You are here

Diplomacy of the European Union

The CFSP (Common Foreign and Security Policy) previously formed the 2nd pillar of the old EU structure. It was governed by intergovernmental cooperation, within which decisions were principally taken unanimously by the Council or the European Council. The Treaty of Lisbon (2010-) reforms the old EU structure by abolishing the distinction between the three pillars (page “division of competences”). Furthermore, the merging of the pillars effectively makes the European Community disappear, to be replaced by the EU. The EU shall thereby have legal personality, which was previously an attribute of the European Community only. This legal personality confers on the EU new rights at international level. For example, the EU is henceforth capable of concluding international agreements and joining international organisations and conventions.

For more, updated details please view the French version/strong>

EUROPEAN EXTERNAL ACTION SERVICE, THE HIGH REPRESENTATIVE

+ EU High Representative for Foreign and Security Policy - Vice President of the Commission (HR / VP, 1 December 2009 -)
The High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy is a function of the European Union established by the Treaty of Lisbon. The High Representative (cf. Art.18 TEU) is the name chosen by the Lisbon Treaty and decided June 23, 2007 by the Brussels European Council, to replace the term "Minister of Foreign Affairs of the Union" was provided by the Treaty establishing a Constitution for Europe. It uses the diplomatic functions previously performed by the Secretary General of the Council of the European Union and High Representative for Common Foreign and Security Policy and External Relations Commissioner. The post of High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy is currently occupied by the British Ashton since 1 December 2009.
It was actually merge the functions of diplomacy held by:
- The High Representative for Common Foreign and Security Policy. 'CFSP' was the second pillar of the European Union, according to the institutional architecture established by the Treaty on European Union in 1992 but the position was created in 1999 by the Treaty of Amsterdam . The Lisbon Treaty abolishes the principle pillars, changes the function of High Representative and separates it from the General Secretariat of the Council of the European Union. A new Secretary General is appointed. As such, the High Representative attends European Council meetings.
- Commissioner for External Relations. The last person to hold this position was the Austrian Benita Ferrero-Waldner during the 1st Barroso Commission. The European Neighbourhood Policy is now entrusted to the Commissioner for Enlargement. As such, the High Representative seat in the European Commission which he is the senior vice president.
- President of the Council of the European Union in its formation "Foreign Affairs" which was previously the Minister of Foreign Affairs of the Member State which provided the rotating presidency.
In office, the High Representative is based on a new administrative structure, the European External Action Service (EEAS), which appoints the members and controls the budget. However, although the High Representative can prepare initiatives, decisions must be adopted by Member States in Council. With the growing importance of the High Representative, and by their exclusion from the European Council, the European foreign ministers are now uncertain of their role in relation to the High Representative. At the meeting in Finland, it was proposed that they be special envoys of the High Representative. This was supported by Ashton who said that, as the EU speaks with one voice, no matter who is speaking.
> Document :

+ European External Action Service / Service européen pour l’action extérieure (EEAS/SEAE, 2009-)
The European Service for External Action (simply called Foreign Service) is under the authority of the High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy. Once in place, it must be the diplomatic service, both in Brussels and abroad. Its creation stems from the Treaty of Lisbon enters into force on 1 December 2009. Article 27, paragraph 3 of the Treaty on European Union, introduced by the Treaty of Lisbon provides that: "In fulfilling its mandate, the High Representative shall be assisted by a European External Action Service. This service works with the diplomatic services of Member States and shall comprise officials from relevant departments of the Council Secretariat and Commission and staff seconded from national diplomatic services. The organization and functioning of the European External Action Service shall be established by a Council decision. The Council shall act on a High Representative after consulting the European Parliament and Commission approval. "The service is fully operational in late 2010, following an agreement with the European Parliament. Thus, 25 October 2010, Catherine Ashton announced the appointment of French Pierre Vimont as Executive Secretary and the Irishman David O'Sullivan as Director General Administration.
The EEAS has incorporated in 2011:
- In central government, some of the services the Council Secretariat (DGE and SITCEN - Situation Center) and the Commission (DG RELEX);
- Abroad, delegations of the Commission and the EU Special Representatives.
> Document : Flowchart of the EEAS

+ Foreign Policy Instruments Service / La direction des instruments de politique étrangère (FPIS/DIPE 2011-)
The direction of foreign policy instruments which is a service of the Commission is attached directly to Ashton. Its director is Tung Lai Margue (Luxembourg). It is responsible for managing
- Budget and inter-institutional relations (Miller),
- The Instrument for Stability (Genoveva Ruiz-Calavera),
- Transactions of the CFSP (Juha Auvinen)
- Public diplomacy and election observation missions (Oliver Nette ad interim),
It is placed directly under the authority of the HR structures and crisis management. Which could satisfy the European Parliament, which claims it was a mandatory, unless it considers his presence in the chart a little artificial. In practice, this should be Maciej Popowski who will be responsible and will be responsible for monitoring records CeSDP (it was he who represented the diplomatic service at the last informal meeting of Defence Ministers).
The FPIS is a service of the Commission for the management of remaining areas of foreign policy under the mandate of the Commission, (areas not transferred to the EEAS) and areas that fall outside the mandate of DG Development and EuropeAid Cooperation . She works with the EEAS in the same building, the building Triangle in Brussels. Conducts programs such as "Instrument of Crisis Response for stability" (crisis response instrument for Stability), which is shared between the Commission and the EEAS.

+ EU Special Representatives / Les Représentants spéciaux de l'UE (EUSR/RSUE/, 1996-)
Un Représentant spécial de l'Union européenne est un haut fonctionnaire assumant la représentant diplomatique de l'Union européenne dans certaines pays ou régions d'intérêt particulier pour l'Union, sous l'autorité du Haut Représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. Ils relayent ainsi son travail de promotion de la paix et de reconstruction, et sont « le visage » de l'UE sur place. Ils coordonnent le cas échéant les missions PESC ou PSDC (ex-PESD) dans leur dimension politique. Les fonctions de représentant spécial de l'UE et de chef de la délégation de la Commission européenne sont fusionnés dans plusieurs cas. Ils disposent ainsi à la fois de la légitimité diplomatique et politique incarnée par le Conseil européen et des moyens (aide humanitaire, ouverture commerciale, aide publique au développement) placés sous l'autorité de la Commission.
Il existe actuellement (janvier 2009) 11 représentants spéciaux de l'UE :
- en Afghanistan, le Lituanien Vygaudas Ušackas depuis 2010. Il succède à l'Allemand Klaus Peter Klaiber (2001-2002), à l'Espagnol Francesc Vendrell (2002-2008) et à l'Italien Ettore Francesco Sequi (2008-2010).
- dans la région africaine des Grands Lacs, depuis 2007 le Néerlandais Roeland van de Geer. Il travaille en liaison étroite avec les deux missions PESD de réforme du secteur de sécurité (EUPOL et EUSEC) en RDC.
- auprès de l'Union africaine, le Belge Koen Vervaeke. Il a remplacé Aldo Ajello, nommé en 1996.
- en Bosnie-Herzégovine, le Slovaque Miroslav Lajčák (démissionnaire). Il avait succédé à Paddy Ashdown, (2002-2006) et)à l'Allemand Christian Schwarz-Schilling
- en Asie centrale, depuis 2006, le Français Pierre Morel. Ce dernier est également représentant spécial pour la crise en Géorgie. Il a succédé au Slovaque Ján Kubiš (2005-2006).
- au Kosovo, depuis 2008, le Néerlandais Pieter Feith. Il fournit l'orientation politique à la mission PESC EULEX, destinée à renforcer l'État de droit au Kosovo. Il doit cumuler ses fonctions avec celles de « représentant civil international » (au sens du plan Ahtisaari) à Pristina. Il disposera d'une équipe de 275 personnes. Il succède à l'Autrichien Wolfgang Petritsch (envoyé spécial en 1999),
- dans l'ARYM, depuis 2005, l'Irlande Erwan Fouéré. Il succède aux Français François Léotard (2001) et Alain Le Roy (2001-2002), au Belge Alexis Brouhns (2002-2004), au Danois Søren Jessen-Petersen (2004), au Suédois Michael Sahlin (2004-2005)
- pour le Processus de paix au Proche-Orient, le Belge Marc Otte. Il fournit leurs directives politiques à deux missions PESD : la mission douanière à Rafah (EU BAM) et la mission de police dans l'ensemble des Territoires palestiniens (EU POL COPPS). Le Suédois Nils Eriksson fut avant lui conseiller de l'UE (1997-2002) pour la région. L'Espagnol Miguel Ángel Moratinos avait été envoyé spécial (1996-2003).
- en Moldavie, le Hongrois Kálmán Mizsei. Il a autorité sur l'assistance frontalière de l'UE à la Moldavie et à l'Ukraine. Il succède au Néerlandais Adriaan Jacobovits de Szeged (nommé en 2002).
- au Sud-Caucase, depuis 2006, le Suédois Peter Semneby. Il a succédé au Finlandais Heikki Talvitie (2002-2006).
- au Soudan, le Danois Torben Brylle. Il intervient dans le contexte du conflit du Darfour et depuis fin 2007, il fournit l'orientation politique à la mission PESD EUFOR au Tchad et en République centrafricaine. Il a succédé au Finlandais Pekka Haavisto (2005-2007).
L'UE dispose également d'un envoyé spécial en Birmanie, l'Italien Piero Fassino. Autres anciens représentants spéciaux : l'Allemand Bodo Hombach, coordinateur spécial du Pacte de stabilité pour l'Europe du Sud-Est (1999-2001). Il fut remplacé par l'Autrichien Erhard Busek (2001-2003). Le Grec Panagiotis Roumeliotis avait été représentant spécial, chargé du Processus de Royaumont (1999-). l'Espagnol Felipe González, pour l'ex-Yougoslavie (1998-1999).

