You are here

Bruxelles2 Blog

Subscribe to Bruxelles2 Blog feed Bruxelles2 Blog
De l'info. Du reportage. Avec un focus affirmé sur la défense européenne
Updated: 6 hours 24 min ago

Les F-16 belges reprennent du service

Fri, 19/03/2021 - 14:54

(B2) La force aérienne belge a repris progressivement les vols de F-16 cette semaine. Alors qu’elle était restée clouée au sol durant une semaine, suite à un défaut technique. L’aviation néerlandaise avait repris temporairement la tâche de protection de l’espace aérien du Benelux. (JSB, st.)

Cet article Les F-16 belges reprennent du service est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Un an d’opération pour Irini. Et un bilan dont les Européens n’ont pas à rougir

Thu, 18/03/2021 - 06:55

(B2) L’opération européenne de contrôle de l’embargo sur les armes et le pétrole de la Libye arrive à sa première année d’exercice. L’occasion de faire un bilan, puisé aux meilleures sources

Abordage du BF Esperanza (crédit. EUNAVFOR Med Irini)

L’opération européenne Irini a été déployée pour succéder à l’opération soeur Sophia avec un objectif principal : le contrôle de l’embargo sur les armes et le pétrole, imposé par le conseil de sécurité des Nations unies. On peut préciser que l’Union européenne est la seule force présente aujourd’hui en Méditerranée à assurer ce contrôle.

Quel est le bilan de l’opération déployée en Méditerranée centrale depuis un an ?

EUNAVFOR Med Irini a effectué 2340 interrogations de navires (hailings), 94 approches amicales (friendly approach), 8 abordages (boarding) . L’opération a émis aussi 14 recommandations d’inspection (un procédé moins connu). Certaines ont transité via Europol jusqu’aux autorités portuaires européennes avec contrôle par les polices locales. 8 inspections ont été conduites directement par l’opération. Du côté aérien, 194 avions suspects ont été repérés, et 25 aéroports ou zones d’atterrissage examinées. Sans oublier les 16 ports surveillés. Pour parfaire le tout et sourcer les informations, 563 sets d’images satellites ont été analysés par le centre satellitaire de l’UE (SatCen).

La liste des navires inspectés

Où partent les informations recueillies ?

22 rapports confidentiels ont été envoyés au groupe d’experts ‘sanctions’ des Nations unies. Des rapports étayés et sourcés établissant des violations de l’embargo de façon plutôt assez équilibrée : 9 rapports concernent des violations au profit de l’Ouest libyen (Gouvernement d’entente nationale de Tripoli), 12 au profit de l’Est libyen (camp Haftar), une concerne des violations commises des deux côtés.

Comment l’opération choisit les bateaux qu’elle interroge, inspecte ou aborde ?

Nous avons interrogé un responsable européen. Voici sa réponse. « Si nous n’avons pas de preuve évidente, pas de renseignement sur un navire, nous faisons normalement une interrogation (hailing). Nous pouvons aussi décider (ensuite ou directement] de visiter un navire, soit parce que nous n’avons pas d’information ou pas vraiment beaucoup d’information. L’équipe monte à bord, à l’invitation du capitaine, échange avec le capitaine (ou l’équipage). C’est très utile pour comprendre quel type de marchandise il transporte, où il va. Mais pas seulement. Cela permet surtout d’avoir certains renseignements sur ce qui passe en mer, sur le port de départ, celui d’escale, etc. Enfin, si nous avons des indices raisonnables qu’il y a implication dans un trafic ou le transport de matériels illicites, de façon assez consistante, alors nous abordons le navire pour mener une inspection. Jusqu’à présent nous n’avons jamais trouvé de matériel. » Sauf une fois, quand un navire a été stoppé et arrêté.

Quel est le sort du navire dérouté ?

C’était en septembre dernier, le navire Royal Diamond 7 a été pris sur le fait pour détention de matériel prohibé (du fuel pour avion) et dérouté sur la Grèce. Il y est resté un mois. La cargaison a été vidée et saisie. Et un procès est instruit contre l’armateur.

L’opération dispose-t-elle de suffisamment de moyens sur place ?

Un chef d’opération « ne dira jamais qu’il a assez de moyens ». Mais pour l’instant, Irini a « suffisamment » de moyens à la fois navals et aériens pour effectuer le coeur de ses missions : le contrôle de l’embargo sur les armes et sur le trafic de pétrole. Ce qui contraste singulièrement avec les débuts, où il n’était pas rare d’avoir un seul navire sur zone.

Quatre navires sont présents : le HS Aegean (Grec, qui est le navire amiral), le patrouilleur de haute mer italien ITS Borsini (P-491), le patrouilleur français Premier maitre L’Her et le navire de soutien allemand FGS Berlin.

En l’air, l’opération dispose de six appareils qui ont tous des petits noms : des drones italiens (alias Strega/Bolt), des avions, le ‘Pirate’ (Pologne), les Seagull (Luxembourg), le Joker (Allemagne), le Xenon (France), et le Digenis.

Quelle est la zone d’opération ?

Les moyens européens restent en dehors de la zone des 12 miles marins libyens, en haute mer. Le gouvernement libyen n’a pas autorisé aux navires européens le droit de contrôler ses ports et ses eaux territoriales. La zone d’opération (Area Of Operations) est divisée ainsi en trois sous-zones correspondant à des logiques différentes : la sous-zone Sud-Ouest (SAW), qui couvre globalement les eaux face aux territoires +/- tenus par le GNA, entre la frontière tunisienne et Syrte et remonte au Nord largement au-dessous de la Sicile ; une sous-zone est définie au Nord (SAN) entre Tunisie et Sicile (où naviguent plutôt les navires avec des migrants, et qui n’est couverte qu’au niveau aérien ; et une sous-zone Sud-Est (SAE), qui couvre les eaux face aux territoires +/- tenus par les forces de Haftar, entre Syrte et la frontière égyptienne, et remonte au Nord-Est non loin de la Crète.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Cet article Un an d’opération pour Irini. Et un bilan dont les Européens n’ont pas à rougir est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Un exercice anti-terroriste au large de la Crète

Wed, 17/03/2021 - 19:58

(B2) 450 militaires français ont été mobilisés samedi (13.03) dans « un exercice inédit de contre terrorisme en Méditerranée, au large de la Crète », a révélé la ministre française des Armées, Florence Parly, lors d’une audition au Sénat, mercredi (17.03). Le scénario : une prise d’otages sur un navire marchand. « Toute la palette » des moyens (terrestre, naval, aérien) a été mobilisée. Cet exercice « porte un message » souligne la ministre : « la Méditerranée ne sera jamais un espace de non droit ».

(Emm.S)

Cet article Un exercice anti-terroriste au large de la Crète est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Belgique. Un suspect pour crimes de guerre au Kosovo arrêté

Wed, 17/03/2021 - 09:44

(B2) Pjetёr Shala vient d’être arrêté mardi (16 mars). Il est soupçonné de crimes de guerre durant la guerre du Kosovo. Un mandat d’arrêt et un acte d’accusation ont été dressés par un juge d’instruction des Chambres spécialisées du Kosovo (KSC). Pjetёr Shala sera détenu en Belgique, « dans l’attente d’un éventuel transfert vers le centre de détention des KSC à La Haye », ont annoncé les Chambres. Pour l’instant, pas d’information supplémentaire. « De plus amples informations seront fournies en temps utile, y compris des informations sur la publication de l’acte d’accusation confirmé, avec des expurgations si nécessaire », précisent les Chambres.

(Aur.P)

Cet article Belgique. Un suspect pour crimes de guerre au Kosovo arrêté est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Du grand chaud au grand froid, les troupes de montagne se préparent au combat de haute intensité (Hervé de Courrèges)

Mon, 15/03/2021 - 14:15

(B2, à Varces) Entre un prochain départ au Mali dans la force Barkhane, les exercices programmés avec les Italiens l’an prochain, et la préparation au Grand Nord, l’agenda des chasseurs alpins donne l’impression du grand écart. Pas du tout, nous explique le général commandant la 27e brigade d’infanterie de montagne. Nous sommes la capacité des milieux a-naturels

Le général Hervé de Courrères dans la caserne de Varces près de Grenoble © NGV / B2

À partir du mois de mai, une partie de la 27e BIM sera engagée au Mali, dans le cadre de la force Barkhane. Cela semble paradoxal de voir des montagnards dans le désert. En quoi des spécialistes du grand froid sont-ils bien adaptés au grand chaud ?

