Archives de catégorie Blog

Le tatouage et votre peau

Avant de se faire tatouer ou de problèmes de cicatrisation sur un tatouage, il convient d’aller consulter un dermatologue pour un avis. La réalisation d’un tatouage n’est pas sans risque car la peau n’est pas « faite » pour recevoir des corps étrangers dont la présence s’accompagne d’une réaction inflammatoire permanente. La peau tente de se débarrasser petit à petit de ces colorants, qu’il considère comme des intrus.

La fréquence réelle des complications après tatouage n’est pas bien connue. Il existe un certain nombre de complications qui sont le fruit d’erreur humaine (non respect des règles d’hygiène, contamination de l’encre, absence de soins locaux à domicile) et d’autres indépendantes du tatoueur (réactions allergiques, localisation d’une maladie de peau connue ou non).

Les aiguilles percent la peau et induisent une brèche dans la barrière cutanée. Cette petite plaie qui cicatrisera en quelques semaines peut être la porte d’entrée à des infections bactériennes, notamment à Staphylocoques. Ces infections restent fort heureusement rares et d’évolution favorable en quelques jours dans la grande majorité des cas. 

En cas de lésion cutanée sur une zone prévue pour un tatouage, il vaut mieux suspendre la séance et consulter un dermatologue pour prendre avis. Certaines maladies dermatologiques chroniques peuvent se localiser préférentiellement sur des zones de traumatismes comme des tatouages. Il s’agit par exemple du psoriasis, du lichen plan, du lupus cutané, de la sarcoïdose ou du vitiligo. On recommande aux personnes atteintes de ces maladies, d’éviter de se faire tatouer.

En cas d’acné, notamment du dos, on recommande d’attendre que le traitement soit efficace et la peau nettoyée avant de faire un tatouage, car les lésions d’acné sont inflammatoires et contiennent certains germes. 

Un tatouage perturbe la surveillance des grains de beauté chez le dermatologue. On conseille donc d’éviter de tatouer sur une zone où il y a beaucoup de grains de beauté. Le grain de beauté peut se modifier, et changer d’aspect dans les semaines qui suivent. Le principe de précaution incite alors à retirer entièrement ce dernier pour l’analyser.

Il existe quelques cas de patients ayant développé des cancers de peau sur des tatouages plus ou moins récents. Néanmoins, il est à ce jour difficile de dire s’il existe un lien direct entre les deux ou s’il s’agit d’une association fortuite. Actuellement, il convient de consulter un dermatologue si une lésion apparaît et ne cicatrise pas sur un tatouage.

En principe le tatoueur doit désinfecter régulièrement la peau pendant le geste et pendant la cicatrisation du tatouage. Le client se doit de nettoyer à l’eau et au savon plusieurs fois le tatouage et ce dès la fin de la séance. Le savon est un excellent désinfectant qui permet de prévenir une infection cutanée comme une folliculite bactérienne ou des furoncles. 

Habituellement, les infections sévères à des germes classiques comme le staphylocoque ou des germes atypiques (mycobactéries) surviennent si le tatoueur a travaillé dans des conditions sales, sans hygiène et également si le client n’a pas respecté les soins préconisés par le tatoueur. Enfin, des verrues virales peuvent parfois se retrouver à apparaître sur des tatouages sans que l’on sache réellement pourquoi. Il s’agit probablement de verrues présentes avant le tatouage, mais non visibles à l’oeil nu ou pas reconnues par le tatoueur, et disséminées ensuite sur les tracés du tatouage.

Le tatouage s’accompagne d’un saignement durant la séance avec un risque potentiel de contamination par certains virus transmissibles par le sang comme l’hépatite B, le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) et surtout l’hépatite C. On peut recommander par prudence de faire une sérologie de l’hépatite C 3 mois après un tatouage.  

Les réactions allergiques aux encres de tatouages sont les complications les plus fréquentes après tatouage. Les réactions se caractérisent par un tatouage qui démange, qui gonfle -parfois après exposition solaire- et des lésions plus ou moins importantes et habituellement qui démangent. 

Le plus souvent une seule couleur est affectée par le phénomène (habituellement le rouge, mais cela est possible pour toutes les autres couleurs). Ces réactions sont imprévisibles et peuvent arriver dans des délais allant de quelques semaines à plus de 40 ans après le tatouage. Il ne sert donc à rien de faire une « zone test » de tatouage sur un coin de peau cachée. 