+ L’Instrument européen de voisinage et de partenariat / European Neighbourhood and Partnership Instrument (IEVP/ENPI, 2007-)
auprès du SEAE depuis le 26 juillet 2010
L'IEVP était le principal mécanisme financier par lequel l'aide de l'UE est acheminée aux pays partenaires de la Politique européenne de voisinage (PEV, menée par la Commission), ainsi qu’à la Russie. Géré par EuropeAid, l’IEVP est un instrument de coopération qui permet de traduire en actions sur le terrain les décisions prises au niveau politique. Opérationnel depuis janvier 2007, l’IEVP a remplacé MEDA, instrument de financement du Partenariat Euro-Med, et TACIS1, programme en faveur des voisins de l’Est, ainsi que d’autres mécanismes financiers.
Les 16 pays partenaires de l’IEVP sont :
- IEVP Sud - Algérie, Égypte, Israël, Jordanie, Liban, Maroc, Territoires palestiniens occupés, Syrie, Tunisie
- IEVP Est - Arménie, Azerbaïdjan, Belarus, Georgie, Moldavie, Ukraine, Russie
La Russie reçoit des financements au titre de l’IEVP, même si les relations avec ce pays voisin ne sont pas régies dans le cadre de la PEV, mais dans celui d’un partenariat stratégique couvrant quatre « espaces communs ». La Libye bénéficie d’un statut d’observateur dans le Partenariat euro-méditerranéen et est éligible à un financement au titre de l’IEVP. Des négociations en vue d’un accord-cadre UE-Libye ont été engagées en novembre 2008. Selon le règlement IEVP, l'objectif de l'IEVP est de fournir une assistance communautaire pour le « développement d'une zone de prospérité et de bon voisinage » couvrant l'Union européenne et les pays et territoires partenaires. En 2010 l'IEVP a disposé de 1,6 Mrds euro et de 2 Mrds pour 2013. L'augmentation du cadre budgétaire en 2010 était 57,9% lorsque celui de l'UMED n'a pas dépassé le 12,9%.
> Document : RÈGLEMENT (CE) No 1638/2006 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 24 octobre 2006


EUROPEAN COUNCIL

+ Le Président du Conseil
Le président du Conseil européen est la personne qui préside et conduit les travaux du Conseil européen, l'institution qui regroupe les chefs d'État ou chefs de gouvernement des vingt-sept pays membres de l'Union européenne. Le président a aussi un rôle de représentation de l'Union européenne dans le monde. L'article 15 du traité de Maastricht statue que le Conseil européen nomme son président pour un mandat de deux ans et demi, avec la possibilité qu'il soit renouvelé une fois. Sa nomination ainsi que sa révocation requiert une majorité qualifiée du Conseil.
Le premier Conseil européen, bien qu'informel, se tint en 1961 sous forme, donc, informelle. Il ne fut rendu formel qu'en 1974. Le système de présidence a été mis en place en se basant sur la présidence du Conseil de l'Union européenne. Ainsi, le président du Conseil européen revenait au chef d'État ou de Gouvernement de l'État membre qui détenait la présidence du Conseil de l'Union. De 1975 à 2009, le président du Conseil européen était une fonction non officielle assumée par le chef d'État ou de gouvernement de l'État membre assumant la présidence du Conseil de l'Union européenne. Le premier, et actuel, titulaire permanent est le Belge Herman Van Rompuy, il est entré en fonction le 1er janvier 2010 et son mandat se terminera le 31 mai 2012.

+ Decisions (2010-)
The Treaty of Lisbon modifies the types of act adopted in the field of the CFSP. The previous instruments such as common strategies, common positions and common actions are replaced. Henceforth, the European Council and the Council of the EU shall only adopt decisions on:
- the strategic interests and objectives of the Union;
- the actions to be undertaken by the Union;
- the positions to be taken by the Union;
- the procedures for implementing the actions and positions of the Union.
No legislative act can be adopted in the field of the CFSP. The Treaty of Lisbon does not make any major changes to the decision-making process in the field of the CFSP. The European Council is the institution responsible for defining the general guidelines and strategies of the EU. On this basis, the Council of the EU is then responsible for developing and putting in place the implementing measures. On matters relating to the CFSP, Member States and the High Representative for Foreign Affairs and Security Policy have a right of initiative. The High Representative exercises this right with the support of the Commission. In addition, the High Representative must regularly inform and consult the European Parliament on the implementation of the CFSP. In particular, the High Representative must ensure that the views of the European Parliament are duly taken into consideration. Unanimity remains the general rule for decisions adopted by the Council and the European Council concerning the CFSP. However, the Treaty of Lisbon introduces a specific bridging clause use applicable to the whole of the CFSP. Exceptions are made for decisions with military implications or those in the area of defence. Using the bridging clause, the European Council may authorise the Council to act by a qualified majority to adopt certain measures. Article 31 of the Treaty on EU provides for four additional exceptions where the Council acts by qualified majority.

+ EU Common Strategies / Stratégies communes (1999-2009)
The common strategy is a CFSP legal instrument introduced by the Amsterdam Treaty. Article 13 of the Treaty on European Union stipulates that the European Council shall determine common strategies to be implemented by the Union in domains where the Member States have important interests in common. In practical terms, a common strategy specifies an objective, a duration and the resources the Union and Member States must provide for it. It is usually put in place for a period of four years and is implemented by the Council, notably by means of joint actions and common positions. Only three have so far been adopted (on Russia in June 1999, on Ukraine in December 1999 and on the Mediterranean in June 2000). These three common strategies have since expired. There are currently no new common strategies in the process of definition. Despite the progress it seemed to make possible, this instrument has in fact been used very little and until now has not led to the results expected. Rather than make a unilateral affirmation of a strategic position with regard to a given partner, Member States of the European Union now prefer to define jointly shared objectives, as was the case, for example, for the declaration following the EU-Russia summit in Saint Petersburg in May 2003, which in fact stood in lieu of a European Union strategy on Russia.

Stratégie commune sur la Russie (4 juin 1999)
Stratégie commune sur l’Ukraine (11 décembre 1999)
Stratégie commune sur la Méditerranée (19 juin 2000)
Stratégie commune sur l’Afrique (9 décembre 2007)

+ EU Common Positions / Positions communes (1972-2009)
Although it corresponds to an expression in ordinary language, a common position is in fact a legal act under the CFSP (cf. TEU Article 15). It is intended to make cooperation between Member States more systematic and better coordinated. Member States are bound to follow and to de-fend such positions, which they have unanimously adopted in the Council. Common positions may relate to the definition of European policy with regard to a number of countries or world regions and to sensitive countries in particular (Burma, Cuba, Zimbabwe, countries to which sanctions have been applied), crisis situations (Great Lakes, Middle East) and horizontal topics (non-proliferation, conflict prevention in Africa, support for the International Criminal Court, and so on). Common positions are published in the Official Journal of the European Union and are binding on Member States, who must defend them in international organisa-tions and conferences. They are regularly revised and updated. From early 2006, the use of common positions has for example enabled restrictive measures (of varying severity) to be put in place with regard to Belarus, Syria and Lebanon, to extend those imposed on Burma, Côte d’Ivoire, Serbia and Montenegro, Moldavia, Zimbabwe, and to put a final end to cooperation between the European Union and North Korea in the nuclear field.

+ Council Joint Actions / Actions communes (1972-2009)
Joint action, also a legal instrument, defined by Title V of the Treaty on European Union, (cf. TEU Article 14), refers to coordinated action by the Member States under which resources of all kinds (human resources, expertise, funding, equipment, etc.) are deployed to achieve objectives defined by the Council on the basis of the general policy orientations of the European Council. Like common positions, joint actions «commit the Member States in the positions they adopt and in the conduct of their activity». They also allow the mandate and funding to be defined for Special Representatives of the European Union, as well as mine clearance programmes, combating the spread of small arms and light weapons, the promotion of the European position on non-proliferation or support for democratisation processes, for example. They are regularly revised and extended if appropriate. From the beginning of 2006, Council joint actions have notably renewed the mandates of the EUSRs for Bosnia-Herzegovina, Moldavia, the Former Yugoslav Republic of Macedonia, the African Great Lakes, the Southern Caucasus, the Middle East peace process and Central Asia. Joint actions have also been engaged in support of the activities of the International Atomic Energy Agency, the International Convention on Biological Weapons and the Comprehensive Nuclear-Test-Ban Treaty Organisation. Joint actions are also legal acts required for the launch of ESDP operations.


