You are here

Bruxelles2 Blog

Subscribe to Bruxelles2 Blog feed Bruxelles2 Blog
Défense - Diplomatie - Sécurité - Crises - Pouvoirs
Updated: 8 hours 12 min ago

Les structures militaires de l’Alliance (fiche)

Sun, 03/07/2016 - 19:33
(B2) L'OTAN est une organisation politique mais aussi militaire. C'est ce qui constitue sa force. C'est au sein de ses structures, assez complexes, que sont élaborés la doctrine, les concepts, les plans de défense, et que sont préparées et conduites les exercices ou opérations de l'Alliance. De la conception à l'exécution Au sommet, on trouve […]

Le Commandant en chef de l’OTAN (SACEUR)

Sun, 03/07/2016 - 12:55
(B2) Le commandant suprême des forces alliées en Europe de l'OTAN (Supreme Allied Commander Europe), de par son importance dans la structure de l'Alliance, est à la fois une personne et une entité. Toujours assurée un Américain, le SACEUR garde une double casquette, otanienne et nationale. Il commande, en effet, les forces des Etats-Unis en […]

Miro & CoBrA à Bratislava

Sun, 03/07/2016 - 08:00

Le bâtiment du Danubiana planté sur une presqu’île au milieu du Danube (© NGV / B2)

(BRUXELLES2 à Bratislava) De passage à Bratislava lors des prochains mois, ne ratez pas l’exposition European Stars- Miró& CoBrA qui vient d’ouvrir (et se déroule jusqu’au 13 novembre). Elle est située un peu en dehors de la ville, au musée Danubiana. Prévoir donc un peu de temps pour y aller *

En ces temps turbulents pour l’Europe, certaines oeuvres exposées prennent une résonance particulière tel ce Banquet des Idoles de Rancinan – revisitant tous ceux qui ont fait la scène médiatique de Jésus à Madonna ou de Mère Théresa à Einstein – ou une « fin du commencement » de Martin Varholik ou un Red Wedge de Jankovic. Quant à la devise de Cobra définie par Constant « we work for tomorrow’s world », elle a une tonalité très actuelle.

Le bâtiment original en forme de bateau est situé au bord du Danube, et plusieurs oeuvres s’insèrent parfaitement dans le paysage, au point qu’on les prendrait pour des peintures ou portraits réalistes. Certaines oeuvres sont placées dans le jardin, d’autres se nichent dans certaines coins, y compris sur le toit du bâtiment.

Outre les oeuvres de Miró (peintures, peintures, sculptures, dessins, gravures, tapisseries…) et celles du groupe CoBrA (Alechinsky, Appel, Constant, Corneille, Niewenhuys, Henning Pedersen, etc.) l’intérêt de la visite est de découvrir les artistes slovaques (Rudolf Fila, Jozef Jankovic, Ivan Pavle…), tchèques, hongrois (Ilona Keserü), macédonien (Kiro Urdin)… qui valent aussi le coup d’oeil attentif. Au total, une centaine d’oeuvres sont ainsi exposées provenant d’un prêt de la famille Joan Miró, de la collection Meulensteen, du Musée de Amstelveen (Pays-Bas).

(Nicolas Gros-Verheyde)

Pour s’y rendre :

  • Par le Bus 90 (qui se prend derrière le SND, le nouveau bâtiment du Théâtre national)
  • ou par bateau, cela prend environ 1h30. Un seul départ par jour à 13h30 retour à 18h (cela laisse deux bonnes heures pour visiter). Le prix du billet (12 euros) couvre le voyage.
  • Par le taxi ou autres moyens

Un centre sportif et aquatique avec rafting et autres activités se situe à proximité si vous voulez compléter la découverte artistique par un peu de détente physique.

