You are here

Bruxelles2 Blog

Subscribe to Bruxelles2 Blog feed Bruxelles2 Blog
De l'info. De l'analyse. Du reportage
Updated: 21 hours 32 min ago

Les Hongrois arrivent dans Takuba

Sat, 02/10/2021 - 14:55

(B2) Ça y est. C’est décidé. Budapest a formellement soumis à son parlement cette semaine une proposition afin d’enclencher sa participation à la task force européenne engagée au Sahel

Forces spéciales en entrainement (Photo : Kormany HU / Archives B2)

Task-force initiée par la France, mais qui va être commandée par un Suédois prochainement.

80 hommes au maximum

La participation hongroise ne sera pas que symbolique. La Hongrie compte engager jusqu’à 80 militaires (plafond maximum). En réalité un peu moins sans doute. Mais ils seront « au front ». Les forces d’opération spéciales hongroises assureront les « tâches de conseil, de soutien et de mentorat des forces maliennes au combat » est-il précisé dans la résolution.

Engagement sur deux ans

Le premier contingent hongrois devrait être déployé au premier trimestre 2022. Mais un premier déploiement préparatoire d’une vingtaine de soldats devrait avoir lieu d’ici fin 2021. Il y aura ensuite une rotation de quatre mois « en s’adaptant aux tâches opérationnelles de TAKUBA et à la mise en œuvre de la stratégie ». La durée de l’engagement — du moins de la déclaration faite aux Parlement national — est de deux ans, jusqu’à décembre 2023.

Geste de solidarité et objectif politique

Pour Budapest, cet engagement est justifié par « la volonté d’être un contributeur actif et crédible à la sécurité euro-atlantique ». Mais aussi par une raison qui résonne particulièrement dans la campagne hongroise : la pression migratoire. « L’une des causes de la pression du sud est la menace terroriste dans la région subsaharienne » explique Szilárd Németh, le secrétaire d’État parlementaire à la Défense. La Hongrie « est donc prête à accroître sa contribution à la sécurité dans la région. Il est donc dans notre intérêt national d’y jouer un rôle » ajoute-t-il.

NB : cet engagement de la Hongrie avait été scellé lors d’un entretien entre le président français Emmanuel Macron et son alter ego hongrois Viktor Orban, il y a quelques mois déjà. Entretien qui avait aussi une valeur très politique d’armistice dans les escarmouches entre les deux leaders. On peut gager que la tenue de l’engagement par Budapest devrait être gagé sur une réciprocité de Paris sur d’autres dossiers.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Cet article Les Hongrois arrivent dans Takuba est apparu en premier sur B2 Le média de l'Europe géopolitique.

La Grèce prend le commandement sur zone de l’opération Irini en Méditerranée

Wed, 29/09/2021 - 18:22

(B2) Deux changements à attendre du côté de l’opération de l’UE de contrôle de l’embargo sur les armes imposé à la Libye

Michail Magkos (crédit : EUNAVFOR Med Irini)

La force aéronavale de l’UE déployée au large de la Libye va passer sous commandement grec dans quelques jours. Le commodore grec Michail Magkos doit succéder au contre-amiral Stefano Frumento (en poste depuis le 31 mars), comme commandant de la force en Méditerranée centrale, à compter du 1er octobre. Magkos connaît bien l’opération pour avoir été depuis le 31 mars l’adjoint du commandant d’opération (chef d’état-major). Sa bio.

Le commandement stratégique de l’opération EUNAVFOR Med Irini reste assuré par un Italien, depuis le quartier général de Rome. Mais lui aussi vient de changer : le vice-amiral Stefano Turchetto doit succéder le 1er octobre également à son compatriote, le contre-amiral Fabio Agostini qui a tenu les rênes de l’opération, depuis sa création, au printemps 2020. Son portrait ici.

Un nouveau commandant pour l’opération Irini en Méditerranée

Cet article La Grèce prend le commandement sur zone de l’opération Irini en Méditerranée est apparu en premier sur B2 Le média de l'Europe géopolitique.

Tensions dans le Nord du Kosovo. EULEX se déploie. La KFOR patrouille

Tue, 28/09/2021 - 11:47

(B2) Depuis quelques jours, chacun veut montrer ses muscles près de la frontière entre Serbie et Kosovo. Les policiers et militaires européens et de l’OTAN s’interposent

Les plaques serbes ne sont plus acceptées au Kosovo. Ici, en février dernier, à Mitrovica (Nord du Kosovo) (B2/AP)

La tension monte sur le terrain

Police, blindés et même avions

Du côté kosovar, des véhicules blindés de la police spéciale kosovare ont été déployés dès le lundi 20 septembre, du côté kosovar vers les points frontières de Jarinje et Brnjak. Du coté serbe, des véhicules blindés, aussi ont été acheminés non loin de la « ligne administrative » ou frontière. Des tanks T-72s modernisés avec une nouvelle optique, comme le rapporte B92 (média serbe) samedi 25 septembre. Des Mig 21 de l’armée de l’air ont même survolé à plusieurs reprises la frontière ce week-end.

Belgrade soutenu par Moscou

Le ministre serbe de la Défense Nebojsa Stefanovic et son chef d’état-major ont rendu visite aux unités stationnées à la frontière administrative. Le tout en compagnie de l’ambassadeur de Russie, Alexander Botsan-Kharchenko, comme le rapporte un journaliste. Histoire de bien montrer que si le Kosovo est soutenu par l’OTAN, la Serbie n’est pas isolée et peut compter sur le soutien d’au moins un membre du Conseil de sécurité des Nations unies. Ce mardi 28 septembre, N. Stefanovic en rajoute une couche : « l’armée a relevé son niveau de préparation au combat sur ordre du président serbe Aleksandar Vucic », selon B92.

En cause, un banal conflit de plaques d’immatriculation

La cause de cette montée d’adrénaline : une question banale en apparence. Quelles plaques d’immatriculation doivent porter les voitures au Kosovo ? Une plaque kosovare, jure Pristina, l’État du Kosovo étant indépendant depuis 2008. Une plaque serbe, réagit Belgrade qui n’a jamais reconnu complètement l’indépendance de cette ancienne province autonome yougoslave. Et considère toujours les habitants du Kosovo (au moins les Serbes) comme ses administrés. On le comprend bien, derrière ce problème de vie quotidienne, se cache une vraie question géopolitique : reconnaitre ou pas le Kosovo (1).

L’accord intérimaire qui a pris fin

La reconnaissance des plaques était un point important du Brussels Agreement, dans le cadre du Dialogue Belgrade-Pristina (2). Un accord était intervenu, entré en vigueur en 2016, mais uniquement à titre intérimaire, pour une période de cinq ans. Cet accord a pris fin. Et le Kosovo a décidé tout bonnement il y a deux semaines d’interdire la circulation des véhicules kosovars avec une plaque serbe sur son territoire. Autre raison avancée : le premier ministre kosovar parle de « réciprocité de mesures », rapportent des médias, car la Serbie interdisait avant cela les plaques kosovares sur son territoire.

Présence européenne et euro-atlantique renforcée

Conformément aux plans de sécurité, les Européens d’EULEX Kosovo et les Otaniens de la KFOR ont commencé à se renforcer sur place — au Nord Kosovo uniquement.

La police de EULEX déployée depuis une semaine

Des équipes de l’Unité de police constituée (FPU) d’EULEX (la mission de l’Union européenne pour l’État de droit au Kosovo) sont déjà « déployées depuis le 20 septembre » aux points de passage communs (CCP) de Bërnjak/Tabalije et de Rudnica/Jainjë, actuellement bloqués, explique Ioanna Lachana, porte-parole de la mission. Leur rôle est « la reconnaissance afin de surveiller la situation sécuritaire sur le terrain ».

Gardiens de la sécurité du Kosovo

L’unité de police d’EULEX a ainsi répondu à la demande officielle de la Police du Kosovo. Elle intervient dans son rôle de deuxième intervenant en matière de sécurité au Kosovo (second security responder). C’est-à-dire pour soutenir la Police du Kosovo en cas de besoin. Elle est en passe d’être soutenue par la troisième ligne de renfort (third security responder), les forces de l’OTAN.

Le nombre de patrouilles de la KFOR augmentée

La KFOR a ainsi été déployée depuis lundi (27 septembre) dans le Nord Kosovo. Des soldats américains, canadiens et polonais précise Kosovo Online. Les forces de l’OTAN « ont augmenté les patrouilles le long des principaux axes de circulation affectés par les barrages routiers » et « [déployé leurs] unités aux points de passage frontaliers de Jarinje et Brnjak », où se massent également manifestants et barricades, nous confirme le commandant de la KFOR, le général (italien) Franco Federici (3). 

Objectif : faire baisser la pression

Ces mesures adoptées par l’OTAN ont trois objectifs, détaille notre interlocuteur : « favoriser une désescalade rapide des tensions et restaurer un environnement sûr et sécurisé, ainsi que la liberté de mouvement pour toutes les communautés du Kosovo ». Le tout a été « préalablement discuté par le commandant de la KFOR avec toutes les institutions du Kosovo et avec les maires des municipalités du Nord », nous précise le commandant de la force.

A noter que les attachés de défense américain et canadien ont également fait le déplacement visitant les deux points frontières de Jarinje et Brnjacka « pour mieux comprendre la situation ». « Heureux de constater que la KFOR est sur place en tant que facteur de stabilisation » indiquent-ils dans un tweet. Attachés de défense américains et canadiens (Crédit : Ambassade US à Belgrade)

Une présence exceptionnelle

Ce n’est pas dans les habitudes de la Police du Kosovo de demander des renforts internationaux. La dernière fois que les Kosovars ont demandé à EULEX d’intervenir remonte au 28 mai 2019. C’était aussi dans le nord du Kosovo. EULEX avait alors « augmenté la fréquence des patrouilles des unités de police constituées pendant plus d’une semaine, à la suite de l’opération anti-contrebande menée par la police du Kosovo le même jour », rappelle à B2 Ioanna Lachana.

(Aurélie Pugnet)

  1. La Serbie reconnait de facto l’indépendance, mais pas de jure.
  2. Des négociations entamées depuis plusieurs années entre Serbie et Kosovo sous l’égide de l’Union européenne, avec l’objectif de « normaliser » leurs relations.
  3. La KFOR agit « conformément à son mandat, qui découle de la résolution 1244 du Conseil de sécurité des Nations unies de 1999 » nous rappelle le général.