Source : France Diplomatie


EUROPEAN COMMISSION

+ L'ancienne Direction Générale des Relations Extérieures (DG RELEX, DG E VIII -2010)
La Direction Générale des Relations Extérieures a contribué à la formulation par la Commissaire aux Relations Extérieures, Madame FERRERO-WALDNER (2004-2009), et ses collègues d’une politique extérieure effective et cohérente, de manière à affirmer l’identité européenne sur la scène internationale. Pour ce faire, la DG RELEX a travaillé en étroite collaboration avec d’autres Directions Générales :
- EuropeAid;
- les DG Développement et Commerce;
- ECHO (European Commission's Humanitarian Office)
- Les politiques extérieures de l’UE comprennent :
- la Politique Européenne de Voisinage,
- le Commerce Extérieur,
- la Politique de Développement,
- les Programmes de Coopération Extérieures,
- l’Aide Humanitaires,
- l’Élargissement.
En externe, la DG RELEX a été le responsable des relations de la Commission avec des organismes internationaux tels que :
- les Nations Unies (NU);
- l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE);
- le Conseil de l’Europe.
En interne, la DG RELEX a été le responsable de :
- la participation de la Commission à la Politique Etrangère et de Sécurité Commune (PESC);
- l’administration de quelques 130 Délégations de part le monde,
Dans le cadre du traité de Lisbonne, le Service européen d'action extérieure (SEAE) a repris les fonctions DG RELEX, en les fusionnant avec son homologue au sein du Conseil de l'Union européenne à compter du 1er Décembre 2010. Enfin le DG RELEX a été dissoute le 1er décembre 2011. Le DG a exploité 120 délégations et bureaux à travers du monde. En Octobre 2010, David O'Sullivan a été nommé dernier Directeur général de la DG RELEX (comme il est ensuite devenu le premier chef de l'exploitation du SEAE) et le directeur général adjoint était Karel Kovanda (2008). Avant la prise en charge O'Sullivan, le directeur général a été Eneko Landaburu (2003-2009), puis João Vale de Almeida (2009-2010).
En vertu de la deuxième Commission Barroso (2010-), les éléments de RELEX relatives aux négociations internationales sur le changement climatique ont été transférés à la nouvelle DG Action pour le climat. Une "guerre de territoire" a éclaté comme la Commission a tenté de garder le contrôle de certains domaines d'action vis-à-vis du SEAE ». Ces zones de RELEX que la Commission conserve ont besoin d'une coopération étroite avec le SEAE et ils ont été mis en place dans un nouveau DG, La direction des instruments de politique étrangère voir plus haut.

+ Commissaire européen à l'Élargissement et à la Politique européenne de voisinage
Le commissaire à l'élargissement et à la politique européenne de voisinage est impliqué dans la politique étrangère envers les plus proches voisins de l'Union. Le portefeuille lié aux élargissements a été créé à partir des fonctions liées à la politique étrangère régionale. En particulier le poste de la Commission Santer pour les relations avec les pays d'Europe centrale et orientale car ceux-ci commençaient à faire leur demande d'adhésion à l'Union. L'élément « politique de voisinage » a été créé en 2004 comme partie du portefeuille « Relations extérieures ». Quand le portefeuille de Haut Représentant fut créé en 2009, la politique de voisinage fut transférée au « Commerce » puis aux élargissements en 2010 sous la seconde Commission Barroso.
Štefan Füle, un diplomate tchèque, est le commissaire européen pour l'Élargissement et la Politique européenne de voisinage depuis le 10 février 2010.

+ Commissaire européen au Commerce
Le commissaire au commerce est responsable de la politique extérieure de l'Union. En raison de la taille de l'économie européenne, qui est le plus grand marché au monde et qui représente une importante partie du commerce mondial, cette position peut être très importante lorsqu'il s'agit de traiter avec les autres puissances économiques mondiales telles que la Chine ou les États-Unis. L'ancien commissaire Leon Brittan commenta qu' « il est plus important que la plupart des postes dans les cabinets nationaux »14. Le Commissaire mène l'Europe devant les organisations telles que l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Les conclusions de l'OMC après l'échec du cycle de Doha furent contentieuses, l'UE ne souhaitant pas mettre fin aux subventions agricoles sans que les États-Unis ne fassent de même. La direction générale affiliée est le Direction générale du commerce.
Karel De Gucht un homme politique belge de langue néerlandaise, ancien Commissaire européen au Développement et à l'Aide humanitaire est le Commissaire européen au Commerce depuis le 10 février 2010.

+ Commissaire européen à l'Action du climat
Le commissaire pour l'action climatique a été créé en 2010 à partir du portefeuille environnemental pour se centrer sur la lutte contre le changement climatique. En 2010 certains les éléments de l'ex-RELEX relatives aux négociations internationales sur le changement climatique ont été transférés à cette nouvelle DG. Connie Hedegaard, une femme politique danoise est le Commissaire européenne à l'Action pour le climat depuis le 10 février 2010.

I. LA POLITIQUE EUROPÉENNE DE VOISINAGE / European Neighbourhood Policy (PEV/ENP, 2004-)
menée par est restée auprès de la Commission européenne depuis 26 juillet 2010
La politique européenne de voisinage vise à renforcer les relations de l'UE avec ses pays voisins à l'est et au sud afin de promouvoir la prospérité, la stabilité et la sécurité à ses frontières. L’objectif de la politique de voisinage, mise en place en 2004, est de créer un cercle de pays amis disposant de systèmes politiques démocratiques et d’économies de marché fiables aux frontières de l’Union européenne, et ce du Maroc à la Russie en passant par la Mer noire. Pour le réaliser, Bruxelles combine une approche régionale et le principe de relations différenciées dont les plans d’actions bilatéraux constituent l’instrument principal.
À ce jour, la PEV compte 16 partenaires: l'Algérie, l'Arménie, l'Azerbaïdjan, le Belarus, l'Égypte, la Géorgie, Israël, la Jordanie, le Liban, la Libye, le Maroc, la République de Moldavie, les territoires palestiniens occupés, la Syrie, la Tunisie et l'Ukraine. Cette politique s'appuie sur un engagement mutuel en faveur de valeurs communes telles que la démocratie, les droits de l'homme, l'État de droit, la bonne gouvernance, les principes de l'économie de marché et le développement durable. Or, la PEV ne se limite pas à la mise en place d'accords de coopération ou de commerce, mais elle permet également une association politique, une intensification de l'intégration économique, une amélioration de la mobilité et un renforcement des contacts entre les peuples. Les pays qui souhaitent renforcer leurs relations avec l'UE concluent à cet effet des plans d'action bilatéraux communs. La PEV est en outre portée par plusieurs formes de coopération régionale, comme le partenariat oriental, l'Union pour la Méditerranée et la synergie de la mer Noire.
> Documents de référence de la PEV sur le site de la Commission européenne

>Une approche régionale : La politique de voisinage requiert que les pays concernés alignent petit à petit leur législation sur l’acquis communautaire et les valeurs communes, notamment dans le domaine des droits de l’homme, pour qu’ils puissent participer à des politiques européennes. En contrepartie, les pays partenaires bénéficient d’un soutien financier dans le cadre des programmes existants par les instruments de la préadhésion ou des instruments de partenariat. En ce qui concerne les instruments de préadhésion pendant la période 1989-2000 PHARE, ISPA et SAPARD étaient les plus importants. En 2001, le programme PHARE a été remplacé par le programme CARDS. Pour la période 2007-2013 l'IPA remplace les programmes PHARE, SAPARD, ISPA, CARDS, la coopération transfrontalière (CBC) sous Phare et l’aide financière de préadhésion en faveur de la Turquie. (voir plus bas)