— Travailler dans des milieux naturels exigeants fait que les gens développent une rusticité, une capacité à endurer la souffrance et à développer l’effort qui leur servira. Et ce dans quelque circonstance que ce soit, au-delà des considérations climatiques. Un soldat qui sait combattre dans le froid sait combattre dans le chaud. On prend les meilleurs recrues dans leurs capacités psychologiques et physiologiques. Par ailleurs, le combat nécessite une cohésion d’ensemble, derrière un chef. Mais il faut aussi des personnes qui vont savoir faire montre d’initiative et de réactivité en toutes circonstances. Là aussi, le fait d’être dans un milieu naturel de montagne ou de grand froid développe ces aptitudes collectives — pour réagir à des incidents, savoir innover dans des modes d’action — qui donnent une approche toute particulière aux troupes de montagne quand elles se déplacent sur d’autres terrains.

Et, en Afrique, il n’y a pas que du désert…

— Oui, il y a aussi des zones de montagnes ! Un des intérêts du combat en montagne est de gérer la verticalité, c’est-à-dire de voir le monde en 3D. Quand vous gérez la verticalité, vous gérez un peu plus de complexité. Vous intégrez le fait que tout ce qui se situe au-dessus de vous peut vous aider dans une manœuvre : ce peut être un élément naturel comme un sommet de montagne ou de colline, ce peut être un drone, un ballon ou le sommet d’une maison ou d’un immeuble. Vous gérez aussi un espace de combat très différent de l’habitude. C’est très utile notamment quand on s’engage dans les zones urbaines. Nos soldats ont tout de suite le regard porté vers le haut. C’est l’aphorisme du montagnard : « qui tient les hauts tient les bas ». Ils ont tout de suite cette logique d’aller quérir du renseignement par les sommets plutôt que d’essayer de le gérer dans un monde complètement plat.

Cet engagement ne sera pas de tout repos. Il est risqué. Vous le redoutez ?

— Le risque est notable. C’est certain. Et je prépare mes soldats à y être confrontés. Nous évoluons sur un théâtre complexe. Quel est l’ami, l’ennemi, le partenaire ? C’est toujours assez difficile à déterminer. En tant que militaires, ce que nous devons faire, avant tout, est définir l’ennemi. Je ne vous ferai pas un cours là-dessus. Ce qui est sûr, c’est que nos soldats sont coutumiers à gérer de l’incertitude.

gérer l’incertitude ?

— Oui. Dès qu’ils se déplacent quelque part dans leur milieu, milieu montagneux, ils sont en permanence aux aguets de ce qui peut se passer, avalanche de pierres, avalanche de neige, survenue d’un orage. Leur mode de raisonnement opérationnel les amène à analyser leurs opérations toujours avec des cas non conformes à l’ordinaire, pour pouvoir se dire : comment vais-je réagir si les choses n’arrivent pas comme elles pourraient raisonnablement se produire ? Cette capacité à être toujours dans une logique très ouverte en terme de spectre d’occurrence leur donne une grande force pour gérer un ennemi aussi insaisissable que l’ennemi terroriste qu’ils combattent dans les sables du désert.

Ce n’est pas la première fois que les montagnards partent dans Barkhane, quel est le changement aujourd’hui ?

— Ce qui change par rapport aux derniers engagements de la Brigade en bande sahélo-saharienne (BSS), c’est l’arrivée de partenaires africains du G5 Sahel qui montent de plus en plus en puissance et avec lesquels nous allons travailler beaucoup plus que par le passé. Conformément aux engagements au sommet de N’Djamena. Nos soldats se préparent à accompagner les forces amies pour évaluer leur capacité et combattre avec eux. Ce n’est pas l’armée française qui est en tête en permanence. Ce partenariat militaire opérationnel (ou PMO) est vraiment l’évolution majeure du théâtre sahélien, au-delà de l’arrivée des Européens dans la task force Takuba.

Justement avec ces Européens de Takuba, aurez-vous une interaction spécifique ?

— Notre préparation spécifique n’a pas lieu avec les partenaires européens. Car ils vont faire partie de la task force Takuba avec des forces spéciales et avec lesquelles les liens ne seront pas si fréquents que cela, car leurs modes d’action ou leurs zones de déploiement ne seront pas nécessairement celles de Barkhane.

La coopération avec les Européens

Sur ce sujet, dans les années 2010, on parlait de créer une brigade franco-alpine de montagne. Où en est-on ?

— En effet, un accord technique de 2011 avait décidé la création d’un état-major non permanent binational devant s’entraîner à des opérations sous l’égide de l’ONU, de l’OTAN ou de l’UE. Cet état-major a été constitué. C’est un petit état-major, qui a vocation à être porté tantôt par l’Italie avec un renfort de la France, tantôt par la France avec un renfort italien. Il est aujourd’hui engagé au Liban dans la FINUL, avec deux officiers français intégrés dans l’état-major italien. Au-delà des discussions avec les chefs et d’état-major, ce que nous développons surtout avec les Italiens, ce sont des réalisations concrètes sur le terrain, d’unités aux niveaux élémentaires (compagnies, escadrons) qui s’entraînent ensemble, qui jaugent de leurs capacités opérationnelles et s’apprécient ensuite pour ce qu’elles peuvent apporter les unes aux autres. Nous avons ainsi des binômes entre les bataillons de chasseurs alpins qui partent en entrainement avec les compagnies d’infanterie des Alpini, ou entre le 4e régiment de chasseurs (de Gap) et le 1er régiment Nizza Cavalleria. Idem avec les commandos.

… comme sur votre exercice Cerces, en novembre je crois ?

— Au moment où la neige commence à tomber sur la montagne, chaque année, nous invitons en effet nos homologues italiens, pour notre grand exercice. En 2020, le Covid-19 a empêché leur venue. L’invitation a été reformulée pour novembre 2021. Et l’intention est que les Italiens ne soient pas seulement là comme observateurs, mais comme contributeurs à l’exercice, avec leurs chars Centauro. Ils sont très intéressés. Car il n’y a pas d’exercice similaire de l’autre côté des Alpes, et ils n’ont notamment pas ‘le grand champ de tir’ des Alpes, situé entre la Maurienne et le Briançonnais, où on peut faire des exercices de tirs de chars ou d’artillerie.

Peut-on aller plus loin et envisager un déploiement commun ?

— On pourrait envisager de tels développements si les deux parties avaient des intérêts convergents sur une zone qu’elles estimeraient importante. Nous avons avec notre partenaire italien un niveau qui nous permettrait d’envisager ce déploiement sans souci. Leur standard de préparation opérationnelle et la valeur de leurs unités sont tout à fait dans les standards français. Il n’y a aucun blocage. Après notre engagement (dans Barkhane), nous allons essayer d’organiser, en 2022 des exercices d’état major pour concevoir et raisonner des exercices tactiques, interarmées, avec la résolution des problèmes logistiques, de communications, de soutien pour pouvoir s’engager avec des moyens importants du niveau d’une brigade, sur une zone de montagne.

L’Italie est votre seul partenaire ?

— Les Italiens restent ‘un’ sinon ‘le’ partenaire prioritaire de la Brigade de montage dans notre coopération européenne, de par la proximité géographique, et parce que leurs unités d’élite sont alpines. Mais les Allemands aussi sont un partenaire. Ils sont très intéressés pour venir travailler avec nous, sur l’arc alpin, dans un autre registre.

… Quel autre registre pour les Allemands ?

— Ils ont en effet un type de force assez différent. Autant les Italiens ont une force assez légère de type parachutiste, autant les Allemands ont une force plutôt mécanisée, avec une capacité plus robuste mais moins légère. Pour nous, c’est intéressant d’avoir ces deux modèles d’armées pour s’engager sur un milieu identique, avec des capacités différentes. La Brigade est entre les deux, médiane d’infanterie légère mais avec des capacités structurantes de chars et de canons qui lui donnent un caractère médian.

Le conflit de haute intensité pourrait gagner la montagne ?

— Regardez ce qui s’est passé au Nagorny Karabagh, entre Arméniens et Azerbaidjanais, ou ce qui se passe entre les Chinois et les Indiens à 3000 mètres d’altitude. Les zones montagneuses sont traditionnellement des zones frontalières ou des zones sanctuaires, pour des gens qui fomenteraient des mauvais coups, comme on a eu dans les Adrar des Ifoghas (au Mali), à l’époque de Serval. C’est du conflit de haute intensité. Je me dois donc de développer un modèle capacitaire crédible.

Un modèle capacitaire crédible, qu’est-ce que cela signifie ?

— C’est de la doctrine, de l’organisation, des ressources humaines, de l’équipement et de l’entrainement… Avec un objectif : être capable d’affronter un ennemi d’une capacité équivalente à la mienne. Quand le chef d’état-major de l’armée de terre dit que l’armée française doit être capable d’affronter un ennemi de haute intensité à l’échéance 2030, je le prends pour moi, comme tout commandant de brigade, dans mon secteur particulier qu’est la montagne, chaude ou froide, et le grand froid. Des terrains spécifiques où je suis le seul à pouvoir m’engager.

Ce grand froid

C’est une notion récente pour l’armée française et la 27e BIM ?

