You are here

Lignes de défense

Subscribe to Lignes de défense feed
L'actualité de la défense d'Ouest en Est
Updated: 1 week 5 days ago

Un livre sur "Jeannou Lacaze et le 2ème REP, 1955-1970"

Sat, 17/10/2020 - 10:30

Didier Jean vient de terminer un nouveau livre sur le général Lacaze : Jeannou Lacaze et le 2ème REP, 1955-1970. Il est paru aux éditions Lavauzelle (400 pages, 28 €).

Avec en toile de fond l’Algérie, Calvi et le Tchad, ce livre raconte l’histoire de l'officier qui fut chef d’état-major des armées de février 1981 à juillet 1985 et du régiment qu’il commanda de juillet 1967 à juillet 1970.

L’auteur, Didier Jean, titulaire d’un DEA en géopolitique, a connu le général Jeannou Lacaze dans sa vie familiale. Il a écrit une biographie du général . Voir mon post sur cet ouvrage.

Pour commander ce livre, cliquer ici.

 

Categories: Défense

L'armée de l'air du Luxembourg a accueilli son premier (et unique) avion depuis 1968

Fri, 16/10/2020 - 15:21

Le Luxembourg ne disposait plus de force aérienne depuis le retrait de trois avions légers d'observation Piper PA-18 Super Cub en 1968. Désormais, le Grand Duché dispose de nouveau d’une aviation puisqu’un A400M, le numéro de série MSN 104, est arrivé mercredi dernier au Luxembourgeois. Pour une courte étape puisque, le vendredi suivant, il a rejoint sa base d'attache belge, l'aéroport militaire de Melsbroek.

L'unique A400M grand-ducal sera exploité en commun par les armées belge et luxembourgeoise au sein de la 20e escadrille da la 15e escadre de transport aérien, basé à Melsbroek, appelée à devenir binationale avec ses 8 appareils dont 7 belges. 

La Belgique assurera le soutien logistique, la formation conjointe des équipages, la maintenance ainsi que les modifications futures de l'aéronef et de ses équipements de soutien. Le Luxembourg fournira 3 équipages, ce qui équivaut à six pilotes (officiers) et six soutiers (sous-officiers). De plus, un officier luxembourgeois est intégré au sein de l'état-major opérationnel de la composante Air belge depuis 2017 afin de suivre la mise en œuvre du projet A400M.

Cet appareil porte à la fois les cocardes grand-ducales - un lion rouge sur des stries bleues et blanches - et, près de la porte d'entrée avant gauche, la tête de sioux, l'emblème de la 15e escadre de la composante Air belge. Il aurait, contractuellement, dû être livré en mai dernier, près de dix-neuf ans après la passation du contrat, qui remonte à décembre 2001.

Le transfert de titre de propriété de l'A400M luxembourgeois avait été signé le lundi 10 août. L'avion est resté à Séville jusqu'à la mi-octobre pour l'installation d'équipements spécifiques commandés par la Belgique et le Luxembourg. 

Categories: Défense

Le Soldat inconnu, ce grand méconnu que dévoile Christophe Soulard-Coutand

Fri, 16/10/2020 - 10:15

Après un livre sur Guynemer (lire ici) et un Dictionnaire historique et insolite du 11 novembre 1918 (lire ici), Christophe Soulard-Coutand explore L'Histoire méconnue du soldat inconnu

Le soldat inconnu est, en France, avec le bleuet, le casque Adrian et 36 000 monuments aux morts, l'un des symboles emblématiques de la Première Guerre mondiale et de l'armistice du 11 novembre 1918. Il en est même le symbole universel pour avoir été "adopté" dans de nombreux pays dont le Royaume-Uni dès octobre 1920; dans le livre de Christophe Soulard-Coutand, on lira  sur ce sujet le chapitre 5 et l'annexe 1 qui dresse la liste des tombes des "soldats inconnu" à travers le monde.

Comme le raconte l'auteur, le Soldat inconnu français n'est pas arrivé sans mal sous l'Arc de Triomphe, le 11 novembre 1920. Soit 9 jours après la décision prise d'honorer un soldat français anonyme! Mais après des mois de tergiversations et de polémiques.

Loin de rassembler, ce  "soldat inconnu" choisi parmi huit par le caporal Auguste Thin originaire de Port-en-Bessin, a suscité, d'emblée, de nombreuses polémiques, devenant un point de crispation et de cristallisation des querelles idéologiques et politiques franco-françaises. 

L'Histoire méconnue du soldat inconnu, éditions du félin, 124 pages, 16 €. 