A l’agenda du Sommet de l’OTAN de Varsovie les 8 et 9 juillet 2016

Sun, 03/07/2016 - 00:01
(B2) Les chefs d'Etat et de gouvernement sont réunis les 8 et 9 juillet 2016 à Varsovie pour un nouveau sommet à la symbolique forte. Plusieurs décisions sont attendues qui ont déjà été préparées dans les différentes ministérielles. Voici la liste des sujets attendus. Un engagement répété pour maintenir des budgets de défense à la […]

Comment se décide une mission ou opération de la PSDC ?

Sat, 02/07/2016 - 16:19
(B2) Une mission ou opération de la PSDC se décide au terme d'un processus à la fois politique et militaire. Mais la décision de déployer une mission de la PSDC obéit à plusieurs conditions, officielles ou officieuses. Quand ses conditions sont remplies — ou peuvent être remplies — se met en place une mission ou […]

Les structures politiques de l’Alliance

Sat, 02/07/2016 - 14:00
(B2) Le Conseil de l'Atlantique Nord, plus connu sous ses initiales NAC (North Atlantic Council) est l'instance principale de concertation et de décision politique de l'Alliance atlantique. C'est même le seul organe instauré par le Traité de l'Atlantique Nord en 1949 (article 9). Il a autorité pour mettre en place des entités subsidiaires, s'il l'estime […]

La stratégie globale de l’UE : plus importante qu’il n’y parait après le Brexit

Sat, 02/07/2016 - 12:45

(crédit : EMA / DICOD – archives B2 – exercice de parachutisme en Nouvelle Calédonie)

(BRUXELLES2) L’évènement est passé totalement inaperçu dans la tempête du Brexit. Les ’28’ Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne ont adopté, le 28 juin, une nouvelle stratégie pour la politique extérieure et de sécurité européenne (en abrégé : ‘Stratégie Globale’) suivant en cela la proposition de Federica Mogherini (1). Je dis bien à ’28’ : il ne s’agit pas d’une formule littéraire. David Cameron était bien là lors de cette discussion mais, il est vrai, qu’il avait un peu la tête ailleurs…

Un document qui arrive au terme d’une année de réflexion

Il ne faut pas surestimer ce document. Il ne s’agit que d’un document de réflexion, qui synthétise la pensée politique du moment, au terme de près d’une année de consultations diverses. Ainsi que nous l’avions déjà écrit, nous n’avons jamais vu une action se déclencher ou être empêchée simplement par une Stratégie (lire : Une stratégie ne fait pas le printemps !). Mais il ne faut pas le sous-estimer non plus. Ce document a une valeur importante au plan symbolique et doctrinal. Il fixe la doctrine extérieure de l’Union européenne. Il a une valeur non contestable par les différents Etats membres qui ont été associés et consultés tout au long de l’élaboration de ce document, que ce soit au niveau des parlements nationaux, des gouvernements ou des groupes de travail au sein de l’Union européenne.

Plus important aujourd’hui qu’hier

Lors de la dernière révision, en 2008, les Chefs d’Etat et de gouvernement n’étaient pas arrivés ainsi vraiment à dépasser la stratégie de sécurité de Solana de 2003. De façon paradoxale, au lendemain du Brexit, la Stratégie globale prend une valeur tout autant fondamentale que son contenu. Ce document permet d’affirmer aux yeux de tous, la confiance des Européens dans leur propre modèle et de jouer un rôle dans le monde. Il permet aussi de mettre au jour des mots clés qui étaient auparavant plutôt tabous au niveau européen : une « autonomie stratégique » (lire : Une Europe autonome : le mot clé de la future Stratégie globale), d’avoir des « capacités autonomes »…

(Nicolas Gros-Verheyde)

A télécharger ici (version anglaise pour l’instant, version française en préparation)

(1) Pour être exact, le document n’a pas été adopté mais ‘salué’ par le Conseil européen qui a ainsi remercié la Haute représentante de l’UE pour son travail. Au plan juridique, la différence est à noter. Mais, au plan politique, cela revient au même. Le document est endossé et devient un document officiel de doctrine de l’Union européenne.