Cet article Tensions dans le Nord du Kosovo. EULEX se déploie. La KFOR patrouille est apparu en premier sur B2 Le média de l'Europe géopolitique.

Maxime Blasco

Mon, 27/09/2021 - 19:15

(B2) Le caporal-chef Maxime Blasco, du 7e bataillon de chasseurs alpins (BCA), est tombé au Mali vendredi (24 septembre).

Il participait avec son commando, à « une opération de reconnaissance et de harcèlement », conduite par la Force Barkhane dans le Gourma malien, dans la région de Gossi, à proximité de la frontière entre le Mali et le Burkina Faso, précise l’état major des Armées.

Plus tôt dans la journée, « des éléments d’un groupe armé terroriste [avaient] été détectés par un drone Reaper dans la forêt de N’Daki ». Une patrouille de deux hélicoptères d’attaque avait été engagée « pour les neutraliser ».

(AF)

Cet article Maxime Blasco est apparu en premier sur B2 Le média de l'Europe géopolitique.

Relève française au commandement de l’ACT à Norfolk

Fri, 24/09/2021 - 20:55

(B2 à Norfolk, Virginia) La relève est assurée au commandement ‘Transformation’ de l’OTAN (ACT), l’un des principaux commandements militaires de l’Alliance

La cérémonie de remise du commandement commence (© NGV / B2)

Le général (français) Philippe Lavigne a pris le relais de son compatriote le général André Lanata, à la tête de ce qui est un des principaux commandements de l’Alliance atlantique. L’ACT est chargé de la Transformation de l’Alliance, c’est-à-dire de veiller au grain sur les évolutions futures et de préparer l’OTAN aux conflits et crises de demain… ou d’après-demain.

Les représentants militaires tous là, ou presque, à la cérémonie de passation du commandement. (© NGV / B2)

Dans la grande salle du musée naval de la ville est rassemblé tout l’aréopage de l’OTAN, la plupart des représentants militaires au sein de l’Alliance ont fait le déplacement aux USA pour assister à la cérémonie. Mais une bonne cérémonie militaire ne se conçoit pas sans un orchestre…

Une petite formation cuivre fait résonner tour à tour les hymnes de l’OTAN, de la France et des USA (© NGV / B2)

À ceux qui pourraient douter de la présence de la France dans le commandement intégré de l’OTAN, il n’y a ici aucun doute. « La France est un allié de l’OTAN fort et très apprécié, avec des capacités de pointe et des forces hautement professionnelles », lance d’ailleurs le secrétaire général dans son discours.

Drapeaux français et américain côte à côte lors de la cérémonie (© NGV / B2)

« Depuis plus d’une décennie, la France a nommé ses meilleurs officiers pour prendre ce commandement », poursuit Jens Stoltenberg. Un compliment assez naturel dans ce type de cérémonie, mais qui prend un relief particulier en pleine retombée de l’affaire Aukus.

Le secrétaire général Jens Stoltenberg monte sur la tribune pour assurer la passation des drapeaux. (Crédit photo : OTAN)

(Nicolas Gros-Verheyde)

Cet article Relève française au commandement de l’ACT à Norfolk est apparu en premier sur B2 Le média de l'Europe géopolitique.

L’accord sur les sous-marins entre Australie et USA provoque les Européens

Tue, 21/09/2021 - 14:30

(B2) Au-delà de la colère légitime française, cet accord a une certaine résonance pour les Européens. La relation avec Washington, Londres et Canberra pourrait pâlir. Mais réagir ne sera pas simple. Sauf à faire un saut politique notable

Un acte plutôt inédit

Un cas d’école

Contrairement à ce que déclarent certains commentateurs, la décision australienne n’est pas juste un cas de plus de la compétition qui règne sur les marchés de défense. Un secteur où la concurrence est féroce, y compris entre alliés. La victoire américaine des F-35 en Suisse (ou en Belgique auparavant) ou celle du Rafale français en Croatie en témoignent. Où tous les coups sont permis normalement. Mais, ici, on est dans un vrai cas d’école : un contrat signé, dans le cadre d’un partenariat stratégique, rompu sans aucun préalable, de façon au minimum non élégante. NB : un montant de 900 millions d’euros a déjà été engagé par les Australiens avec Naval Group dans des études préliminaires.

Une certaine duplicité australienne

Le mot de « trahison » posé par les Français n’est pas juste un coup de colère. Le jour même de l’annonce de l’accord avec les Américains et Britanniques, « les Australiens ont ainsi notifié à Paris la ‘system functionnal review’ (revue fonctionnelle du programme) » souligne ainsi un responsable du ministère des Armées à quelques journalistes dont B2. Une note importante. Elle atteste que les préliminaires techniques ont été franchis et qu’on peut « passer aux étapes suivantes». Ce n’est que « quelques heures avant l’annonce de l’accord AUKUS », que le ministre australien de la défense Peter Dutton prend son téléphone pour appeler son homologue française Florence Parly et lui annoncer la nouvelle.

La trahison des Alliés

Cette trahison n’est pas juste australienne. Elle s’applique également aux Américains et Britanniques. Des Alliés très proches qui se concertent, quotidiennement, au sein de l’OTAN pour faire face aux menaces, diverses, et définir notamment une politique vis-à-vis de la Chine. La pilule passe difficilement à Paris Et cela pourrait laisser des traces.

Quelques leçons sur l’accord australien

Le bloc des Fives Eyes est solide

Cet accord a certes une certaine logique. L’Australie s’arrime clairement au monde anglo-saxon, américain et britannique, notamment par les accords de renseignements. L’accord avec la France constituait en quelque sorte une incartade face à cet axe géopolitique aux racines historiques. On assiste ainsi au renforcement du bloc des Cinq (USA, Royaume-Uni, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande) auquel devra réagir l’Europe si elle entend exister réellement.

Un projet pilote d’une alliance plus importante ?

Cela ira-t-il plus loin que les sous-marins ? Sans doute. D’ores-et-déjà, d’autres pistes sont déjà évoquées par les participants, notamment en matière de recherche ou d’intelligence artificielle. Faut-il y voir la préfiguration d’une sorte Alliance militaire du Pacifique, pendant de l’OTAN pour la zone euro-atlantique. On peut le penser… Surtout si les Alliés de l’OTAN restent réticents à s’engager les yeux fermés derrière le drapeau américain dans son ‘combat’ politique, économique et stratégique contre la Chine.

De America First à America Back une constante

La politique de l’administration Biden ne diffère pas sensiblement de celle menée par l’administration Trump. Cela n’étonnera nullement les plus avertis (notamment ceux de B2, lire : America is back, dit l’administration Biden. Quelle politique avec l’Europe ?). Les imprécations en moins, l’efficacité en plus ! L’Amérique entend rester leader dans le monde, et les Alliés suivent. La mise en place du retrait d’Afghanistan l’avait montré, le partenariat AUKUS le confirme. NB : Même quand Donald Trump a rompu l’accord signé par tous avec l’Iran, cette procédure n’est allée à son terme qu’au bout de longs mois. Et non sans avertissement.

L’attitude non amicale britannique

La volonté du Royaume-Uni de tisser un réseau d’alliances se révèle ne pas être un simple slogan de campagne du Brexit. Avec cet accord AUKUS, Boris Johnson signe un de ses premiers succès. Et ce ne pourrait pas être le seul. Londres entend bien pallier à sa sortie de l’Union européenne, en renforçant ses liens avec ses alliés traditionnels, nord-américain comme du Commonwealth.

La France en solo

Dans cette affaire, la France est apparue tout d’abord un peu seule. C’est logique. Le contrat signé par Paris avec Canberra n’est pas un acte européen ni même n’a été concerté au niveau européen. C’est la France, seule, qui a négocié un accord avec les Australiens. En se gardant bien d’y associer les autres Européens. La compétition était même de règle avant la signature de ce contrat — voire même après — avec les Allemands en particulier de TKMS. NB : un point que l’Hotel de Brienne (siège des armées françaises) préfère passer sous silence.

Quelle réaction pour les Européens ?

Un point d’interrogation sur les relations avec l’Australie

Au-delà d’un possible ralentissement des négociations engagés par les Européens avec Canberra sur un accord de libre échange (lire : L’affaire AUKUS prend une tournure européenne. Toutes les options sont sur la table), on peut se demander si certains projets UE-USA ne vont pas subir, eux aussi, un certain ralentissement.

La relations transatlantique : un peu compliquée

Les demandes américaines de s’impliquer davantage dans les outils européens de défense — comme la coopération structurée permanente et le fonds européen de défense — pourraient être examinées… très, très lentement. La demande de signer un arrangement administratif avec l’agence européenne de défense (EDA) pourrait ainsi se heurter à un ‘Non’ de la France (déjà réticente à un tel accord). La négociation de l’arrangement administratif sur l’association américaine au projet PESCO de la mobilité militaire pourrait lui aussi connaitre quelques retards. Idem pour l’arrangement sur l’accès américain au signal sécurisé public (PRS) de Galileo.

La préférence européenne : à développer

Le modèle de développement des armements en se reposant sur les exportations trouve là une limite. Si les Européens veulent conserver une industrie de la défense européenne dynamique, ils devront d’abord acheter les armements produits sur le continent. La préférence européenne doit être aussi forte et présente que la préférence américaine. La seule exonération de la TVA proposée par Ursula von der Leyen dans son discours sur l’État de l’Union ne suffira pas. (Lire : Défense. L’Europe doit pouvoir agir seule ! Les six propositions (audacieuses) de von der Leyen).

Des négociations groupées : à envisager

L’Europe pourrait aussi penser à faire davantage bloc dans la négociation des contrats extérieurs. Si le contrat australien avait associé des Allemands, la réaction Outre-Rhin serait un peu plus ‘dynamique’. C’est très compliqué. Il ne faut pas se le cacher. Mais tant que les Européens ne feront pas bloc pour faire des offres communes à certains pays, ils seront exposés à ces revers de bâtons, de la part de concurrents… ou d’alliés.

L’attitude vis-à-vis de la Chine : à définir

La discussion entre alliés sur l’attitude à avoir vis-à-vis de la Chine — menée essentiellement au sein de l’Alliance atlantique, pour la définition d’un futur concept stratégique — pourrait être impactée. Soit les Alliés se rangent au désir des Américains (ce qui est en soi le message politique de cet accord). Soit ils maintiennent une voie semi-autonome, comme définie jusqu’ici.