Categories: Défense

Le prototype du Griffon génie présenté à l'école du génie d'Angers

Fri, 16/10/2020 - 08:46

Un Griffon vert (ni Terre de France ni camouflé), ça ne passe pas inaperçu! Surtout lorsqu'il s'agit du prototype du Griffon génie, l'un des dix prototypes du successeur du VAB. Ce véhicule a été présenté mercredi, à l'école du génie, alors qu'une délégation de la STAT (la section technique de l'armée de Terre) était à Angers, au 6e régiment du génie. 

Les cadres, stagiaires et cadets de la défense présents sur le site de l'école ont pu découvrir ce véhicule configurable et modulaire selon les missions. Il équipera les groupes de combat du génie, mais également les cellules spécialisées comme les équipes EOD (explosive ordnance disposal) pour la neutralisation, l’enlèvement et la destruction d’engins explosifs, les groupes de plongeurs de combat du génie (PCG) et les équipes de fouille opérationnelle spécialisée (FOS).

On se souviendra qu'en 2016 des militaires du 31e RG avaient participé à la première phase de maquettage de ce véhicule appelé à devenir le cheval de bataille des sapeurs. 

Incertitudes en BSS.
Au 6e RG voisin, on attend les premiers Griffon pour la fin du second semestre de 2021. Il est  donc malheureusement acquis que le régiment ne se projettera pas en BSS avec ce type de véhicule au sein du GTIA Scorpion articulé autour du 3e RIMa de Vannes. Le détachement du 6e RG sera donc déployé sur VAB Ultima.

 

Categories: Défense

Ariane, conservateur du musée des Transmissions, décorée de l’ordre des Arts et des Lettres

Thu, 15/10/2020 - 15:43

Le mercredi 30 septembre, lors de la cérémonie de la Saint Gabriel (patron des transmetteurs) qui s’est déroulée à huis-clos au Commandement des S.I.C, le capitaine Ariane, conservateur du musée des Transmissions de Cesson-Sévigné (35), a été décorée de l’ordre des Arts et des Lettres au grade de chevalier.

Voici un texte qui vient d'être publié sur la page Facebook Défence Ouest:

Que représente cette décoration pour vous ?
Elle marque une forme de reconnaissance du monde civil et plus particulièrement du ministère de la Culture pour l’ensemble des actions que j’ai effectuées depuis mon engagement pour le patrimoine militaire. J’ai exercé dans divers domaines, aussi bien administratif à l’état-major de l’ Armée de Terre, qu’en préservation des collections, au Musée de l'Armée aux Invalides (Paris) notamment, ou en permettant au plus grand nombre de découvrir ce patrimoine, au Musée des Troupes de montagne et maintenant au musée des Transmissions. Je pense qu’elle est aussi liée à ma projection en Centrafrique où, pour la première fois, un conservateur militaire a apporté son expertise sur un théâtre d’opération, contribuant ainsi au bon déroulement de la mission. Cette décoration vient récompenser le travail réalisé avec mes équipes sans lesquelles je n’aurais pas pu relever les défis du quotidien que peuvent représenter la gestion d’un musée.
Vous êtes le conservateur du musée des Transmissions de l’armée de Terre et décoré par le Ministère de la Culture, pouvez-vous nous parler du lien entre ces deux ministères ?
Le Ministère des Armées est le deuxième opérateur culturel de l’État, c’est-à-dire qu’après le ministère de la Culture, c’est celui qui gère le plus de patrimoine, qu’il s’agisse de biens immobiliers, d’archives, de collections de musée… Les Armées disposent donc d’une véritable expertise dans ce domaine. La réception d’un militaire dans l’ordre des Arts et des Lettres montre que nos compétences sont appréciées par le ministère de la Culture : je considère que ce n’est pas seulement mon cas personnel qui est valorisé, mais que cette décoration est une reconnaissance de la qualité du travail accompli par le ministère des Armées dans cette mission indispensable tant à la cohésion des militaires qu’à celle de la Nation.

Categories: Défense

La FREMM Alsace a goûté l'eau en haute mer pour la première fois

Wed, 07/10/2020 - 17:48

La FREMM Alsace a effectué, lundi, sa première sortie en mer au large de Lorient. Cette première sortie à la mer marque le démarrage des essais en mer du navire.

Il s’agit de la septième FREMM destinée à la Marine nationale. Six FREMM destinées à la Marine nationale ont déjà été livrées entre 2012 et 2019. L'Aquitaine en 2012, la Provence en 2015, le Languedoc en 2016, l’Auvergne en avril 2017, la Bretagne en juillet 2018 et la Normandie en juillet 2019.