Lire aussi nos décryptages :

Les Dix modèles européens pour associer un pays tiers… et le Brexit

Fri, 01/07/2016 - 17:20
(B2) Dans ses relations avec les pays tiers, l'Union européenne a développé toute une panoplie d'accords qui dépassent les simples cas suisses et norvégiens. Plusieurs modèles permettant de nouer intérêts économiques, politiques et facilitées commerciales dans des accords globaux... sans compter les accords sectoriels possibles (*). Etat des lieux ... Les accords multilatéraux. Le rattachement à […]

La renaissance de la présidence tournante. Une bonne chose ?

Fri, 01/07/2016 - 16:36

Bratislava entend faire de sa présidence un point d’appui pour la reconquête de l’Europe par les Etats (© NGV / B2 – Le pont du soulèvement national slovaque)

(BRUXELLES2 à Bratislava) La prise de présidence par la Slovaquie après les Pays-Bas coïncide avec un retour des Etats en force dans le jeu communautaire. Et l’organisation d’un sommet exceptionnel à Bratislava à la mi-septembre ne doit pas être négligée.

Pour Bratislava, avoir la présidence de l’Union européenne, pour la première fois de son histoire est déjà un acte important. Le premier ministre slovaque, Robert Fico, l’a indiqué nettement aujourd’hui devant la presse internationale (dont B2) présente dans la capitale slovaque. « Pour un si petit pays que la Slovaquie, il s’agit d’un évènement exceptionnel. On a fait tout de ce qui est en notre pouvoir pour que cette présidence se développe aussi bien que possible. »

L’organisation d’un sommet de chefs d’Etat et de gouvernement, le 16 septembre à Bratislava, à ’27’ (sans le Royaume-Uni) est cependant tout, sauf anodine.

Depuis le Traité de Nice, tous les sommets sont normalement organisés à Bruxelles. C’est le résultat d’un deal intervenu au bout de la nuit entre Jacques Chirac, le président français qui assurait alors la présidence de l’Union européenne, et Guy Verhofstadt, alors Premier ministre belge, permettant de compenser pour les Belges, le décrochage des voix avec les Pays-Bas, et également d’en finir avec une certaine anarchie, de mouvements autonomes et d’extrême-gauche qui faisaient de chaque réunion formelle ou informelle des Chefs d’Etat et de gouvernement l’occasion d’une confrontation. Cela avait été le cas à Barcelone (sous la présidence espagnole) mais aussi à Gênes pour le G7. Le sommet de Nice n’échappera pas aux échauffourées,  aussi sur fond de lacrymos et autres vitres cassées.

Ce sommet est ainsi le symbole d’une double reprise en main. Elle est symptomatique d’une volonté chez les Chefs d’Etat et de gouvernement de reprendre la main, sur les institutions européennes, d’avoir leur mot à dire au-delà des procédures européennes. Citant la crise migratoire et le problème des relocalisations Robert Fico a ainsi plaidé pour « que les Etats membres viennent avec leurs propres initiatives, qui seront ensuite prises en compte » dans le débat.

Pour les dirigeants de l’Est, il s’agit ainsi de ne pas se laisser distancer, de ne pas laisser le couple franco-allemand ou même les pays fondateurs imprimer, seuls, une direction à l’Europe. Robert Fico l’avait dit déjà hier devant la presse : « Les décisions cruciales sur l’avenir de l’Europe ne peuvent pas être définies à deux, trois Etats membres, ni par les Etats fondateurs de l’UE (…) L’avenir de l’UE ne peut plus être déterminé sans la participation active des Etats qui l’ont rejointe en 2004 et en 2007 ». Il a enfoncé le clou aujourd’hui à ceux qui critiquaient les Visegrad pour se concerter entre eux avant chaque réunion au sommet. « La coopération dans le cadre du V4 (le groupe de Visegrad) est unique. Elle est utile pour la coopération régionale. Elle repose sur des valeurs essentielles que nous apprécions. Elle continuera et sera approfondie. Il est tout à fait normal que nous abordions des sujets communs, d’essayer de coordonner nos positions là où c’est possible, pour défendre nos intérêts. »

Cette réunion à Bratislava est essentielle pour les chefs d’Etat et de gouvernement de tous bords, il s’agit enfin de se ménager un espace supplémentaire, en dehors de Bruxelles. «  Nos conseils européens sont surchargés de sujets qui sont à l’ordre du jour. Et il faut préparer des conclusions. Car vous journalistes attendez derrière la porte que nous adoptons des conclusions. Nous n’avons pas assez d’espace pour des discussions informelles », autrement dit politiques.