>Les Plans d'action constituent la pièce maîtresse de l’approche bilatérale, la politique de voisinage de l'UE, car ils définissent des priorités dans la mise en œuvre des accords existants. Ils prévoient un programme de réformes politiques et économiques pour une période de trois à cinq ans.
- À ce jour, 12 plans d'action ont déjà été convenus, pour l’Ukraine et la Moldavie, le cadre des relations reste en effet formalisé dans les accords de partenariat et de coopération et l’APC signé avec la Biélorussie n’a, lui, jamais été mis en œuvre.
Les plans d’action concernent différentes politiques européennes, comme l’éducation et la recherche, l’environnement ou l’audiovisuel, mais intègrent aussi les coopérations dans les domaines de la sécurité intérieure et de la justice (lutte contre la criminalité organisée et maîtrise des flux migratoires), des transports et de l’énergie. Enfin, des mesures sont prévues pour mieux coordonner les actions dans la lutte contre le terrorisme et la prolifération des armes de destruction massive ainsi que dans la résolution des conflits régionaux. Les plans d’action comportent des objectifs et des critères à satisfaire afin d’évaluer les progrès accomplis selon un calendrier précis, l’ensemble déterminant en partie l’aide financière qui sera fournie. Selon un mécanisme similaire à celui qu’induisent les critères de Copenhague destinés aux pays candidats, la charge de la preuve incombe au pays partenaire. Les plans d’action dont la durée peut varier entre trois et cinq ans, font donc l’objet d’une évaluation régulière et pourront déboucher sur de nouveaux liens contractuels que la Commission européenne appelle «accords européens de voisinage».
- Pays avec lesquels un Plan d'action est déjà signé (dont certains de "seconde génération) : Arménie, Azerbaïdjan, Égypte, Géorgie, Israel, Jordanie, Liban, Moldova, Maroc, Territoire palestinien occupé, Tunisie, Ukraine
- Pays de la région avec lesquels un Plan d'action n'est pas encore signé : Algérie, Belarus, Libye, Syrie

Plan d’action UE-Moldavie (22 février 2005)
Plan d’action UE-Ukraine (21 février 2005)
(...)
Télécharger les autres Plans d'action sur le site de la Commission

Balkans Occidentaux
+ Processus de stabilisation et d'association / Stabilisation and Association Process (PSA / SAP, 1999-)
Le PSA est une démarche bilatérale entre l'UE et le pays et constitue le principal cadre dans lequel s'inscrivent les relations entre l'UE et les pays des Balkans occidentaux, leur offrant un moyen pour la promotion de la paix, la stabilité, la liberté et la prospérité économique. Lancé lors du sommet de Zagreb en 1999, le PSA a ouvert aux pays des Balkans occidentaux la perspective d'une adhésion à l'UE. En 2003, le Conseil européen de Thessalonique a confirmé cette perspective pour tous les pays des Balkans occidentaux et le statut de «pays candidat potentiel» pour l'Albania, la Bosnie-et-Herzégovine, le Montenegro et la Serbie. Il a parallèlement réaffirmé que l'adhésion à l'UE dépendrait des efforts consentis pour mener à bien les réformes nécessaires et a adopté l'«Agenda de Thessalonique» afin de montrer la voie à suivre aux pays concernés. L'UE a également déclaré que le Kosovo (en vertu de la résolution 1244 du Conseil de sécurité des Nations unies) a une perspective européenne claire, en ligne avec le reste des Balkans occidentaux.
Les pays sont engagés dans un partenariat progressif ayant pour but la stabilisation de la région et l'établissement à terme d'une zone de libre-échange. Le PSA définit des objectifs politiques et économiques communs. Sa mise en œuvre est étayée par des instruments contractuels, économiques et financiers, qui soutiennent les réformes et le processus de transition. La coopération régionale constitue un élément essentiel du processus.Les deux grands instruments qui permettent à l'UE de stabiliser ces pays et d'aligner progressivement leurs structures juridiques et économiques sur les structures communautaires sont :
1, les accords de stabilisation et d'association, y incluses les préférences commerciales, et
2, l'assistance technique et financière (instrument d'aide de préadhésion - IAP).
L'UE prend l'initiative en évaluant tout d'abord si le pays est prêt à progresser dans un processus qui se construit étape par étape. Cette démarche comprend d'abord la mise en place d'une "task force" consultative, l'élaboration d'une étude de faisabilité concernant le lancement ou non des négociations portant sur un ASA, les négociations elles-mêmes, puis la signature et la ratification de l'accord. Parallèlement, cette approche ouvre la voie à une demande d'adhésion déposée par le pays qui, si elle est acceptée, intégrera le candidat dans le processus d'adhésion proprement dit. Tout au long de ce processus, les relations entre l'UE et le pays respectif sont asymétriques. L'UE met en place les règles et les conditions, alors que le pays doit se contenter d'exprimer ses problèmes et ses préoccupations. Le PSA définit des objectifs politiques et économiques communs. Sa mise en œuvre est étayée par des instruments contractuels, économiques et financiers, qui soutiennent les réformes et le processus de transition. La coopération régionale constitue un élément essentiel du processus.
Il contient trois engagements.
- Le premier est l'aide financière et économique, d'abord dans le cadre des programmes PHARE et OBNOVA, puis du programme CARDS (Assistance communautaire pour la reconstruction, le développement et la stabilisation) pour 2000-2006, et enfin du programme IPA (Instrument d'aide de préadhésion) pour 2007-2013.
- Le deuxième concerne la libéralisation du commerce entre l'UE et les pays des Balkans occidentaux.
- Le troisième a trait à une adhésion future qui s'appuie sur la signature d'accords de stabilisation et d'association (ASA).

+ Les accord de stabilisation et d'association / Stabilisation and Association Agreement (ASA/SAA)
Un accord de stabilisation et d'association (ASA) est un traité international signé entre l'Union européenne et certains pays candidats potentiels à l'Union, dans le cadre de la stratégie de préadhésion (afin de faciliter l'adhésion future). Ces accords jouent un rôle essentiel dans le cadre du PSA. Ils instaurent une relation contractuelle étendue entre l'UE et chacun des pays des Balkans occidentaux, avec des obligations et des droits mutuels. Dotés d'une grande valeur politique, ils reposent sur la mise en œuvre progressive d'une zone de libre-échange et de réformes visant à permettre au pays concerné d'adopter les normes de l'UE. Leur objectif est de contribuer au développement socioéconomique, de renforcer la démocratie, l'État de droit et la stabilisation politique du pays et de la région, d'améliorer la coopération régionale et de mettre en place une association étroite et à long terme entre les parties contractantes.
Les différentes étapes vers l'adhésion se présentent selon l'ordre suivant :
1, les négociations relatives aux accords de stabilisation et d'association (ASA) ne peuvent s'ouvrir que si le pays concerné est suffisamment stable. La Commission européenne établit alors un rapport de faisabilité et recommande l'ouverture des négociations au Conseil de l'Union.
2, Les ASA préparent les États à une adhésion future en introduisant les règles communautaires (l'acquis) dans divers domaines. La conclusion d'un ASA prouve la capacité d'un pays à entretenir des relations plus approfondies avec l'Union.
3, La conclusion d'un ASA peut être suivie d'une demande d'adhésion. Sur avis de la Commission, l'Union peut accorder au demandeur le statut de pays candidat et reconnaître politiquement la relation étroite nouée entre elle et ce pays.
Les premiers accords de stabilisation et d'association (ASA) ont été signés :
- avec la Macédoine en mars 2001, ( entré en vigueur le 1er mai 2004)
- avec la Croatie en juillet 2001, ( entré en vigueur le le 1er février 2005)
- l'Albanie a signé un ASA en mai 2006, (entré en vigueur le 1er avril 2009)
- le Monténégro a paraphé le sien en mars 2007, ( entré en vigueur le 1er janvier 2008)
- La Bosnie-Herzégovine est toujours, à l'heure actuelle, en pourparlers. Si ceux-ci progressent d'un point de vue technique, ils butent sur la nécessité de mettre en oeuvre des réformes, notamment celle de la police. (signé le 16 juin 2008; l'accord intérimaire est entré en vigueur le 1er juillet 2008)
- L'Etat commun de Serbie-et-Monténégro avait entamé des pourparlers sur un ASA en octobre 2005. Lorsque le Monténégro a pris son indépendance en juin 2006, l'UE a continué de négocier avec celui-ci sous un nouveau mandat. La Serbie a repris les négociations en juin 2007, après leur suspension pendant un an à partir de mai 2006, en raison de son manque de coopération avec le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY). (signé le 29 avril 2008, et l'accord intérimaire est entré en vigueur le 1er février 2010.)
- Enfin, le processus de rapprochement de l'UE avec le Kosovo se déroule dans le cadre du processus de stabilisation et d'association « tracking mechanism » mis en place en novembre 2002 pour s'assurer qu'il bénéficie des outils du PSA.

La Turquie
La Turquie est associée de longue date au projet d'intégration européenne. En 1959, elle demandait à devenir membre associé de la Communauté économique européenne (CEE). La réponse de la CEE à cette première demande a été de proposer la création d'une association entre la CEE et la Turquie, qui a abouti à la signature à Ankara de l'accord d'association en 1963. Un protocole additionnel a été signé en Novembre 1970, fixant un calendrier pour la suppression des droits de douane et des contingents sur les marchandises circulant entre la Turquie et la CEE.Une union douanière a été créée en 1995 et a contribué de manière significative au développement des relations commerciales entre l'UE et la Turquie. La Turquie est devenue un pays candidat lors du Conseil européen d'Helsinki de décembre 1999.