Première des deux frégates de défense aérienne du programme FREMM destinée à la Marine nationale et dotée des mêmes performances de lutte anti-sous-marine que les précédentes unités, l’Alsace bénéficie de capacités renforcées en matière de défense aérienne. Ainsi, elle met en œuvre les systèmes d’armes et équipements les plus performants tels que : le radar multifonction Herakles, les missiles Aster 15 et 30 et Exocet MM 40 ou encore les torpilles MU 90.

 

Categories: Défense

Au moins 110 millions d'euros pour les externalisations en opex en 2021

Wed, 07/10/2020 - 11:28

Lu page 193 de l'annexe au projet de loi de finances pour 2021, mission Défense, une référence à l'externalisation dont le montant est estimé à 110 millions d'euros:

Ces dépenses recouvrent les différentes prestations de soutien des forces confiées à un prestataire extérieur (soutien postal, prestations multiservices, assistance en escale…). 

A ces 110 millions, il faut ajouter une part "Transport" tant aérien que maritime, ce qui augmente le montant des externalisations. Mais sur les 120 millions cités pour la fonction Transport, la part des affrétés n'est pas précisée.

Le document stipule en outre que "le transport stratégique se décompose en une phase de projection aérienne et/ou maritime depuis la métropole, puis une phase d’acheminement terrestre vers les zones de crise. La phase de projection aérienne est principalement réalisée par l’affrètement de gros porteurs (Antonov 124) dans le cadre du contrat SALIS auquel participent 17 nations. Des affrètements ponctuels peuvent compléter ce dispositif. Le transport stratégique maritime en OPEX est presque intégralement mis en œuvre par l’affrètement de 2 navires rouliers (CALAO, TANGARA) à temps plein. La phase d’acheminement terrestre est réalisée via des marchés de commission de transport."

Et les années passées?
Pour le PLF 2020, le montant des externalisations prévues était de 130 millions. Aucun chiffre n'a été donné dans le PLF 2019.

En 2018, le montant était de 84 millions et en 2017, de 53 millions.

En 2010, le montant était de 58 millions.

Categories: Défense

77 000 civils fiers d'être réservistes opérationnels

Wed, 07/10/2020 - 10:34

Du 10 octobre au 12 novembre se déroulera l'édition 2020 des Journées nationales des réservistes (JNR 2020), des réservistes dont 40% ont moins de 30 ans.

Le thème choisi pour cette édition est "Fiers d’être réservistes/Fiers de nos réservistes". Ces journées permettent d’informer sur les possibilités d’engagement offertes par la réserve, et d’associer les employeurs, acteurs clés pour permettre aux Français de concilier engagement personnel en faveur de la sécurité nationale et activité professionnelle. 

Divers événements sont prévus partout en France, en collaboration avec l’Education nationale, l’enseignement supérieur, les collectivités territoriales, les associations de réservistes et les entreprises. D'ailleurs, un événement intitulé "Réserviste, viens avec ton boss !" et dédié aux signataires de convention de soutien à la politique de la réserve opérationnelle, sera organisé le 13 octobre à Paris. Aux côtés de la secrétaire générale de la Garde nationale, les réservistes et leurs employeurs échangeront sur les enjeux liés à l’engagement des réservistes au regard de leur environnement professionnel et sur les dispositions adoptées pour favoriser leur activité opérationnelle.

Par ailleurs, au vu du contexte sanitaire actuel, d’autres activités seront proposées de façon dématérialisée.

Pour consulter la liste des événements, cliquer ici.

 

Categories: Défense

L'US Army appelle à la résilience face aux changements climatiques

Wed, 07/10/2020 - 09:40

En juin 2019, le Government Accountability Office avait diffusé un rapport sur l'impact du changement climatique sur le fonctionnement du DoD, le Département de la Défense (lire mon post ici). Le DoD (qui occupe la 45e peu glorieuse place des plus gros émetteurs de gaz à effet de serre au monde) y était mis en garde sur la vulnérabilité de certaines de ses emprises face aux aléas climatiques.

Ce rapport du GAO faisait suite à un autre rapport, du DoD lui-même cette fois, publié en janvier 2019: "Report on Effects of a Changing Climate to the Department of Defense". 79 emprises sensibles y étaient étudiées et cinq types de risques étaient abordés:

Un document de la commission de la Défense du Sénat, de juin 2019, listait, quant à lui, les 10 sites les plus vulnérables de l'US Army: "U.S. Army’s Top 10 Military Installations Most Vulnerable to Climate-Related Events as required by FY18 National Defense Authorization Act". Cette commission avait fait de même pour l'USAF, l'US Navy et l'USMC.