Commentaire : une solution de bon sens à mon avis. Je n’ai jamais été un chaud partisan des sommets dans une ville unique (comme d’ailleurs de la présidence unique). C’est une solution sans doute rationnelle au plan organisationnel. Mais ce qu’on gagne en organisation, on le perd en vivacité, en compréhension, en  en puissance politique.

Si certaines fonctions peuvent être « uniques » – pour l’Euro ou la politique extérieure – on ne peut pas déposséder les Etats de tous les symboles de ce que fait l’Europe. Il n’y a pas un peuple unique, un Etat unique, une voix unique, il n’y a pas même de fédération unique, c’est une erreur de croire ceci. Cela participe ainsi d’une fausse croyance que « Bruxelles » décide de tout, selon des critères pour le moins difficiles à comprendre. Il y a des peuples et des Etats rassemblés, unis le plus étroitement possible, qui donnent la légitimité à la construction européenne.

Dire que cela rapprochera l’Europe des citoyens définitivement est sans doute utopique. Mais, au-delà de l’argumentaire philosophique, tenir des sommets dans un pays de la présidence tournante a un gros avantage : il responsabilise les différents gouvernements, de leur réappropriation de la ‘chose européenne. Il participe aussi de la pénétration dans les médias locaux ou nationaux de ces pays qui vont ‘couvrir’ l’évènement, et donc influer sur une certaine connaissance européenne.

En creux, cette réunion marque également un certain affaiblissement des institutions comme la Commission européenne. C’est un fait. Mais l’organisation d’une telle réunion n’est-elle pas plutôt la conséquence de cet affaiblissement, de ses erreurs, avec un entêtement parfois nécessaire mais aussi parfois suranné, que la cause d’un lent effilochement communautaire ?

(Nicolas Gros-Verheyde)

Carnet (01.07.2016). Sanctions Russie (approbation). EUTM Rca (lancement). COPS (Agenda). CBSD (finalisation). ACSA (lecture). Otan (Canada-Lettonie). Minusma (mandat). Jordanie (Aide macrofinancière). Royaume-Uni (Industrie). Recherche (Projet pilote)...

Fri, 01/07/2016 - 11:00
(B2) Parus récemment : Un nouveau chapitre de négociation s’ouvre avec la Turquie… mais L’honnest broker slovaque veut redonner du sens à l’élargissement (Lajcak) Un battlegroup européen made in UK. Si si ! Polonais et Allemands se donnent la main sous l’eau. Une flotte commune de sous-marins Bienvenue chez nous ! Hollande lance un appel […]

Un nouveau chapitre de négociation s’ouvre avec la Turquie… mais

Fri, 01/07/2016 - 09:30
                            (B2) L'Union européenne a décidé d'ouvrir le chapitre 33 (dispositions financières et budgétaires) des négociations d'adhésion avec la Turquie, à l'occasion de la 12ème conférence d'accession de la Turquie, qui s'est tenue à Bruxelles, jeudi (30 juin). Une promesse des Européens […]

L’honnest broker slovaque veut redonner du sens à l’élargissement (Lajcak)

Fri, 01/07/2016 - 08:30
(B2) Alors que la Slovaquie prend la présidence tournante de l'UE, B2 a pu rencontrer le chef de la diplomatie slovaque, Miroslav Lajcak. Une personnalité intéressante. Miroslav a une bonne connaissance des Balkans pour avoir été le représentant spécial de l'UE et de la communauté internationale dans la région tout comme le directeur Europe - Balkans […]

Un battlegroup européen made in UK. Si si !

