et les deux pactes ne sont pas des instruments juridiques contraignants mais des textes qui n'ont qu'une valeur déclarative. Or, les contextes actuels d'instabilité sont, entre autres, les causes des difficultés voire de l'impossibilité liées à l'exercice plein et entier des libertés individuelles et collectives et de l'égalité entre des humains. Subséquemment, la charte est vite assimilée par certains Etats, certaines ONG de défense des droits humains et certaines personnalités de notoriété intellectuelle, comme un catalogue de vœux pieux. Elle semble, selon certains critiques, s'intéresser peu aux obligations (au moins morales) des Etats de respecter les droits humains. Cela a fait dire à Mme Jeane Kirkpatrick, représentante permanente des États-Unis auprès des Nations unies de 1981 à 1985 que la DUDH est comparable à une lettre adressée au père Noël.

D'un autre côté, la critique de certaines autorités ou citoyens de certains pays africains, asiatiques et latino-américains porte sur l'universalité de ces droits de l'Homme. Ainsi, ils dénoncent régulièrement une mise en œuvre et des préoccupations à géométrie variable pour les droits de l'Homme. Autrement dit, « Dis-moi de quel pays tu es, la place de ton pays dans l'économie mondiale ou sur l'échiquier diplomatique international ou de quel type de conflit il s'agit et je te dirai comme j'apprécie ta gestion des droits humains ».

… qui n'entachent en rien l'impérativité du respect des droits humains

Certes, ces critiques ne peuvent pas et ne doivent pas laisser insensibles les défenseurs et les diplomates des droits de l'Homme ; toutefois, il sied de relever que malgré le caractère non contraignant (au sens juridique) de leur application par les Etats parties, il n'en demeure pas moins que les évaluations régulières du respect des droits humains faites par les organismes spécialisés de l'ONU, les institutions nationales de promotion, de protection et de défense des droits humains et les ONG de défense des droits humains nationales et internationales, ne laissent pas les gouvernements indifférents ; eux qui sont généralement soucieux de la qualité de leur image au plan international. De plus, il convient de faire remarquer que pour les pays les moins nantis de la planète, des bons points en la matière peuvent constituer un sérieux atout pour la construction de partenariats stratégiques avantageux pour leurs populations avec les grandes puissances.

S'agissant de l'application à géométrie variable des droits humains, il ressort, à l'analyse, que ce n'est pas le principe de l'universalité des droits de l'Homme qui est sujet à caution mais que c'est plutôt l'application différenciée réelle ou supposée de ceux-ci. D'ailleurs, concernant nombre de pays subsahariens qui comptent plusieurs groupes socio-ethniques, l'appropriation des principes d'universalité des droits humains et l'exercice plein et entier de ceux-ci contribuent à édifier des collectivités politiques plus cohésives étant donné qu'aucune des composantes communautaires n'imposera ses traditions et coutumes aux autres. Par voie de conséquence, il est politiquement maladroit de contester la pertinence et l'universalité des droits humains.

L'africanité indiscutable des droits humains

Cela étant, il est impératif d'aborder également la lecture faite des droits humains par certains courants de pensées en vogue en ces temps difficiles pour nos peuples et nos Etats. Ces courants contestent l'africanité des droits en les assimilant à des éléments de « l'appareil idéologique des puissances mondiales en vue de continuer à asservir nos peuples ». Pour séduisant que puisse être cet argument qui rappelle les moments de gloire du mouvement étudiant subsaharien et des régimes révolutionnaires, il faut souligner deux (02) choses :

La charte africaine des droits de l'homme et des peuples adoptée le 27 juin 1981 à Nairobi (Kenya) à l'occasion de la 18e conférence de l'Organisation de l'unité africaine (OUA) a utilisé comme boussole la charte de cette dernière, la charte des Nations unies ainsi que la DUDH. Elle a, en outre, tenu « compte des vertus de leurs traditions historiques et des valeurs de civilisation africaine qui doivent inspirer et caractériser leurs réflexions sur la conception des droits de l'Homme et des peuples » selon son préambule. Concrètement, elle traite à égalité les droits de l'Homme et le droit des peuples africains à disposer d'eux-mêmes face au monde extérieur ; elle en fait de même avec les devoirs de l'individu envers la famille et l'État.