Pourquoi une telle prise de conscience en 2019 et une telle production de rapports cette année-là (j'en ai recensé 17)? En fait, le DoD avait été dramatiquement secoué en 2018, en particulier par les ouragans Florence et Michael qui avaient respectivement dévasté Camp Lejeune (3,6 milliards $ de dégâts) et Tyndall Air Force Base (3 md $ de dégâts). 

Depuis 2019, les armées américaines ont de nouveau fait l'amère expérience des ouragans, feux et inondations. En août 2020, les hangars qui abritent les LearJet de la 375e Air Mobility Wing, sur la base de Scott, ont été inondés (voir la photo tout en haut de ce post).

Toujours en août, la base aérienne californienne de Travis a dû être en partie évacuée car elle était menacée par les incendies à l'ouest de Sacramento. Ces feux désignés par le nom de L.N.U. Lightning Complex et l'intense fumée ont perturbé les vols.

L'ouragan Sally, le 16 septembre 2020, a malmené plusieurs bases militaires et obligé à évacuer des aéronefs déployés sur des bases aériennes vulnérables.

Résultat? Comme le dit le titre d'un article du 20 septembre: "The U.S. military is terrified of climate change. It's done more damage than Iranian missiles". Effectivement, en termes de dégâts matériels, la facture est plus lourde que lors du fameux bombardement iranien de la base US d'al-Asad, le 8 janvier 2020.

Il y a donc urgence à anticiper les catastrophes naturelles qui menacent les capacités militaires. Et autant d'urgence à mettre en oeuvre des politiques adaptées.

En août dernier, l'US Army a diffusé un "Army Climate Resilience Handbook". La Navy avait dès janvier 2017 diffusé un document similaire.

Ce gros document est un outil méthodologique pour identifier, évaluer et anticiper les risques induits par le changement climatique. Il sert aussi à planifier des actions visant à prévenir les effets négatifs de ce changement et il contribue à la mise en oeuvre de politiques résilientes.

Début septembre, le secrétaire à l'armée de Terre a diffusé un mémorandum qui ordonne aux gestionnaires des emprises militaires de l'US Army de se pencher sur les menaces induites par le changement climatique qui pèsent sur leurs installations et qui pourraient réduire les capacités opérationnelles des unités qui y sont stationnées.

Ce mémorandum démontre qu'en dépit des prises de position politiciennes venant de la Maison Blanche et de l'administration Trump, la question du changement climatique est bel et bien prise en compte au niveau fédéral. Certes, il s'agit uniquement de mesures pour atténuer les effets du changement climatique; l'impact aggravant des activités militaires sur le climat n'est pas pris en compte. 

Cette directive donne 90 jours aux gestionnaires pour se mettre en conformité avec le "Handbook" d'août et rendre leurs conclusions. Rendez-vous en décembre pour apprécier la réponse des chefs de l'US Army.

 

 

Categories: Défense

La Socarenam va fournir un OPV aux garde-côtes polonais

Tue, 06/10/2020 - 14:14

La société Socarenam, qui devrait accueillir Florence Parly lors d'une très prochaine visite à Saint-Malo, a annoncé lundi la signature d’un contrat avec les garde-côtes polonais pour la conception et la fabrication d’un patrouilleur hauturier (Offshore Patrol Vessel). L'entreprise avait répondu à un appel d’offre européen avec mise en concurrence lancé fin 2019, 

Cette commande intervient après la livraison des trois patrouilleurs pour la Douane française, des deux patrouilleurs pour la Marine belge, des trois patrouilleurs pour la Marine Nationale ainsi que des six prochains en cours de construction également pour la Marine Nationale.

Conçu en collaboration avec le cabinet d’architecture naval MAURIC de Marseille et d’une longueur de 70 mètres, le patrouilleur disposera d’une coque acier renforcée et de superstructures en aluminium. Avec une capacité d’emport de 35 personnes en toute autonomie pendant un mois, le navire sera équipé de deux embarcations rapides et d’un mini-drone aérien.

Financé par le Fond pour la Sécurité Intérieur Européen et l’Etat polonais, il sera exploité par les garde-côtes Polonais et destiné principalement au contrôle des frontières extérieures de l’UE. Il sera basé à Gdansk et pourra évoluer dans tous les eaux européennes, de la mer Baltique à la Méditerranée.