L'Islande
L'Islande est un membre du marché intérieur de l'UE par l'Accord de 1994 sur l'Espace économique européen (EEE) entre l'UE et les membres de l'AELE Islande, Norvège et Liechtenstein. L'accord EEE prévoit l'inclusion de toute la législation du marché intérieur, qui couvre notamment les quatre libertés - libre circulation des marchandises, services, personnes et capitaux - tout au long des 30 États de l'EEE. L'agriculture ne fait pas partie de l'EEE. En outre, l'accord couvre la coopération dans d'autres domaines importants tels que recherche et développement, éducation, politique sociale, environnement, protection des consommateurs, tourisme et culture. Une part substantielle de la législation de l'UE a donc été adoptée dans le droit islandais.

Méditerranée
+ Processus de Barcelone / Barcelona Process (Euromed, Euro-Mediterranean Partnership 1995-)
Le Processus de Barcelone, a été créé en 1995 à Barcelone, à l'initiative de l'Union européenne et de dix autres États riverains de la mer Méditerranée (Algérie, Autorité palestinienne, Égypte, Israël, Jordanie, Liban, Maroc, Syrie, Tunisie et Turquie). L'Albanie et la Mauritanie sont membres de l'Euromed depuis 2007. EUROMED rassemble, désormais, les 27 États membres de l'UE et douze États du sud de la Méditerranée. La Libye a un statut d'observateur depuis 1999 ; depuis 2004 et la normalisation de ses relations avec l'UE, cette dernière prépare son intégration à moyen terme.
Les principaux objectifs de ce partenariat sont les suivants : construire ensemble un espace de paix, de sécurité et de prospérité partagée. Pour y parvenir, elle prévoit des actions dans les domaines politique, économique, financier, culturel et social. Euromed est fondé sur les rapports de paix entre ces États qui ont des intérêts communs ainsi qu'un long passé d'échanges mutuels. Au niveau économique, le processus vise à l'instauration d'un marché de libre-échange en 2010. Cet objectif a été réaffirmé lors du sommet de Barcelone de 2005. En 2005, l'immigration et la lutte contre le terrorisme sont devenus les domaines prioritaires du partenariat.
> Document : La déclaration finale (EN ) de la Conférence ministérielle euro-méditerranéenne de Barcelone du 27 et 28 novembre 1995 et son programme de travail.

+ Union pour la Méditerranée / Union for the Mediterranean. (UpM/UfM, UMed 2008-)
L'Union pour la Méditerranée a pour but de promouvoir l'intégration économique et les réformes démocratiques dans seize pays voisins situés au sud de l'UE, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. L'Union pour la Méditerranée réunit les 27 États membres de l'UE et 16 partenaires de la région du sud de la Méditerranée, d'Afrique et du Moyen-Orient: l'Albanie, l'Algérie, la Bosnie-et-Herzégovine, la Croatie, l'Égypte, Israël, la Jordanie, le Liban, la Mauritanie, Monaco, le Monténégro, le Maroc, l'Autorité palestinienne, la Syrie, la Tunisie et la Turquie. Actuellement, les réunions sont coprésidées par un pays méditerranéen et un pays européen. À partir de septembre 2010, l'Union pour la Méditerranée disposera également d'un secrétariat opérationnel, établi à Barcelone, d'un secrétaire général et de six vice-secrétaires généraux.
L'ordre du jour de l'Union pour la Méditerranée comprend un certain nombre d'initiatives clés:
- la dépollution de la mer Méditerranée, y compris des régions côtières et des zones marines protégées;
- la mise en place d'autoroutes maritimes et terrestres qui relient les ports et améliorent les liaisons ferroviaires en vue de faciliter la circulation des personnes et des biens;
- un programme de protection civile commun sur la prévention, la préparation et la réponse aux catastrophes naturelles ou causées par l'homme;
- un plan solaire méditerranéen qui explore les possibilités de développer des sources d'énergie alternatives dans la région;
- une université euro-méditerranéenne, inaugurée en Slovénie en juin 2008;
- l'initiative méditerranéenne de développement des entreprises, qui soutient les petites entreprises qui déploient leurs activités dans la région en évaluant dans un premier temps leurs besoins, puis en leur offrant une assistance technique et un accès au financement.
> Document : Déclaration commune du sommet de Paris pour la Méditerranée, Paris, 13 juillet 2008

Frontières à l'Est
+ Synergie de la Mer Noire (2008-)
La Commission européenne a lancé en avril 2007 une nouvelle initiative visant à renforcer la coopération régionale entre la Roumanie, la Bulgarie, et les quatre pays de la région de la mer Noire qui ne sont pas encore membres de l'Union européenne : Turquie, Russie, Ukraine et Géorgie. Ce projet est mis en oeuvre dans le cadre de la politique de voisinage, et n'est donc pas doté de fonds supplémentaires ni d'institutions nouvelles.
En encourageant la coopération entre les pays qui entourent la mer Noire, la synergie offre une plate-forme pour la résolution de problèmes communs, tout en favorisant les réformes politiques et économiques. Une conférence entre les ministres des affaires étrangères de l'UE et de la région de la mer Noire, qui s'est tenue à Kiev, en Ukraine, en 2008, a débouché sur une déclaration commune portant création de la synergie de la mer Noire, que l'UE considère comme un outil pour accroître la coopération entre les pays qui entourent la mer Noire. Des liens régionaux plus étroits permettront de:
- favoriser les réformes démocratiques et économiques;
- soutenir la stabilité et de promouvoir le développement;
- faciliter les projets pratiques dans les domaines d'intérêt commun;
- proposer de nouvelles possibilités grâce à des actions coordonnées dans un cadre régional;
- favoriser la recherche d'une solution pacifique aux conflits dans la région.
Des partenariats sectoriels spécifiques mis en place par la synergie de la mer Noire porteront sur le transport, l'énergie et l'environnement. Des initiatives supplémentaires pourraient suivre dans les domaines de l'enseignement supérieur, de la santé publique et de la lutte contre le crime organisé. Des activités sont d'ores et déjà prévues dans les domaines de la société civile, de la recherche et de la société de l'information.
Concrètement, la synergie de la mer Noire, officiellement lancé le 14 février 2008 à Kiev, offre une aide au rapprochement des pays de la région, en s'appuyant sur des programmes sectoriels et des initiatives communautaires déjà en cours dans des domaines tels que la bonne gouvernance, la circulation des personnes et la sécurité, l'énergie, les transports, l'environnement, la politique maritime, la pêche, le commerce, la recherche, l'éducation, les affaires sociales et la science. La synergie de la mer Noire se veut souple, destinée à assurer une meilleure cohérence et une meilleure coordination régionale des activités dans ces domaines. Elle prévoit aussi l'établissement de contacts plus étroits entre la Commission et l'organisation de coopération économique de la mer Noire (OCEMN). Enfin, l'un des objectifs affichés de la synergie de la mer Noire est de créer un meilleur climat pour résoudre les conflits gelés dans la région.
La synergie de la mer Noire réunit des pays ayant des intérêts géopolitiques très différents, et dont les relations avec l'Union européenne sont régies par des statuts ou politiques différentes (politique de voisinage, partenariat stratégique avec la Russie, politique d'élargissement avec la Turquie). Cette initiative, dont la valeur ajoutée reste à démontrer, risque de déboucher sur un éparpillement d'activités sans créer véritablement de ciment régional. Il est donc permis d'avoir des doutes quant à sa réussite.
> Black Sea Synergy
> Document : PROPOSITION DE RÉSOLUTION DU PARLEMENT EUROPÉEN sur une stratégie de l'UE pour la mer Noire (2010/2087(INI))

+ Partenariat oriental / Eastern Partnership (PO/EaP, 2009-)
Le Partenariat oriental est un accord d'association que l'Union européenne (UE) a conclu avec l'Arménie, l'Azerbaïdjan, la Géorgie, la Moldavie, l'Ukraine et la Biélorussie, inauguré à Prague le 7 mai 2009. Il a été présenté par le ministre des Affaires étrangères de la Pologne Radosław Sikorski avec l'assistance de la Suède. Tous ces pays, à un degré différent, mettent en œuvre des reformes politiques, sociales et économiques et ont aussi ont exprimé leur souhait de se rapprocher de l’UE. Le conflit en Géorgie en août 2008 a confirmé leur vulnérabilité et montré que la sécurité de l’UE commence en dehors de ses frontières. Le Partenariat Oriental devrait aussi promouvoir la démocratie et la bonne gouvernance, renforcer la sécurité énergétique, promouvoir des reformes sectorielles et la protection de l’environnement, encourager les contacts interpersonnels, soutenir le développement économique et social, offrir des ressources financières supplémentaires pour des projets visant à réduire les déséquilibres socio-économiques et accroitre la stabilité dans la région.
> Document :