La défense européenne

L’idée de développer l’Europe de la défense sort renforcée, exprime-t-on. Mais saura-t-elle convaincre au-delà de ceux déjà intiment convaincus ? Sortira-t-on du « Nous voulons » pour passer à « Nous faisons » ? Le défi est réel. Et le saut géopolitique important. Il faudra plus qu’un évènement de ce type pour franchir le gué.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Cet article L’accord sur les sous-marins entre Australie et USA provoque les Européens est apparu en premier sur B2 Le média de l'Europe géopolitique.

La Suède va prendre le commandement de la task-force Takuba

Fri, 17/09/2021 - 18:34

(B2) À partir de novembre 2021, c’est la Suède qui va assurer le commandement de l’opération des unités spéciales mises en place au Mali à l’initiative de la France et avec les Européens.

(MOD France / EMA)

« Nous pouvons confirmer que nous avons accepté de fournir le poste de direction de la Force opérationnelle Takuba au Mali » indique un communiqué de la défense suédoise.

C’est « un exemple clair de la bonne coopération franco-suédoise dans l’opération en cours et de la confiance que notre personnel a bâtie pendant le temps que nous avons travaillé ensemble au Mali », souligne le général de brigade Anders Löfberg, chef du commandement des forces spéciales.

NB : les Suédois sont arrivés dans la task-force depuis février 2021 avec l’apport (précieux) d’une force d’intervention rapide et d’hélicoptères. Avec cette prise de fonction, les Français parachèvent ce qu’ils avaient commencé en européanisant Takuba.

(NGV – AF st.)

Cet article La Suède va prendre le commandement de la task-force Takuba est apparu en premier sur B2 Le média de l'Europe géopolitique.

Le chef d’EIGS tué par les forces françaises

Thu, 16/09/2021 - 08:22

(B2) Adnan Abou Walid al Sahraoui, chef du groupe terroriste État islamique au Grand Sahara [EIGS] a été neutralisé par les forces françaises, a annoncé le président français Emmanuel Macron, jeudi (16 septembre). « Il s’agit d’un nouveau succès majeur dans le combat que nous menons contre les groupes terroristes au Sahel » a-t-il ajouté.

Adnan Abou Walid al Sahraoui, chef du groupe terroriste État islamique au Grand Sahara a été neutralisé par les forces françaises. Il s’agit d’un nouveau succès majeur dans le combat que nous menons contre les groupes terroristes au Sahel.

— Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) September 15, 2021

Cet article Le chef d’EIGS tué par les forces françaises est apparu en premier sur B2 Le média de l'Europe géopolitique.

Évacuation de Kaboul. Premier bilan de Apagan. Un exercice de haute voltige

Wed, 15/09/2021 - 15:51

(B2) Le couple A400M-A330, la base militaire aux Émirats, la coopération avec les alliés ont été des éléments-clés dans l’évacuation de Kaboul. Un peu précipitée, faute de prévisions…

Un avion A330 évacué vers Paris les évacués de Kaboul (Crédit : DICOD / EMA)

La ministre des Armées est venue devant la commission défense de l’Assemblée nationale mardi (14 septembre) tirer le bilan d’Apagan.

Trois éléments clés de la réussite de l’opération d’évacuation

Le couple A400M – A330MRTT à la manœuvre

« Réalisée dans des conditions complexes, cette opération est une réussite », s’exclame tout de suite la ministre des Armées, Florence Parly, commentant l’opération d’évacuation de Kaboul. Un succès qui repose « sur les performances du couple A400M – A330MRTT et de leurs équipements ». Ces deux avions ont permis « d’agir plus vite et plus loin, avec des capacités de navigation et de transport permettant de tenir leur place dans un contexte sécuritaire dégradé et des conditions de vols difficile ».

La base 104 : un point d’appui essentiel

Autre condition de cette réussite : « le point d’appui aux Émirats arabes unis » qui a « confirmé toute sa pertinence ». Ce « positionnement stratégique » constitue « un gage de notre crédibilité opérationnelle ». La base aérienne 104 d’Al Dhafra (aux Émirats arabes unis) a permis d’établir un double pont aérien : « Le premier entre Kaboul et Abu Dhabi grâce aux A400M et C130 qui ont fait 26 ponts tactiques, le deuxième entre Abu Dhabi et Paris grâce à 16 vols stratégiques de A330MRTT ». (Lire : Première opération d’évacuation d’envergure pour les A400M de toutes nationalités)

Le choix de la boucle sécuritaire américaine

« La coordination aérienne et la coopération avec les US ont permis de mener à bien l’évacuation », souligne la ministre. L’accès à l’aéroport a été assuré grâce au soutien « crucial » des « alliés » britanniques, chargés « de la sécurisation de l’un des accès ». Dès les premiers jours, le choix a été fait de se placer dans la « boucle sécuritaire » des États-Unis, encore présents. La « solidarité européenne » a joué, permettant l’exfiltration des membres de la délégation de l’UE ainsi que l’évacuation de citoyens européens.

Un manque de prévision patent, entre Alliés

La vitesse de la conquête de Kaboul mal anticipée !

Quant à pouvoir prévoir la chute de Kaboul, la ministre le reconnait, humblement : « On ne peut pas dire qu’on savait ce qui allait se passer. » Ce qui était connu, « ce sont les échéances fixées par la négociation qui avait eu lieu entre les US et les Taliban à Doha. Nous connaissions cette date du 31 août comme la date du désengagement US. » La chose « que personne n’avait anticipée, c’est la vitesse avec laquelle les Taliban allaient reprendre le contrôle de la totalité du pays ». Au contraire !

Le temps a manqué aux Alliés

« Lorsque les Américains et tous ceux qui étaient présents en Afghanistan ont pris connaissance de ce calendrier, ils ont imaginé qu’il y aurait du temps pour conduire ces opérations d’évacuation. »

(Agnès Faure, st.)

Un exercice de haute voltige : le Retex des armées sur Apagnan 1. Les Raid Air Evac ont été « des exercices de haute voltige » mais le défi « a été bien relevé » souligne le colonel Pascal Ianni, le porte-parole d'état-major des armées. La vitesse de mise en place et de coordination a été « un élément clé ». 2. « La réactivité des armées ». « On s'est rendu compte que notre dispositif d'alerte fonctionne ». 3. L'opération a permis de tester la « robustesse des capacités notamment des A400M et C130 », de vérifier qu'il existe une « allonge suffisante pour chercher du monde ». 4. L'interopérabilité avec les Alliés. « On s'entraîne avec eux, on est déployés avec eux. Toute cette interopérabilité qu’on a créé et nourri au cours des années a montré toute sa pertinence dans les situations d'urgence ». 5. La « plus value opérationnelle du dispositif de forces prépositionnés » (les FFEAU) donne « un avantage en cas d'imprévu et d'urgence ». Éprouvé à de nombreuses reprises en Afrique, il est un élément « très particulier et significatif pour la France par rapport autres pays européens ». 6. « La connaissance intime de la région des FFEAU a permis que cette manœuvre complexe et inédite se fasse dans les meilleures conditions possibles ». NB : le porte-parole des armées s'exprimait lors d'un point de presse le 31 août auquel a participé B2.

Cet article Évacuation de Kaboul. Premier bilan de Apagan. Un exercice de haute voltige est apparu en premier sur B2 Le média de l'Europe géopolitique.

Défense. L’Europe a des capacités. Encore faut-il vouloir et être capable de les utiliser

Wed, 15/09/2021 - 15:15

(B2) Le sempiternel débat sur la défense européenne est à nouveau relancé. Mais il faut se poser les bonnes questions… et les résoudre

Pour intervenir efficacement, encore faut-il le savoir, le vouloir, et le décider (MOD Ukraine)

L’Europe a des capacités, mais ne les utilise pas

Aujourd’hui, l’Europe ne manque pas de capacités au niveau militaire. Elle en regorge, même. Sur le papier, les 27 États membres alignent pas moins de 1,4 million de soldats, disposent de centaines d’avions de chasse et de navires, de milliers de chars et véhicules blindés, et ont des bases prépositionnées ou un équivalent dans plusieurs points du monde (Asie, Pacifique, Moyen-Orient, Amérique latine). Pourtant l’Europe n’arrive que péniblement à réagir aux crises, à aligner quelques milliers d’hommes pour aller assurer la sécurité dans son voisinage, ou tout simplement venir en aide à des citoyens européens en danger.

Tirer les leçons du terrain

L’exemple de l’Afghanistan est patent. Malgré une présence aérienne en nombre et l’envoi de forces spéciales, les Européens ont été incapables de se coordonner et planifier un déploiement commun. C’est l’impulsion américaine qui a été décisive, pas l’européenne (lire : Premières leçons de la ‘crise de Kaboul’). L’impression finale était celle d’un joyeux bazar, qui a été au final un succès… mais aurait pu virer au désastre.

Ne pas s’enferrer dans une voie condamnée

L’échec des battlegroups — cette force de réaction rapide européenne — est patent. On n’est pas sur un problème conjoncturel, mais bien structurel. Ce dispositif où quelques pays sont ‘de garde’, pour intervenir dans le monde entier, sur toute sorte de crise, ne peut pas fonctionner. On a tenté à plusieurs reprises de les faire partir. À chaque fois, la réponse a été ‘Non’.

Des dispositifs science fiction

La raison est structurelle : Ce sont les 27 qui décident, à l’unanimité de l’engagement. Mais seuls quelques pays, ceux d’astreinte, supportent tout le coût humain, politique et financier de l’engagement. Il faut un formidable alignement des planètes pour avoir à la fois une volonté politique commune d’agir, dans un délai d’action rapide, sur un terrain où les pays d’astreinte sont prêts et formés à intervenir, et sans aucun obstacle (politique, financier ou technique) qui vienne s’interposer (lire : Revoir le concept des battlegroups : une nécessité).

Trois outils à mettre en place pour réagir

Trois éléments font aujourd’hui défaut à l’Europe de la défense :

1. une capacité d’anticipation, donc un partage du renseignement, efficace, qui parte du terrain et remonte au niveau politique, avec une analyse commune, permanente, qui provoque une décision politique. Cela suppose une révolution des mécanismes et des esprits.

2. une capacité de commandement politico-stratégique. Elle suppose non pas une révolution, mais une utilisation intelligente des dispositifs existants. Ce n’est pas vraiment un grand quartier général militaire qui manque à l’Europe, c’est un dispositif politique de décision dans l’urgence. Le dispositif européen est aujourd’hui conçu sur une mécanique de consensus politique, d’engagement financier et d’actions, qui se décompte en quelques semaines ou quelques mois (voire années). Trop long, là où il faut réagir en 24 ou 48 heures.