Dans les cultures subsahariennes, il y a des proverbes qui enseignent les droits humains tels qu'ils sont contenus dans les dispositions de la DUDH. C'est ainsi qu'au Burkina Faso, on peut en citer quelques exemples (avec l'article correspondant entre parenthèses) :

« Les êtres humains sont comme des âmes. Ils sont donc tous de même valeur c'est-à-dire égaux » (Le droit d'être libre et égal) ;

« On ne construit pas une bergerie pour le seul bélier squelettique. Là où il y a les gros moutons, c'est là qu'on doit garder également le bélier squelettique. » (Le droit de ne pas être discriminé) ;

« Aucune vie n'est supérieure à une autre » (Le droit à la vie) ;

« Devant les différents autels [à ne pas confondre avec les fétiches qui sont le fait des marchands d'illusions], le chef coutumier ou traditionnel, le non-chef, le riche et le pauvre sont tous logés à la même enseigne comme devant la mort » (Le droit d'être égal devant la loi) ;

« Donne raison à celui qui a raison et continue à aimer celui que tu aimes ». (Le droit à un traitement équitable devant les tribunaux) ;

« Toute vie mérite protection ». C'est pourquoi les résidences des chefs coutumiers et traditionnels jouissent d'une immunité reconnue et observée par les populations. (Le droit de chercher asile et de bénéficier de l'asile et de trouver asile en d'autres pays).

Il en résulte que la nécessité et la réalité de l'universalité des droits humains sont des valeurs ajoutées pour notre humanité africaine d'une part et que d'autre part leur africanité est avérée tant du point de vue de la charte africaine des droits de l'Homme et des peuples que sur le plan de plusieurs valeurs qui cimentent le vivre-ensemble de nos sociétés.

Dawelg Naaba Boalga
Issaka SOURWEMA

Categories: Afrique

Tidjane Thiam en successeur de Henri Konan Bédié. Jusqu'où ?

Tue, 02/01/2024 - 16:00

Il prend la suite de Félix Houphouët-Boigny et de Henri Konan Bédié à la présidence du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI). Compte tenu de son parcours professionnel dépourvu de tout engagement politique significatif, ce n'est sans doute pas pour gérer un parti. Fut-il le principal parti d'opposition ivoirien. L'année prochaine, 2025, sera une année « présidentielle ». L'acccession de Thiam à la tête du PDCI n'est donc pas sans rappeler celle de Alassane D. Ouattara, en 1999, à la direction du RDR. Même concordance des temps (2000 était également une année présidentielle).

Même tentation du pouvoir après de longues tergiversations. Même vision technocratique (« L'obsession, ce doit être la croissance économique » !) loin de la Côte d'Ivoire et même de l'Afrique. Même absence d'expérience politique (ADO, étant Premier ministre, laissait cette tâche à Félix Houphouët-Boigny qui avait le savoir-faire que lui n'avait pas). Même ancrage international au sein d'institutions financières. Même appartenance à une cellule familiale forte dont les racines sont ailleurs. Portrait d'un capitaliste mondialisé et décomplexé reconverti en chef de parti. En attendant mieux.

Il a une phrase toute prête pour cette occasion : « La situation de chacun d'entre nous est toujours la résultante d'une volonté et de circonstances. Parfois, la volonté l'emporte sur les circonstances et parfois c'est le contraire ». En 2022, il l'avait dit clairement alors qu'il était interrogé sur une possible ambition politique : « Non, je préfère vraiment m'en tenir, pour l'instant, à ce que je connais ». Si la question se posait c'est que Tidjane Thiam ne manquait jamais, depuis la présidentielle de 2020, qui avait vu la réélection de Alassane D. Ouattara à un troisième mandat, de laisser penser qu'il pourrait « y aller ». En 2021, dégagé malgré lui de ses activités professionnelles, il laissait dire et écrire qu'il pourrait se reconvertir en homme politique ; en Côte d'Ivoire et, pourquoi pas, en France (il y a du Ouattara chez Emmanuel Macron et, du même coup, une réelle compatibilité avec Thiam). En ce qui concernait la Côte d'Ivoire, il prenait d'ailleurs date pour l'avenir : « Reposez-moi la question en 2025 » disait-il alors.