Categories: Défense

Quatre et bientôt six Mirage F-1 à Holloman Air Force Base

Tue, 06/10/2020 - 10:17

Quatre Mirage F-1 de la firme américaine ATAC (Airborne Tactical Advantage Company), une filiale de Textron, sont désormais installés sur la base aérienne de Holloman, au Nouveau-Mexique (photos ATAC). Deux autres appareils vont les rejoindre. Entre 20 et 25 personnels de l'ESSD (équipages, maintenanciers et superviseurs) seront déployés à Holloman AFB, selon John Rupp, le directeur des ventes d'ATAC.

Dans un communiqué du 30 septembre, l'USAF a confirmé ces arrivées de Mirage (ex-armée de l'Air française) qui ont eu lieu le 28 septembre dans le cadre du contrat ADAIR (voir mon récent post sur les marchés attribués à ATAC dans le cadre de ce contrat de plastronnage).

A Holloman, les F-1 vont opérer au profit de la 49e escadre de chasse équipée de F-16. Au cours des quatre prochaines années, les Mirage devraient effectuer 1558 vols par an pour entraîner les pilotes de la 49th Wing. Selon le colonel Ryan Keeney, le commandant de la 49th WG, les trois prochains mois permettront l'intégration de la flottille d'ATAC.

 

 

 

Categories: Défense

Le traité New Start sur les armes nucléaires stratégiques toujours dans l'ornière

Tue, 06/10/2020 - 09:15

L'avenir du traité New Start ("Strategic Arms Reduction Treaty") qui porte sur la réduction des armes nucléaires stratégiques a été évoqué hier lundi, en Finlande. Et cet avenir reste toujours aussi incertain, Russes et Américains n'étant pas parvenus, une fois de plus, à s'entendre. C'est "l'impasse", comme l'écrivaient Kingston Reif and Shannon Bugos sur le site de l'Arms Control Association.

Ce traité, signé le 8 avril 2010 à Prague, est entré en vigueur le 5 février 2011 pour une durée de dix ans. Dans quatre mois, il sera caduc.

C'était tout l'enjeu de la réunion d'hier. On lira ici la déclaration, sans illusions, du président finlandais Niinistö sur ces discussions que le MAE russe a sobrement (platement) qualifiées "d'échanges sur la question du contrôle des armements". Côté US, on parle de "progrès" sur la forme mais pas sur le fond, avec une possible prolongation du traité actuel. Sans citer la partie russe dont le drapeau ne figure sur le tweet de Marshall S. Billingslea, l'ambassadeur US chargé des négociations.

"NEW START: prolongation et extension de mise pour éviter le début de la fin", écrivais-je dans un post du 17 mai dernier. Effectivement, une option a minima serait de prolonger l'actuel traité, de façon à prolonger les discussions qui achoppent. Moscou serait prêt à une extension de 5 ans.

Washington a d'autres exigences:
- les nouvelles armes stratégiques russes doivent être incluses dans le traité. Pour le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, s’il "devait y avoir une extension du New START, nous devons nous assurer d’inclure toutes ces nouvelles armes que […] la Russie poursuit".
-  la Chine doit être incluse dans ce traité. Ce que Pékin refuse, arguant que son arsenal nucléaire est bien inférieur à celui des principaux pays détenteurs d’armes nucléaires (il représenterait 3% des arsenaux mondiaux).

Une éventuelle défaite de Donald Trump rebattrait les cartes assurément. Mais, comme l'écrivait Alexander Chourreau sur le site de l'IDN, "si Trump n’était pas réélu, le nouveau président n’aurait cependant que quinze jours pour finaliser une nouvelle extension du traité, le jour de l’investiture présidentielle étant le 20 janvier". 

En attendant une nouvelle rencontre entre envoyés russes et américains, un peu de lecture... Sur les arsenaux actuels des deux super-puissances, on lira une étude très récente de la Federation of American Scientists: "At 11th Hour, New START Data Reaffirms Importance of Extending Treaty" qui veut démontrer l'utilité de ce traité sur la réduction des arsenaux dont voici la composition au 1er septembre selon les chiffres officiels:

 

 

 

 

Categories: Défense

"Consommer sûr, mieux et moins": Florence Parly dévoile la stratégie énergétique de défense

Fri, 25/09/2020 - 16:30

"Consommer sûr, mieux et moins": c'est l'ambition de la stratégie énergétique de défense dévoilée, ce vendredi, par Florence Parly, à l’occasion d’un déplacement au centre de soutien logistique du service des essences des armées de Montereau en Seine-et-Marne.

Que l'on se rassure, cette stratégie ne se limite pas à un changement de nom, même si le Service des essences des armées (SEA) devient le Service de l’énergie opérationnelle (SEO).