3. une capacité d’intervention, taillée sur mesure, à la hauteur des objectifs que peuvent atteindre les Européens. Inutile de prévoir une force d’entrée en premier, de 5000 hommes, si l’on n’est pas capable de réagir rapidement dans un théâtre extérieur et dangereux (où des vies seront sans doute perdues). Autant prévoir une capacité réaliste, modulaire, capable d’intervenir.

  • Par exemple pour aller à la rescousse de milliers d’Européens coincés dans le monde du fait d’une crise sanitaire, naturelle, technologique ou d’un conflit. C’est tout à fait possible : 200 à 500 forces spéciales, quelques dizaines d’avions, un centre de coordination aérien… Tout cela existe. Il suffit de les mettre ensemble dans un dispositif.
  • Idem pour les terrains d’intervention : un groupe ‘désert’, un groupe ‘urbain’, un groupe ‘hiver’, un groupe ‘médical’ peuvent être constitués assez facilement et seraient davantage déployables qu’un groupe multirisques.
  • Et il y a des conflits, où les Européens ne pourront pas / ne voudront pas intervenir (type Syrie 2011, Ukraine 2014…). Il vaut mieux le prévoir d’emblée.

Une opportunité politique

L’Europe de la défense a aujourd’hui une porte ouverte formidable. L’Alliance atlantique terrassée par la défaite de l’Afghanistan va devoir remettre en question sa doctrine expéditionnaire de stabilisation. Il y a fort à parier qu’elle se recentrera, au moins dans l’immédiat, sur sa vocation première : la défense du territoire européen face aux menaces venues de l’Est (Russie mais aussi Chine), tant traditionnelles que d’un genre nouveau (cyber, etc.). Les USA de Joe Biden mettent en vigueur un tournant déjà amorcé par Obama et Trump : en finir avec les interventions militaires extérieures non justifiées par la stricte sécurité nationale, et faire face à la compétition politique, militaire et économique venue d’Asie (Chine et autres).

Les Européens voudront-ils la saisir ?

Dans son voisinage proche, et même légèrement au-delà, l’Europe est donc seule à bord et maîtresse de son destin. Voudra-t-elle assumer cette charge, et comment ? C’est tout l’enjeu de la réflexion entamée aujourd’hui par la présidente de la Commission européenne dans son discours sur l’Etat de l’union (lire : Défense. L’Europe doit pouvoir agir seule ! Les six propositions (audacieuses) de von der Leyen, et par les États membres dans la ‘boussole stratégique’ (sorte de futur livre blanc sur la défense européenne). Travail qui pourrait déboucher (si tout va bien) sous présidence française dans un sommet spécial Défense, à Toulouse. Pour réussir cet exercice devra cependant en terminer avec le bla-bla, les bonnes intentions sans lendemain, les outils mort-nés, regarder la réalité en face et se retrousser les manches.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Cet article Défense. L’Europe a des capacités. Encore faut-il vouloir et être capable de les utiliser est apparu en premier sur B2 Le média de l'Europe géopolitique.

L’armée slovène passe à l’électrique pour entraîner ses pilotes

Wed, 15/09/2021 - 10:01

(B2) Septembre sonne l’heure de la rentrée. À l’école des aviateurs de l’armée slovène, les élèves ne sont pas les seuls à être attendus avec impatience… quelques nouveaux équipements un peu particulier sont également sur le chemin

Un Virus 121SW prend son envol (Forces armées slovène)

Nous sommes reçus par des aviateurs. Habillés de combinaisons vert kaki, la ressemblance avec des acteurs de Top Gun est frappante. Ce n’est pas sans raison : nous sommes à la 15th Wing — base de l’aviation militaire slovène et son école — basée à Cerklje ob Krki, à quelques kilomètres à peine de la frontière avec la Croatie. 

La base aérienne militaire slovène

C’est ici que sont formés des pilotes, depuis les années 1990. Mais depuis le 1er septembre, de nouveaux arrivants ont fait leur apparition dans la 15th Wing. Et ils sont particulièrement surprenants. Il y aura des avions électriques — ils seront testés avant d’être inclus dans les formations — et un simulateur de vol — utilisé pour les formations des cadets. L’excitation des formateurs, comme des élèves est particulièrement palpable. L’accord signé avec l’entreprise slovène Pipistrel il y a plusieurs mois est entré en vigueur juste à temps pour la rentrée des classes.

L’avion électrique

La star du show, c’est Velis Electro, un avion qui fonctionne uniquement à l’électrique. Il est proche du « zéro émission » et est peu bruyant, se félicitent les Slovènes. Une aubaine, alors que l’école d’aviation se situe tout près d’un village. Surtout, il est « certifié » par l’Agence de la sécurité aérienne de l’Union européenne — c’est-à-dire autorisé à voler : une première.

Velis Electro arrivera le 22 septembre prochain sur le terrain de Cerklje ob Krki. Dès ce moment là, dans toutes les formations, Velis Electro jouera un rôle modeste mais significatif, notamment pour montrer le niveau de technologie et le respect de l’environnement. Il sera utilisé dans différentes étapes de la formation des pilotes. Pas fait pour faire de la voltige, il servira plutôt pour les courts trajets dans les airs et apprendre à décoller/atterrir.

Rechargement express

En effet, le souci de l’avion électrique, c’est bien son autonomie. Elle n’est pas aussi longue qu’un avion ordinaire. Les Velis Electro (à l’électrique), disposent d’à peine une heure. Pour comparaison, les Virus 121SW (au carburant) de Pipistrel ont une autonomie de vol de 5 heures 30. La recharge des Velis Electro peut aller « vite » — deux à trois heures grâce à des chargeurs spéciaux — ou moins vite — toute une nuit lorsque l’appareil est rechargé sur une prise de courant classique. Il faut donc un minimum d’organisation, et disposer de plusieurs batteries rechargées en stock.

Impressions positives

Les différents utilisateurs rencontrés par B2 ont fait état de leur impression très positive. Pour un pilote expérimenté, piloter un avion électrique est d’ailleurs plus aisé qu’un avion à propulsion classique, car il est notamment plus facile de contrôler sa puissance. Seul soucis qu’il partage avec nous : la petite réserve d’énergie présente dans un avion électrique, et sa moindre puissance comparée à un avion à carburant.

Autres petits nouveaux

Une semaine avant l’arrivée d’un Velis Electro, c’est un Virus 121SW qui prendra ses aises dans les quartiers de la 15th Wing, dès mercredi 15 septembre pour la période de test. Lui fonctionne au carburant. Son empreinte carbone est basse et son ratio performance/coûts semble avoir déjà gagné le cœur de ses clients. 

Deux pilotes ont commencé leur formation sur le type Virus 121 et sont désormais certifiés. L’un est instructeur pour la formation d’instructeurs et l’autre est candidat pour devenir instructeur. La formation a eu lieu à la mi-août avec un Virus 121 présent pour l’occasion.

Ensuite, il sera temps de tester la version UAV (drone) du Virus 121 avec des équipements de surveillance. Puis, arrivera le Panthera hybride à l’empreinte carbonne basse, destiné lui aux formations avancées (advanced trainer). Il s’agit d’une mise à niveau logique, après les Virus. Cela devrait être possible au milieu de l’année prochaine.

Un élève s’exerce sur le simulateur de vol (AP/B2)

L’électrique aussi dans le simulateur de vol

Les avions ne sont pas la seule innovation à faire leur apparition dans l’école. Dans une petite salle à l’air de rien, trône la nouveauté : une boîte, à l’apparence d’un cockpit d’avion. A côté, un écran, sur lequel on voit l’avion décoller, faire un looping, se balader, et atterrir. Le tout, du point de vue du pilote.

Comme dans un jeu

En fait, l’image à l’écran est la même que celle que le pilote voit dans son casque de réalité virtuelle (VR). C’est comme dans un jeu : l’élève s’installe dans le faux-vrai cockpit, met le casque sur les yeux… et sans quitter la terre ferme, apprend à maîtriser un avion. B2 a essayé pour vous… le résultat et les sensations sont plus que réels, au point d’oublier que l’on est bien sur la terre ferme. Le simulateur de vol est en appui des avions : il permet de tester avant de se lancer dans les airs.

L’outil simulateur enthousiasme

L’école a utilisé pour la première fois ce simulateur dans son processus de sélection des élèves, après la théorie et avant la phase de vol. Et le résultat est sans appel : « la phase de vol a débuté à un niveau visiblement plus élevé qu’avant l’utilisation du simulateur — le simulateur est donc très utile. Nous allons tester très soigneusement dans quelles phases nous pourrions inclure le simulateur dans la formation au vol. Nous prévoyons de commencer toute la formation au vol avec la phase du simulateur à l’avenir et nous espérons que les premiers candidats commenceront avant la fin de cette année », se félicite le lieutenant-colonel Tomaž Oblak, officier supérieur d’état-major.

Pendant que B2 s’exerce sur le simulateur, les aviateurs expérimentés nous guident : les images du casque de virtualité virtuelle sont retransmises sur une télé.

Un effet verdissement 

Pour la défense slovène, l’achat de ces technologies a une raison en particulier : le « vert ». Utiliser des batteries électriques plutôt que du pétrole, ou s’entraîner dans des simulateurs plutôt que d’utiliser des avions, est ce qui leur permet, selon eux, de réduire leur empreinte carbone et contribuer à la défense de l’environnement. C’est une des priorités du ministère de la Défense, notamment dans le cadre de la présidence slovène de l’Union européenne (lire : Notre interview avec Matej Tonin, ministre slovène de la Défense).

(Aurélie Pugnet)

La Slovénie arrive la première sur l'électrique. Avec l'arrivée des avions dès la semaine prochaine, la Slovénie « a bien l'ambition d'être la première armée de l'air à effectuer une partie de la formation au vol avec un groupe motopropulseur entièrement électrique », se réjoui le lieutenant-colonel Tomaž Oblak, officier supérieur d'état-major. Le Danemark s'est aussi équipé auprès de Pipistrel, et les appareils « doivent arriver à l'automne 2021 », « pour un test de concept, qui aidera à déterminer si la technologie peut être utilisée de manière opérationnelle dans l'armée de l'air », annonçait le ministère de la Défense danois en juin dernier. Côté français, le général Philippe Lavigne, chef d’état-major de l’armée de l’Air et de l’Espace en mai 2021, a volé à bord d’un avion biplace à moteur électrique, l’Alpha Electro.