— Le grand froid, on n’en parlait pas il y a dix ans. Le contexte, le réchauffement climatique et de nouveaux conflits ont changé la donne. On analyse avec précision les capacités potentielles de nos ennemis potentiels dans le Grand Nord. D’une part, car nous appartenons à des alliances militaires au sein desquelles nos partenaires ont des préoccupations. [Des préoccupations] sur d’éventuels conflits qui pourraient se dérouler dans ces espaces, pour des logiques souvent de prédation de sous-sol, face à des acteurs majeurs. D’autre part, c’est aussi pour nous la capacité de développer les bords du spectre de l’hypothèse capacitaire.

Vous parlez d’un milieu extrême, cela signifie quoi en pratique ?

— Quand on est dans le Grand froid, le premier ennemi n’est pas l’adversaire, c’est d’abord le milieu naturel. Avant même d’avoir rencontré le moindre ennemi, on pourrait avoir une force complètement éradiquée par une mauvaise protection, par une logistique qui ne suit pas, etc. Je me dois donc de développer des aptitudes dans des milieux a-naturels pour l’homme, avec des températures extrêmes, de grands espaces, très désertiques.

Un terrain qu’il faut appréhender ?

— Autant nous avons un savoir-faire aiguisé en montagne, une armée d’emploi, qui combat. Autant, dans le grand froid, il ne faut pas se mentir, nous entrons dans un terrain nouveau.

Comment se passe cette acculturation ?

— La Brigade participe systématiquement à l’exercice de l’OTAN, ‘Cold response‘ (en Norvège). Nous avons un partenariat spécifique avec les Danois : le GMHM et les commandos montagne font traditionnellement une mission au Groenland. Et nous faisons régulièrement des stages ou échanges avec les Suédois ou Finlandais. Cela nous oblige à nous tourner davantage vers les pays du Nord, vers lesquels nous sommes naturellement moins présents. Je veux favoriser ces échanges… C’est très important pour nous d’arriver à positionner la Brigade sur la crédibilité à s’engager dans le cadre d’une coalition qui irait combattre dans ces espaces de grand froid.

(Propos recueillis par Nicolas Gros-Verheyde)

Entretien réalisé en face-à-face individuel, dans les locaux de 27e Brigade de montagne le 11 mars, en marge d’une journée organisée par le SIRPA Terre

Cet article Du grand chaud au grand froid, les troupes de montagne se préparent au combat de haute intensité (Hervé de Courrèges) est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

La dernière trouvaille high tech des chasseurs alpins

Sun, 14/03/2021 - 22:40

(B2 à Varces) La 27e Brigade d’infanterie de montagne expérimente le mulet comme moyen de transport logistique tout terrain. Le retour à une vieille pratique

La Brigade de montagne réintroduit le mulet. Un hélicoptère Tigre (en arrière de plan) (© NGV / B2)

Les ‘Alpins’ ne tarissent pas d’éloges sur leurs mulets. Un animal endurant, aimant, parfois adapté aux terrains de montagne. Il peut porter facilement ses 80 kg de charge (auxquels il faut ajouter les 40 kg du bât) durant plusieurs heures, sur les terrains les plus pentus de montagne. Équipés de pointes en carbone sur les sabots pour ne pas riper sur les plaques de glace, il passe partout, ou presque. Et il peut parcourir 5-6 heures de marche sur 800-1000 mètres de dénivelé durant plusieurs jours. Par rapport à son successeur, l’hélicoptère, il est plus discret et peut évoluer par tous temps.

Etre têtu a quelques avantages en montagne

Croisement d’une jument et de l’âne, le mulet pourrait avoir un inconvénient : il est un peu têtu, pour ne pas difficile de caractère. Un peu comme son ascendant masculin. Mais, en montagne, c’est un avantage. Face à un bruit soudain (artillerie), ou une attaque (d’un rapace par exemple), le cheval va avoir tendance à fuir. Ce qui, en montagne, présente un risque pour l’animal. Le mulet au contraire va se figer. Un réflexe salvateur. Autre avantage par rapport au cheval, il marche les pieds l’un derrière l’autre, et non en parallèle comme le cheval, ce qui sur les chemins étroits de montagne est très utile.

Retirés du service puis réintroduits

Les mulets, après avoir rendu de bons et loyaux services à l’armée française, notamment dans les campagnes d’Afrique du Nord, durant la première ou la seconde guerre mondiale (1), ont été retirés du service après 1975. Idem dans les troupes alpines italiennes en 2002. Mais outre-Rhin, la brigade allemande d’infanterie de montagne a toujours une cinquantaine de mules, utilisées en Afghanistan ou au Kosovo, pour assurer le transport dans des lieux moins accessibles. Pour les Français, cette réintroduction, très récente, au sein du 7e bataillon de chasseurs alpins (7e BCA), a valeur de test.

(Nicolas Gros-Verheyde)

  1. Lire par exemple le rôle des mulets dans l’artillerie de montagne et notamment lors de la guerre 1939-1940 au seine du 93e RAM (régiment d’artillerie de montagne)

Cet article La dernière trouvaille high tech des chasseurs alpins est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Les fuites dans la presse sur les sanctions irritent fort à Bruxelles

Sun, 14/03/2021 - 09:36

(B2) Les fuites dans les médias sur les discussions internes sur l’élaboration des sanctions européennes commence à irriter parmi les États membres

Au COPS, lieu d’élaboration de la politique extérieure européenne, les fuites commencent à agacer (crédit : OTAN)

Ca fuite…

Depuis quelques semaines, la plupart des discussions qui se déroulent normalement à huis clos au COPS, le comité politique et de sécurité, ou dans les groupes de travail du Conseil fuitent dans la presse, avant même que la décision soit officialisée. Les milieux européens, vexés, se crispent et exigent des sanctions contre les impétrants, fustigeant ses satanés journalistes qui se permettent de répandre sur la place publique ce qui a été soigneusement décidé dans le secret des alcôves.

A la recherche des coupables ?

Chacun commence à se regarder de travers soupçonnant l’un ou l’autre de prendre aussitôt la décision prise son téléphone pour informer les journalistes. La plupart des leaks concernent des sanctions sur la Russie ou l’Ukraine, certains se tournent vers les Baltes ou les Polonais. Les médias anglo-saxons (Politico, Wall street Journal, Radio Free europe, Reuters) étant les principaux bénéficiaires de ces fuites, d’autres pointent les Nordiques, etc. D’autres désignent des diplomates du sérail européen, qui auraient intérêt à mettre en valeur leur travail. L’ambiance est torride. Au point qu’une demande d’enquête a été officiellement demandée.

Une demande d’enquête

Après des informations diffusées par Radio Free Europe sur les discussions entre les 27 début février, la présidente du COPS (désignée par le Haut représentant, la Finlandaise Sofie From-Emmesberg) s’exclame : ce genre de comportement « peut mettre en danger la conduite du travail ». Et elle demande au Conseil « d’examiner les possibles conséquences juridiques ». Elle n’est pas la seule. « Plusieurs États membres » soutiennent sa demande, selon le compte-rendu diffusé par notre collègue de Radio Free Europe Rikard Jozwiak (via twittter). Un point qui nous a été confirmé, des ‘plus grand’ pays aux … plus petits. « C’est du grand n’importe quoi » râle un diplomate d’un État membre. «

(twitter : Rikard Jozwiak – Radio Free Europe)

Des sanctions demandées contre les auteurs des fuites

La Belgique notamment se référant à plusieurs divulgations de discussions au COPS, regardant la Russie. C’est un « manquement au secret professionnel des délibérations du Conseil » souligne le service juridique du Conseil. « Cette violation pouvant engager [la responsabilité] de la personne qui dévoile (‘leake’) l’information ». Des « investigations » peuvent être mises en place par le Conseil ou par les autorités belges. Et chaque infraction de la confidentialité pourra aussi être suivie « d’une information à la hiérarchie ». Inutile de dire que consigne a été donnée aux différents porte-paroles et ambassadeurs de garder leur langue, et de fuir comme la peste tout journaliste.

Un point de vue qui interpelle

Si on peut comprendre le désir de garder secret le contenu des conservations tant que la négociation est en cours. En revanche, quand la négociation est terminée, il est bizarre de voir persister la même position. Rien n’interdirait en effet à un organe aussi important que le comité politique et de sécurité (COPS) de communiquer dès qu’une décision est prise. Cela éviterait cette attitude assez négative au final pour l’information européenne.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Tout cela n’empêche pas B2 de faire son travail. Lire article à suivre (dimanche sur B2 Pro) : Droits de l’homme. Une quinzaine de noms prochainement sur la liste ‘Magnitski’ européenne

Cet article Les fuites dans la presse sur les sanctions irritent fort à Bruxelles est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Un exercice spatial inédit au CNES de Toulouse

Sat, 13/03/2021 - 20:41
(crédit photo : DICOD / Commandement de l’Espace).