De plus, il ne s'agit pas d'une simple concession politicienne à l'écologie; la ministre a été claire:
"Il ne s’agit pas pour le ministère des armées de surfer sur la « vague verte » qui est aujourd’hui sur toutes les lèvres et d’annoncer quelques menus ajustements, « des paillettes vertes » tout en continuant à faire comme avant. Non, ce sont des actes, ce sont des expérimentations concrètes et des recherches tangibles qui doivent faire de la transition énergétique un atout pour nos opérations. C’est surtout un changement structurant qui va nous occuper au cours des prochaines décennies".

La stratégie énergétique "a pour objectif de faire de la transition énergétique un atout opérationnel pour les armées", précise le ministère des Armées qui rappelle qu'en 2019, il a consommé 835 000 m3 de produits pétroliers pour un coût financier de 667 M€, et qui précise que la part consacrée à l’énergie de mobilité exigée pour les opérations est prépondérante avec près de 73% des consommations du ministère contre 27% pour l’énergie nécessaire aux infrastructures.

Son ambition est de réduire la dépendance aux produits pétroliers et de s’adapter à la transition énergétique en intégrant les nouvelles technologies de l’énergie et les carburants de rupture. La maîtrise et l’optimisation des consommations permettra au ministère de réduire son empreinte environnementale.

La maîtrise de la consommation se fera notamment en développant une culture de la sobriété énergétique et en intégrant des exigences d’écoconception et d’efficacité énergétique aux programmes d’armement.

Un exemple cité par la ministre: développer l’autoconsommation, c’est-à-dire, devenir autosuffisant en énergie sur nos emprises, tout en assurant la tenue de nos objectifs opérationnels. "Des expérimentations sont en cours à Captieux pour créer un camp d’OPEX durable, permettant d’être autonome en eau et énergie et de réduire drastiquement nos consommations. Si elles sont concluantes, nous poursuivrons les expérimentations en OPEX de ce projet nommé Eco Camp 2025", a-t-elle expliqué .

Cette stratégie fait suite au rapport du groupe de travail ministériel "énergie", lancé par la ministre en septembre 2019 pour répondre aux nouveaux défis énergétiques. On peut le consulter ici. On lira les recommandations à l'annexe 1.

 

 

Categories: Défense

L'exercice de certification "Dynamic Mariner" verra la rentrée du Charles-de-Gaulle

Fri, 25/09/2020 - 12:33

De ce 25 septembre au 9 octobre, 5 000 militaires de 7 nations de l’OTAN (France, Belgique, Espagne, États-Unis, Grèce, Italie, Pays-Bas), avec 31 bâtiments de surface et un sous-marin, des troupes embarquées et près d’une quarantaine d’aéronefs participeront à l’exercice majeur de l’OTAN DYNAMIC MARINER.

Cet exercice s’inscrit dans le cycle de préparation de la NATO Response Force (NRF), force multinationale interarmées de l’OTAN, et a pour but de certifier la capacité de la France à exercer le commandement de sa composante maritime (maritime component command, MCC) en vue de sa prise d’alerte le 1er janvier 2021.

Ce commandement avait été exercé pour la dernière fois par la France en 2018, après l’exercice de certification BRILLANT MARINER 2017 en Méditerranée.

Le scénario de l’exercice DYNAMIC MARINER 20, développé en amont à partir d’une situation de crise, inclura des opérations aéromaritimes dans tous les domaines de lutte et des unités évoluant dans un environnement multimenaces, allant des menaces asymétriques à des menaces de haut de spectre.

Dans le cadre de cet exercice, les chasseurs de mines espagnol ESPS Segura et ESPS Duero ont accosté à Toulon le mercredi 23 septembre. Côté français, le Charles-de-Gaulle fera sa rentrée et participera à cette manoeuvre en Méditerranée.

Categories: Défense

Réparation industrielle privée: Arquus recherche des mécaniciens pour Saint-Nazaire

Fri, 25/09/2020 - 09:40

 

Arquus va recruter pour son site de Saint-Nazaire et ses effectifs passeront de 280 à 320 salariés comme l'explique ce sujet de l'agence API-Ouest-France.

Categories: Défense

Une préparation militaire Leadership lancée en Région Terre Sud-Est

Fri, 25/09/2020 - 08:59

L'armée de Terre diversifie son offre en matière de préparations militaires.

En Région Terre Sud-Ouest, des préparations militaires Leadership sont désormais proposées aux étudiants des universités et grandes écoles. L'impulsion vient du Groupement recrutement et selection (GRS) Sud Ouest, installé à Bordeaux.