Frontières au Nord
+Dimension septentrionale (DS, 1999-)
La politique de la dimension septentrionale qui a été définie en 1999, est une politique commune partagée par quatre partenaires égaux: l'Union européenne, la Norvège, l'Islande et la Fédération de Russie. Cette politique couvre un vaste territoire géographique qui s'étend des régions arctiques et subarctiques européennes aux rives méridionales de la mer Baltique et aux pays voisins, et du nord-ouest de la Russie à l'est, à l'Islande et au Groenland à l'ouest.
Les principaux objectifs de la politique sont de fournir un cadre commun pour la promotion d'un dialogue politique et d'une coopération concrète, de renforcer la stabilité et le bien-être, d'intensifier la coopération économique et de promouvoir l'intégration économique, la compétitivité et le développement durable en Europe du Nord. La politique renouvelée de la DS a été lancée lors du sommet d'Helsinki en novembre 2006, dans le cadre duquel une déclaration politique sur la dimension septentrionale et un document-cadre relatif à la politique de la dimension septentrionale ont été adoptés. La politique renouvelée établit un lien étroit entre la DS et les espaces communs UE-Russie. Pour faciliter la mise en œuvre de projets dans le cadre de la DS, des partenariats ont été créés dans les domaines suivants: l'environnement (NDEP), la santé publique et le bien-être social (NDPHS), la culture (NDPC) et le transport et la logistique (NDPTL). Un institut de la dimension septentrionale (NDI) et un conseil des entreprises de la dimension septentrionale (NDBC) ont également été créés, de même qu'une "fenêtre arctique", afin d'attirer l'attention sur la région arctique. Outre les quatre partenaires, la politique de la dimension septentrionale réunit les participants suivants: le Conseil des États de la mer Baltique (CEMB), le Conseil euro-arctique de la mer de Barents (CEAB), le Conseil de l'Arctique (CA), le Conseil nordique des ministres (CNM), des institutions financières internationales, telles que la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), la Banque européenne d'investissement (BEI) et la Banque nordique d'investissement (BNI), des organisations et des autorités régionales et sous-régionales, des ONG et d'autres organisations de la société civile. Le Canada et les États-Unis ont le statut d'observateur.
> Document :


La DS, la PEV, le PO, la Synergie de la mer Noire, l'UPM (Libye : pays observateur) et les candidats officiels


II. LA POLITIQUE D'ÉLARGISSEMENT
Depuis sa création en 1958, l'UE accueille régulièrement de nouveaux États membres. Chaque pays candidat doit répondre à certaines exigences avant de se voir octroyer le statut d'État membre. À la suite de plusieurs vagues d'élargissement, l'Union européenne est passée de six membres fondateurs à vingt-sept États membres en 2010. Tout pays qui remplit les conditions d'adhésion peut présenter sa candidature. À la demande du Conseil européen, la Commission européenne évalue l'aptitude du candidat à remplir les critères d'adhésion. Si l'avis émis par la Commission est favorable et que le Conseil adopte un mandat de négociation, les discussions entre le pays candidat et l'UE sont officiellement ouvertes.
Début 2010, quatre pays ont été acceptés en tant que candidats à l'adhésion à l'UE:
- la Croatie,
- l'Islande,
- l'Ancienne République yougoslave de Macédoine
- et la Turquie.
Selon la résolution 1244 des Nations unies ces pays ont le statut de pays candidats potentiels :
- L'Albanie,
- la Bosnie-et-Herzégovine,
- le Monténégro,
- la Serbie et le Kosovo
http://ec.europa.eu/enlargement/index_fr.htm

Turquie
(...)
> Document :

+ Le processus d'élargissement
Les pays candidats doivent démontrer qu'ils seront capables de jouer pleinement leur rôle d'États membres. Ils doivent, pour cela, s'assurer un vaste soutien populaire et se conformer aux normes politiques, juridiques et techniques strictes de l’Union européenne. À la suite d'une décision unanime du Conseil d'adopter un mandat de négociation, les négociations sont ouvertes entre le pays candidat et tous les États membres. L'Union fixe pour chaque pays candidat un cadre de négociation qui définit les orientations générales des négociations d'adhésion. À l'aide des partenariats pour l'adhésion, elle détermine en outre les réformes et adaptations que le pays candidat devra entreprendre pour devenir membre. Les négociations entre les États membres et les pays candidats se déroulent au niveau des ministres et des ambassadeurs. Elles portent sur les conditions et le calendrier d’adoption, de mise en œuvre et d’application de l'intégralité de la réglementation communautaire par le pays candidat. Cette réglementation (appelée «l’acquis») n’est pas négociable. Pour le pays candidat, il s’agit essentiellement de convenir des moyens pour adopter et mettre en œuvre les règles et procédures de l'Union et de définir un calendrier. Pour l’Union européenne, il s’agit d’obtenir des garanties sur la date de mise en œuvre effective de la partie concernée de l'acquis dans chaque pays candidat. Les négociations portent également sur les accords financiers (notamment la contribution du nouvel État membre aux recettes du budget de l'Union européenne et le volume probable des transferts en faveur de cet État dans le cadre des dépenses totales du budget), ainsi que sur les éventuelles dispositions transitoires demandées par les autres États membres ou par le pays candidat. Dans le cadre des négociations d'adhésion, la législation européenne est divisée en 35 chapitres thématiques.
Avant l'ouverture effective des négociations, la Commission examine en détail chaque chapitre avec le pays candidat. C'est ce que l'on appelle l'examen analytique, ou «screening». Cet important exercice, qui est réalisé conjointement par des fonctionnaires des institutions européennes et du pays candidat, vise à déterminer le niveau de préparation de ce dernier. La Commission rend compte au Conseil de l'examen de chaque chapitre. Elle peut recommander d'ouvrir les négociations sur un chapitre donné ou demander au préalable le respect de certaines conditions, les «critères de référence». Dans de nombreux cas, si le niveau général de préparation du candidat est suffisamment avancé, la Commission peut recommander l'ouverture de négociations et la détermination de critères de référence de clôture. L'élaboration d'une stratégie ou d'un plan d'action d'ajustement global peut faire figure de critère de référence à l'ouverture des négociations, tandis que l'adoption effective de textes juridiques essentiels peut constituer l'un des critères de référence pour leur clôture.Le pays candidat soumet ensuite sa position de négociation et le Conseil adopte une position commune, qui permet d'ouvrir les négociations. La Commission informe le Conseil et le Parlement européen des progrès accomplis par les pays candidats en leur fournissant des rapports réguliers, des documents stratégiques et des analyses sur les conditions à remplir pour que le pays candidat continue de progresser. Elle s’assure également du respect des critères d'évaluation et surveille les progrès réalisés en matière d'application de la législation communautaire et des engagements pris. Le suivi se poursuit jusqu’à l’adhésion. Il permet de donner aux pays candidats des conseils supplémentaires en vue d'assumer les responsabilités liées à l’adhésion et de garantir aux États membres que les nouveaux venus remplissent les conditions d’adhésion.
Les négociations sont conduites séparément avec chaque pays candidat, selon un rythme déterminé par la cadence des réformes entreprises dans chaque pays et de leur adaptation au droit de l'Union européenne. La durée des négociations est donc variable: ce n'est pas parce que les négociations sont ouvertes en même temps pour plusieurs candidats qu'elles seront achevées au même moment. Chaque pays candidat prépare un plan d'action assorti d'un calendrier, dans lequel il indique les mesures qu'il compte prendre pour mettre à niveau son système administratif et judiciaire. Les mesures prioritaires devant figurer dans le plan d'action sont définies dans les partenariats pour l’adhésion ou les partenariats européens, que l'Union met en place pour chaque pays candidat. Chaque pays candidat doit également préparer un programme national d'adoption de l'acquis. Il s'agit d'un instrument tout à fait spécifique qui donne des informations détaillées, des calendriers et des évaluations de coûts pour chaque domaine prioritaire défini par l'Union européenne dans le partenariat pour l'adhésion.
Le respect des engagements fait l'objet d'une surveillance étroite tout au long de la procédure. Les négociations par chapitre ne sont closes – à titre provisoire – que lorsque tous les États membres sont satisfaits des progrès réalisés par le pays candidat. Les négociations sont closes au terme de la procédure. L'interdépendance entre les différents chapitres de l'acquis est telle que les négociations sont conduites selon le principe que «rien n'est approuvé tant que tout n'est pas approuvé». Lorsque les négociations de tous les chapitres sont closes à la satisfaction des deux parties, les modalités et conditions détaillées sont inscrites dans un projet de traité d'adhésion, qui précise tous les accords et délais transitoires, ainsi que les accords financiers et les clauses de sauvegarde éventuelles. Si le traité emporte l'adhésion du Conseil, de la Commission et du Parlement européen, il est signé par le pays candidat et les représentants de tous les États membres, puis transmis aux États membres et au pays candidat pour ratification, conformément à leurs règles constitutionnelles propres. Une fois que le traité d’adhésion est signé, le pays candidat devient un «pays en voie d’adhésion» et a droit à certains privilèges provisoires jusqu’à ce qu’il devienne un État membre à part entière. Il peut commenter les projets de propositions, de communications, de recommandations ou d’initiatives préparés par l'Union et acquiert un «statut d’observateur actif» dans les agences et les organes communautaires, où il dispose d'un droit de parole, mais non d'un droit de vote. Au terme de la procédure de ratification, le traité d’adhésion entre en vigueur à la date prévue et le pays devient un État membre.