(B2) Le premier exercice organisé par le tout nouveau commandement français de l’espace vient de se dérouler à Toulouse, dans les locaux du centre national d’études spatiales (CNES), du lundi 8 au jeudi 11 mars.

Au cœur du scénario : une crise qui prend progressivement de l’ampleur sur un continent fictif en plein cœur de l’océan Atlantique. Face aux ‘rouges’, la signalétique traditionnelle de l’ennemi, les ‘bleus’ du bloc euro-atlantique — la France et deux alliés (Américains et Allemands) — viennent à la rescousse.

Au fil de la semaine, la base de données du simulateur — avec pas moins de 10.000 objets spatiaux et 5 applicatifs opérationnels — a permis de générer toute une série d’évènements spatiaux (18 en tout) permettant de balayer tous les types d’incidents. Des tirs contre un satellite à la menace de chutes de débris (et leur détection dans l’atmosphère), en passant par des attaques par brouillage, ou des phénomènes météo, rien ne manquait, ou presque.

Une soixantaine de personnes ont participé à l’exercice, venant de toutes les unités opérationnelles du commandement de l’espace : le C3OS de Paris (ou centre de commandement et de contrôle des opérations spatiales), le CMOS de Creil (centre militaire d’observation par satellite et le COSMOS de Lyon (centre opérationnel de surveillance militaire des objets spatiaux).

(NGV)

Cet article Un exercice spatial inédit au CNES de Toulouse est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Le BF Esperanza inspecté par l’opération Irini

Fri, 12/03/2021 - 08:35

(B2) Une équipe de visite de l’opération IRINI a mené une inspection sur le BF ESPERANZA, un porte-containers battant pavillon d’Antigua-et-BarbudaLe navire était parti de Port Said le 8 mars et se dirigeait vers Benghazi (Est de la Libye). Une inspection qui s’est déroulé sur un « mode coopératif » (avec l’autorisation du capitaine du navire. « Rien de suspect n’a été trouvé » précise le QG de l’opération à Rome. C’est la huitième inspection depuis le début de l’opération en avril 2020. Mais la seconde quasiment coup sur coup (lire : Le New Moon inspecté par une frégate grecque d’Irini au large de Tobrouk).

Abordage du BF Esperanza (crédit : EUNAVFOR Med Irini)

Cet article Le BF Esperanza inspecté par l’opération Irini est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Myanmar : coup de téléphone entre militaires européen et birman. Avec un conseil : arrêtez l’escalade

Wed, 10/03/2021 - 17:05

(B2) Le chef d’état-major de l’UE, le vice-amiral Hervé Bléjean, vient d’avoir une conversation téléphonique ce mardi (9 mars) avec le commandant en chef adjoint de l’armée birmane. Objectif : discuter de la situation du pays et appelez à la raison

Quoi de mieux pour parler à des militaires auteurs d’un coup d’état qu’un autre militaire. Le procédé peut paraitre logique. Mais jusqu’à présent, il était rare que la diplomatie européenne passe par ses propres militaires. Ou du moins, qu’elle le fasse savoir ‘urbi et orbi’ et rapidement. Les esprits évoluent…

Un coup de fil non anodin

Le général Soe Win n’est pas n’importe qui en effet. Vice-président du Conseil administratif d’État, c’est un haut gradé expérimenté. Chef du commandement régional ‘Nord’,en 2008, il a sous sa responsabilité l’État d Kachin. Puis en 2010, en tant que chef du bureau des opérations spéciales, il a supervisé les opérations anti-guérilla dans les États de Rakhine (où vit la minorité Rohinghas) et de Chin. Il occupe depuis 2011 le poste de numéro 2 de l’armée birmane (Tatmadaw), succédant au général Maung Aye.

Le rôle de l’armée : protéger la population pas jouer l’escalade

Il s’agissait du premier contact avec l’armée depuis le coup d’État du 1er février. Un coup d’état que l’UE « condamne dans les termes les plus fermes » faut-il rappeler. Profitant de ses (bons) contacts sur place, le vice-amiral Bléjean a donc « exhorté » les autorités militaires à « cesser immédiatement toute violence », à « faire preuve de la plus grande retenue » face aux manifestations, à « éviter de nouvelles victimes » et à respecter le droit international, selon le compte-rendu qu’en fait le communiqué du service diplomatique européen. « Le rôle de toute armée doit être de protéger la population » souligne le VAE Bléjean.

Rentrer dans les casernes et restaurer le régime civil

Autre demande du militaire européen : Il faut « restaurer la stabilité et la démocratie » sous un régime civil « légitime », notamment pour « éviter toute nouvelle détérioration de la situation socio-économique » déjà difficile. Le VAE Bléjean a aussi exhorté son homologue militaire à libérer les dirigeants démocratiquement élus du pays, notamment Daw Aung San Suu Kyi et U Win Myint, ainsi que tous les autres détenus politiques, et « d’engager un dialogue politique inclusif » avec toutes les parties.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Cet article Myanmar : coup de téléphone entre militaires européen et birman. Avec un conseil : arrêtez l’escalade est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

La flotte des F-16 belges quasi à l’arrêt. Problème de moteur

Tue, 09/03/2021 - 18:55

(B2) La défense belge a annoncé ce mardi (9 mars) la décision d’immobiliser temporairement une partie de sa flotte d’avions de combat F-16

F-16 (© NGV / Archives B2)

La décision vient d’être annoncée aujourd’hui. Mais l’incident remonte il y a plus d’un mois, le 11 février dernier, quand un F-16 de la base de Florennes connait des problèmes de moteur au décollage. Le pilote doit alors effectuer un atterrissage contrôlé de précaution.

En cause une brûlure de tuyère

Une enquête est ensuite diligentée par le directorat de la sécurité aérienne (ASD – Aviation Safety Directorate) de la Défense. Et la cause déterminée : « une brûlure de tuyère (nozzle burn through) ». La rupture de matériau provoque, « en raison de la température élevée, la fonte d’un certain nombre de pièces qui peuvent se détacher » explique la défense belge. Le moteur de l’avion concerné est alors démonté et envoyé à l’entreprise de maintenance Patria BEC.

Une série d’avions concernés

Au cours de l’enquête, les investigateurs remarquent un problème avec la goupille de charnière.  Une goupille qui « fait partie d’un collier mobile sur l’échappement qui est contrôlé selon le régime du moteur ». Après vérification approfondie de l’ensemble de la flotte, on découvre « qu’un nombre important de moteurs présentent des phénomènes similaires ». Le temps de réparation est estimé à 5 jours ouvrables par moteur. Et cela risque de durer. Car il y a « une pénurie des pièces de rechange sur le marché ».

Les industriels avertis

Tous les partenaires du club F-16 et les constructeurs ont été informés. Le constructeur de moteur Pratt &Whitney, l’avionneur Lockheed Martin et l’US Air Force ont indiqué, sur la base de ces informations, que « des mesures correctives devraient être prises immédiatement sur les moteurs concernés ». La question de savoir si d’autres pays rencontrent le même problème « fait actuellement l’objet d’une enquête ».

La surveillance du ciel assurée

Le système de « Quick reaction Alert » au-dessus de l’espace aérien belge et néerlandais reste « opérationnel » assure la défense belge. Les « mesures nécessaires » sont prises pour fournir aux F-16 en opération « les moteurs de remplacement nécessaires ».

(NGV)

NB : hasard du calendrier, la commission défense de la Chambre va débattre, ce mercredi (9 mars), des déboires du successeur attendu du F-16, le F-35. Plusieurs députés demandent d’examiner quel serait le coût d’un retrait du programme. Retrait plutôt hypothétique, et demandé surtout par les députés de l’opposition (Chrétiens-démocrates francophones du CDH, Verts, et gauche du PTB). En tout cas, cet incident freine un peu les velléités des partisans (s’il en restait encore) de la prolongation des F-16.

Cet article La flotte des F-16 belges quasi à l’arrêt. Problème de moteur est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

[EULEX Kosovo] Reportage hors des sentiers battus, au coeur des Balkans, au Kosovo

Tue, 09/03/2021 - 15:14

B2 a passé plusieurs jours, auprès des équipes européennes d’EULEX Kosovo mi-février. En pleine période électorale. Des salles d’audience de Pristina au cimetière de Mitrovica, en passant par les prisons, l’unité de police FPU ou l’unité médicale. Passionnant

Sur le Pont mythique de Mitrovica, par un temps bien frais (© Aurélie Pugnet / B2)

Cela faisait treize ans que B2 n’avait pas fait de reportage complet dans le pays. Le dernier, c’était avant la déclaration d’indépendance, en janvier 2008. La mission EULEX n’existait pas encore. On en était aux prémices (lire : La mission n’attend que le feu vert du Conseil pour se déployer). L’ambiance était tendue, surtout au Nord du Kosovo (lire : Nord Kosovo. Un œil vers Belgrade, l’autre vers Pristina). Les militaires français étaient déployés sur le pont de Mitrovica (lire : Sur le pont « Austerlitz », le 3e RIMA veille). Les unités européennes de la KFOR, la force de l’OTAN, étaient en patrouille (lire : Carabinieri et gendarmes de la MsU, sur le terrain). Et comme l’avait confié le général Jumelet alors patron de la KFOR, on reste optimiste même si tout peut déraper rapidement.