Le commandant Christine explique: "L'idée initiale était de satisfaire une demande venant des écoles et de proposer des partenariats permettant une acculturation des étudiants." De tels partenariats existent déjà à Saint-Maixent (ENSOA) ou à Coëtquidan (Saint-Cyr), écoles qui accueillent des élèves de grandes écoles pour des stages de découverte du milieu militaire.

"L'idée, c'était de plonger les étudiants au coeur de régiments", poursuit le commandant Christine. Trois régiments se sont portés volontaires et vont accueillir chacun 30 étudiants pendant une semaine, pour les plonger dans le milieu militaire et pour leur permettre d'évaluer leur capacité à diriger/commander. 

Du 26 au 30 octobre, les 1er RIMa (Angoulême) et 48e RT (Agen) dispenseront leur toute première PM Leadership. Du 15 au 19 février 2021, ce sera le tour du 31e RG de Castel-Sarrazin.

C'est dans ce cadre qu'une convention a été signée le 22 septembre avec 6 écoles:

Chaque PM Leadership accueillera 30 élèves "mais le nombre de candidats est beaucoup plus élevé". Ce qui témoigne de l'intérêt pour ce type d'immersion et pour cette expérience du leadership.

 

 

 

Categories: Défense

"National Security Leaders for Joe Biden": 489 experts en sécurité nationale taclent Trump

Thu, 24/09/2020 - 16:38

489 experts en sécurité nationale - anciens officiers de haut rang (24 généraux 4 étoiles par exemple), ambassadeurs ou responsables de la Maison blanche - ont signé une lettre parue ce jeudi dans laquelle il est écrit que Donald Trump "n'est pas à même d'assumer les responsabilités énormes de sa fonction".

Parmi eux figure Paul Selva, chef adjoint de l'état-major interarmes jusqu'en juillet 2019. Le directeur exécutif de cet organisme est le contre-amiral Michael E. Smith, actuel président de l'American College of National Security Leaders.

"En raison de son attitude méprisante et de ses manquements, nos alliés ne nous font plus confiance ou ne nous respectent plus, et nos ennemis ne nous craignent plus", explique le texte, baptisé "National Security Leaders for Joe Biden".

Un site dédié a été ouvert (à consulter ici); il s'ouvre sur une "lettre à l'Amérique" datée du 24 septembre.

Categories: Défense

Le "Forces spéciales" de Jean-Marc Tanguy est à mettre dans toutes les mains

Thu, 24/09/2020 - 11:57

Jean-Marc Tanguy Tanguy n'est pas Breton pour rien. Il y a chez mon excellent confrère de la constance (certains diront même qu'il est plus que têtu!); en témoigne la liste des ouvrages qu'il a consacrés aux forces spéciales françaises: Forces spéciales (en 2011 chez Nimrod, sur le film éponyme), Les commandos parachutistes de l'armée de l'Air (2016, chez Pierre de Taillac), La Task Force Sabre (2018, chez Histoire & Collections)... Sans compter les livres traitant des unités de la police nationale ou de la gendarmerie.

JMT persiste et signe un nouvel ouvrage: Forces spéciales (paru chez Gründ, 256 pages, 29,95€). Le livre est sous-titré: "Leur histoire, les opérations connues, les unités, les matériels, les métiers.

Très classiquement, il est divisé en 4 parties, la première traitant du COC, les autres des FS des trois armées.

Ce qui est moins classique, c'est que chaque partie se clôt sur des "grands témoins" (pas nécessairement des officiers supérieurs, même si ceux de la première partie sont plutôt des "étoilés") dont les mots révèlent les grandeurs et les servitudes de ce monde si particulier des FS.

Le contenu de haute qualité est renforcé par une iconographie exceptionnelle, tant par sa variété que par la qualité des photos imprimées. Pas d'hésitation donc: ce Forces spéciales est à mettre dans toutes les bibliothèques.

 

 

Categories: Défense

Au chevet de la politique d’approvisionnement du ministère des Armées en petits équipements

Thu, 24/09/2020 - 09:45

J'ai mis en ligne, mercredi, un post sur un appel d'offres du ministère des Armées portant sur l'acquisition de vestes thermique polyvalentes (lire ici). Ce type de matériel entre dans la catégorie des "petits équipements". 

"Que sont les petits équipements ?", se sont interrogés deux députés. Et de répondre: "L’expression même invite à les définir par la négative : dans les arsenaux de nos armées, les « petits » équipements seraient « ce qui reste » quand on a passé en revue tout ce qui est plus emblématique, plus coûteux, plus spectaculaire par son ampleur, sa vitesse ou sa complexité technique".