Cet article L’armée slovène passe à l’électrique pour entraîner ses pilotes est apparu en premier sur B2 Le média de l'Europe géopolitique.

Accident de la route au Mali. Trois soldats espagnols d’EUTM blessés

Tue, 14/09/2021 - 19:35

(B2) Ce mardi (14 septembre), au matin, à 08:45, un véhicule de la mission de l’UE (EUTM Mali), a eu un accident de la circulation. Il est entré en collision avec un camion de 10 tonnes dans le cercle de Kati. Trois soldats espagnols ont été blessés.

« Tous les soldats blessés ont été transférés, par hélicoptère au Role 2 [l’hôpital de campagne] à Koulikoro », le centre de formation des Maliens et de l’UE. Ils sont actuellement « sous traitement » indique-t-on à la mission européenne.

EUTM Mali est la mission militaire de formation et de conseil auprès des FAMA, les forces armées maliennes.

(NGV)

Cet article Accident de la route au Mali. Trois soldats espagnols d’EUTM blessés est apparu en premier sur B2 Le média de l'Europe géopolitique.

Dans l’antre de la Red Team avec François Schuiten, dessinateur

Tue, 14/09/2021 - 08:05

(B2 – exclusif) Quelles seront les menaces du futur, à l’horizon 2060 ? C’est la feuille de route donnée par l’armée française à une dizaine d’artistes. La Red Team. De la science fiction à l’état pur, avec un objectif très réaliste. Le dessinateur belge François Schuiten raconte

Le dessinateur François Schuiten dans son atelier à Bruxelles (crédit : AF/B2)
  • Mise en place à l’initiative d’Emmanuel Chiva, directeur de l’agence de l’innovation de défense (AID), la Red Team réunit une dizaine d’auteurs, scénaristes et dessinateurs de science-fiction.
  • Deux équipes s’affrontent : la Red Team simule une force ennemie et évalue ainsi les capacités défensives de l’équipe testée, la Blue Team.
  • Après une saison test, la Red Team a dévoilé en juillet 2021 deux de ses scénarios qui clôturent sa saison 1. Au total, quatre saisons sont prévues.

Participer au projet : une ambition intellectuelle

Qu’est-ce qui vous a attiré dans le projet ?

— C’est le défi intellectuel, d’interroger ce que sera le monde de demain, avec lucidité. Parce que nous avons eu accès à beaucoup d’informations, nous avons ainsi pu comprendre des sujets qui étaient jusque-là pour nous assez opaques. C’était donc une formidable chance. Je n’ai jamais été très intéressé par tout ce qui concerne la guerre et les armes. Mais je trouvais étonnant que l’armée ouvre ses portes et dialogue avec des auteurs de science-fiction, je n’avais pas envie de dire non à une proposition aussi audacieuse.

Certains membres de la Red Team ont préféré rester anonymes, par peur de représailles. Pourquoi pas vous ?

— J’assume pleinement mon choix. Je suis un pacifiste, mais le rôle que nous avons dans ce projet n’est pas en contradiction avec mes convictions. Notre mission n’est pas d’imaginer comment faire la guerre. Elle est d’imaginer comment se prémunir des dangers du futur, c’est tout à fait différent. Ce qui m’a intéressé, c’est que nous devons imaginer des mondes et des situations difficiles pour un pays comme la France. Nous sommes dans une hypothèse de réaction à une agression, à une situation difficile, pas en train d’imaginer des hypothèses offensives.

La mission de la Red Team

Anticiper les menaces du futur, l’armée n’est-elle pas capable de le faire elle-même ?

— Traditionnellement, l’armée est un peu en retard d’une guerre. Elle a des stratèges certes, mais nous sommes là pour amener autre chose, hors de la réalité. Nous restons en rapport avec le réel mais travaillons sur des hypothèses beaucoup plus futuristes. Donc, nous ne sommes pas en concurrence avec eux. La ministre des Armées nous avait dit ‘Faites-nous peur’… c’est pas mal comme suggestion, non ?

Comment l’armée vous a-t-elle accueilli ?

— Nous avons été très bien accueillis. Il a fallu faire un peu nos preuves, bien sûr. Il y a certainement eu des résistances au sein de l’armée, parce que ce n’était pas dans leur nature d’ouvrir un espace de réflexion comme celui-là. Au départ, il y avait honnêtement un petit peu de scepticisme, sur l’utilité de la démarche. Je crois que ce genre de critique est en train de disparaître, les militaires découvrent au fur et à mesure que cette réflexion peut être très stimulante, pour eux comme pour nous.

La fabrication d’un scénario

Comment le travail se passe-t-il au jour le jour ?

— Nous avons des réunions à des rythmes qui permettent de construire le scénario, sans planning fixe.

Et vous travaillez aussi sur le terrain ?

— Oui, les militaires nous emmènent aussi là où ils s’entraînent. Il nous est arrivé de nous retrouver à quatre heures du matin, dans la nuit, enfoncés dans la boue avec des chars qui passent à côté… C’est comme cela que nous réalisons les difficultés et les problématiques actuelles. Ils nous ont aussi emmené sur un terrain d’aviation où décollent les Rafale, pour voir comment ils réfléchissent et toutes les nouvelles technologies qu’ils développent (NB : sortie organisée en février 2021). Nous irons bientôt dans un sous-marin et sur un porte-avion. Ces expériences nous permettent de développer des scénarios nourris par l’expérience du terrain. Quand vous voyez des chars en pleine nuit avec des tirs, vous êtes enfoncés dans la terre avec des bouchons dans les oreilles tellement il y a du bruit, cela vous fait quelque chose ! La façon dont vous le retranscrivez sur le papier est très différente. Moi, je suis un dessinateur en chambre. Si je ne me confronte pas au réel, le dessin ne le reflète pas.

Après cela, comment élaborez-vous un scénario ?

— Nous rencontrons d’abord la Purple Team (les experts de la société civile). Nous avons des rendez-vous virtuels sur des ordinateurs sécurisés et écoutons des experts et leurs analyses, c’est passionnant ! Ils sont issus soit de l’armée, soit de Paris Sciences Lettres. Nous voyons très vite si nos hypothèses fonctionnent ou pas. Nous avons besoin d’être critiqués par des experts, avant de nous confronter à la Blue Team (l’armée). Ensuite, nous soumettons différents projets de scénarios et l’armée nous dit lesquels les intéressent le plus. Les militaires peuvent nous demander de développer un aspect particulier dans chacun des scénarios. En fait, ils jouent le rôle de la Blue Team qui a pour vocation de nous corriger, de nous dire si ça ne marchera jamais, ou si ce n’est pas pour eux une hypothèse solide…

Où allez-vous chercher l’inspiration ? D’événements réels ?

— Il y a une inspiration du réel, d’un réel qui s’affole. J’ai souvent le sentiment que le réel dépasse la fiction. La pandémie par certains côtés nous montre bien ça. Nous avons déjà connu des épidémies… mais que cela déstabilise le monde entier à ce point, personne n’y aurait cru. La réalité dépasse toujours la fiction, donc il faut déjà être suffisamment solide pour arriver à surprendre le réel. Nous devons aussi être — et c’est ça qui m’intéresse beaucoup — très utopistes pour faire un autre monde. Pour imaginer 2040 ou 2060, il faut être solidement armé pour avoir une hypothèse qui tient la route. Mais nous sommes là pour développer des scénarios qui interrogent et qui surtout déstabilisent l’armée. Quand ils nous disent ‘ah ça on n’y avait pas vraiment pensé’, alors là nous sommes vraiment ravis.

Sur combien de scénarios travaillez-vous en même temps ?

— Il y a deux gros scénarios par an qui sont rendus publics (cf encadré), mais le nombre évolue. Nous aimerions aller un peu plus loin, plus dans le détail dans le rendu et dans la restitution des scénarios pour être plus surprenants.

Et après…

Qu’advient-il des scénarios une fois livrés à l’armée ?

— Ils ont plus ou moins sous-entendu que certaines de nos hypothèses vont leur permettre de développer un certain type de champs d’investigation. (NB : invité sur France Culture en juillet 2021, le directeur du projet Emmanuel Chiva a expliqué que le projet Myriade 22 « est un premier résultat concret » de cette collaboration.)

Vos scénarios vous inspirent t-ils dans vos autres travaux ?

— Je crois, ils nourrissent ma réflexion. Parfois même cela m’effraie ! J’espère qu’ils ne se réaliseront pas, mais il y aura certainement des aspects qui deviendront réels.

Que retenez-vous de cette expérience ?

— L’expérience que j’en tire c’est un enrichissement personnel. Beaucoup de sujets sont extrêmement compliqués à mettre en images. Par exemple la façon de dessiner des bulles virtuelles (NB : référence à l’un des deux scénarios dévoilés en juillet 2021), ou ce qui protégerait un porte-avion et qui serait brusquement brisé ? (NB : référence au deuxième scénario). Nous savons que ces porte-avions sont extrêmement fragiles donc ils ont besoin d’avoir tout un système extrêmement sophistiqué de protection. Comment donner une forme graphique à ça ? J’adore ce challenge de donner une image à ce qui n’en a pas.

(Propos recueillis par Agnès Faure, st.)

Les scénarios sont rendus sous la forme d'un livre avec une série de recommandations, de descriptions des armes du futur notamment. Il ne s'agit pas de scénarios de films au sens traditionnel. « L'intérêt est de creuser visuellement, narrativement, toutes les conséquences de ce monde virtuel. Pour nous, il s'agit de montrer un certain nombre d'éléments qui nous permettent de construire ce que peut être une situation extrêmement difficile et qui intéresse l'armée française ». Les vidéos mises en ligne sont « des fragments » destinés au grand public « qui permettent d'appréhender les climats ». Voir notamment les scénarios rendus publics à l'occasion de la saison 0 sur le site de la Red Team.

Entretien réalisé en face-à-face, à Bruxelles, le 1er septembre.

Cet article Dans l’antre de la Red Team avec François Schuiten, dessinateur est apparu en premier sur B2 Le média de l'Europe géopolitique.