Fri, 01/07/2016 - 06:04

Exercice Dragon en Pologne de l’armée britannique (crédit : MOD / Crown – archives B2)

(BRUXELLES2) C’est toute l’ironie de l’histoire. Au moment même où les Britanniques s’apprêtent à quitter l’Union, celle-ci aura, dans les six mois à venir, à compter du 1er juillet, une force de réaction rapide (battlegroup) sous commandement britannique et constituée en grande partie de sujets de Sa Gracieuse majesté (avec des Nordiques, des Irlandais et des Baltes).

La fameuse invasion du Royaume-Uni par l’armée européenne comme le disait le Daily mail il y a quelques jours (après avoir beaucoup fumé et beaucoup bu) n’aura certainement pas lieu (Lire : Big news ! L’armée européenne existe. Le Daily Mail l’a rencontrée). Mais ce serait plutôt un sacré retournement si, pour la première fois, où l’Union européenne engage à l’extérieur un battlegroup, ce soient des Britanniques qui aillent battre le pavé ou volet dans le sable sous le drapeau bleu à 12 étoiles.

Cela reste de la théorie pour l’instant… Car jusqu’à présent, même quand les conditions semblaient réunies, les ministres de la Défense de l’Union européenne ont toujours hésité à passer de la théorie à la pratique. Si j’étais bookmakeur, après avoir beaucoup perdu sur les sondages du Brexit, je ne jouerai donc pas, pour me remplumer, sur ce genre d’engagement, ou alors à au moins 100 contre 1 !

(Nicolas Gros-Verheyde)

Polonais et Allemands se donnent la main sous l’eau. Une flotte commune de sous-marins

Thu, 30/06/2016 - 18:30
(B2) Le contre-amiral Miroslaw Mordel, chef de la Marine polonaise, et le vice-amiral Andreas Krause, son équivalent allemand, ont signé mardi (28 juin) au Commandement maritime de Rostock un Mémorandum d'accord (MoU) créant entre les deux marines une « Autorité sous-marine d'exploitation » commune. Une autorité qui sera partie intégrante du « Maritime Operations Centre […]

Bienvenue chez nous ! Hollande lance un appel aux financiers britanniques

Thu, 30/06/2016 - 12:07

David Cameron et François Hollande au Sommet européen

(BRUXELLES2) François Hollande a adressé hier à l’issue du sommet européen, consacrant d’une certaine façon le fonctionnement d’une Europe à 27, sans le Royaume-Uni, à la fois un avertissement et une invitation à la finance établie au Royaume-Uni.

Mon amie est la finance

L’ironie à fleur de peau, le président français en a appelé aux mânes du Bourget. « La finance peut se faire du mal à elle-même. Ce n’est pas la France, ni le discours du Bourget, qui a provoqué le Brexit, je dois modestement en convenir. Ce sont les Britanniques qui se sont posé la question de savoir s’ils voulaient rester, ou non, dans l’UE ». Et de lancer un avertissement : l’Euro pour la City c’est fini !

Les avantages exorbitants pour la City : c’est fini

« La City pouvait faire des compensation en euros, qui était la monnaie d’échange, de transaction ou de compensation. Cela n’allait pas de soi. C’était une situation déjà assez exorbitante. N’étant pas dans l’Euro, le Royaume-Uni pouvait utiliser l’Euro. Il a fallu toute une procédure pour que le Royaume-Uni puisse garder cette situation exorbitante  (…) Dès lors que le RU ne sera plus dans le marché unique, il n’y a aucune raison pour l’Europe et encore moins de la zone euro de permettre à un pays qui n’est plus membre de l’UE et qui n’a jamais été membre de la zone euro de continuer à faire opération en euro. Alors après ou irait ces transactions. Il y’a des places financières en Europe. »

Le beurre et l’argent du beurre…

« Il n’est pas possible de garder ces avantages acquis. Pour des libéraux, cela n’a pas l’air facile à admettre » a ajouté François Hollande sur un ton de plus en plus sarcastique : « Tout ce qui est à nous est à nous, tout ce qui est à vous est négociable ? Ben non, ça ne marche pas comme ça ».