III. LES INSTRUMENTS ET LES FONDS

+ Les instruments et les fonds de la préadhésion
1989-2000 : - Le programme PHARE (Aide à la pré-adhésion : Pologne Hongrie Aide à la reconstruction économique) est l'un des instruments de pré-adhésion financés par l'Union européenne pour aider les pays candidats d'Europe centrale et orientale (Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Slovaquie, Slovénie et République tchèque, ainsi que la Bulgarie et la Roumanie) dans leurs préparatifs d'adhésion à l'Union européenne. Aux premières étapes de la transition, l'assistance était centrée sur l'apport de savoir-faire ou d'assistance technique et, en cas de nécessité, sur l'aide humanitaire. Avec les progrès réalisés, la demande d'assistance technique a relativement diminué et les besoins d'aide à l'investissement, notamment dans des secteurs tels que les infrastructures ou la protection de l'environnement, ont augmenté considérablement. Cette coopération visait à aider ces pays dans une période de restructuration économique massive et un changement politique. Suite à l'invitation à adhérer faite lors du Conseil européen de Copenhague de 1993 aux pays d'Europe centrale et orientale, les actions de Phare ont été réorientées vers cet objectif, notamment par un accroissement marqué de l'aide aux investissements d'infrastructure. L'accent sur le soutien à l'adhésion a été mis en place à compter de 1997, en réponse au lancement du Conseil de Luxembourg du processus d'élargissement qui a abouti en 2004 et 2007. Les fonds du programme PHARE ont été entièrement focalisé sur les priorités de pré-adhésion définis dans les feuilles de route et les partenariats pour l'adhésion. Les objectifs étaient les suivants : 1, renforcement des administrations publiques et les institutions en vue de leur fonctionnement efficace à l'intérieur de l'Union européenne, 2, promotion de la convergence avec la législation de l'Union européenne (acquis communautaire) et réduction ded périodes de transition, 3, promotion de la cohésion sociale et économique. Suite à la publication de l'Agenda 2000 et à l'intensification du processus d'élargissement qui a suivi, Phare a été réorienté vers la préparation des pays candidats à l'adhésion et a été complété par deux autres instruments:
- l'Instrument structurel de préadhésion (Instrument for structural policy for pre-accession, ISPA) et
- l'Instrument agricole de préadhésion (Pre-accession agricultural instrument, SAPARD).
Jusqu'en 2000, les pays des Balkans occidentaux (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Croatie et l'ancienne République yougoslave de Macédoine) étaient également bénéficiaires du programme PHARE.

- 2000-2006 : - Le programme CARDS (Assistance communautaire pour la reconstruction, le développement et la stabilité dans les Balkans / Community assistance for reconstruction, development and stabilisation, destiné aux Balkans occidentaux) a abrogé celui d'OBNOVA et a modifié celui de PHARE pour l'assistance aux pays d'Europe du Sud-Est. L'Albanie, la Bosnie-et-Herzégovine, la Croatie, la République fédérale de Yougoslavie et l'ancienne République yougoslave de Macédoine peuvent bénéficier de cette assistance communautaire, ainsi que les entités sous l'administration et la juridiction des Nations unies; les entités fédérées, régionales et locales; les organismes publics et parapublics; les partenaires sociaux; les organisations de soutien aux entreprises; les coopératives; les sociétés mutuelles; les associations; les fondations et les organisations non gouvernementales. Toutefois, la Croatie n'a pas pu être éligible à l'ensemble de l'assistance communautaire que dans le cadre de projets et de programmes qui ont une dimension régionale. En effet, la Croatie dont la qualité de pays candidat a été reconnue lors du Conseil européen de Bruxelles des 17 et 18 juin 2004 bénéficiait désormais de la stratégie et des instruments de pré-adhésion. L'objectif du programme CARDS était de faire participer les pays d'Europe du Sud-Est au processus de stabilisation et d'association. Il visait notamment: à la reconstruction; à la stabilisation de la région; à l'aide au retour des réfugiés et déplacés; au soutien de la démocratie, de l'État de droit, des droits de l'Homme et des minorités, de la société civile, des médias indépendants et de la lutte contre le crime organisé; au développement d'une économie de marché durable; à la lutte contre la pauvreté, à l'égalité des sexes, à l'éducation et la formation et à la restauration de l'environnement; à la coopération régionale, transnationale, internationale et interrégionale des pays bénéficiaires avec ceux de l'Union et d'autres de la région. Le budget de CARDS pour la période 2000-2006 s'élèvait à 4,65 milliards d'euros.

- 2007-2013 : L'IEP, l'instrument d'aide de préadhésion (Instrument for pre-accession assistance) remplace du 1er janvier 2007 les programmes Phare, SAPARD, ISPA, CARDS, la coopération transfrontalière (CBC) sous Phare et l’aide financière de préadhésion en faveur de la Turquie. L’IAP vise ainsi à améliorer l’efficacité et la cohérence de l’aide, au moyen d’un cadre unique pour le renforcement de la capacité institutionnelle, de la coopération transfrontalière, du développement économique et social ainsi que du développement rural. Les aides de préadhésion soutiennent le processus de stabilisation et d’association des pays candidats et des candidats potentiels, dans le respect de leurs spécificités et des processus auxquels ils sont respectivement rattachés. L’aide est fournie sur la base des partenariats européens des candidats potentiels, et des partenariats pour l’adhésion des pays candidats, qui concernent les pays des Balkans occidentaux, la Turquie et l’Islande. Ayant vocation à être un instrument souple, l'IAP dispense une aide qui dépend des progrès réalisés par les pays bénéficiaires et de leurs besoins tels qu’ils résultent des évaluations et des documents de stratégie de la Commission. Les pays bénéficiaires sont répartis en deux catégories, en fonction de leur statut (soit de pays candidat relevant du processus d’adhésion, soit de candidat potentiel) relevant du processus de stabilisation et d’association, à savoir: les pays candidats (ancienne République yougoslave de Macédoine, Croatie et Turquie) et les candidats potentiels tels que définis par le Conseil européen de Santa Maria da Feira, le 20 juin 2000 (Albanie, Bosnie-et-Herzégovine, Islande, Monténégro, Serbie, y compris le Kosovo). Exceptionnellement, et dans un souci de cohérence et d'efficacité, d’autres pays peuvent bénéficier d'actions financées par l’IAP. Pourvu que ces actions s'inscrivent dans un cadre régional, transfrontalier, transnational ou mondial et ne fassent pas double emploi avec d’autres programmes relevant d'instruments communautaires d’aide extérieure. L’IAP est constitué de cinq volets. Deux volets concernent l’ensemble des pays bénéficiaires, à savoir: 1, le volet «aide à la transition et renforcement des institutions» qui vise à financer le renforcement des capacités et des institutions; 2, le volet «coopération transfrontalière» dont l’objectif est de soutenir les pays bénéficiaires dans le domaine de la coopération transfrontalière, entre eux, avec les États membres de l'UE, ou dans le cadre d'actions transnationales ou interrégionales. Les trois derniers volets sont destinés uniquement aux pays candidats: 3, le volet «développement régional» qui vise à soutenir leur préparation à la mise en œuvre de la politique communautaire de cohésion, plus particulièrement au Fonds européen de développement régional et au Fonds de cohésion; 4, le volet «développement des ressources humaines» qui concerne la préparation à la participation à la politique de cohésion et au Fonds social européen; 5, le volet «développement rural» qui porte sur la préparation à la politique agricole commune et aux politiques connexes ainsi qu’au Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER). Le budget total mis à disposition via l'IAP excède 11 milliards d'euros.