La résultante entre la volonté et les circonstances étant manifestement favorable, Thiam a donc franchi le pas le vendredi 22 décembre 2023 à l'occasion du congrès du PDCI à Yamoussoukro. Ce qui n'a surpris personne. Il a été plébiscité président du parti historique ivoirien avec 96,5 % des voix contre 3,2 % pour son concurrent, Jean-Marc Yacé.

Thiam étant l'homme qu'il est (il ne cesse de proclamer qu'il faut « faire passer le long terme avant le court terme »), personne ne peut penser qu'il ambitionne de se consacrer, à 61 ans, à la gestion d'un PDCI qui n'a guère été sa préoccupation jusqu'à présent. Plus encore à moins de deux ans de la prochaine présidentielle (même s'il a pris soin, au cours des années passées, de cocher toutes les cases pour pouvoir être candidat à la présidence du PDCI). Il succède à Félix Houphouët-Boigny et à Henri Konan Bédié qui ont, tous deux, présidé la République de Côte d'Ivoire. C'est, nécessairement, l'ambition de Thiam (et, sans doute, celle des cadres et militants du PDCI). Dont le modèle ne peut pas ne pas être Ouattara. Lui succéder serait bien plus une continuité qu'une rupture ; une façon de réconcilier le présent et le passé et de rassembler les « houphoueïtistes » d'après 2010 avec ceux d'avant 2000. En quelque sorte un retour au parti unique d'antan afin d'avoir les mains libres pour faire de la gestion économique, rien que de la gestion économique… ! C'est ce que laisse penser le parcours atypique de Thiam.

Tidjane Thiam, fils de Amadou Thiam

Tidjane Thiam est né le 29 juillet 1962 à Abidjan.
On ne peut pas ne pas évoquer le parcours de son père, Amadou Thiam, décédé le 6 janvier 2009 à Rabat, au Maroc, où il s'était installé depuis près d'une décennie (et où il a été enterré).
Amadou Thiam était né le 5 août 1923 à... Dagana, sur les rives du fleuve Sénégal, en pays toucouleur comme on disait alors. Breveté du Studio-Ecole de la France d'outre-mer, diplômé de l'Institut international de l'enseignement supérieur du journalisme de Strasbourg, il a été un des premiers journalistes africains. S'étant installé en Côte d'Ivoire dès 1945, il travaillera, avant l'indépendance, à Radio Abidjan, sera directeur adjoint (1958) puis directeur de Radio Côte d'Ivoire (1959). Ce sera aussi un syndicaliste (il a été secrétaire général du Syndicat des agents de la radiodiffusion et sera le premier président de l'Association des journalistes de Côte d'Ivoire) et un militant politique (il appartiendra au comité exécutif de la JRDACI, le mouvement de jeunesse de la section RDA de Côte d'Ivoire). Au lendemain de l'indépendance de la Côte d'Ivoire, il fera une belle carrière au sein du PDCI (membre du Comité directeur à compter de 1975 et du Bureau politique à compter de 1985), des instances dirigeantes de la ville d'Abidjan, du gouvernement et de la diplomatie.
Au lendemain de la naissance de Tidjane Thiam, le 15 février 1963, Félix Houphouët-Boigny érigera l'information en ministère à part entière ; il en confiera la responsabilité à Amadou Thiam.
Pour peu de temps. Le 10 septembre 1963, Houphouët-Boigny, qui cumulait les fonctions de président de la République, de ministre de la Défense, de ministre de l'Intérieur et de ministre de l'Agricuture, supprimera le ministère de l'Information (le gouvernement ne comptera plus alors que dix membres !). 1963, c'est l'année des « complots » dénoncés par le chef de l'État qui exigera la création d'une Cour de sûreté de l'État et le vote d'une loi d'exception. Nombre de personnalités ivoiriennes se retrouveront embastillés. Dont Amadou Thiam.