Bienvenue chez nous !

Où iraient les transactions ? s’interroge le Président sans même qu’on lui pose la question : « J’imagine que ces transactions se feraient sur les places financières européennes. Nous n’en sommes pas encore là. Nous sommes au début du processus (…) (Mais) ce qui compte c’est que l’économie puisse se financer, fonctionner. » Et de lancer cet appel : « Je souhaite c’est que les places européennes se préparent, comme elles devaient le faire, à ce que des opérations qui ne puissent plus se faire à terme au Royaume-Uni ».   

Commentaire : un appel à la fuite ?

Un propos qui pourrait être tempéré lors de la négociation. Le président français veut frapper, là où il sait la finance, fragile : l’incertitude. En agitant un éventuel changement des règles financières, il agite un mouchoir en direction des Britanniques : attention ne traînez pas trop. Sinon les marchés dicteront leur rythme… Au passage, ils vantent le bien-fondé de la place financière mais aussi de la place luxembourgeoise ou allemande, pour profiter de la situation et gagner quelques parts de marché. « Pas de sentiment de revanche » précise-t-il. Heureusement… car on sent comme un petit instant de dégustation.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Tristesse passée, les 27 s’organisent

Thu, 30/06/2016 - 11:27
(B2) Dès le petit déjeuner, à 27, mercredi (29 juin), l'ambiance avait quelque peu changé au Conseil européen. Passé le choc des résultats du référendum britannique, les Etats membres — réunis sans David Cameron — sont passés à la phase suivante : s'organiser pour préparer les négociations avec leur partenaire sur le Brexit et le […]

Le processus de Minsk expliqué aux 28. Rendez-vous en octobre

Thu, 30/06/2016 - 10:20
(B2) Le processus de Minsk n'est pas vraiment abouti. C'est en soi ce qu'ont expliqué à leurs collègues du Conseil européen, la chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande, lors d'une assez courte discussion tenue, mardi (28 juin), au Conseil européen. Un bilan mitigé des accords Le cessez-le-feu est violé régulièrement et […]

Carnet (29.06.2016). Stratégie globale (adoption, Verts, Solana). Missions PSDC (jobs). Plan action défense. Action préparatoire (budget). Conseil de sécurité ONU (Candidature). OTAN (Nominations). Turquie-Russie (entente). RCA (assasinats/Minusca)....

Wed, 29/06/2016 - 13:30
(B2) Parus récemment : Migrations. Les 28 endossent la nouvelle approche avec les pays tiers sur la migration* La défense devient priorité n°1, la parole se libère, les projets sortent. Merci David! Les 27 très inquiets. Cameron très ronchon Le Parlement dit à Londres de s’activer, aux 27 de s’engager. Farage exhulte* Penser l’UE à […]

Migrations. Les 28 endossent la nouvelle approche avec les pays tiers sur la migration

Wed, 29/06/2016 - 10:55
(B2) Les 28 Chefs d'Etat et de gouvernement ont donné un mandat à la Haute représentante de l'UE, Federica Mogherini, pour agir davantage sur les migrations. Ils ont ainsi endossé la proposition de la Commission faite le 7 juin d'un « pacte sur l'immigration (Lire : La Commission propose un nouveau pacte sur l’immigration aux […]

Les 27 très inquiets. Cameron très ronchon

Tue, 28/06/2016 - 16:30

(BRUXELLES2 *) Passé le choc du référendum, l’Europe tente de s’organiser, pour préparer au mieux le divorce avec le Royaume-Uni. Seul hic, le Premier ministre britannique n’a toujours pas notifié officiellement son départ de la maison européenne. L’inquiétude est grande