De près de 4000 personnes à environ 500

À son plein régime, EULEX a compté jusqu’à 3400 personnes. Il n’en reste aujourd’hui plus que 500. Elle a perdu en compétences exécutives, mais la mission est, depuis 13 ans, si impliquée et imbriquée dans les institutions kosovares, de la police à la justice, en passant par la recherche des personnes disparues, qu’il parait impossible d’imaginer un Kosovo sans EULEX. Reconnaître que la mission ne restera pas ad vitam aeternam au Kosovo et travailler en ce sens est une chose, mais être capable de partir du pays en laissant derrière soi un système qui tiendra debout face aux vents et marées de la région en est une autre.

Devenir un État prend plus de temps qu’une simple déclaration

Treize ans après sa déclaration d’indépendance, le Kosovo est passé d’ancienne province serbe sous administration internationale à un État — même s’il n’est toujours pas reconnu comme tel par cinq pays sur les 27 que compte l’Union européenne (ni par son plus proche voisin, la Serbie). Mais se revendiquer comme un État ne suppose pas d’en être un à part entière. Cela prend du temps. Cela s’apprend. Cela s’éprouve.

Le tournant politique du 14 février 2021

Quand nous arrivons, la campagne électorale bat son plein. Les élections générales, prévues le 14 février, sont un moment clé pour le pays. C’est le parti Vetëvendosje (auto-determination) qui a le vent en poupe. Sans grande surprise, il l’emporte largement face aux partis historiques de l’indépendance et de la guerre, relégués entre 13 et 17% des voix. Cette victoire est à l’image de la population du Kosovo, très jeune (environ 50% a moins de 35 ans), qui veut s’émanciper de la génération de la guerre d’indépendance. Le tout se déroule dans le calme. Le Kosovo semble vouloir faire table rase du passé, repartir à zéro, balayer certaines méthodes qui gangrènent la société. Une tâche peu aisée dans cette région des Balkans, minée par la corruption.

Victoire du parti de l’auto-détermination au Kosovo

La question d’Etat de droit, toujours aussi sensible

Aujourd’hui, la mission EULEX Kosovo est à un (nouveau) moment charnière de son existence. Son mandat a été contesté à plusieurs reprises par les responsables de Vetëvendosje. La question se pose de savoir si ceux-ci accepteront de renouveler l’invitation faite aux Européens de continuer leur travail. Et à quelles conditions ? En même temps, le respect de l’État de droit n’a jamais été aussi important. « Le problème est qu’au Kosovo, il y a trop d’interférences politiques. Ce n’est jamais facile à gérer », regrette le chef de la mission Lars-Gunnar Wigemark, dans notre entretien.

Au Kosovo, l’État de droit est une question, toujours politique, très sensible (Lars-Gunnar Wigemark, EULEX Kosovo)

Une police aux multiples facettes

Côté police, EULEX a beau avoir arrêté ses activités exécutives d’enquête et d’arrestation, cela n’est pas toujours aussi clair pour la population. Les forces européennes restent bien là, mais en retrait, en seconde ligne, pour prêter main forte à leurs collègues kosovares en cas de besoin, et en soutien aux Chambres spécialisées et au Procureur spécialisé de La Haye. Mais le quotidien de ces 95 policiers polonais est surtout rythmé d’entrainements et de patrouilles.

[Eulex Kosovo 2] Une mission de police à volets multiples

« Nous ne serons pas là pour toujours »

EULEX, c’est aujourd’hui beaucoup de formations, d’observation, de conseils, avec des yeux et des oreilles partout. Une mission d’experts, à qui il faut sans cesse demander ce qui se cache derrière les mots ‘monitoring’, ‘advising’, ‘in contact with’… « Nous ne serons pas là pour toujours » semble d’ailleurs être le vrai motto de la mission, répété par presque tous nos interlocuteurs. Une mission qui doit cependant rester parée à tout, jusqu’aux interventions d’urgences.

[Eulex Kosovo 3] Une unité médicale parée pour les formations jusqu’aux interventions d’urgence

Un rôle de « tampon »

Depuis ses débuts, la mission s’est « métamorphosée », selon la description qu’en fait son chef. Son mandat s’est adapté au fur et à mesure de l’émancipation du pays. Au début, EULEX disposait d’un mandat exécutif, avec une autorité directe sur le territoire, issu de la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies (la fameuse résolution 1244). Ses magistrats et procureurs européens étaient intégrés au schéma judiciaire kosovar et rendaient la justice en son nom. Depuis 2018, la mission a un mandat réduit, les Européens ayant passé la main aux Kosovars. Mais si EULEX est passée de la robe au costume, les Européens ne sont pas totalement absents. Ils sont impliqués dans la justice, où ils font office de « tampon » entre les parties, et de recours pour la société civile pour superviser une affaire.

[Eulex Kosovo 4] Passée de la robe au costume, EULEX reste impliquée dans la justice kosovare

La réinsertion en prison

Derrières les portes fermées des prisons kosovares se trament également des changements. Les progrès sont visibles, la qualité des prisons du Kosovo est même réputée l’une des meilleures des Balkans, témoigne EULEX. Il reste toutefois de quoi faire pour l’unité correctionnelle de la mission qui accompagne les services correctionnels kosovars, notamment en réinsertion des détenus.

[Eulex Kosovo 5] La qualité des prisons du Kosovo réputée l’une des meilleures des Balkans

Disparus : les plaies du passé

Les plaies du passé sont enterrées parfois peu profondément, comme dans le cimetière de Mitrovica-Nord. Guidés par le coordinateur des exhumations de EULEX à l’Institut de médecine légale, nous partons à leur recherche. Retrouver les personnes disparues de la guerre est douloureux. Mais également une nécessité pour faire face au deuil d’une nation et envisager une réconciliation sur le long terme avec la Serbie. Soit, un vrai pari pour l’avenir.

[Eulex Kosovo 6] Opération portés disparus à Mitrovica, où tout rappelle que le Kosovo n’est pas un pays comme les autres

Des projets de l’ombre

À Pristina, d’autres activités se déroulent un peu plus dans l’ombre, loin des regards du public, mais n’en demeurent pas moins des plus importantes. C’est le cas du travail de l’IPCU, l’International police coordination unit. Son rôle est de faire le lien pour l’échange d’informations de police entre les Kosovars et la Serbie, Interpol et Europol. Un travail qui est plus important qu’il n’en a l’air de premier abord : le Kosovo n’étant pas membre de Europol et Interpol, et non reconnu par la Serbie, sans cet intermédiaire, il serait plus difficile de lutter contre la criminalité trans-frontalière.

Article à suivre

En photos

Un pays ce sont aussi des gens, des mouvements, des vies… L’image peut parfois capter davantage que des mots.

[A Pristina et Mitrovica] avec les EULEX et les Kosovars. Reportage photo

(Aurélie Pugnet, envoyée spéciale au Kosovo)
Relecture : Emmanuelle Stroesser, avec Nicolas Gros-Verheyde

Photos : B2-Aurélie Pugnet

Cet article [EULEX Kosovo] Reportage hors des sentiers battus, au coeur des Balkans, au Kosovo est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

EUNAVOR Atalanta. La Bundeswehr revoit son dispositif dans l’Océan indien

Mon, 08/03/2021 - 17:05

(B2) C’est la fin d’un engagement qui a commencé aux débuts de l’opération européenne anti-piraterie, en 2008. La marine allemande ne mettra plus à disposition un avion de patrouille maritime de type P3C Orion à Djibouti. Mais elle promet d’autres moyens

Un avion P3 Orion C allemand sur la base de Djibouti (Crédit : Bundeswehr/Jenny Bartsch – Archives B2 – mars 2015)

L’Allemagne a décidé « d’ajuster la contribution allemande à Atalanta » explique-t-on à Berlin. Une décision prise fin 2020, en même temps que l’opération européenne était reconduite pour deux années supplémentaires. L’Allemagne continuera de mettre du personnel à disposition du QG d’opération à Rota (Espagne). Elle pourrait aussi revenir sur mer, avec un navire mis à disposition temporairement. Un nouveau chapitre de l’opération Atalanta s’ouvre.