Libéré, après une période de « flottement » Amadou Thiam sera nommé ambassadeur au Maroc. Pour de longues années : 1966-1977. Loin du pouvoir. Le mercredi 16 février 1978, il sera rappelé au gouvernement, toujours comme ministre de l'Information, et prendra, du même coup, la direction du groupe Fraternité-Matin qui avait alors le monopole des activités de presse en Côte d'Ivoire. Le 10 juillet 1986, il sera nommé ministre d'État. Ils ont été seize, pas un de plus, a se glorifier d'avoir été un des ministres d'État du « Vieux ». Amadou Thiam quittera le gouvernement le 30 septembre 1988, échappant du même coup au grand nettoyage des ministres d'État opéré lorsque Alassane D. Ouattara formera, le 30 novembre 1990, son premier gouvernement en tant que Premier ministre. Amadou Thiam va obtenir de retrouver le Maroc (il sera l'époux, en troisièmes noces, de la marocaine Zahra Fatihi, de vingt et un ans sa cadette) avec à la clé celle de l'ambassade de Côte d'Ivoire qu'il conservera de 1988 à 1996.

Quand le « Vieux » va mourir, le 7 décembre 1993, Amadou Thiam a 70 ans. La mort de Houphouët-Boigny le concernera au premier chef dès lors qu'il s'agira d'évoquer la dévolution du titre de chef Akoué. Le « Vieux » avait trois sœurs : Mamie Faitai, Mamie Adjoua et Mamie Kimou N'Dri, et une demi-sœur : Mamie Diéneba. Les Akoué sont, traditionnellement, régis par un système matrilinéaire ; qui n'affirme pas la primauté des femmes mais confirme simplement que si la mère est toujours certaine ce n'est pas le cas du père. Une seule des sœurs du « Vieux » a eu des enfants. Il s'agit de Mamie Kimou N'Dri ; elle a eu deux filles : Marietou et Berthe. Marietou Sow sera la première épouse de Amadou Thiam et la mère de ses enfants encore vivants : Daouda Thiam (Dakar – 22 juin 1948 ; Marietou avait alors dix-sept ans) ; Augustin Houphouët Abdoulaye Thiam (Yamoussoukro – 14 août 1952) ; Abdel Aziz Thiam (Treichville – 19 juin 1954), N'Dèye Anna Thiam (Abidjan – 13 janvier 1956), Yamousso Thiam (Abidjan - 23 juillet 1959) ; Cheick Tidjane Thiam (Abidjan – 29 juillet 1962). Tous de nationalité ivoirienne.

Amadou Thiam était également le père d'une enfant naturelle, Anna Rose Alice Thiam (Marseille – 4 janvier 1961), qui va défrayer la chronique des « affaires africaines » de la France (Elf et autres) à la fin des années 1990, et de deux enfants issus de son union avec Simone Petit, sa deuxième épouse : Jocelyn Fatou Thiam (Abidjan – 2 octobre 1962) et Sylvianne Aïssatou Thiam (Dakar – 9 mai 1966), tous deux de nationalité française.

Cet état des lieux de la famille Thiam stricto sensu est celui établi en date du 15 décembre 2014 par Me Olivier Angoua, notaire à Abidjan à la suite du décès de Amadou Thiam. C'est pourquoi n'est pas évoqué Papa Ababakar Thiam, deuxième enfant (et donc deuxième fils) de Amadou Thiam, mort prématurément en 1995. Epoux de Eléonore Emma Yacé, fille de Philippe Yacé, personnalité ivoirienne majeure considérée un temps comme le « successeur » de Houphouët-Boigny, Ababakar Thiam était le père de deux enfants, Ismaël Malick Boigny Thiam et Yasmine Yahablé Thiam ; il était docteur en histoire.

Tidjane Thiam évoque rarement sa famille. Il aime souligner, cependant, qu'il est « né à Abidjan » et qu'il n'est « pas un émigré qui serait né à Paris ». Il ajoute qu'il a passé son bac « au Lycée classique d'Abidjan » et que sa mère « était analphabète et n'est jamais allée à l'école » ; qu'il aurait « pu être analphabète » mais qu'on « l'a mis à l'école » et qu'il a pu, « grâce à des circonstances et de Dieu, gérer deux des plus grosses entreprises mondiales ». Tout cela pour dire qu'il n'a « pas pour ambition d'être le Noir exceptionnel de service ».