Entre canapé et garage

L’Europe avec le Royaume-Uni, c’est un peu comme une maisonnée, face à un enfant insupportable, qui a décidé de ne plus subir les corvées du quotidien familial, annonce haut et fort qu’il claque la porte, avec quelques insultes au passage, mais au dernier moment se ravise, se dandine, et reste… sans dire dans combien de temps il partira. Alors on s’organise… entre canapé et garage. C’est un peu dans cet esprit que les 27 Chefs d’Etats et de Gouvernement vont se retrouver avec leur alter ego britannique, David Cameron, aujourd’hui et demain, pour essayer de trouver un modus vivendi à 28 ou à 27 pour les mois à venir…

Grosse inquiétude du sommet

Le sommet européen qui se tient à Bruxelles va ainsi s’organiser en deux parties bien distinctes. Tout d’abord, a lieu ce mardi, une discussion à 28 sur les principaux enjeux du moment. Migrations, marché unique, situation en Libye, stratégie de sécurité de l’Union européenne, les sujets ne manquent pas, importants. Mais on ne peut pas dire qu’ils suscitent grand intérêt. Le lendemain, mercredi, doit avoir lieu une discussion, à 27… sans le Royaume-Uni. Un format exceptionnel amené à se reproduire. Il s’agit, a confié un haut diplomate européen, de discuter du « futur » de voir comment « s’organiser » mais surtout d’envoyer un message, urbi et orbi. Les 27 sont décidés à continuer l’aventure européenne, plus que jamais. Entre les deux, il y aura eu un diner, ce mardi soir. Organisé, en format « chefs seuls », sans autre témoin que les scrutateurs du Conseil européen et les huissiers, il promet d’être épique. Le Premier ministre David Cameron est, en effet, attendu de pied ferme par quelques uns de ses collègues. Il va devoir « expliquer » la situation au Royaume-Uni. « Une situation extrêmement confuse et instable » juge des représentants d’Etats membres.

On attend Cameron de pied ferme

Chacun attend en effet que le gouvernement britannique signifie officiellement son désir de quitter l’Union européenne. Le résultat du référendum est pourtant clair et ne laisse planer aucune équivoque. Mais d’un point de vue juridique, et politique, David Cameron doit déclencher ce qu’on appelle la procédure de l’article 50. C’est cette « notification » officielle qui déclenche tout un processus de négociation permettant à terme le processus de sortie du Royaume-Uni. Une « négociation qui promet d’être longue, complexe et difficile » souligne un diplomate européen.

Un futur statut d’Etat tiers quelque part entre la Norvège et la … Corée du Nord

Il faut détricoter en douceur tous les liens, étroits, qui unissent l’ile britannique au continent, sans léser personne mais aussi sans donner d’avantages outranciers à celui qui sorte. A terme, le Royaume-Uni sera un « état tiers » associé à l’Union européenne. « Nous avons beaucoup de modèles en matière de relations extérieure — ironise un diplomate — cela va de la Norvège (très étroitement associée au marché européen) à la Corée du nord (qui est l’objet de sanctions) en passant par la Suisse, la Turquie, les pays des Balkans, etc. ».

Le Royaume-Uni s’efface

Le drapeau britannique flotte toujours à Bruxelles au siège de l’Union européenne. Mais les premiers signes de l’effacement du Royaume ont déjà commencé. Le commissaire britannique, représentant du Royaume à la Commission européenne, Jonathan Hill, chargé des services financiers, a déjà annoncé sa démission. C’est le Lituanien Valdis Dombrovskis qui assure l’intérim en attendant un hypothétique successeur. Toutes les autres nominations de Britanniques à haut niveau sont remisées. Le Royaume-Uni qui devait assurer d’ici un an, au 2e semestre 2017 la présidence de l’Union européenne, pourrait passer son tour (lire : La présidence britannique en 2017 c’est fini ?). Ce devrait un petit pays balte, l’Estonie qui reprendra le flambeau. Et, de façon plus concrète, l’Autorité bancaire européenne, institution européenne installée à Londres, pourrait rejoindre Paris … ou Francfort. Les cartons de déménagement se préparent…

 

(Nicolas Gros-Verheyde)

  • (*) article paru dans le quotidien Sud-Ouest ce matin

Pages