La phrase figure dans l'introduction du compte-rendu d'une mission d’information sur la politique d’approvisionnement du ministère des Armées en petits équipements. Ce rapport a été présenté le 16 septembre par les députés André Chassaigne et Jean-Pierre Cubertafon. 

"Peut-être parce qu’ils sont ainsi moins visibles, parfois plus triviaux, souvent plus simples, les petits équipements ont trop longtemps pu servir de variable d’ajustement dans les arbitrages budgétaires ‒ excessivement ‒ difficiles des dernières décennies", écrivent les rapporteurs avant de reconnaître: "En revendiquant un effort d’investissement à hauteur d’homme, la loi de programmation militaire pour les années 2019 à 2025 vise à rompre avec cette dangereuse tendance".

Le rapport confirme ce qui est connu. A savoir que ces "petits équipements" sont essentiels, tant sur le plan individuel que collectif. Que leur absence ou leur piètre qualité a un impact important sur le moral et l’efficacité opérationnelle des armées. D'où l’effort "à hauteur d’homme" lancé par Florence Parly et concrétisé par la LPM.

Le rapport est malgré tout éclairant. Il précise où en est la crise de l'habillement, ce qu'il advient du projet de recréation d’une filière française de production de munitions de petit calibre etc. C'est donc à lire ou à écouter.

Le texte est disponible ici.

La vidéo est à voir ici.

Categories: Défense

Pour nourrir 1 500 personnes, un nouveau mess sur le site rennais de la Maltière

Mon, 31/08/2020 - 09:49

L’Etablissement du service d'infrastructure de la défense de Rennes (ESID Rennes) prévoit la construction d’un bâtiment modulaire qui sera installé pour une période temporaire (environ 3 ans) sur le site de la Maltière (ouest de Rennes). Un site que Florence Parly a visité en 2019 et où elle a inauguré, le 3 octobre, le bâtiment Commandant Roger Baudouin, l’un des sites du commandement de la cyberdéfense française (Comcyber).

"Le site passera de moins de 400 personnels de sept organismes répartis dans 63 000 m² de bâtiments en 2018, à 1 400 personnels de quatorze organismes installés dans 120 000 m²de locaux en 2025", précisait en 2019 le commandant de la BdD de Rennes-Vannes-Coëtquidan, le colonel Hill.

La montée en puissance du site de la Maltière, tant sur le plan des installations que des effectifs, induit de nouveaux besoins en termes d’équipements et de services de vie courante. 

La forte croissance de l’infrastructure militaire doit ainsi s’accompagner des équipements nécessaires au quotidien et aux conditions de vie et de travail du personnel militaire ou civil évoluant sur le complexe. C’est notamment le cas de la restauration dont l’organisation actuelle est amenée à évoluer pour répondre à la forte croissance des effectifs et aux enjeux de positionnement du complexe militaire.

Aujourd'hui, le complexe militaire de la Maltière ne dispose pas d’équipement de restauration. Le service est disponible sur le quartier militaire Lyautey, également implanté sur la commune de Saint-Jacques-de la-Lande à environ 2 kilomètres, de l’autre côté de la rocade Ouest de Rennes en direction du centre. Un système de navettes est mis en œuvre pour transférer les effectifs d’un site à l’autre aux moments des repas.

Afin de satisfaire les nouveaux besoins, le service de restauration du complexe militaire de la Maltière doit être entièrement repensé sur site. Le ministère des Armées prévoit à terme de construire sur le site "un nouvel ensemble restauration / loisirs adapté et fonctionnel d’une capacité de 1 500 rationnaires". 

Cependant, étant donné l’évolution rapide des effectifs et pour pallier au plus vite à l’évolution des besoins, le projet se développe en deux temps :
• A l’horizon 2021, la création d’un mess provisoire en bâtiments modulaires. Celui-ci sera positionné au sein de la Zone Protégée. Le mess provisoire sera installé sur une parcelle vierge de toute construction de 5 230 m². Elle est située entre le poste de sécurité et le bâtiment vétérinaire.
• A l’horizon 2025, la construction du mess définitif (avec une enveloppe de 11,2 millions d'euros selon un appel d'offres de mai 2020). Le terrain dédié au bâtiment, ainsi qu’à son parking de 80 places, est localisé en périphérie sud du complexe militaire de la Maltière, à proximité de l’actuel point d’accès principal à la zone sécurisée. Il est implanté en dehors de la Zone Protégée.

Un parking de 90 places sera également créé à proximité immédiate du mess provisoire dans le cadre d’un autre marché.

Categories: Défense

Pages