Un avion d’État français soupçonné d’avoir violé l’espace aérien finlandais

Sun, 12/09/2021 - 09:36

(B2) Les gardes côtes finlandais se sont saisis du dossier

« Un avion d’État français est soupçonné d’avoir violé l’espace aérien finlandais dans le golfe de Finlande », indique le ministère finlandais de la Défense dans un communiqué publié mardi (7 septembre) dans l’après-midi. Les faits se sont produits le mardi matin.

Une enquête en cours

Tous les cas sont caractérisés et classés comme des violations ‘possibles’ jusqu’à ce que les gardes-frontières finlandais aient mené leur enquête et conclu qu’il s’agit d’une violation réelle. Cette enquête prend généralement un à deux jours, précise t-on à B2.

Des précédents

Le ministère de la Défense signale publiquement toutes les violations territoriales possibles. En général, cela se produit une à cinq fois par an. Cette année, trois violations territoriales ont eu lieu en Finlande : deux par la Suède et une par la France. En 2020, deux provenaient de la Suède et une de l’Allemagne.

(AF, st.)

Cet article Un avion d’État français soupçonné d’avoir violé l’espace aérien finlandais est apparu en premier sur B2 Le média de l'Europe géopolitique.

EUAM Iraq étend sa présence au Kurdistan

Thu, 09/09/2021 - 11:29

(B2) Le Haut représentant de l’Union européenne a officialisé les choses en annonçant mercredi (8 septembre) que la mission de conseil des forces de sécurité en Iraq (EUAM Iraq) allait avoir une nouvelle présence au Kurdistan iraquien.

La mission stationnée jusqu’ici uniquement à Bagdad ouvrira donc un second bureau permanent à Erbil. C’est ainsi que l’Union européenne a « élargi cet été » la mission, a expliqué Josep Borrell, lors de son voyage en Iraq cette semaine. « Notre équipe est prête à fournir des conseils et une expertise sur la réforme du secteur de la sécurité civile au gouvernement régional du Kurdistan. Les pourparlers ont déjà commencé sur les domaines dans lesquels notre soutien peut être utile », a précisé Josep Borrell en Iraq.

La mission compte actuellement 68 agents internationaux issus de 19 États membres de l’UE, et deux experts supplémentaires à Erbil, décompte le porte-parole du Haut représentant pour B2.

L’annonce ne sera pas une grande surprise pour les lecteurs assidus de B2. Dans la perspective de l’ouverture d’une présence à Erbil, le chef de la mission, Christoph Buik, s’était déplacé en juillet dernier pour une série de rencontres avec les autorités régionales. L’enjeu était de renforcer la coopération dans le domaine de la réforme du secteur de la sécurité (lire : Dernières nouvelles des missions et opérations de l’UE (juillet 2021)). En 2019 déjà, du changement était attendu dans ce domaine (EUAM Iraq, prochainement engagée dans le Kurdistan iraquien ?).

(Aurélie Pugnet)

Cet article EUAM Iraq étend sa présence au Kurdistan est apparu en premier sur B2 Le média de l'Europe géopolitique.

Les Portugais en Roumanie

Wed, 08/09/2021 - 17:58

(B2) 93 soldats de l’armée de terre portugaise (14e régiment d’infanterie de la compagnie de tireurs d’élite mécanisés) sont partis ce mardi (7 septembre) en Roumanie pour participer à la mission ‘présence avancée’ de l’OTAN dans la zone Sud-Est de l’Europe face à la Russie en Mer noire. Durée de l’engagement : trois mois. But : « renforcer la posture de dissuasion et de défense sur le flanc sud-est du territoire de l’Alliance ».

Cet article Les Portugais en Roumanie est apparu en premier sur B2 Le média de l'Europe géopolitique.

Dans la peau d’un battlegroup. Les Slovènes en astreinte ce semestre

Wed, 08/09/2021 - 14:18

(B2 à Ljubljana) Alors que l’existence même des battlegroups est sous pression, leur entreprise bien huilée n’attend plus qu’un signe politique pour se voir déployés

Les forces slovènes sont actuellement en astreinte dans un des battlegroups de l’Union européenne (© AP / B2)

Le futur des battlegroups, ces forces de réaction rapide de l’Union européenne, est au centre du débat européen depuis quelques mois. La raison : ils n’ont jamais été déployés pour répondre à quelque crise que ce soit. Ce qui signifie aux yeux de certains, qu’ils sont tout bonnement inutiles. Dernière idée en date (de mai dernier) : mettre en place une « force d’entrée en premier », qui serait plus permanente entre certains pays (lire : Créons une force européenne d’entrée en premier ! 14 États sont pour). En attendant, les battlegroups de l’Union européenne continuent d’être de rigueur. Ils s’entraînent, se qualifient pour être à partir au cas. B2 est parti rencontrer les troupes slovènes, en astreinte depuis juillet dernier dans le battlegroup commandé par les Italiens.

Une force multinationale entre voisins

En principe, il y a toujours une force prête à être déployée pour les besoins militaires de l’Union européenne (cf. encadré). Elles ne sont simplement pas toujours constituées des mêmes nations, forces et capacités. Sur la base de Vojašnica Edvarda Peperka, à Ljubljana, c’est la 10ème brigade motorisée de la 1ère brigade qui constitue l’élément central de la participation slovène. Avec l’Autriche, la Croatie, la Hongrie et l’Italie, ils forment un battlegroup de l’Union européenne, qui se fonde sur un accord conclu entre les participants (un memorandum of understandings). Les pays ont aussi signé un accord technique entre les participants au sujet de l’entrainement et l’utilisation des battlegroups.

Un des militaires de la 10e brigade motorisée (© AP / B2)

Une mobilisation sur un an

Les battlegroups alternent tous les six mois. Chaque mois de janvier et juillet, une nouvelle coalition prend le relais dans la rotation. Mais dans les faits, le battlegroup mobilise les efforts bien au-delà des six mois de rotation.

La Multinational Land Force — qui a pris le relais en juillet 2021 — en est une bonne illustration. La première réunion a eu lieu en juillet 2020 (inital conference) avec les hauts représentants des militaires de chaque pays, soit un an avant le début de la rotation. D’autres réunions ont suivi. En décembre 2020, une feuille de route pour l’entraînement des forces a été élaborée.

Six mois de préparation

De janvier à mai 2021, soit six mois avant la mobilisation, tout le personnel du battlegroup suit un même entrainement, chacun chez soi. Ces cinq mois intenses sont rythmés par pas moins de trois exercices. En juin, le battlegroup passe une « validation ». Elle prend la forme d’un exercice de 14 jours, réalisé en Italie, le pays leader du battlegroup.

Chaque pays fournit à la fois troupes, mais aussi équipements et différentes capacités (© AP / B2).

…Puis six mois de ‘stand-by

Le 1er juillet 2021, c’est la rentrée. Le semestre en stand-by débute. Au programme : entraînements sur entraînements ! Il ne faut surtout pas perdre la forme. En octobre, un exercice supplémentaire aura lieu, avec trois aspects : la mobilité militaire, l’aide aux sinistrés (disaster relief), en coopération avec les institutions civiles, et l’opération militaire.

L’intérêt pour les armées

Pour certains, les battlegroups représentent un gaspillage de ressources et de temps. Mais pour un observateur averti, participer aux battlegroups est « une très belle opportunité pour les troupes ». Et ce pour différentes raisons, détaille un gradé : « l’entrainement est plus intense que d’habitude, les personnels ont un but concret vers lequel travailler, les troupes se préparent à défendre une cause plus grande que leur seule nation ». En plus, du point de vue de la défense européenne, « ils travaillent à l’interopérabilité des armées avec leurs partenaires. Le travail en battlegroup contribue à la dissuasion », ajoute un autre. Ne manque qu’une décision politique pour les voir à l’oeuvre, sur le terrain cette fois.

(Aurélie Pugnet)

Qu'est ce qu'un battlegroup ? Les battlegroups représentent une force de la taille d'un bataillon d'infanterie, renforcé avec un élément soutien au combat 'Combat support' (CS) et un soutien logistique Combat support service (CSS). Le tout doit faire au minimum 1500 personnels (parfois plus). Chaque battlegroup dispose d'un quartier général de la force (FHQ), qui peut également être déployable. Le concept des battlegroups a atteint sa capacité opérationnelle depuis 2007. La décision de déployer les battlegroups revient aux ministres des États membres (Conseil de l'Union européenne). Ils sont déployables en cinq jours, dans une zone qui va les 6000 kilomètres autour de Bruxelles. Ils ont dix jours pour être opérationnel sur le théâtre, pour un engagement initial de 30 jours, pouvant être étendu à 120 jours.

Lire notre fiche : Les GT 1500 ou battlegroups. Une belle idée jamais mise en pratique

Cet article Dans la peau d’un battlegroup. Les Slovènes en astreinte ce semestre est apparu en premier sur B2 Le média de l'Europe géopolitique.

Dernières nouvelles des missions et opérations de maintien de la paix de l’UE – PSDC (août 2021)

Tue, 07/09/2021 - 20:30

(B2) Connaître, se faire connaître, reconnaître. Ce sont les gages pour assurer de bonnes coopérations, essentielles aux opérations et missions de l’UE sur le terrain. L’été a été propice à cela. Comme aux visites extérieures, notamment de députés européens en Ukraine

Libye. « L’approche intégrée » européenne se met en place

L’opération maritime de l’UE EUNAVFOR MED IRINI et la mission d’assistance frontalière de l’UE en Libye (EUBAM Libya) organisent un peu plus leur coopération. Cet été, le contre-amiral Fabio Agostini, commandant d’Irini, et Natalina Cea, chef de mission d’EUBAM Libya, se sont retrouvés à Rome, au QG d’EUNAVFOR Med IRINI, pour signer une convention qui pose noir sur blanc les axes de coopération. Avec une attention particulière notamment sur la formation des garde-côtes libyens et la sécurité portuaire. Détails ici

(crédit : EUNAVFOR Med Irini)

Djibouti. Coopération de voisinage

Autres formes de coopération, celles de la force maritime européenne chargée de combattre la piraterie maritime au large de la Somalie (EUNAVFOR Atalanta) avec les forces présentes à Djibouti. Le commandant de l’opération, le vice-amiral José María Núñez Torrente, a profité de la rotation du quartier général de la force, début août, pour faire le tour des commandements et des unités militaires les plus importants présents à Djibouti. Détails ici

(crédit : EUNAVFOR Atalanta)