Plusieurs raisons, certaines officielles et d’autres officieuses

Cette décision a de multiples explications. Premièrement, le niveau de menace dans les eaux de la Corne de l’Afrique est actuellement à « un niveau bas » justifie la Bundeswehr. C’est la rançon du succès. Alors qu’on dénombrait « 571 attaques dans la zone entre 2008 et 2012 », cela s’est réduit singulièrement ces dernières années : dix attaques entre 2013 et 2016 (sans enlèvements), sept attaques en 2017 (dont deux avec enlèvements), trois attaques en 2018. Depuis le dernier incident de piraterie « confirmé », en avril 2019, « aucun incident de piraterie n’a été enregistré » au large de la Somalie. « Aucun navire n’est plus aux mains des pirates somaliens. »

Deuxième raison, l’éventail des tâches de l’opération est « en train de changer ». L’opération EUNAVFOR Atalanta n’a plus seulement pour objectif la lutte contre la piraterie, mais aussi la lutte contre les trafics d’armes et de drogue. L’Allemagne « soutient » cette extension à « d’autres formes de menaces maritimes qui mettent en danger la sécurité régionale ». NB : ce qui suppose de revoir le cadre juridique de l’engagement. Le mandat actuel, autorisé par le Bundestag jusqu’à mai 2021, ne comprend pas automatiquement cet objectif.

Une autre raison de ce redéploiement est plus inavouable, mais très concrète. La marine allemande n’a plus vraiment d’avions en état (lire: Un Atlantique 2 français à Irini. Les P3 Orion allemands en panne). Elle préfère les réserver pour une zone plus proche et plus importante en termes de menaces : la Méditerranée (lire : Le P3 Orion allemand … loin de la zone d’opération).

Reste à rapatrier le matériel

La base allemande de Djibouti, qui assurait la logistique notamment, va être en partie démantelée. Le contingent allemand sur place est en passe d’être relocalisé en Allemagne (via A400M). Et les pionniers spéciaux de Husum sont « en train de vérifier » le matériel sur site pour examiner « sa transportabilité ». Le retour sera fait ensuite soit par voie maritime, soit par voie aérienne, voire (ce n’est pas précisé) tout simplement laissé sur place (ou détruit). Le volume est plutôt conséquent : on parle d’environ 50 conteneurs maritimes standardisés. Le déménagement va durer plusieurs mois et devrait être terminé d’ici le 31 mai 2021.

Une opération avec des moyens espagnols surtout

Précisons que l’opération EUNAVFOR Atalanta comprend actuellement uniquement des moyens espagnols : le navire de débarquement Castilla (L52) et un avion de patrouille P3 Orion. Elle devrait être renforcée temporairement par les navires français participant à la mission Jeanne D’arc, le porte-hélicoptères amphibie Tonnerre et la frégate Surcouf. L’Espagne a le commandement de l’opération, avec l’amiral Eugenio Díaz del Río, assurant le rôle de nation-cadre et fournissant une bonne partie des moyens. L’Italie, qui est l’un des autres contributeurs réguliers, a le commandement adjoint de l’opération, avec le contre-amiral Roberto Messina (1).

(Nicolas Gros-Verheyde)

  1. Un poste dévolu un certain temps (par rotation), à un officier allemand, quand l’Allemagne était un des contributeurs les plus réguliers à l’opération (en termes de moyens navals).

Cet article EUNAVOR Atalanta. La Bundeswehr revoit son dispositif dans l’Océan indien est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Le New Moon inspecté par une frégate grecque d’Irini au large de Tobrouk

Mon, 08/03/2021 - 15:05

(B2) Le cargo a été inspecté samedi (6 mars) alors qu’il se dirigeait vers Benghazi (Libye), par une équipe de visite du navire-amiral de l’opération européenne EUNAVFOR Med Irini. Rien de suspect n’a été trouvé à bord

Arrivée de l’équipe de visite grecque à bord du New Moon (crédit : EUNAVFOR Med Irini)

Une inspection

Ce cargo, battant pavillon des Comores, était parti d’Alexandrie (Égypte) le 4 mars et avait pour destination Benghazi (Libye), dans la zone contrôlée par le général Haftar. Et certains aspects justifiaient une visite. Une équipe de visite grecque du navire amiral grec HS AEGEAN est montée à bord du navire dans les eaux internationales, à environ 47 milles marins au Nord-Est du port de Tobrouk (Libye). Il s’agissait bien d’une inspection et non d’une simple interrogation. L’objectif étant de fouiller le navire à la recherche d’éventuels biens transportés en infraction de l’embargo international sur les armes édicté par les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Rien de suspect

L’équipe a vérifié la documentation disponible à bord et inspecté la cargaison. « Rien de suspect n’a été trouvé et le navire a été déclaré libre de poursuivre sa route » indique le QG de l’opération à Rome dans un communiqué publié dimanche (7.03). La procédure s’est déroulée « dans une atmosphère de collaboration tant pour le capitaine que pour l’équipage ». Cette inspection est dite coopérative. Car elle a eu lieu avec l’acquiescement du capitaine du navire. Elle s’est terminée par la photo de groupe, désormais traditionnelle, entre les inspectés et les contrôleurs. Histoire de démontrer l’absence d’encombres.

(crédit : EUNAVFOR Med Irini)

2200 vérifications et 7 inspections

C’est la septième inspection depuis le début de l’opération européenne EUNAVFOR Med Irini. En 11 mois, plus de 2200 navires ont aussi été interrogés (hailing), 88 approches amicales ont été faites et un déroutement de navire opéré.

(commentaire ) Une visite qui tombe à pic

On peut noter que cette visite a aussi un aspect assez politique. Effectuée par le navire-amiral grec de l’opération, elle permet de démontrer que les contrôles et inspections européens visent tant les navires (turcs par exemple) approvisionnant l’Ouest de la Libye (où siège le gouvernement d’entente nationale de Sarraj soutenu par la communauté internationale et militairement par la Turquie et le Qatar) que ceux alimentant l’Est de la Libye (soutenu par la Russie, les Émirats et l’Égypte). L’opération européenne veut ainsi contredire ceux (Russes et Turcs) qui l’accusent de partialité (surtout quand ils font l’objet d’un contrôle).

(Nicolas Gros-Verheyde)

Cet article Le New Moon inspecté par une frégate grecque d’Irini au large de Tobrouk est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Que faire des femmes et enfants détenus au Kurdistan syrien ? Les rapatrier ! Le coup de gueule de Mounir Satouri

Mon, 08/03/2021 - 11:00

(B2) L’eurodéputé français Mounir Satouri revient du Kurdistan irakien. En colère, il appelle, dans un entretien avec B2, la France à prendre ses responsabilités. Il faut rapatrier les familles de combattants étrangers pour les juger et protéger leurs enfants

Les quatre parlementaires patientant au point frontière de Semalka entre l’Irak et la Syrie, mercredi (crédit : M. Satouri)
  • Mounir Satouri (Verts) revient d’un déplacement de plusieurs jours (du 26 février au 3 mars) dans le Kurdistan irakien avec trois autres parlementaires : l’eurodéputée Sylvie Guillaume (S&D), les députés français Frédérique Dumas (Libertés et territoires) et Hubert Julien-Laferrière (rattaché aux Verts).

Une mission de quelques jours sur le terrain, pour comprendre

L’objectif premier de ce déplacement était « de se rendre compte de la situation et de comprendre réellement les enjeux qui expliquent que ces femmes restent là-bas » nous explique Mounir Satouri, après son retour. En territoire du Rojava — le Kurdistan syrien —, deux camps (Roj 1 et Roj 2) détiennent des femmes de combattants étrangers et leurs enfants. Parmi elles, « entre 80 et 90 femmes françaises » selon l’élu. Et leurs 200 enfants. « Ces camps sont au milieu de champs pétrolier, l’odeur du pétrole y est insoutenable, les conditions sanitaires impensables, les enfants souffrent de maladie de malnutrition » décrit l’eurodéputé.

L’accès aux camps de Rojava refusé

Mais les parlementaires ne peuvent aller plus loin que le poste frontière entre le Kurdistan d’Irak et la Syrie. « L’équivalent du ministre des Affaires étrangères du Rojava » (Abdelkarim Omar) les attendait avec camera et réception, « mais il nous a refusé l’accès aux camps, prétextant notre sécurité. Mais à force de le harceler, il nous a confié que les relations avec la France étaient trop importantes pour qu’il nous autorise à nous rendre dans les camps ».

Les enfants ne peuvent rester les invisibles de notre République

Pour ces parlementaires, la France « a fait pression » pour les empêcher « de ramener des photos ». « Le gouvernement veut que ces enfants restent des fantômes pour éviter un renversement de l’opinion publique » résume Mounir Satouri. Deux jours après leur retour, ils n’avaient pas reçu de commentaires ni du Quai d’Orsay ni du gouvernement, ni de l’Élysée. « Il est temps d’avancer sur ce sujet humanitaire et sécuritaire. Ces enfants ne peuvent rester les invisibles de notre République » reprend l’eurodéputé. Avec ses collègues, ils ont demandé au président français, Emmanuel Macron, un rendez-vous.