Exceptionnel, pourtant, il l'est. Il le serait tout autant s'il avait été blanc et Français d'origine. Bachot, premier prix du Concours général de mathématiques, math sup, math spé, Polytechnique, les Mines ce n'est pas le parcours de tous les enfants de France… ! Mais, en ce qui le concerne, ce parcours doit, au-delà de ses mérites personnels, beaucoup à son entourage familial, même si sa mère était analphabète (en un temps – elle était née en 1931 – où les filles africaines bien nées n'étaient pas scolarisées, surtout pas à « l'école des Blancs ») mais ne le restera pas. Il convient de rappeler qu'un des frères aînés de Tidjane Thiam, Abdel Aziz Thiam, est un ancien « piston » ; il a été élève de l'Ecole centrale des arts et manufactures, une des plus anciennes et des plus prestigieuses écoles d'ingénieurs en France. On ne peut donc que s'étonner que Tidjane Thiam la joue parfois « popu ».

X-Mines + Insead

Dernier de la fratrie Thiam, Tidjane Thiam va se trouver rapidement en compétition avec ses grands frères : ils ont huit, dix, douze, quatorze ans de plus que lui ; ils sont des ados quand il est encore un enfant, des adultes quand il sera un ado. Il sera élevé à Rabat pendant une dizaine d'années quand son père y sera ambassadeur. Il reviendra en Côte d'Ivoire à 16 ans et rejoindra le Lycée classique d'Abidjan. C'est là qu'il décrochera son bachot en 1980 après avoir obtenu le premier prix au Concours général de mathématiques. Il rate de peu la mention « très bien » (qui, à l'époque, était véritablement synonyme d'excellence) mais parvient à intégrer le Lycée Sainte-Geneviève à Versailles. Les prépas de la prestigieuse « Ginette » ont accueilli, et accueillent encore, l'élite intellectuelle et sociale française. Ginette est un établissement catholique fondé par la Compagnie de Jésus, autrement dit les Jésuites. Pas de problème pour les Thiam, musulmans pratiquants : les convictions religieuses ne doivent pas l'emporter sur la qualité de la formation.

Tidjane Thiam va ainsi entrer à l'X, la prestigieuse Ecole polytechnique française. Deux ans plus tard, le 14 juillet 1983, il défile en grand uniforme (le « GU ») sur les Champs-Elysées où son 1,93 mètre le font repérer. Il a été le premier Ivoirien a être ainsi admis à l'X. Il va alors intégrer l'Ecole nationale des mines dont il sera major de promotion. Stage chez L'Air liquide. Puis plus rien. Le X-Mines n'est sollicité par aucune entreprise industrielle française. Il reste sur la touche quand ses copains ont des choix multiples. Gilbert Frade, le directeur des études, qui connaît bien la Côte d'Ivoire pour y avoir travaillé à améliorer la formation de l'Inset et de l'ENSTP, lui conseille d'aller voir du côté des anglo-saxons et les sociétés de conseil qui sont alors en plein essor en Europe. Tidjane Thiam prend contact avec le cabinet McKinsey, le plus puissant cabinet de conseil au monde (et du même coup le plus impliqué dans des « affaires »), qui, aussitôt, lui fait une offre. Le conseil plutôt que l'industrie, Thiam en profite pour parfaire sa formation au sein de l'Institut européen d'administration des affaires, l'Insead de Fontainebleau, pionnier de la formation aux MBA en France. Il obtient son diplôme en 1988. Il a 26 ans. Il ne le sait pas encore mais il va, dans les décennies suivantes, être une des figures de proue de « Ginette », de X et de l'Insead. Une référence aux côtés des plus prestigieuses personnalités françaises.