Bagdad (Irak). Rencontre avec le FBI irakien

L’Agence fédérale de renseignement et d’investigation irakienne (FIIA) et la mission de l’Union européenne de conseil aux forces de sécurité intérieure (EUAM Irak) coopèrent déjà, par exemple dans la récupération d’objets d’art volés et les relations avec INTERPOL. Et il s’agit de poursuivre cette coopération, notamment dans la lutte contre le terrorisme et le crime organisé. C’était l’enjeu d’une rencontre mi-août dans la capitale. Détails ici

Ségou (Mali). Visite guidée de l’école de sous-officiers

La mission de formation de l’armée malienne (EUTM Mali) nous fait revivre le déplacement du commandant de la force, le général de brigade Jochen Deuer, à Ségou, siège de la troisième région militaire du pays et de l’école des sous-officiers des forces maliennes. Le général y a notamment testé le tir numérique à la Kalachnikov ! Détails ici

(crédit : EUTM Mali)

Donetsk (Ukraine). Visite guidée pour six eurodéputés

Les députés européens (1) se sont rendus en Ukraine à l’occasion du 30e anniversaire de l’indépendance du pays (le 24 août). Une opportunité saisie pour découvrir le travail de la mission de conseil aux forces de sécurité intérieure ukrainiennes (EUAM Ukraine). Entre autres visites, celle du port maritime de Mariupol, à l’Est du pays. Car la mission précise qu’elle « renforcera bientôt ses conseils en matière de gestion intégrée des frontières aux services répressifs opérant dans le port ». Les députés ont également discuté avec le commandant de la police régionale des défis liés à la proximité de la ligne de contact (contrebande et crime organisé). Détails ici

(1) Michael Gahler, Viola von Cramon, Petras Auštrevičius, Andrius Kubilius, Juozas Olekas, Anna Fotyga et Ramona Strugariu

Ramallah (Territoire palestinien). Une campagne contre le cyber-chantage

L’experte en cybercriminalité de la mission de soutien à la police et de l’état de droit pour le territoire palestinienne (EUPOL COPPS), Alessandro Buono, a conseillé la police civile palestinienne (PCP) ces deux dernières années sur les moyens de combattre le phénomène du chantage sur internet. Le résultat est une campagne de sensibilisation au cyber-chantage, dévoilée cet été. Détails ici

Garowe (Somalie). Prévenir la radicalisation

Dix enquêteurs de la police d’État du Puntland et cinq procureurs du bureau du procureur général ont participé à un atelier de deux jours de sensibilisation à la lutte contre la radicalisation, organisé dans le bureau local d’EUCAP Somalia à Garowe. L’enjeu est de les épauler pour prévenir et détecter la radicalisation le plus tôt possible dans leur travail quotidien. Détails ici

(crédit : EUCAP Somalia)

Niger. Une Berlinoise à la tête de la mission

À la tête de la mission civile de l’Union européenne de soutien aux forces de sécurité intérieure et de la stabilisation du Niger (EUCAP Sahel Niger) depuis janvier, l’Allemande Antje Pittelkau a eu droit à son portrait, à lire sur le site de la Deutsche Welle (DW).

(informations recueillies par Emmanuelle Stroesser)

NB : Pour tout connaître des dernières évolutions de la politique de défense européenne, l’indispensable à se procurer : la nouvelle ‘boîte à outils’ de la défense européenne, qui vient de paraître, ainsi que notre ouvrage de référence sur la PSDC

Lire aussi sur le B2 Pro (parus en août) :

Et sur le blog : 

Cet article Dernières nouvelles des missions et opérations de maintien de la paix de l’UE – PSDC (août 2021) est apparu en premier sur B2 Le média de l'Europe géopolitique.

Dans les coulisses d’une informelle

Sun, 05/09/2021 - 11:43

(B2 à Brdo) Un moment privilégié de discussion pour les ministres pour échanger et tenter de rapprocher leurs points de vue. Hors de la salle de réunion, que se passe-t-il ?

Il est loin le temps où l’informelle se déroulait sans agenda préconçu, loin des caméras et des téléphones. L’agenda est aujourd’hui assez cadré, les journalistes sont bien présents. Et les réseaux sociaux également. Mais le mythe de l’informelle perdure. Se déroulant une fois tous les six mois, dans le pays qui assure la présidence tournante, elle reste incontournable pour un ministre.

La réussite d’une telle réunion tient à quelques petites choses, essentielles : le fond du débat bien entendu, le cadre et le temps. À l’aune de ces critères, les deux réunions qui se sont succédé à Brdo en Slovénie — jeudi avec les ministres de la Défense, vendredi avec ceux des Affaires étrangères — ont été une réussite. La thématique de l’Afghanistan a dominé tout le débat. Le cadre, le parc et château de Brdo, mis à disposition par la présidence slovène de l’UE, étaient idylliques, calmes, verts, avec de multiples recoins pour converser tranquillement. Et le temps a viré à l’azur magnifique.

Autour de la table, c’était autre chose, la débâcle de l’Afghanistan ne laissait personne indifférent. Et l’heure n’était pas vraiment à l’autosatisfaction. Tous les ministres avaient d’ailleurs fait le déplacement. Et les rares qui n’étaient pas là étaient représentés par un adjoint. Les apartés ont donc été nombreuses.


Le centre de conférences où se situent les principales discussions. Dans un parc verdoyant. Calme et tranquilité assurées. La seule proximité sont les sportifs de l’équipe de football qui s’entraînent de l’autre côté. (© NGV / B2) Le rituel de la photo de famille est incontournable. Pas toujours très follchon. Mais personne ne le rate. Cela permet de figer pour l’éternité la présence des uns et des autres. Pour AKK, la ministre allemande, c’était par exemple la dernière fois avec ses collègues européens de la défense… Sauf surprise électorale en Allemagne. Contrairement aux autres photos de famille, il n’y a pas de marque réservée pour chacun. Seul un petit scotch blanc pour se repérer. Seuls le Haut représentant et l’hôte slovène de la réunion ont leur place dédiée au centre. Le reste se place au petit bonheur… ou dans l’ordre d’arrivée. Tant pis pour les retardataires. Les apartés entre ministres constituent un autre des points essentiels d’une informelle. Et la discussion continue quel que soit le lieu. Sur le podium où a lieu la photo de famille au besoin. Ici le haut représentant de l’UE, Josep Borrell (au gauche), avec l’hôte de la réunion informelle Défense, le Slovène Matej Tonin (à droite), et la ministre néerlandaise Ank Bijleveld (au centre). Les conversations sérieuses continuent y compris sur le podium (à gauche le général Graziano et le ministre letton de la Défense Artis Pabriks) Idem le lendemain entre les deux ministres des Affaires étrangères, le Français Jean-Yves Le Drian (à droite), avec son homologue – et ami – luxembourgeois, Jean Asselborn. Deux des ‘vétérans’ des réunions européennes. A l’écart, mais l’oeil et l’oreille vigilant, le Portugais Augostos Santos Silva. Les trois ont défendu vaillamment une position plus ouverte vis-à-vis des Afghans ‘les plus vulnérables’. Faisant face à un front déterminé des partisans déterminés d’une fermeture des frontières (pays d’Europe centrale essentiellement). Le point avec la presse est devenu un aspect primordial d’une informelle. Ce n’était pas l’objectif du départ. Le Gymnich visait en effet surtout à donner la possibilité aux ministres de pouvoir discuter entre eux sans risque d’être dérangé. Aujourd’hui, la presse est là et bien là. Et le passage est sinon obligé du moins recommandé, au moins pour celui/celle qui veut faire passer un message, surtout au niveau national. Le ministre hongrois Szijjarto ne manque que rarement cet exercice, aussi important que la présence à l’intérieur. L’occasion de repréciser les principaux points de sa position nationale. Elle figure sur deux pages, dans son petit dossier, qu’il a relu juste avant, histoire de ne rien oublier. Le ‘no cravate’ est voulu. C’est le code vestimentaire pour un Gymnich. Pour l’informelle défense, la consigne était plus stricte. Et les tenues plus corsetées de rigueur. Arrive l’heure du repas. Pour ceux qui ont le temps — journalistes ou membres des délégations —, la présidence slovène leur a réservé un petit havre de paix. Un restaurant sur une ile à 10 mn à pied de la salle de conférence. Un moment idéal pour faire connaissance, converser avec les uns et les autres… ou tout simplement souffler un peu. La photo est faite de loin à dessein pour conserver l’anonymat des militaires, conseillers, membres de l’administration, présents. Un personnel indispensable pour tenir la route sur une informelle, passer des notes au besoin, préparer des argumentaires. Des petits conciliabules se forment. C’est le boulot d’un porte-parole qui emmène ‘ses’ journalistes pour leur confier les dernières informations ou la version défendue par son ministre. Entre ‘parler vrai’ et ‘spin’, tout est possible. D’ordinaire c’est dans une salle, avec des chaises. L’informelle permet une attitude plus détendue. Le groupe ici est particulièrement nombreux : il comprend les journalistes germanophones. (© NGV / B2) Autre ambiance pour le briefing français. Mis à part l’AFP (branche anglophone et germanophone) et B2, aucun journaliste français n’a jugé bon de faire le déplacement, alors que les télévisions polonaise, hongroise, par exemple étaient là… Alors la diplomate française au COPS, C. Raulin, fait un briefing par téléphone, sur un système type Zoom, pour les journalistes restés dans leurs pénates. Un procédé devenu tellement courant durant la crise du Covid-19 qu’il s’est installé dans les mœurs. Avantage : on peut le faire d’un peu n’importe où. Notre diplomate a choisi un coin tranquille à l’écart des autres conversations. Quoi de mieux que le podium destiné à la photo de groupe désormais plus usité. (© NGV / B2) Les officiers de liaison au repos. Pièce indispensable du dispositif. De jeunes étudiant/es en sciences politiques ou relations internationales qui suivent pas à pas le ministre s’il doit se déplacer d’un point ou un autre de la réunion, et assurent la liaison (© NGV / B2) C’est le temps du départ. Et d’un ultime bain de soleil sous forme de repos bien mérité, débout, pour Ann Linde, la Suédois (© NGV / B2) C’est le temps des au-revoir. Entre le (jeune) Slovène Anze Logar et le (senior) Haut représentant Josep Borrel, le dernier à partir. La complicité n’est pas feinte. Le courant semble bien passer. Et pourtant ils sont situés à des bords politiques bien opposés. La magie des informelles européennes… Le ballet des voitures emportant les ministres est un art précieux. Le nombre de voitures dépend de la taille de la délégation. La sécurité dépend de la personnalité à bord. L’Allemand Heiko Maas a droit à un traitement de faveur, avec un véhicule de sécurité roulant à sa hauteur, prêt à écarter tout importun. (© NGV / B2)

(Nicolas Gros-Verheyde)

Cet article Dans les coulisses d’une informelle est apparu en premier sur B2 Le média de l'Europe géopolitique.