+ Les instruments et les fonds des programmes de voisinage (hors préadhésion)
2000-2006
- Le programme TACIS (aide aux pays de la Communauté des Etats Indépendants, CEI, 1991-1999 et 2000-2006), Créé en 1991 et relancé en décembre 1999 pour aider les pays de l’ex-URSS à réaliser leur processus de transition, à consolider leurs structures démocratiques et juridiques et à développer leur économie de marché. Le programme communautaire TACIS a encouragé la démocratisation, le renforcement de l'État de droit et la transition vers l'économie de marché des Nouveaux États indépendants (NEI), nés de l'éclatement de l'Union soviétique. Il s'agit des pays suivants: l'Arménie, l'Azerbaïdjan, le Belarus, la Géorgie, le Kazakhstan, le Kirghizstan, la Moldova, la Mongolie, l'Ouzbékistan, la Russie, le Tadjikistan, le Turkménistan et l'Ukraine.
Dans les 8 premières années (1991-1999), Tacis était plutôt axée sur la demande: les demandes des Ministères de la CEI ont été reçues et évaluées. Une assistance a été ainsi fournies principalement sous forme de simples projets à petite échelle. Environ € 4,2 milliards ont été engagés à leur financement pendant cette période. Couvrant la période 2000-2006, il s'est fondé sur les principes et les objectifs énoncés dans les accords de partenariat et de coopération (APC) et les accords commerciaux et de coopération économique entre l'Union et ces pays. Il est en outre fondé sur la clause démocratique de base de la Communauté. Ainsi lorsqu'un élément essentiel à la poursuite de la coopération fait défaut, le Conseil peut décider à la majorité qualifiée de prendre des mesures appropriées, sur proposition de la Commission. Parmi les domaines de prédilection de la coopération, on relève tout particulièrement:
- l'aide aux réformes institutionnelles, juridiques et administratives (instauration d'un État de droit, renforcement de l'efficacité des politiques, aide aux actions dans le domaine de la justice et des affaires intérieures, etc.);
- soutien au secteur privé et aide au développement économique (développement des petites et moyennes entreprises (PME), développement des systèmes bancaires et financiers, promotion de l'entreprise privée, etc.);
- aide destinée à atténuer les conséquences sociales de la transition (réforme des systèmes de santé, de retraite, de protection sociale et d'assurance, aide à la reconstruction sociale et au reclassement, etc.);
- développement des réseaux d'infrastructures (réseaux de transport, de télécoms, pipelines, infrastructures aux frontières, etc.);
- renforcement de la protection de l'environnement et gestion des ressources naturelles (alignement des normes sur les normes communautaires, gestion durable des ressources naturelles, etc.);
- développement de l'économie rurale (privatisation des terres, amélioration de la distribution et de l'accès aux marchés).
Une aide octroyée en matière de sûreté nucléaire pourrait s'ajouter aux trois domaines de base. Elle doit se concentrer sur trois axes majeurs: 1, soutien à la promotion d'une véritable culture en matière de sûreté nucléaire ; 2, mise au point de stratégies de gestion du combustible usé et des déchets nucléaires ; 3, participation aux initiatives internationales pertinentes dans ce domaine. Par ailleurs, le programme vise à promouvoir la coopération interétatique, interrégionale et transfrontalière entre les pays bénéficiaires eux-mêmes, entre ces pays et l'Union européenne et entre ces pays et les pays d'Europe centrale et orientale. Étant un programme d'assistance technique, le programme TACIS soutient essentiellement les mesures suivantes: transfert de connaissance, d'expertise et de savoir-faire: organisation de formation, par exemple; coopération industrielle et partenariats entre organismes publics et privés, avec éventuellement détachement de spécialistes européens; assistance technique pour accompagner les investissements et financements d'investissement, notamment dans les domaines de la coopération transfrontalière, la promotion des PME, des infrastructures environnementales et des réseaux; achats des fournitures nécessaires à l'assistance technique.
L'enveloppe financière prévue pour ces six années était de 3,138 milliards d'euros. Le règlement a prévu que 20% du budget total du programme pouvaient être affectés au financement d'investissements à effet multiplicateur et ayant un intérêt pour la Communauté (financement d'infrastructures aux frontières et infrastructures environnementales, promotion des PME, réseaux).

- Le programme MEDA (partenariat euro-méditerranéen, 1995-2006) constituait le cadre financier principal de la coopération de l'Union européenne avec les pays méditerranéens, dans le cadre du partenariat euro-méditerranéen. Il s'agit des pays suivants: Algérie, Chypre, Égypte, Israël, Jordanie, Liban, Malte, Maroc, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie et Turquie. Le programme MEDA se substitue aux différents protocoles financiers bilatéraux existants avec les pays du bassin méditerranéen. Il s'inspire des programmes PHARE et TACIS, notamment en matière de transparence et d'information. Les interventions du programme MEDA visent à réaliser les objectifs du partenariat euro-méditerranéen dans ses trois volets: le renforcement de la stabilité politique et de la démocratie; la mise en place d'une zone de libre-échange euro-méditerranéenne et le développement de la coopération économique et sociale; la prise en compte de la dimension humaine et culturelle.
Pour la période 1995 - 1999, MEDA I était pourvu d’une enveloppe financière de 4,685 milliards d'euros, dont 3.4 milliards ont été effectivement engagés. Pour la période 2000-2006, l’enveloppe MEDA II était composée de 5.3 milliards d’euros. L'objectif principal de ce programme était d'accompagner la transition économique des pays méditerranéens et, à terme en 2010, de parvenir à mettre en place une zone de libre-échange.

En 2004-2005 pour les voisins d’Europe orientale, le programme de coopération transfrontalière de TACIS a accordé 75 millions d’euro sur trois ans dont 20 millions pour l’Ukraine. Pour la période budgétaire 2000-2006, les fonds disponibles étaient d'environ 5,3 milliards d'euros pour MEDA et 3,1 milliards d'euros pour TACIS, ainsi que 2 milliards d'euros environ prêtés par la Banque européenne d'investissement pour les pays bénéficiaires du programme MEDA et 500 millions d'euros pour les bénéficiaires du programme TACIS.

2007-2013
Dès le 1er janvier 2007, dans le cadre de la réforme des instruments d'aide communautaire, les programmes MEDA et TACIS, ainsi que d’autres programmes, ont été remplacés par un instrument unique
- l'Instrument européen de voisinage et de partenariat - (IEVP / ENPI 2007-2010 voir plus haut)
- et depuis 2011 par le Programme East-Invest (voir plus bas).

- Programme East-Invest / East-Invest Project (2011-) : Depuis juillet 2010, l'IEVP a été transféré vers le nouveau SEAE. Pour (re)financer le PO, c'est la raison pour laquelle la Commission a lancé le Programme East-Invest, le 31 mars 2011 : elle a gardé la PEV et le PO mais a "laissé passer" le budget, l'IEVP, l'ancienne base financière de la PEV. Le programme East-Invest, doté d'un budget de 8,75 millions d'EUR, pour les 85 parties prenantes à ce projet, notamment les organismes d'aide aux entreprises de l'Union européenne et des pays du partenariat oriental, a été créé en vue de favoriser les investissements et de faciliter les échanges commerciaux au niveau régional de façon à encourager un développement économique axé sur le soutien aux petites et moyennes entreprises de la région couverte par le partenariat oriental. M. Stefan Füle présente cet instrument comme étant «l'un des nombreux programmes concrets qui accompagneront les pays du partenariat oriental et les aideront à mettre en œuvre des réformes économiques en vue d'une intégration économique avec l'Union européenne». Le principal objectif du programme East-Invest consiste à développer les réseaux d'entreprises et à multiplier les échanges entre les organismes publics et privés de l'Union européenne et des pays du partenariat oriental en:
- encourageant le dialogue entre les secteurs public et privé et la consultation du secteur privé pour la prise de décisions;
- facilitant l'échange des bonnes pratiques et en soutenant l'instauration de partenariats entre les entreprises de l'Union européenne et de la région couverte par le partenariat oriental;
- renforçant la capacité des organismes d'aide aux PME des pays du partenariat oriental.
> Document : Lancement à Bruxelles du programme East-Invest en faveur des pays du partenariat oriental


+ Instruments and assets of the "post-accession"
- Intra-Community Program INTERREG (1991 -) for border regions: Interreg is financed by ERDF (European Regional Development Fund, 1975 -) a> to the tune of 7.75 billion euros. It aims to promote cooperation between European regions and development of common solutions in the fields of urban, rural and coastal development, economic development and environmental management. After INTERREG (1991-1993), INTERREG II (1994-1999) and INTERREG III (2000-2006), INTERREG IV covers the period 2007-2013. These objectives are divided into three components: a, cross-border cooperation (integrated regional development between border regions), which includes the Interreg A, 2, transnational cooperation (creation of large groups of European regions), which includes the Interreg B 3 , interregional cooperation (information exchange and sharing of experiences), which includes the C1 Interreg programs and the URBACT, Interact and Orate program.


(...)

Politique de voisinage, d'élargissement et de commerce

Other sites
(...)
Diplomacy Monitor
Magazine Diplomatie

Sources :
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/l-europe/union-europeenne-et-monde/poli...
http://eeas.europa.eu
http://www.consilium.europa.eu/
http://www.ladocumentationfrancaise.fr
http://ec.europa.eu/world/enp/funding_fr.htm
Nicolas Gros-Verheyde : L’organigramme du service diplomatique devient … définitif - http://www.bruxelles2.eu/politique-etrangere/service-diplomatique/lorgan...
La politique de voisinage de l’Union européenne avec la Biélorussie, la Moldavie et l’Ukraine, Alexandra Goujon, Questions internationales n° 16, novembre-décembre 2005, p. 95-103
Andras Istvan Turke, "A Keleti Partnerség", (Le Partenariat oriental) EuVI Elemzések 4/III., Europa Varietas Institute, 30/11/2011, pp. 1-17.
La Synergie de la Mer noire ld. „La politique européenne de voisinage (rapport d'étape)“, Sénat français, http://www.senat.fr/rap/r07-451/r07-4517.html

---
Site created by Andras Istvan Turke
last update : 22/06/2012

CERPESC / www.pesc.eu

English