Une justice en suspens, une insécurité manifeste

Les avocats mandatés par l’ONG Avocats sans frontières et le bâtonnier du barreau de Paris qui les accompagnaient n’ont pas davantage pu rencontrer ces femmes. « Toutes sont judiciarisées, avec des mandats d’arrêts internationaux contre elles » et devraient être jugées en France selon l’eurodéputé. « Rojava n’est pas un territoire reconnu. Il ne peut donc y avoir de tribunal international » explique l’élu. « Si ces autorités cherchent à organiser des procès, c’est une façon d’obtenir la reconnaissance internationale qu’elles recherchent » soutient-il. De là à parler de monnaie d’échange concernant ces femmes et enfants,…

Deux tiers des enfants

« Les deux tiers des enfants ont moins de six ans. Ils sont dans ces camps depuis trois ans. Leurs souvenirs sont faits de misère, de faim, de soif. Qu’espère-t-on quand ils auront quinze ans ? » interpelle l’eurodéputé. « Quand Daesh nous attaque, c’est pour tuer, et pour attaquer nos valeurs et notre démocratie. Aujourd’hui, en ne rapatriant pas ces femmes et ces enfants, c’est aussi un bout de nos valeurs, notre démocratie et notre état de droit que nous leur concédons. »

L’accent également porté sur la situation des Yezidis

Dans le Kurdistan irakien, les parlementaires ont aussi visité le camp Shekhan, qui abrite des réfugiés de la minorité Yezidis. Notamment des femmes qui ont subi des viols et violences de la part du groupe terroriste ‘Etat islamique’ et vivent depuis, réfugiés, mais détruites psychologiquement. « Nous n’avons pas arrêté de dire que cette communauté était le symbole de la diversité religieuse et que l’on devrait être à leurs côtés, mais nous ne sommes pas à la hauteur » assure Mounir Satouri. L’eurodéputé prévoit de retourner en Irak pour défendre la cause de cette communauté.

(Emmanuelle Stroesser)

Interview réalisée par téléphone, vendredi 05 mars

Cet article Que faire des femmes et enfants détenus au Kurdistan syrien ? Les rapatrier ! Le coup de gueule de Mounir Satouri est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Dernières nouvelles des missions et opérations de maintien de la paix de l’UE – PSDC (février 2021)

Sun, 07/03/2021 - 19:30

(B2) L’entraînement et la formation sous toutes ses formes, théorique, en face à face, à distance, voire au corps à corps et même amphibie… les missions et opérations de l’UE ont de la ressource !

Centrafrique. Sur terre et dans l’eau, la formation amphibie ! 

Visit, Board, Search and Seizure (Visite, embarquement, perquisition et saisie), c’est l’intitulé explicite de la formation VBSS (la deuxième) organisée par la mission de formation de l’armée centrafricaine (EUTM RCA), avec le bataillon amphibie. Celle-ci dure trois semaines. Instructions théoriques et exercices de combat au corps à corps précédèrent une période de formation plus pratique avec les bateaux pour ces soldats destinés, entre autres, à contrôler la frontière fluviale ou escorter des cargaisons sensibles pendant leur navigation. Détails ici

(crédit : EUTM RCA)

Somalie. Apprendre à repérer les engins explosifs improvisés (IED)

La lutte contre les IED fait partie des cours fondamentaux. Une formation suivie en février par la brigade du 14 octobre des SNAF (Somali National Armed Forces), assurée par les équipes de la mission de formation de l’armée somalienne (EUTM Somalia), en partenariat avec les SNAF (Somali National Armed Forces) et la SPF (Somali Police Force). Détails ici

(crédit : EUTM Somalia)

Pristina (Kosovo). Initier aussi aux gestes qui sauvent

À Pristina, ni armes, ni corps à corps. Le respirateur et l’huile de coude (pour les massages cardiaques) sont les outils de l’équipe médicale de la mission sur l’État de droit (EULEX Kosovo) lorsqu’elle assure sa formation — en ligne — sur les soins de santé de base (BLS), comme encore début février, à un groupe de 47 travailleurs de la santé. Détails ici

(crédit : capture d’écran B2)

Garowe (Somalie). Training pour lutter contre la corruption

Comment collecter des preuves dans les crimes liés à la corruption ? Ou de quelle façon enquêter sur le blanchiment d’argent ? Quid de la corruption et des pots-de-vin dans le droit islamique et le code pénal ? Ce sont quelques-unes des questions et techniques partagées par la mission de renforcement des capacités de l’UE en Somalie (EUCAP Somalie) avec des agents de la police d’État du Puntland (CID), du bureau du procureur général du Puntland et du défenseur des droits de l’homme. Détails ici

(crédit : EUCAP Somalia)

Kiev (Ukraine). Soutien dans la mise en oeuvre de la réforme de la gestion des frontières

La création d’un système de gestion intégrée des frontières (IBM) est un objectif du contrat d’association de l’Ukraine avec l’UE. Cela passe par une plus forte coopération entre les agences, notamment le Service national des migrations et celui des douanes. Ceux-ci participaient justement, pour la première fois, à une réunion co-présidée par la mission de conseil pour la sécurité intérieure (EUAM Ukraine) et le Service national des gardes-frontières de l’Ukraine (State Border Guard Service of Ukraine – SBGS), fin février. Détails ici 

(crédit : EUAM Ukraine)

Birni N’Konni (Niger). Renfort logistique pour le contrôle aux frontières

Au Niger, la mission de soutien aux capacités de sécurité intérieure et des frontières (EUCAP Sahel Niger) a livré plusieurs matériels à la  Compagnie mobile de contrôle des frontières de Birni N’Konni. Notamment pour assurer et faciliter les transmissions (postes radios et batteries, antennes, relais et station de base). Détails ici

(crédit : EUCAP Sahel Niger)

Golfe d’Aden. Focus sur les moyens aériens de l’opération

Les avions de patrouille maritime de reconnaissance (MPRA), les hélicoptères et les drones (UAV). Ce sont les moyens aériens utiles à l’opération de lutte contre la piraterie maritime au large de la Somalie (EUNAVFOR Atalanta). Complémentaires, ils offrent « des capacités opérationnelles uniques qui ne peuvent être obtenues par d’autres moyens ». Détails ici

(crédit : EUNAVFOR Atalanta)

Bamako, Koulikoro, Gao, Sévaré (Mali). Inspection générale !

La visite du directeur général de l’état-major de l’UE, le vice amiral Hervé Bléjean, fin février, est l’occasion de parcourir à notre tour, à distance mais photos à l’appui, les différents lieux et activités de la mission de formation de l’armée malienne (EUTM Mali), de son QG à Bamako au camp d’entraînement de Koulikoro, en passant par l’école de sous-officiers de Banankoro, Gao ou le camp de Sevare. Détails ici

(crédit : EUTM Mali)

(informations recueillies par Emmanuelle Stroesser)

NB : Pour tout connaitre ou réviser, n’hésitez pas à vous procurer notre ouvrage sur la PSDC

Lire aussi sur le B2 Pro :

Lire aussi sur le blog : 

Cet article Dernières nouvelles des missions et opérations de maintien de la paix de l’UE – PSDC (février 2021) est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

[EULEX Kosovo] Pristina, Mitrovica, avec les équipes européennes, à l’heure des élections

Sat, 06/03/2021 - 15:46

B2 au Kosovo

B2 s’est rendu au Kosovo pendant une semaine, pour un reportage sur la mission européenne pour l’état de droit (EULEX Kosovo) et couvrir les élections législatives du 14 février dernier. Reportage en photos.