Les premières leçons de la ‘crise de Kaboul’

Wed, 01/09/2021 - 18:51

(B2) Après l’évacuation un peu précipitée de la capitale afghane pour cause d’avancée rapide des Taliban, on peut tirer quelques leçons à chaud sur la réaction européenne. Sur l’anticipation de la crise, la coordination tactique et politique, des imperfections demeurent qu’il importe de corriger

Un A400M allemand chargé à bloc au départ de Kaboul (© Bundeswehr)
  • Points dont pourront discuter à loisir les ministres de la Défense de l’UE qui se retrouvent à partir de ce soir à Ljubljana, la capitale slovène, pour leur traditionnelle réunion informelle de rentrée (à l’invitation de la présidence slovène de l’Union)

Une coordination opérationnelle à consolider

Les Européens n’ont pas à rougir du nombre de personnes évacuées par leurs avions. Environ 24.000 personnes selon le dernier comptage de B2, auxquels on peut ajouter les 15.000 assurés par le Royaume-Uni (soit 40.000 au total). Même si l’environnement sur place était « chaotique », mettre en lieu sûr et rapatrier autant de personnes en un temps record, c’est un succès indéniable. Mais la coordination en amont et en aval, entre Européens, reste encore à améliorer.

Beaucoup d’avions…

Les Européens ont mobilisé autant d’avions que les Américains : une trentaine d’avions tactiques et une dizaine d’avions stratégiques, selon notre comptage. S’ajoutent des avions civils mobilisés pour la circonstance (des compagnies LOT, Air Europa, Air Belgium, etc.). Mais cela ne représente qu’un cinquième du total des personnes évacuées. Les autres étant essentiellement évacuées par les forces US.

Trois facteurs tempèrent cette comparaison. 1° Les Européens disposaient en général d’avions plus petits (les C-130 ou A400M emportent moins de personnes qu’un C-17 (sauf les avions en pool au niveau de l’OTAN de la base de Papa). 2° Ils avaient aussi un nombre inférieur de personnes à évacuer. 3° Et, surtout, ce sont les Américains qui avaient la main sur la coordination aérienne et la sécurité à l’aéroport. Mais cela ne dispense pas de se poser la question de cette absence d’efficacité.

un ratio d’utilisation plus faible que les USA

Si les Allemands par exemple ont fait le plein de leurs A400M, d’autres pays sont repartis à moitié plein, voire quasiment à vide. Comme cet avion roumain avec un évacué à bord ! (lire notre récit détaillé : Sauve qui peut. Un pont aérien s’organise pour évacuer de Kaboul ressortissants européens et employés afghan). Heureusement que la situation était, plus ou moins, sous contrôle et que la phase d’évacuation a finalement pu durer presque deux semaines, dans un autre cas de figure, une telle inorganisation aurait été dramatique.

On part en national, on coordonne ensuite

Chaque pays est parti avec ses moyens nationaux et sur les lieux où il avait une certaine connaissance des lieux. Sans aucune concertation. Particularité européenne, les États membres de l’UE n’ont pas réussi — à quelques rares exceptions près — à mettre en place des hubs communs. Entre la noria d’avions militaires qui se posaient à Kaboul et les vols stratégiques pour l’Europe, il n’y avait donc que fort peu de possibilités de mutualiser les vols une fois les ‘évacués’ sortis de la zone de risque. Un non sens.

Trop de hubs

Nous avons ainsi compté pas moins de sept hubs pour les Européens. Abu Dhabi (Émirats arabes unis) pour les Français ; Tashkent (Ouzbékistan) pour les Allemands et Navoi (Ouzbékistan) pour les Polonais ; Islamabad (Pakistan) pour les Belges, Luxembourgeois, Néerlandais et Roumains ; Koweit pour les Italiens ; Dubai pour les Espagnols ; Tbilissi (Géorgie) pour les Polonais et Néerlandais. (NB : ce qui ne facilite pas la synergies notamment pour les rapatriements stratégiques pour l’Europe). C’est beaucoup. Beaucoup trop ! À revoir…

Un réflexe européen à consolider

Le réflexe européen ne joue pas encore pleinement. Certains pays ont joué beaucoup la carte européenne, évacuant pour le compte d’autres pays ou d’organisations leurs ressortissants (Allemands notamment, mais Belges aussi ou Espagnols). D’autres ont joué une carte assez nationale (France). Ce gros bazar improvisé n’a été un succès en fait que grâce à l’implication des personnels sur place ou dans les capitales qui ont ‘joué du téléphone’ pour se coordonner (et grâce aux Américains). Cela démontre la nécessité d’avoir une coordination ‘consulaire’ plus appropriée : des capitales vers le terrain.

La coordination politique encore timide

Le niveau politique européen a plutôt vite réagi avec une réunion dès le 17 août des ministres des Affaires étrangères de l’UE (suivie le 18 août des ministres de l’Intérieur). Mais aucune des ministres de la Défense. Le dispositif de coordination consulaire IPCR n’a pas très bien fonctionné aux dires de certains connaisseurs. En tout cas, moins bien que durant la crise du Covid-19 (pour le rapatriement des Européens au moment du plus fort de la crise sanitaire au printemps 2020). Il ne manque pas au niveau européen de ‘salle de crise’. Chaque institution en a une (protection civile à la Commission, état-major de l’UE au SEAE, consulaire au Conseil). Mais il n’y a pas de salle de crise taillée pour gérer une crise civilo-militaire. Et le niveau politique reste encore défaillant, plus prompt à réunir et déclamer qu’à décider et gérer.

La défaillance de l’OTAN

Dans ce rapide panorama, la surprise est venue du ‘Bd Leopold’. L’Alliance atlantique, pourtant au premier rang de l’engagement militaire en Afghanistan (ISAF, Resolute Support), s’est fait prendre à revers. Un véritable trou d’air. La réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN n’a eu lieu que le 20 août, trois jours après une réunion équivalente de l’UE ! (lire : Afghanistan. Les ministres des Affaires étrangères de l’OTAN, inquiets, supplient les USA de rester plus longtemps). Aucune réunion des ministres de la Défense. Assez anachronique pour une Alliance militaire et l’opération majeure depuis sa création !

Une autonomie stratégique à développer

Cette crise montre, à chaud, que la recherche d’une certaine autonomie stratégique n’est pas juste une lubie politique. C’est une nécessité pratique.

Se préparer à gérer une crise seuls

Si demain, une autre crise se présentait dans une zone où les Américains se désintéressent ou n’ont pas envie de s’engager, les Européens pourront-ils faire le job qu’ont fait les forces US à Kaboul ? La mise en place d’une coordination aérienne pourrait être améliorée en amont, en se reposant sur un EATC élargi ou un CAOC européen ad hoc (1). L’idée d’une force d’entrée en premier ne peut rester éternellement l’objet d’un questionnement politique. Point besoin d’un nombre important. Le chiffre de 5000 militaires est largement suffisant (comme le montre l’engagement US).

Une meilleure anticipation

L’anticipation commune sur la crise n’a pas été parfaitement clairvoyante. Non pas automatiquement faute de renseignements. Mais faute de réelle analyse et de conséquences politiques. La France avait cependant averti — dans une vision jugée alors pessimiste — des faiblesses afghanes et mis en place un premier mouvement d’évacuation, dès juillet de ses ressortissants. Le message n’était-il pas assez clair, pas audible. En fait, les autres Européens (dans leur majorité) ont préféré temporiser, attendant le signal américain. Ils se sont aussi auto-intoxiqués sur la valeur de leurs protégés afghans. Une double erreur… Là encore les Européens doivent apprendre à faire sans les Américains, en créant leur propre ‘Five Eyes’ (2)

Les évacuations d’urgences : un cas d’école pour les Européens

C’est l’option la plus évidente (et la plus facile) dans lesquelles doivent se mobiliser les États membres. Ce n’est pas une possibilité, c’est une obligation, sous forte pression de l’opinion publique. Dans pareille situation, les États sont soumis à forte pression. On l’a vu dans cette crise. Les pays avec une tradition parlementaire ont ainsi, très vite, mobilisé leurs parlementaires pour obtenir l’aval à l’envoi de troupes (Finlande), voire anticipé leurs avis (Allemagne). Et elle est susceptible de se reproduire régulièrement, pour des causes très différentes (coup d’État, catastrophe naturelle, etc.). Les Européens auraient tout intérêt à mieux se préparer.

La fin de la lune de miel avec Biden

C’est la leçon principale au plan politique. Depuis l’arrivée de Joe Biden à la présidence des États-Unis, les Européens étaient tout attentionnés à leur hôte de la Maison Blanche. Rassurés de voir leur bête noire, Donald Trump, quitter le pouvoir, ils voyaient dans le Démocrate leur bouée de secours à leurs différentes incapacités. Le désenchantement est net. Joe Biden, comme son prédécesseur, n’a pas vraiment consulté ni interagi avec ses alliés. Les USA ont fixé le tempo. Et les Européens ont dû suivre. En maugréant parfois (dans une critique à la limite de la mauvaise foi), mais sans possibilité d’agir différemment (ou sans oser le faire). Cœur brisé d’une retrouvaille à peine entamée, les Européens vont devoir regarder la réalité en face : le temps où ils pouvaient s’appuyer à 100% sur le cerveau, les épaules et les jambes américaines est révolu.

(Nicolas Gros-Verheyde)

  1. Le commandement européen du transport aérien (EATC) à Eindhoven coordonne les moyens d’une demi-douzaine de pays européens (France, Allemagne, Espagne, Italie, Benelux). Le commandement des opérations aériennes de la coalition (CAOC) planifie, conduit et programme les opérations aériennes interalliées. Pour l’Afghanistan, il était basé au Qatar sur la base d’Al Udeid sous responsabilité américaine.
  2. Ce terme reprend la communauté d’échange d’informations et d’analyses mise en place entre les USA, le Royaume-Uni, le Canada, l’Australie et la Nouvelle Zélande.

Cet article Les premières leçons de la ‘crise de Kaboul’ est apparu en premier sur B2 Le média de l'Europe géopolitique.

Pages