Il vaut mieux éviter la couleur quelque soit la marque d’encre de tatouage car il peut arriver que des composants communs soient utilisés dans des encres différentes. Le traitement de ces allergies passe par l’application de corticoïdes locaux. Mais, ces traitements sont décevants car l’encre est toujours présente dans la peau. Le retrait du tatouage par laser ou chirurgie est parfois indispensable.

L`équipe de Dermabulle ne conseille pas de se faire tatouer à cause de nombreuses contre-indications, mais au moins consultez votre dermatologue avant la séance pour analyser les risques dans votre cas.

Source: Tatouages : Quels risques ?

COVID-19

Porte de masque obligatoire. Nous vous demandons impérativement d`arriver SEUL sans votre famille. Merci

Épilation définitive au laser

Épilation définitive, lésions vasculaires, (etc.) en toute sécurité, sous surveillance médicale.

Téléchargez nos tarifs laser

Plus d`information

Prévenir le masque-acné (maskné)

Le maskné est un phénomène cutané, qui se produit à cause d’une occlusion des follicules pileux du visage et des pores, générée par la pression et l’irritation du masque sur la peau. Le tout, laissant place à une acné « rétentionnelle» notamment favorisée par l’humidité et la chaleur contenues sous le masque : ce qui donnent lieu à un environnement idéal pour la prolifération bactérienne.

Cette tendance acnéique survient par des boutons rougeâtres ou blancs, mais aussi des kystes qui apparaissent lorsque la peau est obstruée et en contact direct avec le masque. Les joues, le menton, le front, mais aussi le nez sont les zones les plus touchées par ce phénomène.

Pour dire adieu à l’acné, il est conseillé d’éviter de percer les boutons, de s’exposer au soleil sans protection adéquate, de se maquiller avec excès, mais aussi de prendre congé tant que possible des crèmes de nuit et des crèmes anti-âge ultra-riches, pouvant irriter la peau et la fragiliser d’autant plus, notamment lorsqu’elle est au contact du masque.

Pour atténuer considérablement l’éruption des boutons et des rougeurs, mais aussi renforcer la barrière cutanée, il est nécessaire de nettoyer la peau deux fois par jour. Commencez d’abord par réaliser une fois par semaine un peeling maison afin d’exfolier la peau en profondeur, puis appliquez un masque purifiant (en argile) et une crème hydratante, adaptée aux problèmes de votre peau. Les professionnels suggèrent de se tourner vers des brumes pour rafraîchir la peau. Nous déconseillons fortement des huiles végétales.

Se doucher et votre peau

La douche quotidienne peut-elle dessécher la peau?

Ceux qui se douchent tous les matins veulent commencer la journée en se sentant propres. Mais ce rituel purifiant peut aussi fatiguer la peau. Si celle-ci vous démange, c’est peut-être le signe que vous vous êtes douché trop souvent, trop longtemps ou trop chaud.

En règle générale, une douche tous les jours ne pose pas de problème à une peau en bonne santé. Cependant, les dermatologues déconseillent de prendre une douche chaque jour sinon la couche acide naturelle de la peau peut être perturbée. Ce film d’eau-graisse recouvre l’épiderme, qui nous protège avec sa couche cornée des diverses agressions de l’environnement.

Si la peau est exposée trop longtemps à l’eau et au gel douche elle ramollit, se déshydrate et dessèche davantage. La peau très sèche réagit plus rapidement aux irritations et est par exemple plus sensible aux rougeurs.

Comparé à la douche, le bain est plus agressif pour la peau.  Le temps prolongé du contact avec l’eau chaude, les additifs fortement moussants et les températures élevées éliminent les lipides de la peau et réduisent ainsi son hydratation.

Si vous ne voulez pas vous passer d’un bain de temps en temps, respectez les règles générales suivantes:

  • choisir la température de l’eau la plus basse possible,
  • utiliser un additif de bain relipidifiant
  • et ne pas se baigner pendant plus de 15 minutes environ.

Alors, à quelle fréquence la douche reste-t-elle saine?

Une peau normale et en bonne santé peut prendre une douche courte et pas trop chaude sans problème, même tous les jours. 

Si vous avez tendance à avoir la peau sèche ou si vous souffrez de maladies de la peau telles que la névrodermite, généralement, vous le sentirez vous-même si la fréquence des douches est trop élevée.

Pour éviter les odeurs corporelles désagréables, il suffit de bien se laver avec un gant de toilette – par exemple les pieds ou sous les bras.

Ainsi, la couche protectrice acide de la peau n’est pas inutilement agressée, ce qui pourrait entraîner des démangeaisons et une peau sèche qui tiraille. 