Le 14 février 2021, le parti anti-corruption Vetëvendosje a remporté les élections au Kosovo, avec 49% des voix Dans les rue du centre ville de Pristina, les drapeaux Albanais (le drapeau « national » du Kosovo) étaient nombreux et parfois accompagnés de drapeaux américains. Peu de supporters aux drapeaux européens en vue… Rencontre avec la Formed police unit (FPU), à Mitrovica. Les 95 policiers polonais qui la composent vivent, mangent, dorment, s’entrainent sur leur enceinte, à la frontière avec la région nord du pays. De passage à Mitrovica, B2 s’est rendu sur le le pont de la discorde reliant le sud et le nord du Kosovo. Le traverser est désormais normal… Pour autant, de part et d’autres du pont sont présents les Italiens des Carabinieri de la KFOR, la force de l’OTAN au Kosovo, chargés d’assurer la sécurité sur le pont. Des barrières et des plots pour empêcher le passage des voitures ont aussi été installés. Une fois le pont passé, la première chose que l’on remarque c’est la différence dans les drapeaux accrochés aux lampadaires, aux poteaux électriques… Au nord, ils sont serbes, comme au sud ils sont albanais ou kosovars. En cette période d’élections législatives, les posters de la Liste serbe sont placardés partout — aucune opposition en vue. A Mitrovica Nord, dans le cimetière musulman, EULEX a participé, avec l’Institut de médecine légale auquel elle est associée, à retrouver des tombeaux et fosses communes de personnes disparues pendant la guerre. À ce jour, il reste au moins 1640 personnes retrouver. De retour plus au sud, à Gračanica, une commune à majorité serbe près de Pristina, la capitale, le sentiment d’identité serbe est de nouveau partout. À Pristina, B2 fait escale au café. Celui-ci se félicite de payer des impôts. Hashim Thaci et Kadri Veseli posent pour la campagne de l’Armée de libération du Kosovo (UČK). On y lit : « Héros de la guerre et de la paix ». Ici, visible depuis une grande avenue dans le centre de Pristina. Hashim Thaci, ancien président du Kosovo, éminent membre de l’UČK, pose à côté d’une statue de Mère Theresa, dans le centre ville de Pristina Notre reportage se termine le 17 février, le jour de l’indépendance au Kosovo. Pour l’occasion, les drapeaux du Kosovo sont de sortie dans les rues de Pristina. Les drapeaux albanais (le drapeau « national » du Kosovo) se font un peu plus rares. Tous les ans, pour l’anniversaire de la déclaration d’indépendance,, le monument NEWBORN est redécoré. Cette année, c’est avec des empreintes de main, aux couleurs de treillis. Le jour de l’indépendance, les drapeaux albanais, kosovars et américains sont de sortie. On voit également quelques drapeaux, casquettes, masques sanitaires aux couleurs de l’UČK. Les drapeaux des Européens sont rares. On aperçoit quelques britanniques ou allemands, ici ou là.

Cet article [EULEX Kosovo] Pristina, Mitrovica, avec les équipes européennes, à l’heure des élections est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Le Berlin en route pour rejoindre Irini

Thu, 04/03/2021 - 16:45

(B2) Le navire de soutien Berlin (A1411) va quitter son port d’attache, Wilhemshaven ce vendredi : direction la Méditerranée centrale. Il rejoint l’opération européenne de lutte contre les trafics au large de la Libye (EUNAVFOR Med Irini)

Le Berlin en mer Egée en 2020 (crédit : Bundeswehr/Dr. Volker Hartmann)

Les deux hélicoptères : les yeux d’Irini au loin

Deux hélicoptères de type ‘Sea Lynx‘ sont du voyage. Pour la première fois précise la marine allemande (NB : d’ordinaire c’est plutôt un seul hélicoptère). Outre les tâches habituelles de logistique (navettes de personnel et de matériel entre la terre et la mer), ces hélicoptères seront les « yeux volants » d’Irini, indique le commandement du navire, le capitaine de frégate Stefan Klatt. Ils vont permettre d’augmenter la portée de la zone de surveillance du navire, comme de déposer sur les navires à contrôler, les équipes de visite. Le détachement aérien comprendra 18 militaires du 5e escadron d’aviation navale (Marinefliegergeschwader) de Nordholz, pour assurer les opérations aériennes, la maintenance et la réparation.

90% du personnel vaccinés contre le coronavirus

Outre les opérations, un des premiers défis à bord sera « la santé de l’équipage. C’est-à-dire en particulier la protection contre le Covid-19 », indique le commandant du navire. Cette année, la situation est un peu plus favorable que l’année dernière. En effet, plus de 90 % de l’équipage ont été vaccinés. Ce qui évitera les alertes inutiles et les tests PCR en urgence (comme en 2020 lorsque le navire était en opération en mer Egée. Pour limiter au maximum tout risque de contamination, les permissions à terre ne seront pas autorisées…

(Nicolas Gros-Verheyde)

Cet article Le Berlin en route pour rejoindre Irini est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Le Setúbal portugais et le Dixmude français, de concert, dans le Golfe de Guinée

Tue, 02/03/2021 - 16:30

(B2) Le patrouilleur océanique de la marine portugaise Setúbal, parti début mars, rejoint le porte-hélicoptères français Dixmude déjà sur place. La première illustration du projet pilote décidé par l’Union européenne dans une zone où les attaques pirates sont nombreuses

Le patrouilleur de haute mer portugais Setubal à son départ de Lisbonne (crédit : Joao Bico / MinDéf Portugal)

Des patrouilles dans le Golfe de Guinée

Durant trois mois, le patrouilleur de haute mer portugais (P-363), commandé par le capitaine de frégate Dias Marques, avec un effectif de 58 militaires, va participer à des exercices, des actions de coopération et patrouillera dans tout le Golfe entre l’Angola, le Cap-Vert, la Côte d’Ivoire, le Ghana, la Guinée-Bissau, le Nigeria et São Tomé e Príncipe. Le porte-hélicoptères amphibie français Dixmude (L9015) est déjà présent sur zone, pour une durée de quatre mois au total. L’objectif commun pour les deux navires : assurer une présence maritime, déjouer les attaques pirates, venir en aide aux navires attaqués, renforcer les marines locales par des exercices et des entrainements en commun.

Une première action dans le cadre des présences maritimes coordonnées

Cette mission est la première dans le cadre du projet pilote des présences maritimes coordonnées décidé par l’Union européenne en janvier dernier (1). Ce concept assez original vise à coordonner les différentes présences maritimes européennes, sans avoir le format complet d’une opération au titre de la politique de sécurité et de défense commune (PSDC) (lire : La présence maritime coordonnée. Un nouveau concept européen ? Explications). Ainsi, durant tous les mois de l’année, entre un à trois navires européens seront présents dans la zone en permanence, venant essentiellement d’Espagne, d’Italie, du Portugal et de France (1). Les planifications ont été harmonisées et ajustées pour éviter d’avoir des ‘trous’.

Un concept plus souple que des opérations

Ce concept a un avantage sur les opérations. Il est plus souple, permettant de garder à chaque pays membre son autonomie d’action, son propre calendrier. Et surtout, il ne prive pas les pays riverains de leurs responsabilités premières, en leur donnant l’impression d’une force militaire qui se superpose à leurs propres forces (2). Rien n’interdit d’évoluer d’ailleurs vers une opération en bonne et due forme.

Des présences anciennes

La marine portugaise a une présence régulière dans une zone historiquement locale. Mise au point depuis 2008, l’Initiative Mar Aberto promeut ainsi les missions de coopération en matière de défense avec la communauté des pays de langue portugaise (CPLP). Du côté français, l’opération Corymbe existe depuis 1990. Mise en place d’abord pour assurer la sécurité des populations françaises présentes dans les différents pays du pourtour du Golfe de Guinée (Côte d’Ivoire notamment) et pouvoir intervenir en évacuation, en cas de tension locale, elle est, peu à peu, montée en puissance et s’est diversifiée, avec de nombreuses interactions avec les pays de la zone.

(Nicolas Gros-Verheyde)

  1. Deux navires de chaque pays (Italie, Espagne, Portugal) s’y relaieront, trois ou quatre navires pour la France.
  2. Malgré les apparences, la situation n’est pas tout à fait comparable à celle de la Somalie. D’une part, les actes des pirates se déroulent aussi régulièrement dans les ports ou eaux territoriales (et non en haute mer). D’autre part, il n’y a pas dans le Golfe de Guinée de résolution du Conseil de sécurité des Nations unies autorisant à pénétrer dans les eaux territoriales (comme pour la Somalie).

A noter que la zone de ‘chalandise’ des pirates s’est récemment étendue, les pirates ayant pris le large. Lire : Les pirates adorent le Golfe de Guinée. La zone la plus dangereuse.

Lire aussi :

Cet article Le Setúbal portugais et le Dixmude français, de concert, dans le Golfe de Guinée est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Arabie saoudite : MBS a autorisé l’enlèvement et l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi. Un rapport US l’affirme

Sat, 27/02/2021 - 17:38

(B2) Le renseignement américain est convaincu que le prince hériter Muhammad bin Salman, qui dirige de fait l’Arabie saoudite, a approuvé l’opération faite à Istanbul de capturer ou tuer le journaliste saoudien Jamal Khashoggi

Le bureau du coordinateur US du renseignement (ODNI), Avril Haines, a autorisé, vendredi (26.02) la publication d’une note de quatre pages qui contient divers éléments très directs. « Nous basons cette évaluation sur le contrôle du prince héritier sur la prise de décision dans le royaume, l’implication directe d’un conseiller clé et des membres du détachement de protection de Muhammad bin Salman dans l’opération, et le soutien du prince héritier à l’utilisation de mesures violentes pour faire taire les dissidents à l’étranger, y compris à Khashoggi ».

La note du renseignement US liste 18 personnes impliquées dans l’enlèvement ou l’assassinat de Khashoggi.

Rapport USTélécharger

Cet article Arabie saoudite : MBS a autorisé l’enlèvement et l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi. Un rapport US l’affirme est apparu en premier sur B2 Le blog de l'Europe géopolitique.

Pages