L'année suivante, en 1989, il va rejoindre New York. Il est admis pour un an au Young Professional Program de la Banque mondiale. Il y travaille au sein du département Afrique du Sud-Est et océan Indien, collaborant à la réforme des finances locales à Madagascar, ainsi qu'à la mise en place du plan routier au Kenya. En 1991, il regagne McKinsey et intervient comme conseil auprès des directions générales des grands groupes mondiaux. Le 6 juillet 1991, à Philadelphie, il épouse Annette April Anthony, une Afro-Américaine qui s'est convertie à l'islam. Le couple s'installera à Paris (il s'est séparé en 2015). Diplômée de Georgetown University et de la Columbia Law School, Annette April s'illustrera, par la suite, dans le capital-risque. Elle est l'auteur, également, d'un livre de recettes de cuisine qui se veut un hommage aux différentes cultures qu'elle a eu à connaître.

Bédié président

Thiam a à peine plus de trente ans quand, le 7 décembre 1993, le président Félix Houphouët-Boigny meurt. Un événement qui va changer le cours de sa carrière.

A suivre

Jean-Pierre Béjot
La ferme de Malassis (France)
2 janvier 2024

Categories: Afrique

Burkina : Le gouvernement de transition dénonce une "lecture biaisée" de l'évolution de la situation sécuritaire par la CEDEAO

Tue, 02/01/2024 - 15:29

Dans le communiqué ci-dessous, le gouvernement burkinabè réagit à un communiqué de la Commission de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) en date du 30 décembre 2023, dans lequel l'instance sous-régionale fait part de "sa préoccupation" face à ce qu'elle qualifie de "détérioration de la situation sécuritaire dans le pays".

Le Gouvernement du Burkina Faso a pris connaissance d'un communiqué de la Commission de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) en date du 30 décembre 2023, dans lequel la Commission « réitère sa préoccupation » face à ce qu'elle qualifie de « détérioration de la situation sécuritaire dans le pays ».

Le Gouvernement de Transition marque son étonnement et son incompréhension face à une lecture aussi biaisée de l'évolution de la situation sécuritaire et du combat héroïque de notre peuple pour son indépendance et sa souveraineté.

Pendant que les forces combattantes burkinabè engrangent des victoires incontestables dans les opérations de reconquête du territoire national, tandis que les Forces de défense et de sécurité ainsi que les Volontaires pour la défense de la Patrie traquent sans relâche les hordes de terroristes aux abois, l'organisation communautaire porte apparemment des œillères qui masquent sa vue sur cette réalité des faits.

Dans le même communiqué, la Commission prête aux autorités de la Transition des dérives liberticides et évoque « l'interpellation et la détention de personnalités politiques et de la société civile par les autorités de la transition » de même qu'« une procédure illégale et arbitraire de réquisition destinée à réprimer toute liberté d'expression dans le pays ».

Note: ">Lire aussi : Réquisition d'acteurs politiques : La CEDEAO réclame leur libération immédiate-

Le Gouvernement déplore une telle appréciation infondée, inconséquente et incongrue, et rappelle à la Commission de la CEDEAO que c'est en toute responsabilité que le Burkina Faso, dans le cadre de sa stratégie de lutte contre le terrorisme, s'est doté d'un dispositif juridique relatif à « la mobilisation générale » et à « la mise en garde » pour faciliter la sécurisation du territoire. Le Gouvernement tient à affirmer que c'est en respect de la procédure prescrite par les dispositions légales et règlementaires que les réquisitions de citoyens burkinabè se sont faites jusqu'à ce jour.

Le Gouvernement se désole du silence de l'organisation communautaire sur les enjeux majeurs de la lutte contre le terrorisme dans notre espace. C'est le cas notamment des paiements de rançons qui concourent au financement du terrorisme. De même, l'organisation est étrangement aphone en dépit des massacres et des assassinats perpétrés contre des citoyens de la CEDEAO par des barbares assoiffés de sang. Elle observe la même attitude complaisante à l'égard des pays qui protègent, ravitaillent et facilitent les mouvements des terroristes. Au lieu de s'intéresser à ces questions qui vaillent, la CEDEAO préfère s'investir dans « la recherche de solutions » aux problèmes accessoires ou inexistants.

Le Gouvernement de Transition n'entend pas se laisser divertir par des communications du genre de celle portée par la Commission de la CEDEAO qui procèdent d'un imaginaire débordant et totalement tronqué sur la situation réelle de la lutte de notre peuple et rappelle la Commission à l'exigence de discernement dans la conduite de sa mission.