Savourez pleinement les moments sous la douche. Accordez-vous suffisamment de temps et prenez ensuite soin de vous avec une lotion hydratante, une lotion parfumée ou un lait corporel.

Se doucher moins souvent n’est plus aussi mal considéré. De plus, on consomme moins d`eau et ainsi protège mieux la nature.  

Le mélanome

Il existe différents types de cancer de la peau. Le mélanome est le plus dangereux, car il peut former des métastases.

Le mélanome se développe à partir des cellules pigmentaires de la peau, les mélanocytes. Ces cellules produisent un pigment, la mélanine, et peuvent former des taches pigmentées, ou grains de beauté. En principe, les taches pigmentées sont sans risque et le restent le plus souvent. Il peut toutefois arriver qu’elles se transforment en cancer de la peau.

Le mélanome se développe à partir d’une tache pigmentée existante dans un cas sur cinq environ ; la plupart du temps, il se traduit par l’apparition d’une nouvelle tache sur la peau.

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 2800 nouveaux cas de mélanome, ce qui représente presque 7 % de toutes les maladies cancéreuses. Le mélanome est ainsi le cinquième cancer le plus fréquent. Il peut également toucher des personnes jeunes : Près d’un quart des patients ont moins de 50 ans au moment du diagnostic.

Le rayonnement ultraviolet est l’une des principales causes des cancers de la peau. Les rayons ultraviolets endommagent l’ADN. L’organisme est capable de réparer ces dégâts en partie, mais il arrive que certaines cellules ne se régénèrent pas et deviennent cancéreuses.

Les personnes qui présentent une ou plusieurs des caractéristiques ci-après devraient se protéger du soleil avec un soin particulier et contrôler régulièrement leur peau :

  • plus de 100 taches pigmentées sur le corps ;
  • des taches pigmentées de forme et de couleur irrégulières ;
  • des antécédents de cancer de la peau ;
  • un système immunitaire déficient : système immunitaire affaibli à la suite d’une maladie ou de la prise de médicaments.

Elles devraient également discuter avec leur médecin de l’opportunité d’un contrôle médical régulier de la peau.

Pour préserver la peau des méfaits du soleil, il est nécessaire de la protéger de façon appropriée, en tenant compte de l’intensité du rayonnement UV, du type d’activité, de la durée de l’exposition au soleil et de la sensibilité de la peau au rayonnement ultraviolet.

Les principales recommandations sont les suivantes :

  • Rester à l’ombre entre 11 h et 15 h.
  • Porter chapeau, lunettes de soleil et vêtements appropriés.
  • Appliquer un produit solaire.

Le rayonnement ultraviolet provenant de sources artificielles augmente lui aussi le risque de cancer de la peau. La fréquentation du solarium est donc déconseillée.

Les données scientifiques actuelles ne sont pas suffisantes pour recommander un dépistage systématique du cancer de la peau chez les personnes qui ne présentent pas de risque particulier.

Il est par conséquent important d’être attentif à d’éventuelles modifications cutanées et de consulter un médecin le cas échéant. Une tache pigmentée très différente des autres par sa forme ou sa couleur ou qui évolue rapidement devrait impérativement être montrée à un médecin.

Source et plus d`information : ici.

Fumer et votre peau

Depuis 10 ans, les fumeurs comptent pour 27% de la population suisse, sans évolution. Le tabac endommage la peau selon trois mécanismes principaux.

Tout d’abord, les cigarettes contiennent de la nicotine, une substance toxique qui détruit la vitamine C. Notre corps utilise la vitamine C pour produire des fibres de collagène. Elles donnent sa force à la peau. Le collagène commence à se décomposer en raison du manque de vitamine C. Ainsi la peau commence à se rider et à s’affaisser.

La fumée de cigarette est nocive pour la peau également en raison de son action sur les vaisseaux sanguins. Le sang apporte de l’oxygène et des nutriments aux cellules de la peau. Une cigarette peut réduire l’arrivée d’oxygène à la peau pendant parfois 90 minutes. Ce qui peut donner à la peau une teinte grise et terne.

Enfin, le fait de fumer augmente les rides de 80 %. Le fait de tirer en permanence sur une cigarette et de plisser les yeux pour voir à travers la fumée entraîne la formation de rides.

Source

Fermeture du cabinet

pendant la période 29 juillet – 18 août 2019.
Pour prendre un RV, veuillez réserver en ligne ou nous appeler dés lundi, 19 août 2019.