Le Gouvernement saisit par ailleurs cette occasion, pour exprimer ses doutes persistants sur cette volonté toujours réaffirmée de la disponibilité constante de la Commission de la CEDEAO « à accompagner les autorités burkinabè dans leurs efforts pour ramener la paix et la sécurité ».

Le Gouvernement du Burkina Faso en appelle donc au respect des choix opérés par les autorités et le peuple burkinabè, et fondés sur la solide volonté d'apporter des solutions endogènes pour la restauration de l'intégrité territoriale.

A ce tournant crucial de l'histoire du Burkina Faso, le Gouvernement précise que ses priorités restent focalisées sur les énormes enjeux sécuritaires et humanitaires, et serait reconnaissant à la Commission de la CEDEAO de s'inscrire dans cette logique, pour peu qu'elle soit animée d'une réelle volonté d'accompagner ses efforts.

Service d"information du gouvernement

Categories: Afrique

Séisme au Japon : 48 personnes ont perdu la vie, selon un nouveau bilan provisoire des autorités locales

Tue, 02/01/2024 - 14:40

Les séismes qui ont frappé lundi 1er janvier 2024 le centre du Japon ont fait 48 morts et des dizaines de blessés dans plusieurs départements à savoir Ishikawa, Niigata ou encore Fukui et Gifu, selon un nouveau bilan provisoire des autorités locales communiqué mardi 2 janvier. Un précédent bilan provisoire faisait état de trente morts.

Survenu lundi à 16h10, heure locale (7h10 UTC), ce séisme, le plus puissant parmi plus de 150 secousses importantes ressenties jusqu'à mardi matin, a été enregistré à une magnitude de 7,5 selon l'Institut de géophysique des Etats-Unis et de 7,6 selon l'Agence météorologique japonaise (JMA).

Le séisme et ses multiples répliques ont fait de « nombreuses victimes » et d'importants dégâts matériels, a déclaré mardi le Premier ministre japonais, Fumio Kishida. « Nous devons mener une course contre la montre » pour sauver des vies, a-t-il ajouté.

Lefaso.net
Source : LeMonde

Categories: Afrique

Région du Centre-Est : La Sonabel offre des vivres et des couvertures aux déplacés internes

Tue, 02/01/2024 - 13:15

La Société nationale d'électricité du Burkina Faso (Sonabel) a procédé à une remise de dons aux Personnes déplacées internes (PDI) de la région du Centre-Est, le samedi 30 décembre 2023 à Tenkodogo. Composé de vivres, de couvertures et de savon, le don a été reçu par le gouverneur de la région.

Ce geste s'inscrit dans le cadre de la réponse à l'appel du chef de l'État burkinabè face à la crise sécuritaire et humanitaire du pays. Estimé à 10 millions de F CFA, ce don est composé de 10 tonnes de riz, 400 bidons d'huile de 5 litres, 400 couvertures, 300 nattes et 100 cartons de savon. L'objectif est de renforcer la capacité vitale des PDI de la région, en cette période de fraîcheur.

« Nous avons estimé qu'il était nécessaire que la Sonabel puisse apporter sa contribution pour soulager les personnes en difficulté dans ce contexte de crise sécuritaire qui vivent nos frères et sœurs », a expliqué le directeur général de la Sonabel, Souleymane Ouédraogo. Il a rendu un vibrant hommage aux Forces de défense et de sécurité (FDS) qui se battent corps et âme pour la sécurité du pays et à ceux qui sont tombés sur le champ de bataille.

En recevant ce don, le gouverneur de la région du Centre-Est, Aboudou Karim Lamizana, s'est réjoui de ce geste humanitaire de la part de cette société d'État. Il a rassuré le donateur que ce don parviendra aux bénéficiaires dans un bref délai. « Ces vivres seront répartis dans les trois provinces de la région en fonction du besoin », a-t-il précisé.

Le directeur général de la Sonabel a fait savoir que sa société entend élargir son aide aux autres régions du pays, en fonction de ses moyens.

En rappel, le nombre des personnes déplacées internes dans la région du Centre-Est est estimé à plus de 66 000, majoritairement des femmes et des enfants.

B.D.
Lefas

Categories: Afrique

Pages